Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

Message Dance for me. |Ft. Zhora › Jeu 19 Fév - 16:13


 
Zhora & Jonathan
Qu'est-ce qui est le plus compliqué selon vous ? Être un dragueur et bossé dans un lieu remplis de jolies filles alors qu'on s'est promis de ne jamais entretenir de relation avec son personnel ? Où réaliser que, quoi qu'on pense, on est incapable de tenir les promesses qu'on se fait ? Tout en observant la jolie fille assise face à toi, tu te poses la question, mais tu a beau la retourner dans tous les sens ton constat reste le même. Elle te plaît, c'est indéniable. En l'occurrence, il n'est pas question de la jeune femme te faisant face. Elle aussi elle est jolie, à sa manière, mais non. Tu restes impassible face à ses grands yeux de biche verts ourlés de long cil sombre. À une autre époque, tu aurais peut-être flanché devant sa crinière de feu, sa peau de pêche constellée de tache de rousseur et sa taille de guêpe, mais plus maintenant. Alors que la jolie rousse te fait de l'œil dans l'espoir de te dérider et d'alléger tes remontrances ton esprit est focalisé vers une autre. Brune, des yeux d'un bleu hypnotique, ... Mais tu ne t'attardes pas vraiment sur son physique. Toutes les danseuses du Penthouse Club sont mignonnes. Seulement, elle est la seule que tu acceptes de voir afficher une moue boudeuse, dont tu apprécies sincèrement le rire et que tu n'as pas encore clairement envoyé promener. Oui, tu n'es pas un patron désagréable, mais tu t'es fixé des règles et quand il s'agit de les respecter, tu n'y vas pas de main morte. Aussi, les filles, ou les garçons, travaillant pour toi et t'ayant déjà fait de l'œil savent à quoi s'en tenir à présent. Sans être méchant, tu t'es malgré tout montré inflexible envers eux quant à tes intentions. Mais avec elle ... Tu n'y arrives pas. Tu lui as déjà dit non, mais la vérité, c'est que tu es heureux de la voir revenir à la charge. Soupirant, tu tentes de la chasser de tes pensées et te recentre sur la rousse assise en face de toi. Tu te rembrunis.

- « Arrête de minauder ça ne te mènera à rien avec moi. Peut être que mon frère flanche devant tes beaux yeux, mais pas moi. »

Froid, le ton dur, tu remet la midinette à sa place. La vérité c'est qu'elle commence vraiment à t’agacer. C'est la troisième fois de la semaine qu'elle passe par ton bureau pour des problèmes de comportement et si tu ne l'as pas encore virée c'est uniquement parce qu'elle plaît aux clients. Seulement il est plus que temps qu'elle apprenne à se comporter convenablement. Tu redescend dans ton siège tu lui lance donc un regard d'avertissement pour accompagner tes paroles et constate, avec plaisir, qu'elle semble rapetisser dans son siège face à ta colère. Voilà qui est mieux. Tu reprend donc la parole d'un ton cassant et la met clairement en garde contre ce qui l'attend si elle continue sur cette voie. Tu a d'ailleurs déjà imprimé une lettre de renvoie à son nom. Ce serais dommage pour elle car tu sais que sans son boulot elle n'arrivera plus à payer son loyer et ses études. Loin de toi l'idée de lui causer du tord, mais tu attend de tes employés qu'ils soient impliqués dans ce qu'ils font. Acquiesçant piteusement elle te promet de se tenir à carreaux. D'un geste de la main tu la congédie tu en lui signifiant que tu va la garder à l’œil. N'ayant rien à ajouter tu fais pivoter ton fauteuil vers la baie vitrée de ton bureau, coupant court à toute discutions, et observe la salle en contre-bas. Comme souvent tu remercie ton frère d'avoir choisis des vitres teintées, empêchant les clients de te voir, tu peux ainsi épier à loisir ce qui se passe en contre-bas. Elle est là. Sur la piste de danse. Sans trop savoir pourquoi tu te lève et quitte ton bureau pour descendre. Quelque chose te dit que tu ne devrais pas, tu sais que si tu la laisse continuer son petit jeu tu finira par flancher et outrepasser tes règles, mais en même temps tu as bien envie d'en arriver là. Et puis … Si ça arrive tu n'auras peut être plus envie de frapper chaque client ayant le malheur de lui faire de l’œil ou de l'approcher de trop prêt, elle sera à toi et seulement à toi. Te postant face à la scène tu l'observe terminer sa danse et lui tend la main pour l'aider à descendre lorsqu'elle a finis.

- « Comme toujours tu as été superbe. Tu veux boire quelque chose. »

L'aidant à quitter la scène tu savoure le contacte de ses doigts dans t'as main. Elle est diablement sexy dans sa tenue de scène, peut être trop car le sourire que tu affichais lorsqu'elle est venue vers toi s'efface devant les regards que lui lance d'autres hommes. Tu leurs adresse un regard noir et si tu pouvais tuer ainsi ils seraient sans doute fusillés sur place. Un instant tu pense proposer à la belle de rejoindre les vestiaires pour se changer, mais elle est encore de service et aura peut être à re-danser par la suite. Tu te contente donc de l'accompagner au bar et de lui trouver un tabouret libre. Tu fait alors signe au barmaid et la laisse commander ce qu'elle veut tout en demandant un gin tonic pour toi. Les boissons sont gratuite pour les employés, mais tu n'encourage pas à la consommation d’alcool en service. Enfin … Un verre ne peut pas faire de mal. Remerciant le barmaid lorsqu'il vous sert tu reporte ton attention sur la belle. Décidément, même après son show elle reste superbe.

- « Comment tu vas ? Les études ? »

 
Fiche créée par © Summers & Rinema


Dernière édition par Jonathan Ribbs le Ven 8 Mai - 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Dance for me. |Ft. Zhora › Jeu 19 Fév - 21:11

Si ma mère savait quel métier j’exerçais, je crois qu’elle m’expédierait en Alaska en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Elle avait vu son fils enchaîner les conneries, complètement impuissante. Elle avait aussi vu sa fille partir pour une autre ville, faire ses études. Elle n’avait plus mon père sur qui elle pouvait compter. Elle se retrouvait seule. Et je pouvais comprendre que ça pouvait lui être pesant. J’essayais de lui envoyer des nouvelles assez régulièrement, histoire qu’elle ne s’inquiète pas. Sauf que je lui mentais sur mon métier. Pour elle, j’étais encore barmaid dans un bar. Elle ne savait pas que j’avais été embauché comme danseuse dans un club de strip-tease. Je ne voulais pas lui dire. J’étais consciencieuse dans mon travail. Non pas parce que j’aimais ça mais juste parce que je partais du principe qu’il fallait faire les choses biens. Je n’étais pas le genre à en faire le moins possible, tout ça parce que ce n’était qu’un job de passage. D’un côté, j’avais besoin de cet argent pour me payer mes études mais de l’autre, il y avait aussi Jonathan. Ca me permettait de le voir régulièrement. Est-ce que j’étais amoureuse de lui ? Certainement… Mais je ne savais pas vraiment où tout pouvait me mener. Bref, j’étais sur la scène en train de danser devant des hommes, qui pour la plupart, étaient des habitués. Je savais que j’étais jolie. Je savais que je plaisais à la gente masculine. Et je savais aussi qu’il suffisait pour que j’aille au bar, pour que l’un de ses hommes ait l’audace de venir m’aborder. Mais je m’en moquais d’eux. Celui que je voulais, s’était Jonathan. D’ailleurs, je le vis arrivé à la fin de mon show. Il me tendit la main pour m’aider à descendre. Je souris et lui répondis :

« Merci. T’es pas mal non plus toi aussi, tu sais. Mais c’est pareil, c’est comme tous les soirs. »

Je voyais les autres hommes me regarder. Certains auraient fait n’importe quoi pour que je pose, ne serait-ce le regard sur eux. Néanmoins, ce n’était pas déplaisant. Comme toutes les filles, j’aime qu’on regarde. J’aime être admirée. Il m’emmena jusqu’au bar et me trouva un tabouret libre. Je pris place. Il appela le barman et commanda sa boisson. Pour ma part, je commandais une Vodka pomme. Je savais que je n’avais pas le droit de boire d’alcool pendant le travail mais s’était un secret entre lui et moi. Et le barman, mais là encore ce n’est qu’un détail. Il repartit nous préparer nos boissons. Je reposais alors mon regard sur Jonathan et répondit à sa question :

« A chaque fois que je te vois, je vais bien donc… ca va et toi ? » Je marquais une brève pause, attrapant mon verre que le barman avait posé juste devant moi et en prit une gorgée. J’ajoutais ensuite : « J’ai validé toutes mes matières aux derniers partiels, du coup ça va plutôt bien pour l’instant. Mais j’ai quand même hâte d’avoir fini mon année. Et toi, qu’est-ce t’as à me raconter de beau ? »

Je le regardais et lui fit un sourire charmeur. Il finirait par craquer, un jour ou l’autre. De toute façon, quand je voulais quelque chose, je finissais toujours par l’avoir. Jonathan ne ferait certainement pas exception à cette règle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Dance for me. |Ft. Zhora › Lun 23 Fév - 18:10


 
Zhora & Jonathan
Tu n'aime pas faire de différences entre tes employés. Ton adage ? Never mix business with pleasure ! Seulement avec Zhora tu n'arrive pas à t'y tenir. Elle est la seule à qui tu te permet d'offrir des faveurs et tu ne sais pas comment ton frère fais. Lui il se permet de coucher avec les filles, mais ne leur accorde aucun privilèges alors que toi … Tu en accorde à Zhora alors qu'elle n'est même pas passé par ton lit. Enfin, tu essaye de ne pas te faire de nœud au cerveau avec cette histoire et, quand on t'en parle, tu feins l'indifférence. Tu est doué pour ça, tu sais très bien jouer les innocents, le gars qui n'est pas au courant, seulement dès qu'elle entre dans ton champs de vision tout change. Tu remarque les regards que lui porte les autres, tu entend les commentaires qu'on fais sur elle et tu t'enflamme. Tu aimerais l'enfermer dans une tour dont tu serais le seul à avoir l'accès ainsi tu serais le seul à profiter de sa beauté. Seulement tu doute que l'idée lui plaise, alors tu la regarde briller en public et tu maudit silencieusement tout ceux qui profite de son éclat en même temps que toi. Heureusement il en faut peu pour chasser tes idées noir, sa main trouvant la tienne lorsque tu lui offre ton aide pour quitter la scène par exemple. Se simple contacte t'électrise et te calme en même temps. Et si en prime elle te souris … Alors c'est le nirvana. Tu te retrouve à lui rendre son sourire et tu oublie les hommes qui la reluque sans discrétion. N’empêche … Tu ne peut t’empêcher de ricaner à ses paroles. Toi pas mal ? Tu le sais, mais tu aime bien l'entendre malgré tout.

- « Ma parole tu me drague ? Attention c'est un jeu dangereux avec moi ça. Sinon que ce soit pareil tous les soirs ne change rien pour moi tu est toujours superbe. »

Sourire moqueur, clin d’œil amusé, tu sais que tu est sur la mauvaise pente. Arrête, arrête de la complimenter et ne laisse pas ses compliments t'atteindre. Tu va craquer et ça va tout gâcher. La vérité c'est que tu refuse toute relation avec ton personnel car, jusqu'à maintenant, toute tes relations se sont mal finies et tu ne veux pas perdre une bonne employé parce que tu auras été un pitoyable amant. Attention, pitoyable sentimentalement parlant, pas au lit bien sûre. Mmh … Rompant le fils déplaisant que sont entrain de prendre tes pensées tu cherche plutôt un tabouret de libre pour Zhora et appelle un barmaid pour qu'il la serve. Alcool au travail ? C'est difficilement tolérable, mais … Mais c'est Zhora et puis te ne compte pas la laisser se saouler donc … Ça va non ? Oh et puis tu n'as pas de compte à rendre après tout. Commandant un gin tonic tu la laisse commander une vodka pomme et l'interroge sur comment elle se porte ainsi que ses études. Forcément sa réponse te fais sourire. Après tout être le centre d'attention d'une personne c'est le saint Graal pour toi.

- « C'est amusant, mais ma réponse est quasi similaire à la tienne. »

Tu est en train d'insinuer que la voir te met de bonne humeur ? Tu ferais peut être mieux de réfléchir avant de parler mon gars … D'ailleurs, soudain mal alaise à cause de ta propre réponse, tu te réfugie le nez dans le verre que le barmaid vient de poser devant toi. Cela ne t’empêche pas de l'écouter t'annoncer qu'elle à validé tout ses items au derniers partiels. Tu est sur le point de t'en réjouir, mais la suite de ses paroles te mine le morale. La fin de l'année ? Merde ! Elle a encore un an après ? Deux ? Ou bien elle a finis ? L'idée qu'elle quitte le club te fiche la trouille, tu n'as pas envie de la voir partir. Cette idée t’obnubile tellement que tu lui lance un regard perdu sans même t'en rendre compte. Seulement tu te reprend rapidement face au sourire charmeur qu'elle t'adresse. Dieu qu'elle te fais fondre cette fille, c'est pas possible d'avoir un tel sourire, un tel regard, une telle bouche.

- « Pas grand-chose je le craint. Si ce n'est que tes admirateurs commence à m’agacer. »

Haussant le ton à la fin de ta phrase tu lance un regard assassin au type qui vient de prendre place à côté de Zhora et la regarde avec insistance. Si tu n'étais pas gérant des lieux tu lui referais bien le portraits. Seulement tu est obligé de te forcer au calme et inspire profondément. De toute façon l'autre guignol a arrêté de regarder Zhora, préférant se recroqueviller sur son tabouret face à ta hargne. Il fait bien. Passant la main dans tes cheveux tu adresse un sourire contrit à la belle.

- « Excuse moi, ça te dirais d'aller dans un endroit plus calme ? »

C'est presque une supplique que tu lui adresse, sachant que tu n'arrivera pas à garder ton calme indéfiniment face aux manières outrancières de certain client. Qu'ils agissent ainsi avec toutes les filles qu'ils veulent, mais pas avec Zhora.

 
Fiche créée par © Summers & Rinema


Dernière édition par Jonathan Ribbs le Ven 8 Mai - 11:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Dance for me. |Ft. Zhora › Lun 13 Avr - 21:15

Ce gars, il a un truc. Au-delà du fait que votre histoire est impossible puisque c’est ton patron. Mais il a ce charme auquel je ne pouvais pas vraiment résister. Je serais capable de faire n’importe quoi pour lui. Peut-être que pour la première fois de ma vie, j’étais vraiment amoureuse. Mais j’étais amoureuse de l’inaccessible. Alors ouais, on jouait à un jeu dangereux tous les deux. Ce sera au premier qui craquera et je n’avais pas envie d’être la première. Certes, je fondais littéralement lorsqu’il posait ses yeux sur moi ou qu’il me faisait des compliments mais j’avais néanmoins ma fierté. Comme ce moment où il vient me chercher sur la scène, qu’il me tend la main et qu’il m’offre un verre. Il agit comme ça qu’avec moi, ce qui crée pas mal de jalousie d’ailleurs. Mais moi, ça me faisait doucement rire. J’étais la seule et l’unique avec qui il était comme ça. Et c’est sans doute ce genre de réaction de sa part, qui me faisait croire qu’il pouvait avoir des sentiments pour moi. Absurdité absolue, il pouvait avoir n’importe quelle fille. Pourquoi il me choisirait, moi ? Je continue de le regarder et lui répond sur un ton charmeur, comme j’avais l’habitude de le faire :

« Et si je te draguais, ça changerais quoi pour toi ? J’suis qu’une danseuse parmi tant d’autre, non ? » Je marquais une courte pause et ajouta : « Profites du spectacle pendant que je travaille encore ici. Quand j’aurais finis mes études, je serais certainement plus ici. »

S’était la pure vérité, je n’avais pas envie de passer toute ma vie ici. Je ne peux pas que je détestais mon métier mais je savais qu’une fois mon diplôme obtenu, je passerais à autre chose. J’aurais une nouvelle vie et j’exercerais un métier qui me plait. Il faut bien se rendre à l’évidence, j’étais loin d’être le genre de fille qui finirait sa vie en tant que strip-teaseuse. Dans le fond, le jour où je quitterais ce club, on pourra vivre notre histoire d’amour sans rien demander à personne. Enfin, si histoire d’amour il y a. Bref, on arrivait ensuite au bar où il me trouva un tabouret. Je commandais une boisson avec alcool et il ne refusa d’ailleurs pas que je ne prenne pas qu’un simple jus de fruit. Je souris à sa réflexion et lui répondit, presque du tac au tac :

« Arrête, j’vais finir par croire que c’est toi qui me drague là… »

Je continuais de le regarder et but une gorgée de la boisson que le serveur m’avait servi. On parlait de tout et de rien lorsqu’il me dit que mes admirateurs commençaient et lui taper sur le système. J’eus un sourire avant de me retourner vers l’homme que Jonathan regardait. Je fis un petit sourire à ce dernier plus par politesse qu’autre chose et reposa mon regard sur Jonathan. D’un air amusé, je lui demandais simplement :

« Serais-tu jaloux ? »

S’était peut-être la preuve qu’il éprouvait quelque chose pour moi. Cette pensé m’amusait quelque peu. S’en était presque mignon en réalité. Il me demanda ensuite si je ne souhaitais pas aller ailleurs. J’eus un autre sourire et attrapant mon verre, je lui répondis :

« Si ça peut t’empêcher d’être jaloux alors pourquoi pas… »

J’étais clairement en train de remuer le couteau dans la plaie. Ca m’amusait de la torturer de la sorte. Je connaissais mon pouvoir de séduction et je savais que si je voulais Jonathan, je pourrais l’avoir. Difficilement, certes mais rien n’était impossible. Surtout au vue de ces dernières réactions. Je le suivis donc à travers la foule pour qu’on soit plus tranquille. Rien que lui et moi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Dance for me. |Ft. Zhora › Ven 8 Mai - 11:35


 
Zhora & Jonathan
Plaisanter avec elle c'est facile, tellement facile que dans le fond ce n'est jamais des plaisanteries innocente et qu'il y a toujours quelque chose de caché derrière. Comme en ce moment même en fait … Tu lui signale que te draguer peut être dangereux, ça peut passer pour une simple blague, mais tu sais que c'est surtout un avertissement masqué. C'est réellement dangereux de te draguer, surtout quand on espère plus qu'une relation sans lendemain, tu le sais et tu aimerais qu'elle le sache ou elle risque de le regretter par la suite. Tu devrais peut être lui présenter une de tes ex pour qu'elle l'a prévienne … Non ! Non parce qu'alors elle te fuirais et tu ne le supporterais certainement pas. Tu en reste donc a ton avertissement voilé et l'écoute te demander ce que ça changerais si elle te draguais vraiment puisqu'elle n'est qu'une danseuse parmi tant d'autre. C'est tellement faux à tes yeux … Mais tu ne l'a détrompe pas et te contente de lui adresser un regard brûlant histoire de lui signifier qu'elle à tord. Seulement tes yeux se voilent lorsqu'elle ajoute qu'il te faut profiter du spectacle tant qu'elle travaille encore pour toi car, des ses études terminé, elle mettra les voiles. C'est comme un coup de poing en pleine poitrine, un choc, tu en perd ton souffle un instant. Bien sûre tu te doutait qu'elle ne resterais pas là éternellement, mais pas qu'elle partirais si vite. C'est trop court, tu va la perdre et tu ne t'en remettra pas. La simple idée de ne plus la voir te fou un coup au moral.

Tu ne laisse rien voir. Tu décide juste qu'il est temps que tu te décide. Comme Charlie te l'a dit tu ne devrais pas la laisser filer et attendre plus longtemps. Tu conduit donc la belle au bar et la laisse commander la boisson de son choix avant de lui signaler que, tout comme elle, chaque fois que tu la voie tu va bien. Maintenant c'est toi qui passe pour le dragueur des deux, et c'était le but recherché.

- « Et ? Ça changerais quoi pour toi si c'était le cas ? »

Lui retournant la question à laquelle tu n'as pas voulus répondre plus tôt tu remarque alors les regards insistant que lui lance certains hommes présent au bar et ça te déplaît. Tu fait alors l'erreur de le signaler tout haut ce qui te vaux le droit de te voir demander si tu est jaloux. Tu grimace.

- « Peut être un peu … Je leur envie leur place en fait parce qu'ils peuvent avoir ce que moi je ne peux pas. »

Sans détailler plus ta réponse tu propose plutôt à Zhora d'aller ailleurs avec toi. Tu prétexte rechercher le calme, mais c'est plutôt l'intimité qui t'attire. La belle accepte, mais son commentaire t'arrache un froncement de sourcils. Finalement tu lève les yeux au ciel et la conduit jusqu'à un salon privé. En générale ils sont fait pour les clients VIP, mais en tant que patron tu peux bien t'offrir le luxe de t'en octroyer un non. Te laissant aller sur la banquette tu observe Zhora un instant.

- « Ça t'amuse l'idée que je sois jaloux ? Tu sais que ça peut être à double tranchant d'avoir un homme jaloux dans son entourage ? »

Encore un avertissement ? Tu ne lui en donnera jamais assez, surtout qu'elle ne semble pas les prendre pour comptant et plutôt les ignorer superbement. Mais peut être qu'au fond elle n'en a pas besoin parce qu'elle ta déjà cerné, sais ce qu'elle risque et est prète à le supporter. Tu en doute.

 
Fiche créée par © Summers & Rinema
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Dance for me. |Ft. Zhora ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Dance for me. |Ft. Zhora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (zhora) les faux-cul c'est comme les répondeurs: ça parle que quand t'es pas là!
» Jawhara elm'Zhora ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Corbeille des sujets-
Sauter vers: