Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

Message Welcome to my nightmare [Xénosis] › Dim 10 Mai - 12:57
Y a trop de gens dans une vie. Y a les faibles, ceux qui peuvent pas passer la porte. Y a les salauds, qui défoncent la porte alors qu'elle est ouverte. Y a les forts qui ont chuté, qui n'essaient même pas, parce qu'ils savent que cela n'aura servi à rien.
Charlie flotte entre les trois. Parfois elle a beau faire, elle n'arrive à rien. D'autres fois, elle décide de foncer sans penser aux dégâts. Et d'autres fois encore, elle s'assoit et elle ne bouge plus.
Les humeurs changent, les gens évoluent. Charlie elle a pas grandi, parce qu'elle avait personne à qui se rattraper lorsqu'elle tombait. Aujourd'hui il y a Kelyan.
Hier encore, elle tombait bien bas. Elle dansait comme une furie, la tête déchirée, pétard dans la bouche et démon au corps. Hier c'était un autre jour. Et maintenant, tout lui fonce dans la gueule à titre de représailles.
Charlie elle en veut plus. Elle a parlé à Kelyan. Kelyan a compris. Ils sont ensemble, du moins pour le moment. Il y a la famille, les McKinley. Ce qu'ils peuvent être chiants ceux-là ! S'ils n'existaient pas, Charlie s'estimerait heureuse.
Elle ne l'est pas. Elle ne l'a jamais été.
La conception du bonheur n'existe pas pour Charlie. Elle a une vision un peu triste de l'amour, et ça n'a jamais changé. Peut-être que Kelyan bougera les choses ?
Il y a de ces salauds qui détruisent tout sur leur passage. Charlie en a rencontré un il y a peu. Xénosis. Rien que le nom lui fait penser à un dieu grec ; en revanche, il n'a pas du tout la personnalité d'un dieu. Elle l'a trouvé il y a quelques semaines, complètement défoncé dans un de ces bars qu'il est difficile de fréquenter lorsqu'on est une femme bien roulée, là où les dealers rôdent jusqu'au matin et où l'on rencontre de sales types taillés comme des armoires à glace.
Xénosis, il était là. Seul. Seul avec sa folie, sa naïveté. Parce que les gens sont cons. Charlie aurait pu rire de sa solitude, railler sa misère. Elle ne l'a pas fait.

Elle l'a trouvé gentil, Xéno. De loin évidemment. Elle est allée lui parler. Et puis le lendemain il était toujours là. Et tous les autres soirs depuis.
Maintenant que Charlie va mieux, elle le voit moins. Elle aimerait bien écouter une nouvelle fois le son de sa voix, les intonations tranchantes de son accent, ses manières bizarres, ces gestes qu'on n'explique pas.
Y penser la fait sourire. Il l'énerve souvent, Xéno. Elle le déteste, mais jamais pour les mêmes raisons. Et pourtant dès qu'elle le voit elle est là à lui lécher les orteils, à lui montrer qu'elle est à ses pieds et qu'il peut l'envoyer valser d'un coup de chaussure.
Ça fait mal mais c'est comme ça. Xénosis est de ceux qui tuent Charlie peu à peu, comme si elle n'avait pas la force de le faire elle-même. De ceux qui la brisent d'un seul regard, d'un seul mot, et qui peuvent la brûler en trois secondes top chrono.
Xéno c'est son calmant, son bonbon coloré. Ce qu'elle peut le haïr parfois. Le haïr d'être vivant, d'être là, et de supporter son regard et ses actes parfois honteux. De supporter ses discours prémâchés, supporter sa personnalité, ses travers, ses qualités.
On n'est jamais parfait. Charlie se sent plus branlante que jamais. Xénosis est en elle, c'est un feu, un ravage dément.
Charlie sonne à la porte de Xéno. Elle n'a aucune excuse, juste l'envie. La porte s'ouvre.
Un ange ?
Peut-être.
Elle ne peut s'empêcher de sourire. « J'avais besoin de te voir. »
Elle se demande si il va l'envoyer paître, si il va l'inviter à entrer, ou si il va simplement la regarder sans rien dire.
Charlie a décidé de croire aux anges aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Welcome to my nightmare [Xénosis] › Dim 17 Mai - 15:42

welcome to my nightmare
feat. charlie

POV interne :

Me réveiller en plein au milieu de la nuit, c'est quelque chose qui ne m'était plus arrivé depuis quelques années. Ou du moins, me réveiller en ayant aussi chaud, en ayant à la fois aussi froid. Je me demandais même pas ce qui était la cause, je savais que tout venait de ce rêve, ou plutôt de ce souvenir qui hantait mes rêves. Ces souvenirs. Celui de Marjane, si je me souvenais bien de son prénom, du contact avec sa peau, avec ses lèvres, tout ça. C'était une chose qui me hantait. Elle me hantait, m'obsédait, totalement. Et il y avait également cet autre souvenir. Avec Eddie, bien que j’eus été complètement déchiré ce soir-là, je l'oublierais jamais. Dans mes rêves je continuais encore à ressentir chacun de ses gestes, chacun de ses baisers. Et lui aussi, il me hantait. Cependant, je ne pensais pas être amoureux ni de l'un, ni de l'autre. J'étais amoureux de Kélia, et eux deux étaient ceux qui m'aidaient à l'oublier, de plus en plus. Même si dès que son prénom résonnait dans ma tête, tout mes sentiments me revenaient d'un coup, boom. Comme une bombe à retardement qui m'explosait en plein dans la gueule. Et je pensais même qu'une bombe me ferait moins mal que cette vague de sentiments, douloureux et amoureux, qui revenait tout le temps, tout les jours. À chaque instant, à chaque seconde où je faisais une chose qu'auparavant je faisais avec elle.

J'avais finalement réussi à me rendormir, mais la sonnerie de ma porte me réveillait que quelques heures, qui me paraissaient être des secondes, plus tard. En me levant de mon lit, je pris tout de même quelques instants pour passer une de mes mains dans mes cheveux en espérant me recoiffer. Mais bon, ça se voyait que je venais de me réveiller, en même temps avec un haut orange absolument impossible à porter en extérieur et un bas de jogging bleu foncé, c'était peu probable que je vienne de rentrer chez moi. En plus d'avoir l'air totalement défoncé, alors que pour une fois je l'étais pas, j'avais l'air totalement crevé, et ça je l'étais. J'ouvrais doucement la porte avec un calme qui m'était improbable. La porte ouverte sur cette fille, je ne pus contenir un soupir de désespoir avant de lever les yeux à la suite de ses mots. « Merci pour le réveil en douceur, Charlie. La prochaine fois je m'introduirais chez toi en pleine nuit et j'te hurlerais « DEBOUT » dans les oreilles avec un mégaphone, ça fera le même effet. »

Effectivement, je ne suis pas une personne qu'il faut réveiller, je suis plutôt le genre de garçon de mauvaise humeur jusqu'à ce qu'il se réveille par lui-même, et même aussi tard dans la journée. Si j'ai pas assez dormi, je suis détestable, déjà que je le suis en temps normal. Lui faisant un signe de la tête pour lui dire d'entrer, je m'éloignais de la porte pour aller dans mon salon, rangeant les paquets de drogue que je n'avais pas pu vendre la veille, avant de m'asseoir assez calmement sur mon canapé. Tapant à côté de moi pour appeler mon chat, je finis par me baisser pour regarder sous le canapé, ce qui n'était absolument pas viril et qui gâchait un peu toute la réputation que je tenais de me faire. Tendant mon bras pour attraper la patte du siamois, je la retirais aussi tôt en me faisant griffer et lâcha un léger grognement. « Dylan sort de là, tu vas encore niquer mon mur. Bouge ou je sors le balais, allez. Dépêche toi. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome to my nightmare [Xénosis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sweet Nightmare} Manni
» Nightmare | Solitaire Sadique { nouveau perso' } | MANQUE LE KIT |
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» American Nightmare [PV Hugo Strange / Romulus / Katana]
» Nightmare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Corbeille des sujets-
Sauter vers: