Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Adminchou
F. Rose Harrington
Tristan ⊰ soulmate never die Yu5u
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1764
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

TristanJaneLeowMel & IsaacDanae ⊰ Manny


Tristan ⊰ soulmate never die Empty
Message Tristan ⊰ soulmate never die › Lun 12 Nov - 13:21

Tristan H. Hart & F. Rose Harrington
Rose hocha alors la tête un sourire aux lèvres. Notant rapidement sur son petit carnet la commande, remerciant le client, un habitué du lieu. La patronne se détourna de la table pour alors pour se rendre vers le comptoir. On interrompit une fois puis deux. Notant toujours les commandes sur son carnet blanc. Il y avait du monde au Leeloo's Coffee en ce début de semaine. Cela n'était pas pour déplaire à Rose, pour les affaires, c'était une bonne chose, il fallait bien l'avouée. Mais la patronne du café populaire aurait préféré rester enfermée dans son bureau à s'occuper de quelques papiers qui devaient traîner. Pour sûre, ils y en avaient, pour sûre la pile était même haute. Mais depuis que le froid était revenu, le café ne désemplissait pas beaucoup.

Soupirant un instant alors qu'elle déposait les diverses commandes qu'on lui avait faite sur un plateau. Elle repartit de derrière le comptoir pour aller les servir. S'efforçant de sourire et d'être le plus aimable possible. Des clients partaient d'autres arrivaient, elle n’arrêtait pas et cela lui occupait l'esprit à vrai dire, ce qui n'était pas si mal au final. S'approchant d'une table où un homme était assis la tête basse, elle eut une étrange sensation, comme si la carrure de l'homme lui était familière. Mais elle connaissait beaucoup de monde ici à Marple Spring, peut-être était simplement un habitué. Assis sur la banquette de dos au comptoir et à Rose, elle ne le voyait pas davantage. Ses cheveux bruns remontés à l'aide d'une pince, vêtue d'une tenue assez classique, mais élégante, un jean sombre et un haut de couleur rouge surmonté d'une veste légère noire. Son maquillage n'est pas forcé, c'est chose assez rare pour le faire remarquer. Même ses lèvres ont une teinte assez discrète. Son plateau en main elle s'apprête à déposer ses commandes, mais un de ces serveurs l'interrompe dans son élan. Un appel d'un fournisseur, urgent, au téléphone... Bon très bien. Rose laisse le plateau glisser aux mains de son employé. Un dernier regard vers la table où l'homme est toujours assis. Cette sensation troublante, cette boule au ventre, son cœur qui bat trop vite. Elle le connaît, c'est certain.

Chassant s'est pensé de son esprit elle fait volt face et d'un pas rapide se dirige vers l'arrière-boutique pour aller dans la cuisine reprendre le téléphone. Elle discute un temps avec un homme à l'autre bout du fil terriblement désolé. Voilà que les craintes de la jeune femme se confirment. Depuis les deux dernières semaines, depuis que son pâtissier à quitter le navire assez soudainement. Elle fait importer ses pâtisseries provisoirement d'un pâtisser de Detroit, voilà que celui-ci à des soucis avec ses commandes. Eh bien, il va falloir qu'elle trouve un pâtisser et vite. Ainsi plus besoin de se déranger avec des commandes et autres. Et puis elle préfère faire maison... Elle fait importer ses pâtisseries provisoirement d'un pâtissé de Detroit, voilà que celui-ci à des soucis avec ses commandes. Personne ne s'était encore senti l'âme de reprendre le flambeau de l'ancien pâtissier qui avait ravi de nombreuses bouches pendant quelques années.

Raccrochant le téléphone, elle se détourna vers le jeune serveur qui était revenu vers elle. Cette fois, c'était un homme qui désirait la voir au café, pour le poste Alléluia ! Il tombait à pic le monsieur. Rose ne fit qu'un bon pour sauté de sa petite chaise et sans attendre elle suit les pas de son employé. Il indiqua d'un geste du bras la table où attendait l'homme. Cette table... Celle qui donnait des palpitations à Rose. Celle où se trouvait cette silhouette familière. Elle s'approcha d'un pas plus pressant cette fois de cette table.

« Bonjour, vous désiriez parler à la patronne, pour le Po... »

Rose ne termina pas sa phrase, se figeant. Ses grands yeux clairs s'étaient écarquillés dans une expression de surprise. Son souffle coupé, un instant lui revient alors.

« Tristan ! »

Dit-elle seulement d'une voix bien plus aiguë qu'à la normale. Elle avait reconnu cet homme qui lui avait semblé familier. Et il l'était. Voilà si longtemps qu'elle ne l'avait pas revu, si longtemps qu'elle n'avait pas eu de ses nouvelles. Et si longtemps qu'il lui manquait. Avalant sa salive bruyamment, ses yeux grands ouverts semblaient presque ne plus cligner. Comme si elle avait soudain peur qu'il ne disparaisse en une fraction de seconde. Comme s'il n'était qu'un rêve du passé qui se jouait de sa santé mentale. Elle entrouvrit la bouche pour parler, mais elle ne sut quoi dire. Alors elle la referma, cligna des yeux, baissa la tête clignant des yeux de nouveau. Ses sourcils froncés, elle releva la tête.

834 mots. Fiche créée par ©️Summers & Rinema


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Invité
avatar
Invité

Tristan ⊰ soulmate never die Empty
Message Tristan ⊰ soulmate never die › Mar 20 Nov - 17:14

Depuis son retour à Marple Spring et son envie de s'y intégrer plus proprement, il n'avait réellement trouvé le temps d'entamer ses recherches d'emplois qu'une quinzaine de jours auparavant. Et la chance ayant souhaitée qu'au cours de cette dernière il aperçoive un poste intéressant, plusieurs jours avaient été nécessaires pour qu'il fasse finalement le déplacement jusqu'au Leeloo's Coffee. Ce qui menait au jour présent, où après avoir défait son manteau sous la chaleureuse température du café, il avait prit place à une table et réajustait le col de son pull de couleur d'encre. Un serveur l'avait guidé là, expliquant qu'il s'absentait le temps d'aller quérir la patronne.

Là, assit sur la banquette du café, Tristan corrigeait distraitement les perspectives d'un modèle au crayon de bois, une ébauche qu'il userait potentiellement pour une prochaine collection, si le travail peaufiné rendait aussi bien que dans son esprit. Quitte à devoir patienter, il pouvait tout autant changer ce temps d'attente en quelque chose de productif. Car c'était mieux que de se laisser détourner vers des schémas de pensées moins agréable. Un coup d’œil à la fenêtre offrait la vue d'un temps où le froid était déjà bien incrusté, un autre à l'intérieur du café confirmait les soupçons des plus réticents ; il y avait cette recherche de la chaleur qui caractérisent les fins d'années. La période que la majorité des gens célèbrent, où ils se retrouvent et sont habités par la candeur des fêtes. Pour Tristan, il n'y avait ni ce sentiment de joie des retrouvailles, ni cette mémoire tendre familiale. Juste l'amer souvenir des pertes, de celles qui s'infiltrent bien mieux encore que le vent froid d'un hiver approchant. Réminiscence qui l'orienta sur une nouvelle pensée plus d'actualité, mais pas franchement plus agréable.

Il allait devoir prévoir deux jours à la nouvelle année pour retourner en France et fleurir la tombe d'Eve. Le grand brun aurait presque pût grimacer en s'imaginant présenter la revendication dans la continuité que de se présenter pour un travail. C'était loin d'être une position optimale, voir peu professionnelle, et il n'était pas impatient à l'idée d'avoir une quelconque justification à fournir derrière. Chose qui pourrait ne pas être illogique pour pas mal de personnes. Il traça une nouvelle courbe de son crayon sur le papier à présent parcouru de détails fraîchement ajoutés, puis se convainc qu'il aviserait en fonction de l'issu de cette entretien. Rangeant l'outil de dessin, Tristan saisit la feuille et l'apprêtait à le soumettre à son œil critique quand un timbre de voix étonnamment familier l’interpella ;


« Bonjour, vous désiriez parler à la patronne, pour le Po... »

Le passionné de cuisine n'avait même pas remarqué qu'une personne s'était approchée de l'endroit où il était jusqu'à qu'elle s'adresse à lui, mais ce fut la coupure soudaine en pleine prise de parole qui le fit réellement ancrer son attention sur elle. « Tristan ! » Ses prunelles se plantèrent sur celles toujours aussi claires de la jeune femme qu'il n'aurait jamais cru pouvoir croiser à nouveau un jour. « Rose ? » Elle était tout aussi surprise que lui pouvait l'être à cette rencontre incongrue. Et même si elle était plus démonstrative, ses lèvres semblants visiblement faibles en mots et son regard devenu furtif, il était pour une fois aisé de lire la confusion sur son visage. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas eut de ses nouvelles, qu'il n'y avait que des images et des souvenirs vieillit de plusieurs années liés à leur temps passé ensemble, que le brun resta muet une bonne poignée de secondes.

C'était simplement qu'il cherchait sur le minois féminin de la brune les changements qu'auraient dût amener les années. Elle n'avait pas l'air Si différente que ça. Le propriétaire de marque sembla ensuite seulement reconnecter son cerveau avec sa main, elle qui tenait toujours en l'air et entre ses doigts le dessin qu'il été censé juger. Le reste sembla alors se réactiver et le pousser à réagir avant que la situation ne s’épaississe en silence et malaise.

Plaçant le papier à plat sur la table, il tourna suffisamment le buste sur la banquette pour se lever dans un mouvement et être en face de Rose. Son regard demeura accroché à celle qui de toute évidence était la propriétaire du café, en plus d'être celle qui l'avait aidé à ne pas complètement se noyer dix ans plus tôt. Un sourire qui se voulait amical s'afficha sur sa bouche malgré une légère note d'hésitation ponctuant l'expression. C'était qu'il ne savait pas tout à fait la réaction qu'il fallait adopter, comme le soulignait ses mots cherchant à apaiser l'étrange tension soudaine qu'il ressentait.

« J'ai cru comprendre qu'il y avait un besoin de pâtissier ? »


769 mots. Fiche créée par ©️Summers & Rinema
Revenir en haut Aller en bas

Adminchou
F. Rose Harrington
Tristan ⊰ soulmate never die Yu5u
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1764
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

TristanJaneLeowMel & IsaacDanae ⊰ Manny


Tristan ⊰ soulmate never die Empty
Message Tristan ⊰ soulmate never die › Dim 9 Déc - 15:14

Tristan H. Hart & F. Rose Harrington
Le trouble pouvait se lire sur le visage de Rose. Elle si froide en apparence, si hermétique aux émotions selon certain. Le visage à présent creux et ses traits de femme fatale, derrière cette façade de femme sûre d'elle et conquérant se cachaient bien des choses. La vie l'avait abîmé, physiquement, mais aussi et surtout psychologiquement. Et lui... Lui. Tristan Hart... Oui, lui devait sûrement être le seul sur cette terre à connaître chaque détail de sa vie, de son passé du moins. Même Leow, n'avait pas eu le droit à tous les détails, par pudeur et par envie de préserver un peu de ce lourd passe pour elle. Mais lui, cela avait été différent. Leur relation l'avait toujours été. Les yeux embrumés, les sourcils fonçaient son regard ne sachant pas où se poser. N'osant trop pas s'attarder sur sa personne. Car chaque fois qu'elle croisait ses yeux gris, ses pupilles d'un bleu ciel perçant s'embuaient davantage. L'émotion de le revoir, comme cette sensation qu'un poids s'ôtait de ses épaules en prime. Combien de temps ? Sa mémoire cherchait à rattraper le nombre d'années qui s'étaient à présent écoulé. Dix ans ? Peut-être un peu moins, peut-être un peu plus. Sans voix, elle avait écouté son prénom de sa bouche, surpris. Ils étaient à présent tous deux troublés, un silence s'était installé elle sentait son regard sur elle. Elle fuyait encore son contact et sa vision. Cherchant à reprendre pied. Avalant sa salive, cette fois sans bruit, mais avec acharnement comme pour se forcer à ravaler sa surprise et ses émotions vives qui tambourinaient à son coeur.

Reprenant un peu possession de ses moyens elle remarqua le bras lever de l'homme vers un bout de papier. Lui-même semblait soudain s'en rendre compte. Comme si le temps avait été ralenti voir arrêter un instant. Leur regard croisé, attendant que l'un ou l'autre ne fasse pas un geste, ne déclencha pas un nouveau mécanisme après ce choc puissant qui venait de leur être infligé. Mais Rose était bien trop secouée pour cela. Son visage s'abaissa même alors qu'il se leva. Elle ignora s'il était correct de le saluer d'une bise sur la joue dix ans près. Alors elle se contenta à cet instant de lui rendre son sourire, un peu maladroit et hésitant. Puis les mots de Tristan la ramenèrent à la réalité qui se jouait autour d'eux. Elle était au Leeloo 's, son café et on l'avait fait chercher, car quelqu'un souhaitait reprendre le poste laissé depuis quelques semaines à l'abandon, celui de pâtissier. Connectant de nouveau ses neurones les uns aux autres. Se redressant alors, redevant cette femme, cette patronne qu'on connaissait ici à Marple Spring. Droite et fière, mais pas hautaine, toujours le sourire aux lèvres et un petit mot gentil et une oreille pour les âmes qui en avait besoin. Secouant le visage doucement, pour se remettre de tout cela. Sa bouche s'ouvrit et si les premiers mots eurent du mal à sortir, finalement, elle arriva à articuler quelques choses de compréhensible.

« Je... Oui... Oui. Nous cherchons quelqu'un pour reprendre le poste Je... »

Rose était encore troublée et si sa voix avait repris son ton et son grésillement si particulier habituel, elle restait hésitante. Mais dans l'instant, ses jambes semblaient avoir du mal à supporter le poids de ses émotions refouler alors sans demander la permission elle se laissa couler sur la banquette face à Tristan. Un long soupire s'échappant par la même occasion de son coeur.

« Je... Je ne pensais pas te revoir. Que fais-tu ici ? Tu m'avais parlé de la ville. Mais je ne pensais pas te croiser un jour ici. C'est dingue. Cela fait combien de temps ? Neuf ans ? Dix ans déjà, peut-être. Le temps passe si vite. Tu... Tu n'as pas bien changé. Tu es... Plus... Carrer, je dirais. »

Un rire léger s'échappa d'entre les lèvres rouges de la propriétaire du café. Ses mains sous la table, ses doigts jouant nerveusement entre eux encore. La face à lui, détaillant un peu plus son visage, pleins de souvenir lui revenait en tête. De bons souvenirs comme de moins bon. Si jamais il n'avait été nocif pour elle. Certaines journées avaient été difficiles malgré tout à ses côtés. Cette peur au ventre dont n jour son mari ne refasse pas surface, qu'il frappe à la porte de l'appartement du jeune homme. Que Tristan soit en danger à cause d'elle. Cette peur souvent irrationnelle qui lui avait bouffé la vie et l'esprit bien trop de fois alors qu'elle était à ses côtés. Que lui surmontait aussi des moments difficiles. Peut-être au fond était-ce cela qui les avait unis par un lien si particulier. Cette peur semblable mais différente, ce coeur pleurant hurlant à l'aide sans pour autant émettre le moindre son. Oui. Rose et Tristan était lié depuis cette rencontre, depuis cette première nuit qu'elle avait passée auprès de lui. Depuis cette première nuit où il avait accouru à son chevet calmant ses tremblements et ses larmes, de sa simple présence et de sa voix rassurante. Rose... Elle lui devait beaucoup à cet homme-là, assit face à elle aujourd'hui. Dix ans après.

907 mots. Fiche créée par ©️Summers & Rinema


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Contenu sponsorisé

Tristan ⊰ soulmate never die Empty
Message Tristan ⊰ soulmate never die ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Tristan ⊰ soulmate never die
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Duel Tristan. / Napo
» TRISTAN AND ISOLDE
» Tristan
» Iseult
» Tristan de la Vaubyessard [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Est de la ville :: Leeloo's coffee-
Sauter vers: