Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Membrichou
avatar
Age : 41
Né(e) le : 10/12/1977
Quartier : Quartier ouest
Je suis : Propriétaire du Melly's Hotel
Inscrit depuis : 14/10/2018
Messages : 52
Célébrité : Matthias Schoenaerts

Message La routine revient... › Lun 5 Nov - 22:54
Voilà quelque temps que Leow avait à nouveau franchi les portes du Leeloo 's, cet endroit appartenait à sa femme, correction son ex-femme. Il avait toujours eu du mal à mettre un nom sur ce que c’était, mais cet endroit lui avait rapidement plu, tout comme la propriétaire et puis est arrivé ce qu’il arriva. Il n’avait pas su aller pendant un temps, pas à cause du bébé non… mais du divorce. Et pourtant, il avait l’impression qu’ils avaient besoin l’un de l’autre, même si les choses ne redeviendront jamais comme avant. Ils se connaissent sur le bout du doigt et si un amour ne renaît pas, il y aura peut-être une très belle amitié à la clé.

Il n’était pas vraiment sur de ce qu’il voulait, il était encore toujours perdu mais il avait tellement envie de revoir le sourire de celle qui avait illuminé sa vie. Il y a longtemps, il avait pris pour habitude de se remettre à sa table, de lui adresser un sourire et discuter avec elle quand elle avait le temps. Il reprenait les habitudes qu’ils avaient lors de leur rencontre. Il sourit en la voyant arriver vers elle.

- Bonjour, comment tu te sens aujourd’hui ?

Il avait toujours peur de la réponse à cette question. Il avait toujours peur d’une rechute même si elle semblait aller mieux. Il se devait d’avouer que la relation entre eux était encore fragile à son goût. Il savait ce qu’il valait mieux éviter de dire ou pas mais il se sentait toujours fragile. Elle était toujours aussi belle.

- Je vais prendre la même chose que d’habitude. Comment s’est passé ta semaine ?

Il lui fit un léger sourire. Il tentait de discuter avec elle, de parler de tout et de rien, de tenter de voir si son commerce se portait bien. Il tentait d’être délicat et de ne surtout pas trop parler du passé tant qu’elle ne l’évoquait pas elle. Il détailla discrètement la manière dont elle était habillée, il la trouvait encore en tout en beauté aujourd’hui, mais il n’osait pas trop la complimenté. Ils devaient encore reprendre leur marque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3840-leow-l-histoire-n-est-peut-etre-pas-belle-mais-elle-existe http://marplespring.forumactif.org/t3856-leow-tous-n-est-pas-toujours-drole#84357

Adminchou
avatar
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1658
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

MelusineJane ⊰ Leow


Message La routine revient... › Mar 13 Nov - 20:28

Leow & Rose Harrington
Le temps change et les personnes aussi. Nous étions au milieu de l'automne, dans cette période où le froid pique les nez encore sortis des quelque courageux ou inconscients qui ne voient pas l'hiver arrivé. Marple Spring est une petite ville du nord des États-Unis, là où les hivers sont rudes, là la goutte au nez arrive vite. Rose Harrington sait quand le froid arrive, non pas seulement parce qu'il pique sa peau blâme, mais parce que son café se fait envahir de nouveau toujours à la même période. Depuis cette année, Rose a installé une petite terrasse sur la place face à son café, avec l'accord du maire et de la ville. Pour permettre lors des beaux jours chauds de l'été à ses clients de boire tranquillement leurs boissons à la chaleur du soleil. Le café restait calme tout de même l'été. Mais au fond, ce n'est pas cela qui rend Rose heureuse, si professionnellement, évidemment, elle est heureuse de revoir les affaires reprendre. C'est lui, là assit à sa petite table contre le mur qui lui donne à se sourire. Son aura, sa présence a un été un signe de malheur, de déception, non pas de sa part, mais de la sienne à elle. Aujourd'hui, s'était différent. Leow, c'était lui, son ex-mari à présent. Il avait depuis quelques semaines peut-être un mois et demi, remis les pieds au café. Et cela emplissait le coeur de Rose d'une joie incommensurable.

Leow et Rose, ce fut une belle histoire, elle commença ici, au Leeloo's, à l'époque elle n'était que serveuse. Elle parlait déjà de racheter le lieu, mais elle n'en était pas la patronne, pas encore. Elle n'était en ville que depuis quelques mois. C'était un client régulier, et au fil du temps, il sembla l'être davantage encore. Un jour comprit que c'était grâce à elle, ou du moins pour elle, qu'il venait si souvent. Elle aussi aimait prendre le temps de parler avec lui, elle se sentait bien à ses côtés. Cette aura, toujours elle, protectrice, bienveillante. Elle, qui avait fui une vie douloureuse, un homme violent. Il avait été agréable de se sentir de nouveau confiant auprès d'un homme. Chose qui n'était pas arrivée en trois ans... Et puis la vie avait fait qu'ils s'étaient mis ensemble, pour se marier un beau jour deux ans plus tard. Une vie nouvelle commençait... Mais elle avait été gâchée par un accident, un bête accident dont Rose n'arrivait pas à se remettre. Le couple soudé avait fini par s'épuiser. Chaque puissant au plus profond de son être pour remonter la tête hors de l'eau. Mais cela n'avait pas suffi. Alors ils s'étaient quittés, en bon terme. Rose savait qu'elle avait la plus grande part de responsabilité dans tout cela. Aujourd'hui encore, elle le savait. Si elle comprenait doucement que la perte de leur enfant n'était pas sa faute. Sa faute avait été de ne plus pouvoir regarder Leow sans s'imaginer le contraire. Sans penser qu'un jour ou l'autre, il la blâmerait pour cela. Alors oui, il avait fallu qu'il se sépare.

« Bonjour, bien, bien et toi alors ? Pas trop froid ? »

Rose et Leow était resté mais, si le début de leur séparation avait été dur, si aucun n'avait vraiment souhaité rester e contacte, le temps de prendre leur marque loin de l'autre. Ils avaient vite repris quelques nouvelles par téléphone l'un de l'autre. Sans jamais se revoir sauf par hasard au détour d'une rue ou d'une boutique. Peut-être que ce temps l'un sans l'autre avait été nécessaire pour aujourd'hui répartir sur une base saine. Si elle l'était... Car malgré des politesses évidentes, Rose savait au fond que les choses étaient encore bancales entre eux. Son cœur l'avait aimé, tant aimé. Et au fond, il l'aimerait toujours. Car il avait su écouter chacun de ses mots, les panser et les adoucies. Il avait été le premier, celui qui lui avait redonné confiance en la gent masculine. Qui lui avait prouvé que la violence n'était pas maîtresse de tous les cœurs et de toutes les mains des hommes. Alors oui... Leow aurait toujours sa place ici, dans sa poitrine.

« Je t'apporte ça de suite. Oh la folie... Je te raconterais ça. »

La voix de la patronne était gaie, elle était heureuse de parler de nouveau avec celui qui avait longtemps partagé sa vie. Rebroussant chemin vers le comptoir, elle préparer la boisson favorite de Leow, ainsi qu'une part de tarte aux citrons, elle se fit également un thé et plateau en main elle retourna vers sa table. Déposant le plateau au centre de celle-ci, elle prit place face à l'homme sans demander la permission. Il avait après tout entamé la conversation et si le café était assez rempli. Ses quelques employés présents savaient que quand Leow était présent Rose prenait toujours un temps pour discuter avec son ex-mari. Ses cheveux noués dans un châle noué à sa tête les faisant paraître plus cours qu'ils ne l'étaient en réalité. Vêtue d'un haut bordeaux à paillette et d'un jean simple. Elle tendit la boisson et la tarte à l'homme et prit sa tasse de thé vert devant elle. Trop chaud pour être bu. Elle souffla dessus avant de relever le nez vers Leow. Elle ne put s'empêcher de le détailler. Il semblait en forme. Il était toujours aussi charismatique. Cela, elle ne pouvait le nier.

« Ce fut une semaine de folie, comme je te disais. Avec le froid qui revient, les gens aussi. J'ai même dû embaucher deux nouvelles personnes. C'est te dire. Et toi alors. Le Melly's ? Comment cela se passe ? »

997 mots. Fiche créée par ©️Summers & Rinema


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Membrichou
avatar
Age : 41
Né(e) le : 10/12/1977
Quartier : Quartier ouest
Je suis : Propriétaire du Melly's Hotel
Inscrit depuis : 14/10/2018
Messages : 52
Célébrité : Matthias Schoenaerts

Message La routine revient... › Dim 25 Nov - 23:26
Alex avait énormément de souvenir dans cet endroit et aussi avec cette femme. Il était heureux d’avoir pu rétablir le contact avec elle. Elle lui demanda s’il allait bien. Il lui fit son plus joli sourire avant de lui répondre.

- Oui ça va. Non, pas trop froid et toi ? J’ai encore un plaid à toi à l’hôtel. Si tu veux le récupérer.

Il la regarda dire qu’elle allait lui raconter tout ça. Il la regarda repartir pour aller chercher son café, ainsi qu’une part de tarte et visiblement se prendre elle aussi une tasse de thé. Il comprit qu’elle allait rester discuter avec lui et c’était vraiment agréable. Elle revint vers lui, lui expliquant qu’avec le froid qui revenait, les clients aussi. Il était content d’apprendre qu’elle avait engagée deux personnes pour l’aider. Il lui demanda alors si ça allait au Melly’s.

- Comme toujours, les gens arrivent et reparte mais cela permet de vivre au moins. De mon côté les fêtes n’ont pas trop de changement sur mes affluences, c’est la chance d’avoir mon genre d’hôtel. Il ne dépend pas des fêtes, ni du froid. Je suis contente que tu ais su engager deux personnes en plus. C’est vraiment chouette pour toi. C’est vrai que le froid donne envie de prendre des boissons chaudes. Merci pour le café.

Il prit une gorgée de café. Il regarda la tarte au citron un instant en jouant avec sa fourchette avant de la planter dans la tarte pour en extraire un bout et le porter à sa bouche. Il ferma les yeux quelques secondes avant de les rouvrir. Il semblait parfaitement ravi et pour cause, il adorait cette tarte au citron. Il reposa sa fourchette avant de lancer sur le ton de plaisanterie.

- C’est pour cette tarte que je suis revenu ! Elle m’a tellement manqué ! Je ne saurais m’en passer !

Elle lui avait manquer aussi mais leur relation était encore trop fragile pour lui dire qu’elle lui manquait. Leurs discussions et ses sourires lui manquaient. C’est pour ça qu’il avait fini par revenir dans ce lieu presque sacré. Après un moment de vide, histoire de se reconstruire pour lui, de passer la douleur de cette rupture. Il n’avait pas envie de lui jeter à la figure que tout était de sa faute alors qu’il ne le pensait pas un seul instant. Et enfin, ils avaient repris contact, ils avaient parler sans chercher à se revoir. S’ils s’étaient croisés, ce n’était que du hasard mais le contact était resté cordial et assez agréable. Et puis un jour, il avait décidé de se tenter l’essai du bar. Et cela s’était bien passé. Alors il revenait régulièrement pour la tarte au citron mais surtout pour la voir elle. C’était tout de même plus sympa que les appels téléphoniques ou les SMS.

- J’ai toujours quelques clients réguliers. Ils font surtout mon mois. Après j’ai les personnes de passages. Quelques sont parfois bizarres. J’ai eu un gars, il avait l’air maquiller. Il avait l’air d’avoir du fond de teint, je n’ai pas tout compris, j’ai même eu l’impression qu’il avait une fausse barbe. Il faut avouer qu’il a donné assez de liquide pour que je ne pose pas de question. Quelques fois, j’aimerais avoir l’argent pour relever le niveau. Ce genre de client est parfois un peu… difficile. Mais bon, ce n’est pas grave. Tout doucement, je mets de côté pour les travaux. Et toi ? Des idées d’agrandissement en prévision ?

Il s’intéressait vraiment à son boulot, à ses envies. Il voulait reprendre une place dans sa vie même si lui-même n’était pas trop sûr de la place qu’il prendrait. Tout était encore un peu confus pour lui. Il était sûr de tenir à la jeune femme, de vouloir sa présence, sa compagnie. Il ne savait pas l’avenir qui leur était réservé. Il voulait juste profiter du temps avec elle. Et puis en dehors de l’amour qu’il lui portait, il trouvait qu’elle était une femme intelligente et d’agréable compagnie. Et pour une propriétaire d’un établissement, il ne l’avait pas entendu s’en vanter.  


Dernière édition par Leow J. Harrington le Mar 25 Déc - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3840-leow-l-histoire-n-est-peut-etre-pas-belle-mais-elle-existe http://marplespring.forumactif.org/t3856-leow-tous-n-est-pas-toujours-drole#84357

Adminchou
avatar
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1658
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

MelusineJane ⊰ Leow


Message La routine revient... › Mar 11 Déc - 19:10

Leow & Rose Harrington
Francesca s'était affairée à servir l'homme, qui était son ex-mari. D'un signe de tête, elle avait confirmé à une des plus anciennes serveuses du café qu'elle ne serait pas disponible pendant un temps. Profitant un peu de l'homme, qui malgré les épreuves passées était rester son ami. Peut-être plus au fond. En vérité, il était dur de trouver la limite entre l'amitié et l'amour dans leurs relations. Leur séparation s'était faite en bon terme, pour de mauvaises raisons, mais en bon terme. Peut-être qu'un break, une pause, aurait simplement suffi. Mais au fond, Rose savait que non. Car en croisant son regard aujourd'hui encore, son coeur se serrait. S'il ne saignait plus comme il l'avait fait, il se serrait toujours. Son corps préparait le café et thé pour eux, mais son esprit était ailleurs un instant. Il pensait à cette vie qui avait été la leur, cette vie qui aurait pu être la leur, avec un enfant. Ce n'était pas trop tard, elle était encore jeune, assez du moins pour avoir un enfant. Et une seconde chance aurait pu lui redonner espoir. Mais c'était tout autre, et eux deux le savaient. La vie n'était pas une belle idylle et si leur attachement l'un pour l'autre était profond. Peut-être ne l'était-il pas assez pour surmonter ensemble ses épreuves.

« Oh, tu sais, j'en ai cinquante à la maison. Tu me connais. Moi et mes soirées sur le canapé devant la TV, sous un gros plaid moelleux. »

La patronne du café avait chassé ses noires pensées, pour répondre à la question que l'homme lui avait posé avant qu'elle ne le laisse pour préparer sa commande. Elle avait pris place face à lui un visage radieux et jovial à lui offrir. Elle écouta son ex-compagnon parlé de son hôtel, elle lui avait demandé des nouvelles du lieu. Le Melly's, en vérité ce n'était pas un vraiment un endroit qu'elle aimait fréquenter. Elle trouvait quelques choses de glauque dans ce lieu. Mais Leow l'avait choisi pour y faire sa vie et son travail, alors elle ne pouvait que respecter sa décision. Elle ne répondit rien sur le moment, ses mains entourant sa tasse en céramique blanche où son thé au citron infusait doucement. L'odeur était d'ailleurs agréable. Rose du moins l’appréciait, elle adorait l'odeur des thés fruitée. Observant l'homme dégusté la tarte aux citrons, elle ne fut pas surprise par son enthousiasme. Et s'en ravis même. Un large sourire aux lèvres.

« Tu en es ou dans les travaux tiens ? »

Franky avait rebondi sur les mots de son ex-mari, en éludant quelques détails sur ses clients qu'elles trouvaient souvent bien louches. Elle craignait, aujourd'hui encore, qu'un jour, on le retrouve la gorge trancher à l’accueil de son hôtel ou même dans une de ces chambres lugubre. Rose avait peu mis les pieds dans l'établissement de Leow, il était bien différent de leur vie de ce cadre de vie, non pas luxueux, elle n'avait jamais roulé sur l'or et avait même dormi dehors pendant quelque temps. Mais elle n'avait jamais eu de feeling avec son hôtel et évitait donc au maximum d'y passer. Du moins quand ils étaient mariés, elles évitaient d'y passer. Aujourd'hui, elle n'avait plus vraiment de raison de s'y rendre, donc la question était réglée.

« Mais non, sinon, le café est très bien comme cela. Peut-être qu'une petite rénovation sera à faire, mais pas trop avant l'année prochaine voire trois ans. Avec le crédit sur le dos. Je ne peux pas tout faire tout de suite. »

Le lieu était agréable et si elle y avait fait de nombreux travaux en reprenant le lieu. Le café avait besoin d'un petit coup de peinture à ses yeux. Mais avec le divorce, ses revenus étaient moindres, avant avec Leow, ils s'en sortaient assez facilement chacun gagnant sa croûte. Mais aujourd'hui seule. C'est différent. Elle n'est pas à plaindre. Il lui a laissé la maison et son contenu, ou la plupart, en contrepartie elle n'a rien demander en pension ou autres. Elle a même tenue à lui rembourser quelques meubles, par correction et bonne entente. Rose n'avait jamais été très matérialiste, mais ils avaient décidé de procéder ainsi pour le partage des biens. Peut-être pour le mieux, car changer de maison, aurait sûrement bouleversé son esprit déjà fragile à l'époque. Elle avait d'ailleurs remercié sincèrement l'homme d'avoir été si concilient avec elle.

« Tu as déjà refait la chambre 314. Celle que le taré t'avait détruite ? D'ailleurs, tu l'avais retrouvé ? »

Rose porta enfin sa tasse à ses lèvres après avoir ôté avec délicatesse et précaution le sachet de thé naturel et bio le déposant sur le plateau qu'elle avait poussé sur le côté de la table. Elle se souvenait que peu avant leur séparation, quand elle n'était pas encore très bien, mais déjà un peu mieux. Leow avait eu un problème, assez important avec un client et une de ces chambres saccager. Elle n'avait plus le fils exact de l'histoire. Puisque les choses s'étaient vite enchaînées pour eux derrière. Mais l'histoire lui revenait comme ça. Alors qu'il parlait de travaux à faire dans l'hôtel. La brune savait bien que malgré l'aspect un peu froid pour ne pas dire glacial du lieu. Leow cherchait à l'améliorer. Elle l'avait toujours soutenue, et même admirée pour cela. Elle-même n'aurait jamais eu le courage pour tout dire.

966 mots. Fiche créée par ©️Summers & Rinema


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Membrichou
avatar
Age : 41
Né(e) le : 10/12/1977
Quartier : Quartier ouest
Je suis : Propriétaire du Melly's Hotel
Inscrit depuis : 14/10/2018
Messages : 52
Célébrité : Matthias Schoenaerts

Message La routine revient... › Mer 26 Déc - 0:09
Il ne put s’empêcher de sourire en l’entendant dire qu’elle avait suffisamment de plaid et même plus que ça. Il ne put s’empêcher de penser qu’il y en avait assez pour son hôtel. Il se souvenait bien de ses soirées canapé. Il se joignait à elle avec plaisir. Ils profitaient du temps ensemble, sans nécessairement faire quelque chose. C’était quelque chose qui lui manquait beaucoup. Il ne voulait cependant pas relever ce fait. Il n’avait pas envie de faire du mal à la femme qui avait partagé sa vie durant des années. Il préférait passer à autre chose alors hocha la tête avec un petit sourire, comme pour dire oui et qu’il n’y avait rien d’autre à dire.

Elle dériva sur les travaux qu’il faisait petit à petit dans cet hôtel pour relever le standing. Un projet de longue haleine. Il sourit, ravi qu’elle s’intéresse encore à ça. Il savait qu’elle n’appréciait pas ce lieu même si elle l’avait soutenu dans son projet. Il avait bien compris qu’elle tentait de venir le moins souvent dans cet endroit. Il ne pouvait pas lui en tenir rigueur, il n’avait jamais vu. Alors qu’ils étaient mariés, elle l’avait déjà interrogé à ce sujet. Pour lui, c’était même normal, c’était un investissement qu’ils partageaient. Depuis le divorce, il ne l’avait plus vu à l’hôtel et c’était normal. Il s’était demandé si elle poserait la question, vu leur séparation. Il savait qu’elle ne penserait pas à ça pour l’argent. Rose n’était pas une femme vénale et ne l’avait jamais été. Elle ne chercherait pas non plus à lui prendre tout son argent. Ils s’étaient séparés en bon terme et elle n’avait donc aucune raison de lui chercher misère. Si elle posait la question, c’est qu’elle était réellement curieuse. Elle avait posé la question : la réponse était là. Il ne le dirait pas mais au fond, cela le touchait fortement qu’elle s’intéresse encore à ses projets.


- Très doucement, j’ai fini la moitié des chambres du premier étage. J’ai fait deux chambres sur le thème zen. Deux autres assez chaleureuses. Deux doivent encore être redécorée sur un thème mais il y a un lit confortable, l’espace d’eau est rénové. J’avance au fur et à mesure avec ce que j’ai. Je ferais les couloirs en dernier ainsi que l’accueil. J’attends de savoir pour l’autre moitié parce que j’hésite ou faire ma partie privée.

Elle déclara qu’elle avait une petite rénovation à faire. Elle la reportait parce qu’elle avait encore le crédit. Il pinça les lèvres. C’est vrai qu’elle ne pouvait pas faire les rénovations comme lui le faisait. C’était tout ou rien. Lui pouvait se permettre de faire au fur et à mesure en fonction de l’argent pour limiter les frais. Il hocha la tête en l’entendant.

- Si jamais tu as besoin d’aide, n’hésite pas à me demander. Je peux toujours passer des coups de peinture et je fais quelques bricoles moi-même dans l’hôtel. Ça coute moins cher. Je peux me libérer facilement.

Elle lui reparla de la chambre 314, celle qui avait été détruite par un client fou. Il était ravi qu’elle s’en souvienne, c’était la partie où tout allait le plus mal. Il pensait qu’elle aurait oublié, qu’elle n’aurait pas retenu. Il n’en aurait pas été vexé avec tout ce qui s’était passé. Mais elle s’en rappelait et elle lui demandait la suite de l’histoire. On aurait pu croire que rien n’avait changé entre eux, qu’il y avait toujours ce petit truc entre eux.

- Eh bien, j’avais appelé les flics laissant la chambre dans son jus. Ils sont arrivés assez rapidement, on fait venir la scientifique. C’était presque comme dans les films. C’est même bizarre de voir ça. Par contre, le dialogue avec les autres flics, c’était du roman. Ils étaient bien intéressés par le mec qui était passé par là. Ils m’ont demandé ce qu’il en était de mon assurance, de mes papiers, s’il avait payé en cash ou par carte, … j’en passe, je m’attendais presque à me faire accuser.  Bref, tout ça pour rien parce qu’au final, j’ai toujours aucune nouvelle. J’ai téléphoné une vingtaine de fois pour savoir si je pouvais arranger la chambre parce que c’est quand même un manque un gagner. Finalement, ils sont justes revenus reprendre des photos avant de me dire que je pouvais remettre les choses en place. Du coup, j’en ai profité, coup de peinture, j’en ai fait une chambre neutre en attendant de savoir ce que je fais de l’étage. J’ai envie de faire une petite salle de jeu, un espace bien être. Il y a aussi mon espace. J’y gagnerais à faire une chambre, un petit salon et un petit espace pour manger.

Il sourit, c’était agréable de parler de projet avec elle. Même si ce n’était pas des projets ensemble. Il y avait cependant une petite pointe au cœur. Il aurait bien aimé que ce soit avec elle. Pourtant, il ne voulait pas l’exiger, il ne savait pas si c’était un souvenir du passé ou bien une envie plus profonde. Il était juste certain qu’il aimait encore venir dans son café et discuter avec elle. Il avait envie de partager encore plein de chose avec elle. Tout n’était pas terminé. Il en était certain. Mais est-ce l’amour qui n’était pas terminé ? Ou juste cette amitié ? Il ne saurait pas le dire. Il avait encore besoin de faire un peu le tri dans ses sentiments mais il n’avait pas pu résister à l’envie de venir la voir et discuter. Etrangement, cela lui faisait du bien de pouvoir être en sa présence.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3840-leow-l-histoire-n-est-peut-etre-pas-belle-mais-elle-existe http://marplespring.forumactif.org/t3856-leow-tous-n-est-pas-toujours-drole#84357

Adminchou
avatar
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1658
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

MelusineJane ⊰ Leow


Message La routine revient... › Lun 14 Jan - 14:40

Leow & Rose Harrington
Les deux ex-époux papotaient autour d'un café pour lui et d'un thé pour elle. Leow avait lancé un sujet de conversation, mais Rose avait dérivé sur un autre, plus intéressant selon elle. L’hôtel que son mari tenait, l’hôtel qu'il rénovait à petit feu. Il faisait beaucoup de travaux, pour ne pas dire la quasi-totalité lui-même. Rose l'admirait profondément pour cela. Elle-même n'avait jamais été très manuelle. Si en vivant avec Leow, elle avait appris au travers de sa curiosité quelques astuces à ses côtés. Elle se savait incapable de faire un pour cent de ce que lui faisait. Enfin peut-être que si elle n'avait pas le choix, elle le ferait. Mais la vie de nos jours était faite de facilité, un coup de fil et vous pouviez faire appel à qui bon vous semble pour ceci ou cela.

« Peut-être au dernier étage. Privatisez le dernier étage rien que pour toi, tel un prince. Au moins tu n'auras personne au-dessus pour t'embêter si ce n'est quelques oiseaux dans les toits, peut-être. C'est toi qui embêteras les clients du bas si tu fais du sport dans tes appartements. »

Rose imaginait déjà Leow en caleçon faisant son sport dans un espace aménager au dernier étage de son hôtel. Une ambiance assez moderne-chic tout en restant sobre. Une vieille musique des années 80 en fond et son Leow faisant ses exercices. Elle rit légèrement à cette folle image. La conversation dériva sur le Leeloo 's, l'établissement de Rose. Son café, sa seconde maison. Elle aimait particulièrement ce lieu, cette chaleur qui s'en dégageait, ses habitués, jeunes ou moins jeunes, ses conversations qui s’ébruitaient plus ou moins intéressante. Oui, ici, elle était chez elle. Son mari, enfin ex-mari, se proposa alors gentiment pour faire quelques travaux. Rose qui avait le nez sur sa tasse de thé, humant une énième fois ce parfum de citron qui s'en dégageait. Débouchant ses narines qui n'avaient pas besoin de l'être, mais imprégnant son nez de l'odeur agréable. Elle releva des yeux sincèrement amicaux et toucha de sa proposition.

« Merci, tu es vraiment adorable. Tu n'es pas obligé. Je sais que tu as beaucoup à faire et de mon côté, je ne peux pas te rendre l'ascenseur. Tu connais ma nullité en travaux manuels. »

Franky ne refusa pas sa proposition, mais elle ne l'accepta cependant pas officiellement. Elle savait que les entreprises préféraient faire tout elle-même. Souvent avec un prix de gros pour des travaux d'une telle ampleur. Enfin, il était vrai que le café n'était pas si vieux. Et que pour cette rénovation, c'était un simple coup de peinture et quelques remplacements de mobilier qui serait nécessaire, pas de trop gros travaux en vue. Alors, oui, peut-être, pouvait-elle faire appel à des proches pour l'aider dans la tâche plutôt qu'à une entreprise qui lui coûterait un bras. Mais Rose n'aimait pas demander de l'aide. Depuis toujours, elle avait survécu à la vie seule, enfin depuis trop longtemps. Si elle avait un temps accepté l'aide d'un homme. Elle avait toujours du mal à l'accepter. Enfin, elle ne refusait pas l'idée, la gardant en tête pour le moment venue.

Les yeux de la brune étaient devenus pars instants ronds lors du récit de Leow sur la fameuse chambre saccagée par un client avant leur divorce. Rose n'était pas une femme spécialement bavarde, elle avait toujours préféré écouter. Et même si elle ne réagissait pas forcément ai quart de tour, elle oubliait rarement les choses. Alors oui, elle se souvenait de cette horrible histoire, qui à l'époque déjà lui avait fichu une peur bleue. Pour Leow, surtout. Imaginant déjà le fou revenir et s'en prendre à son mari, à l'époque. Elle se souvient d'ailleurs d'une dispute qui avait éclaté à ce sujet. Elle lui avait hurlé au visage que son hôtel était dangereux, qu'il n'était qu'un nid à rats, que seuls des sales types ou des gens à problème y vînt, car il n'était pas cher et un peu éloigné du centre-ville. Qu'un jour elle ne le verrait pas rentrée et qu'elle le retrouverait mort dans une chambre de son hôtel. Et ça elle s'y refusait. Elle avait alors presque exigé qu'il lâche tout, qu'il trouve un endroit moins dangereux où travailler... Avec le recul, cette dispute et son comportement avaient été horribles, et très exagérer. Le danger était partout. Ici même, au café, un fou pouvait un jour débarquer, arme en main et tiré sur tout le monde. Pour preuve, des extrémistes avaient des habitudes ici... Elle avait servi des pourritures qui avait tué un pauvre homme le 4 juillet dernier. Alors oui, avec le recul, certaines choses semblaient si... Idiote.

« Ils n'ont pas retrouvé ce type ? C'est dingue quand même. Tu ne l'as jamais revu ? Enfin, tu as bien fait de passé à autre chose. Il faut savoir avancer. Mais j'espère sincèrement qu'il ne reviendra jamais en ville. »

Un léger silence se faisait doucement apprécier. Il n'était pas dérangeant, non, il était paisible. Les yeux bleus de Rose un instant observaient l'homme. Il n'avait pas changé, peut-être avait-il maigri un peu. Mais il ne changeait pas. Il était toujours aussi beau, il avait cette beauté carré, presque mafieuse. Qui pouvait impressionner, mais au fond, c'était un homme doux et sensible. Un sourire à son égard et elle baissa son visage vers sa tasse de thé qu'elle bue enfin. Assez refroidi pour ne pas lui brûler les lèvres et la gorge. Il était bon, il la réchauffait aussi. C'était bon d'être juste là, avec lui. Comme... Comme avant. Ce n'était pas comme si leur couple n'avait pas existé, non. Pas à ce point, certains mots, certains gestes n'étaient plus et ne seraient plus. Mais quelque chose au fond persistait. Un sentiment qui ne pourrait en réalité jamais s’effacer complètement. Rose le savait.

1041 mots. Fiche créée par ©️Summers & Rinema


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Contenu sponsorisé

Message La routine revient... ›
Revenir en haut Aller en bas
 
La routine revient...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» C'était nous revient en mars !
» MAJ: Quand la chaleur revient...
» Ulquiorra Schiffer est mort ? Oui. Mais il revient.
» Rien qu'une petite mission de routine en territoire ennemi. [Pv : Soul & Howard]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Est de la ville :: Leeloo's coffee-
Sauter vers: