Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 301
Célébrité : Colleen Deegan

Message Have you seen them ? › Ven 28 Sep - 17:01



Have you seen them ?

- Marple Spring, Est de la ville
- Leeloo's Coffee

L'enquête sur le BSD avait débuté maintenant depuis bientôt trois mois et l'on rassemblait quelques éléments pour le moment. Martin était confirmé à plusieurs années de détention sans grand espoir d'en sortir mais c'était le seul membre concret affilié à la secte. Les autres informations en notre possession provenaient du FBI qui avait bien voulu les partager avec nous mais si à notre échelle, on ne pouvait pas démanteler toute la secte, au moins l'on pouvait aider à l'annihiler au niveau local voire autour et dans Detroit. Je me concentrai surtout sur Marple Spring, où le domicile de Martin avait été fouillé de fond en comble lors de la perquisition chez lui. D'autres informations y furent trouvées mais c'est après l'interrogatoire chez le dénommé Alekseï Ivanov, zoologue de son état, que je m'intéressai de près à des photos faites il y plusieurs de moi en arrière de cela.

Ce fut au commissariat devant mon ordinateur en consultant le dossier que je détaillai les photos. C'était Martin en compagnie de deux autres hommes, skinheads et caucasiens comme lui dont l'un d'entre eux avait un petit drapeau confédéré tatoué dans le cou. Une bande d'amis qui avaient pris plusieurs photos ensemble dans un café après ce que Martin avait expliqué comme une "réunion de routine". Il y avait d'autres photos, plus récentes qui remontaient jusqu'à quelques jours avant le meurtre du 4 juillet. Les trois mêmes hommes apparaissaient, Martin, toujours à droite de l'objectif du smartphone du meurtrier. Ce fut en cherchant sur les réseaux sociaux et dans la base de données de la police que je pus identifier les deux autres hommes. L'homme avec le tatouage confédéré dans le cou se présentait comme James Pickett et prétendait en ligne être le descendant du général confédéré Pickett, tristement célèbre pour sa charge meurtrière pendant la bataille de Gettysburg. James Pickett possédait un lourd passif comme celui de Martin mais il n'avait jamais commis de meurtre ou de crime grave, il s'était surtout contenté de vols, de troubles à l'ordre public, d'incitations à la haine et d'injures raciales mais rarement condamné pour des faits de violence, il était un militant actif sur Internet pour la cause blanche et radicale. Le second homme s'appelait George Rhodes, il était plus petit que Martin et Pickett mais avait un visage plus malveillant que les deux autres. Étonnamment, son casier judiciaire était vierge mis à part quelques infractions routières et il semblait être un citoyen lambda. Le FBI avait fait mention de son nom dans l'enquête sur les lieux où pourraient se rendre les membres de la BSD et fait troublant, Rhodes possédait la plupart du temps les terrains ou les lieux où la BSD était présumée se réunir. Aucune preuve à part l'apparence ne fut trouvée pour les relier aux sectaires mais il semblerait que Rhodes sache couvrir ses traces ou avait du soutien quelque part. Les trois hommes habitaient à Marple Spring, seul Rhodes y déclarait une résidence secondaire, étant officiellement domicilié à Detroit. Les photos, partagées sur les réseaux sociaux, étaient souvent au même endroit : le Leeloo's Coffee.

Résolue d'aller y faire un tour, j'espérai y trouver la patronne pour la questionner. Je connaissais le Leeloo's Coffee pour y être allée une paire de fois lorsque je venais de m'installer, histoire de faire le tour des commerces de la ville mais c'était un établissement où j'allais rarement. J'arrivai en milieu de matinée après le service du petit déjeuner et avant le service de de midi, pour être sûre de pouvoir avoir une responsable et ne pas débarquer en plein service pour emmerder les employés. L'ancienne serveuse que j'étais se rappelait encore de ces choses pourtant anodines mais en me mettant à la place d'une employée, voir une flic débarquer en plein rush pour poser des questions était ce que je détesterais le plus au boulot. De plus, d'un point de vue strictement pragmatique, arriver alors que la fréquentation monte, c'était l'assurance qu'un responsable ne soit pas disponible et que personne ne réponde à mes questions, or je devais interroger.

L'été s'était éloigné et la grisaille ainsi qu'un froid relatif avait reprit place dans l'État du Michigan, je m'étais habillée en conséquence. Je me coiffai d'un chapeau Borsalino noir, légèrement relevé dans ma chevelure courte avant de prendre ma veste de costume noire que je mis par dessus ma chemise blanche et je réajustai mes dogtags dans mon décolleté. Dans un geste machinal où je ne pris même pas la peine de regarder, je mis la main à ma ceinture en palpant d'abord mon jean bleu nuit puis ensuite en m'assurant que mon arme était là ainsi que mon insigne. Tout était là, je vérifiai une dernière fois les lacets de mes Converse blanches puis je partis pour le Leeloo's sans oublier de prévenir Haver de mon départ. Parvenue au Leeloo's, je relevai légèrement mon Borsalino, le front à l'air et je poussai la porte du café. Comme je m'y attendais, seuls trois voire quatre clients étaient attablés, un homme seul au comptoir en train de lire le journal, un autre homme seul à une table concentré sur son smartphone tandis que deux femmes étaient à une autre table en train de discuter calmement. Les deux hommes ne levèrent pas leur nez de leurs occupations alors que mon arrivée avait coupé net la conversation des deux femmes qui me fixaient. Dans le décor retro et vintage du Leeloo's, comme si les lieux s'étaient arrêtés en 1953 peu après la guerre de Corée, mon attention fut attirée par l'arrivée d'une serveuse dans une tenue typique qui me parut familière, le pas léger sur le carrelage au sol, du jazz légèrement rock en fond.

Bonjour mad... madame eheh... vous êtes seule ? Que désirez vous ?

Bonjour. Je souhaite interroger madame Harrington s'il vous plait, j'ai quelques questions.

Oh... Uh... madame Arrington ne va pas tarder elle est dans le back office. Je vais lui demander de venir. Vous... accepteriez un cappuccino pour patienter ?

Très bien, je vais l'attendre là bas. Ma foi... je suis en service mais j'imagine qu'un cappuccino ne fait pas de mal. Merci mademoiselle.

Lors de nos salutations, je montrai ma plaque de policière que je sortais de ma ceinture avant de la remiser dans ma poche de poitrine de veste, expliquant l'hésitation de la serveuse et sa légère nervosité. J'opinai à sa suggestion avant de lui désigner une banquette légèrement à l'écart, entre l'homme sur son smartphone et les deux femmes qui avaient reprise leur conversation non sans me jeter des regards intrigués. Je m'assis sans demander quoi que ce soit d'autre, baissant à nouveau mon Borsalino sur le front, la ligne de mon regard parfaitement alignée avec le bord de mon Borsalino. La serveuse m'apporta le cappuccino quelques secondes plus tard en m'assurant que la patronne ne tarderait pas. Je glissai quelques billets de pourboire à la jeune employée qui eut le sourire jusqu'au lèvres pendant que je dégustai le breuvage. Vrai que c'était bon.

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.


Dernière édition par Jane C. Shepard le Lun 12 Nov - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adminchou
avatar
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1658
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

MelusineJane ⊰ Leow


Message Have you seen them ? › Mar 9 Oct - 15:09

Jane C. Shepard & F. Rose Harrington
Une belle matinée venait de passer. Belle, non pas dans le temps grisonnant qui faisait au-dehors, mais au sein du café. La fraîcheur revenante faisait du bien au café. Si depuis cette année Rose avait obtenu le droit d'installer une terrasse extérieure pour l'été, celle-ci était restreinte. Alors oui, les affaires reprenaient doucement et cette matinée d’effervescence en était la preuve. Son café américain avait vécu presque un assaut. Les étudiants étaient venu avant de se rendre sur détroit boires le meilleur chocolat chaud de la ville, les travailleurs leur café ou même thé. Si l'établissement voyait un peu de monde toute la journée, il y avait évidemment des moments de creux, comme dans tout cafés. Et c'était nécessaire pour ne pas s'épuiser dès le matin. Le café retrouvait depuis une petite heure déjà un peu de calme et les deux employés présents étaient suffisants au bon fonctionnellement pour ses heures-ci. Quant à Rose, qui avait servi cette folle matinée, avait disparu dans son bureau une fois le gros des clients partis. Comme toujours pleins de papiers à faire. Nous étions à la fin du mois et cela signifiait payer ses employés, s'assurer que tout se passe bien, faire les comptes et pleins de petites choses. Si Rose se tenait à jour dans l'administratif depuis quelque temps. La montagne de papiers et de documents était toujours impressionnante et pénible. C'était le mauvais côté de son travail, de son statut surtout, celui de la propriétaire et patronne. Elle pouvait évidemment faire appel à des gens. Mais elle n'avait pas payé le café de sa poche, comme ça d'un claquement de doigts, non. Si elle avait eu quelques font, elle avait un bon crédit sur le dos. Et il fallait le rembourser. Elle n'était pas riche, pas assez pour se permettre de déléguer la moindre tâche un peu pénible à quelqu'un. Autrefois Leow l'aidait souvent, il aimait rire de sa non-organisation administrative. Grâce à lui les choses allaient plus vite. Mais depuis un an et demi elle devait faire sans lui et si parfois, il y avait du retard dans le payement de factures où l'envoie de document. Elle faisait toujours en sorte de payer ses employées le 30 de chaque mois. Peut-être y avait-il eu une ou deux fois où cela n'avait pas été le cas... Mais elle s'assurait que les gens dépendant d'elle, ne soit pas dépendante de sa mauvaise gestion administrative.

Un café bouillant sur son large bureau de bois sombre, dans cette pièce assez sombre en réalité de l'arrière-boutique. Une simple petite fenêtre pour éclairer tout cela. Et au vu du temps maussade, la pièce l'était aussi. Heureusement une telle lampe pouvait aider. Mais la lumière artificielle n'était pas de ses favorites. Son crâne cognait vite lorsqu'elle y était trop exposée. Une simple lampe de bureau donc était allumée, ses lunettes sur le nez pour ne pas fatiguer trop ses yeux. Elle ne les portait que lorsqu'elle faisait ses papiers. Les chèques des employés étaient prêts, ceux à envoyé pour les quelques-uns qui ne travaillaient déjà plus. Qui avaient fini leur saison d'été. Ou ceux qu'elle ne verrait pas d'ici quelques jours étaient en enveloppe prête à envoyer. Elle irait au service du post dans l'après-midi, après le service du midi. Quant aux autres, elle leur donnerait en mains propre dans les quelques jours qui suivront. Marquant une pause une fois ses comptes font donc, elle prit la tasse qui avait bien refroidi depuis le temps où elle l'avait faite. Tant pis, elle n'était pas fan du café tiède, mais elle n'allait pas le jeter. On toqua à la porte de son bureau. Sans trop attendre l’employée qu'elle invita à entrer lui indiqua qu'on l'avait demandé en salle. Une policière. Surement Jane Shepard.

La porte se referma sur l’employée partie servir la femme de justice. Rose soupira dans son bureau. Se doutant que ce jour viendrait. Après la catastrophe, l'horrible crime qui s'était commis lors de la soirée du 4 juillet dernier. Rose avait suivi l'affaire via les médias, mais aussi et surtout les ragots qui circulaient dans son café. L'homme qui avait commis le crime... Elle le connaissait, du moins de vu. Si elle n'avait jamais pris le temps de discuter avec lui, sa photo avait fait tilt. Elle signa les derniers documents qu'elle avait sous le nez et terminant sa tasse d'une traite se leva de son bureau. Déposant la tasse vide sur le comptoir aux yeux de l'autre employé, un jeune homme cette fois-ci de passage en ville. Elle lui demanda de la mettre au lave-vaisselle avec fermeté, mais douceur, telle la patronne qu'elle était. Le jeune homme s’exécuta et Rose qui poursuivait déjà son chemin vers la femme qui l'attendait.

« Bonjour, Rose Harrington. Vous vouliez me parlé je crois ? »

La patronne prit alors place face à la femme sur la banquette. Droite, ses mains se rejoignant sur la table. Attendant les questions. Rose n'avait rien à cacher. Si elle pouvait aider d'un quelconque façon la femme et la ville à stopper cette folie, alors elle donnerait chaque détails lui lui passerait par la tête. Rose était aujourd'hui consciente d'avoir sans le vouloir, peut-être jouer un rôle dans tout cela. Non elle ne faisait pas partie de ce réseaux, et non elle ne cautionnait pas cela, bien au contraire. Mais ses gens étaient venus ici, ses gens avaient discuté ici dans ce café. Peut-être avaient-ils mient des plans en places. Et elle, elle n'avait rien fait. Rien écouté... Après tout, c’était son métier, celui de servir sans se mêler au conversations privée de ses clients. Mais tout de même.

1000 mots. Fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 301
Célébrité : Colleen Deegan

Message Have you seen them ? › Lun 12 Nov - 16:21



Have you seen them ?

- Marple Spring, Est de la ville
- Leeloo's Coffee

Je dégustai le cappuccino tout juste chaud avec un peu de précaution mais je l'aimais bien, c'était différent du café que l'on avait au commissariat et bien meilleur. De l'autre côté, ce n'était pas difficile de faire meilleur que le breuvage du commissariat, même moi je faisais un meilleur café à la maison. Alors le café provenant du Leeloo's... Je me remis à patienter après avoir reposé le café, espérant que la patronne Harrington ne vienne bientôt. J'espérai qu'elle ne prenne pas son temps, l'enquête était importante et je voulais quitter le café avant midi.

Bonjour madame Harrington. En effet, asseyez-vous. Merci pour votre temps. J'aurai quelques questions à vous poser.

Je pris quelques secondes de plus pour fixer cette femme et la détailler en baissant mon Borsalino sur mon front, le bord du chapeau juste au dessus de ma ligne de regard. Son visage m'était familier, je l'avais déjà aperçue dans le café ou dans la rue mais je ne m'étais jamais arrêtée pour lui parler ou échanger avec elle, c'était véritablement la première fois où je lui adressai la parole. Elle faisait son âge, situé à mi-chemin entre la mi-trentaine et la quarantaine, les longs cheveux noirs attachés à l'arrière de la tête et avait l'air fatiguée, préoccupée. C'était peu étonnant, j'allais la soumettre à un petit interrogatoire, rien à voir avec la dureté dont je faisais preuve dans la salle d'interrogatoire du commissariat et gérer un établissement comme celui là, en me basant sur ma propre expérience, épuisait toujours les gérants même en période creuse. Toutefois, elle me reçut avec amabilité et politesse, son personnel me servant même un cappuccino. Je la fixai.

Je pense que vous savez ce qui m'amène. Et je vais faire appel à votre mémoire. Je suppose que l'un de ses hommes vous dit quelque chose ? Reconnaissez-vous un ou plusieurs de ces trois hommes ?

Je sortis mon smartphone de ma poche de jean avant d'y afficher la photo que j'avais tout à l'heure devant mon écran d'ordinateur. Je la fis basculer en mode paysage afin que la photo s'agrandisse toute seule avant de poser mon smartphone sur la table et de la glisser devant Harrington. Je croisai les mains non loin du smartphone avant de fixer la réaction de la gérante du Leeloo's. J'étais attentive aux moindres signes non-verbaux qui allaient s'afficher sur son visage et aux réactions de son corps que je pouvais voir, les photos allaient forcément provoquer quelque chose, à moi de l'interpréter. Intérieurement, je me disais que cette rencontre ne donnerait pas grand chose et je sentais que la femme devant moi n'était pas impliquée dans le groupe suprémaciste même si son établissement avait donc servi de décor à la réunion informelle entre les trois membres du BSD.

C'est une des tables et le décor de votre café n'est ce pas sur la photo ?

Toujours en train de la fixer, une de mes mains se détacha afin de tapoter de l'index l'arrière plan de la photo pour ponctuer ma question avant que je ne rejoigne les mains, attentive et concentrée. Harrington pouvait me faire avancer.

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adminchou
avatar
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1658
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

MelusineJane ⊰ Leow


Message Have you seen them ? › Ven 16 Nov - 19:18

Jane C. Shepard & F. Rose Harrington
Une boule s'était formée au creux du ventre de Rose, alors que l'employée qui l'avait précédemment informé de la demande de la policière, lui indiqua ladite femme assise à une table plus loin et à l'écart un peu des quelques personnes présente. Rose apprécia en soit qu'elle prenne cette peine, celle de se mettre un peu à l'écart des oreilles indiscrètes, non pas qu'elle avait quelques choses à cacher Rose, mais elle doutait que certaines informations devaient rester secrètes. Les flics... Rose ne les affectionnait pas plus que cela. Disons qu'elle avait eu affaire à eux avec Leow à l'époque de l'accident. Pas vraiment ceux de Marple, mais plus ceux de Detroit et le souvenir qu'ils lui avait laissé n'étaient pas très agréable. Rose n'avait jamais cherché les coupables de son accident. Si aujourd'hui elle savait qui avait fait le coup et "pourquoi"... L'alcool avait fait des ravages et avait coûté la vie de son enfant. Soit. Il était ainsi, le passé était le passé. D'ailleurs, elle n'avait rien dit à Leow, gardant le secret d'Alyson pour elle. Si la femme n'avait jamais voulu porter plainte contre X, au contraire de son mari, aujourd'hui ex-mari. Elle avait rapidement flairé que l'affaire était noircie de secret et d'hommes puissants. Et surtout de flic à leurs bottes. L'affaire avait été passée sous silence, comme si rien n'avait été fait. Soit... De toute façon se battre ne lui aurait pas rendu son enfant. Mais au fond d'elle, Rose se méfiait de la police depuis... Un peu malgré elle.

L'agent Shepard, Francesca la connaissait plus de noms et de réputation qu'autre chose. On disait qu'elle était bonne dans son métier, qu'elle était "à fond". Professionnel, était un mot qui était souvent ressortie aussi. Après les événements du 4 juillet, beaucoup de clients avaient parlé ici, sur plein de choses de cette soirée et les compétences de l'agent Shepard avaient été le sujet de nombreuse discutions. Alors non, elle n'avait jamais eu affaire à elle, pas encore. Mais elle ne doutait pas de ses intentions et de son professionnalisme. Même si la patronne du café gardait une boule au ventre de cet entretien quelque peu inhabituel pour elle. Prenant place face à la femme policière, Rose laissa un silence léger s'installer. Observant la femme qui faisait de même. Attendant sagement les questions de l'agent.

« Je me doute bien oui. Je ferais tout ce que je peux pour vous aider. »

Rose n'ajouta rien, le nez déjà sur la table et le téléphone que la femme lui candis. Le visage de Rose était concentré, elle voulait donner le maximum d'elle-même pour cette enquête. La photo avait bien été prise ici au Leeloo 's, aucun doute, Rose reconnaissait son café entre mille, elle en connaissait chaque détail et recoins. Et deux des trois hommes lui étaient effectivement familiers, mais le troisième, elle ne l'avait jamais vu. Ou peut-être une fois, s'il était venu... Mais il ne lui avait pas laissé de souvenir.

« Oui, c'est bien ici. C'est bien ici que la photo a été prise. Elle a même été prise à cette table, là-bas. Sous un angle venant de là, je dirais même. Si vous voulez aller voir ladite table. »

Rose ne releva pas le nez. Concentré sur cette photo et ses trois hommes. Essayant de se rappeler si le troisième homme, quelque chose est surtout cet homme-là. Il l'intriguait.

« Je ne connais que deux de ses hommes. Celui-ci et celui-ci. Je ne les connais pas personnellement, même si je crois que celui-ci m'a un jour abordé un peu salement. Je me souviens qu'il était un peu brut et match. Les serveuses ne l'aimaient pas. Il n'a jamais eu de mot très agréable à l'encontre des femmes. Et son ami, celui que vous avez arrêté. Il a toujours cherché à le remettre en place. J'ai pour habitude de ne pas trop m’immiscer dans les conversations des clients. Mais j'ai toujours entendu son ami lui dire d'y aller "plus mollo"... »

Rose retourna le téléphone à la femme. Relevant enfin le nez vers elle. Replaçant machinalement une de ces mèches de cheveux ébène derrière son oreille.

« J'ai un vague souvenir d'un autre homme pourtant souvent à l'heure table, peut-être celui qui a pris la photo. Il était plus petit que les autres. Plus sec aussi et chauve. Il avait d'étranges tatouages sur tout le corps. Il était toujours calme, poli, et même agréable, comparer aux autres. J'avais parfois un peu "pitié" de lui, car il semblait être à la botte des deux autres. Mais je dois aussi vous dire que depuis le 4 juillet, je ne les ai jamais revit, aucun d'eux. »

Rose releva le regard plus haut que la policière, une idée en tête. Un de ses employés était présent depuis un moment, de longs moi et il servait justement souvent la table des "match" comme l'appelaient les filles. Qui n'aimait pas trop se présenter à eux. Alors Rose envoyait souvent ce jeune homme qui bien que discret, se faisait moins railler par les hommes que ses employées féminines.

« Je peux peut-être faire appel à Jack, il travaille depuis quelques mois ici et à servir plusieurs fois ses hommes. Mes filles n'aimant pas trop leur façon de faire. Il pourrait peut-être au moins vous dire s'il connaît le troisième. Mais depuis tout à l'heure, je réfléchis à propos de l'autre. Je n'arrive pas à me souvenir du nom exact... Mais je crois qu'il l'appelait "Charlot". Je ne sais pas si c'est pour Charles ou si cela n'a aucun rapport. Et peut-être me trompe-je, mais en voyant la photo, c'est ce nom qui m'est revenu. »

1016 mots. Fiche créée par Rinema


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 301
Célébrité : Colleen Deegan

Message Have you seen them ? › Lun 3 Déc - 18:23



Have you seen them ?

- Marple Spring, Est de la ville
- Leeloo's Coffee

Je fis non de la tête à son invitation d'aller voir la table. J'étais sûre de ne rien y trouver, vu le passage qu'il y avait dans son restaurant aux heures de pointe et comparé au moment où la photo avait été prise il y avait un petit bout de temps déjà. Laissant le smartphone sous les yeux de la tenancière, je sortis de ma veste un calepin avec un stylo pour prendre mes notes. Ironique que je me disais dans ce décor typiquement 50's voire début 60's, la seule trace de technologie moderne étant mon smartphone dans ce décor d'une autre époque. Le policier habillé en costume avec son calepin en train d'interroger une témoin sur un crime, charmant.

Je me mis à griffonner dans mon calepin au fur et à mesure des explications de Harrington. La femme était une bonne source d'informations au vu de ce que je récoltais, la pêche avait été plutôt bonne en venant ici. Lorsqu'elle m'indiqua qu'elle ne connaissait que deux hommes, je levais le nez vers pour m'apercevoir qu'elle désignait Martin et Pickett. Je m'interrompis un instant pour l'écouter lorsqu'elle me déposa son témoignage à propos de ses deux hommes. Connaissant seulement le passif judiciaire de Pickett et son activité en ligne, apprendre que cet homme pouvait être capable de harcèlement sexuel ne me surprit guère. Pour le coup, Pickett pouvait être l'exemple même du délit de sale gueule, rien qu'à le regarder, j'avais envie de lui mettre mon poing dans la face, son tatouage du drapeau confédéré n'aidait en rien à éprouver de la sympathie pour cet individu. J'étais presque surprise d'entendre que même Martin disait à Pickett d'y aller mollo. Harrington ne fit aucune mention de Rhodes ce qui ne me surprit pas, ce dernier savait se couvrir et même le FBI n'avait rien trouvé pour le coincer. On pouvait être un suprémaciste blanc sans autant élever le moindre soupçon, malheureusement.

Je vois... Vous rappelez vous d'autre chose, madame Harrington ?

Je repris des notes sur mon calepin posé sur la table tout en prenant une gorgée du cappuccino à ma droite, y consignant les informations données par la jeune femme notamment à propos du mauvais relationnel avec les serveuses et les tentatives maladroites de Martin d'essayer de calmer son compagnon. Je repris donc mon smartphone pour le replacer à côté de moi vers le cappuccino en le verrouillant. Je la regardai maintenant, notant le déplacement de sa mèche de cheveux derrière l'oreille. C'était pour moi bon signe, elle était dans la conversation et me répondait avec intérêt. Le ton qu'elle employait trahissait une petite appréhension mais c'était normal, dans l'imaginaire collectif, une personne n'est jamais parfaitement à l'aise lorsque la police interrogeait même en tant que témoin.

Ce qu'elle me dit à propos d'un autre homme m'intrigua car je ne pensais pas quatre hommes impliqués sur la photo, je croyais que c'était Martin qui tendait le bras pour se prendre en photo avec ses potes et le smartphone dont provenait la photo était pourtant celui de Martin. Je griffonnai un peu plus frénétiquement, signe de mon intérêt pour ce que la gérante me racontait. Un quatrième homme, plus petit, l'air dominé par Pickett et Martin, tatoué et skinhead lui aussi... Pourtant Martin n'avait jamais parlé d'un quatrième homme, il n'avait jamais parlé d'un complice dans ses actes, il avait seulement confirmé l'existence de son groupe de tarés suprémacistes. Tous les hommes étaient depuis le 4 juillet aux abonnés absents vis à vis du Leeloo's. Aux dernières nouvelles, Pickett était pris en chasse par la police et n'était pas loin d'être localisé tandis que Rhodes n'avait été l'objet d'aucun grief par les autorités. En revanche, ce quatrième homme était intéressant pour l'enquête, peut-être savait-il aussi des choses, peut-être était-il encore à Marple Spring et non pas en fuite. Il me fallait un nom de la part de Harrington.

Vous avez un nom pour ce quatrième homme, madame Harrington ?

La gérante ne répondit pas pour le moment et leva le regard vers le plafond, dans un geste de réflexion de la main. Je restai suspendue à ses lèvres, le nez dans mon calepin mais le regard relevé vers elle. Jack ? Ah un de ces employés... Cela ne me plaisait qu'à moitié de mettre quelqu'un d'autre au courant de mon interrogatoire mais si ce Jack pouvait me renseigner, j'étais d'accord pour l'interroger. Je notai le pseudonyme de "Charlot" dans mon calepin à côté de la description physique de ce quatrième homme. Il me fallait néanmoins plus de détails car sa description était un peu trop générale et ressemblait un peu trop aux trois autres sur la photo. Les tatouages, le crâne chauve et l'ethnicité blanche étaient partagés par tous les malfrats suprémacistes de leur foutu groupe raciste.

Très bien, madame Harrington, faites venir ce Jack s'il vous plait, peut-être peut-il m'en dire plus sur ce Charlot. D'ailleurs si vous vous rappelez d'autres particularités physiques ou d'un détail physique, cela pourrait être pertinent pour faire un portrait robot de ce Charlot. C'est étonnant que la photo vous rappelle cet homme car aucun des trois hommes sur la photo ne s'appelle Charles ou se fait appeler Charlot.
... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adminchou
avatar
I've learned to forgive but it’s almost impossible to forget.

Age : 34
Né(e) le : 31/10/1984
Quartier : Est de la ville.
Je suis : Propriétaire et serveuse du Leeloo's coffee
Inscrit depuis : 28/12/2016
Messages : 1658
Célébrité : Eva Green
Rps en cours : Indisponible.

MelusineJane ⊰ Leow


Message Have you seen them ? › Mer 9 Jan - 20:23

Jane C. Shepard & F. Rose Harrington
Rose n'était pas totalement à son aise. Si ce n'était à son premier interrogatoire. Car oui, elle avait déjà joué les témoins pour son propre accident. Et justement, le moment était assez amené, trop à son goût. Si elle tentait de ne rien laisser paraître. Ses mois de bataille avec Leow son mari sur ce sujet des plus épineux. Poursuivre des fantômes, qui avaient été protéger par de plus puissantes personnes que ce petit couple qu'ils étaient, à l'époque. Rose n'en avait jamais eu la force et aujourd'hui encore elle ne l'avait pas. Elle voulait juste mettre cet épisode de côté. Mis aujourd'hui encore face à la policière, même poser sur un de ses sièges, familier et réconfortant, une partie d'elle préférerait être n'importe où ailleurs, ou presque, qu'ici à répondre à des questions. Au moins, cette fois-ci l'interrogatoire ne la désignait en rien personnellement. Du moins, elle en était convaincue. Si ses mauvais individus avaient plus d'une fois franchi le seuil de son établissement, c'était malheureux oui. Mais elle ne pouvait malheureusement pas vérifier la vie de chaque personne qui entrait ici. Si elle avait chassé quelques malotrues qui avaient totalement incorrecte avec ses employés ou elle-même. Le fait avait été rare.

Tentant de répondre aux questions de la policière et de l'aider au maximum dans son enquête. Rose balançait chaque information, même infime, même peut-être un peu erroné qui lui passait à l'esprit. La femme de loi semblait très intéressée par ses derniers propos. Suspendue à ses lèvres, la gérante du café regardait d'un œil distrait le crayon qui griffonnait le papier avec intérêt. Soupirant pour reprendre son souffle et surtout ce remémoré un détail vis-à-vis de l'homme que la femme ne semblait pas connaître. Mais rien ne lui venait comme ça. Rose s'était naturellement redressée, ses mains jointes sur la table. Son regard portant plus loin, une dernière réflexion, mais rien ne lui venait décidément. Plus distrait, elle attendus que Jack se tourne vers elle pour lui faire un signe. Le garçon ne tarda pas à rejoindre la tablée. Sa patronne lui expliqua la situation. Et le gamin, car oui, il était jeune ne tarda pas à s’asseoir aux côtés de Rose. Pressez lui aussi de confier son petit savoir à la police sur cette affaire. Mais il ne put malheureusement pas donner plus de détails ou de précision à l'agent Shepard. Sauf une petite chose. Il n'en était pas sûr, mais en échangeant l'information et un regard avec Rose, elle confirma ses dires.

« Oh oui, maintenant que tu en fais mention. Il avait une cicatrice sur le bras droit. Comme une grosse coupure ou même un coup de couteau. C'est ce que tu m'as dit un jour. Car je ne l'ai jamais vue de mes yeux. Il portait souvent des manches longues ou à demi longue. »

Rose chercha un autre indice dans son esprit soudain éclairé.

« Il me semble qu'il avait aussi une tâche ou un grain de beauté sur le crâne. Cela ma marque, car j'ai repris une de mes serveuses, que le groupe avait un peu embêté, qui se moquait de lui, le seul "correct" de la bande. Elle ne travaille plus ici malheureusement et je crois même qu'elle a quitté la région. Mais je peux vous donner son nom. Wesly Fuller. Elle ne travaillait que le week-end pour moi. »

Remerciant Jack qui avait des commandes à préparer et servir. Rose se retrouva de nouveau seule avec Jane Shepard. Et son angoisse un peu dissipée avec Jack à ses côtés revient.

« Je ne pense pas avoir d'autres informations pour le moment. Plus rien ne me vient. Mais je peux peut-être prendre vos coordonnées si un détail me revient. Et puis... »


Francesca hésita un instant, mais la question était au bord de ses lèvres depuis qu'elle avait pris place face à la policière.

« Quel comportement ou en tout cas que dois-je faire, si je revois un de ses hommes. Ou si je soupçonne des personnes d'appartenir à leur cercle ? »

686 mots. Fiche créée par Rinema
[/quote]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t1651-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://marplespring.forumactif.org/t1655-rose-a-heart-that-hurts-is-a-heart-that-works http://ravensburg.forumgratuit.org/

Contenu sponsorisé

Message Have you seen them ? ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Have you seen them ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Est de la ville :: Leeloo's coffee-
Sauter vers: