Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

Message I'm sorry || Christian › Dim 15 Mar - 20:44
I'm sorry
Christian & Rosaline
Don't you ever want to just go back in time?

J’étais partie de Marples une année complète et c’était comme si j’étais partie seulement une semaine. Je regardais par la fenêtre de ma chambre et notre voisine, madame Baker, était entrain de s’occuper de ses rosiers comme la dernière fois où je l’avais vu. Le voisin d’en face lui aussi était encore entrain de s’occuper de son jardin. Ils se faisaient même encore des petits sourires et des petites blagues comme pour flirter. Un an et ces deux là n’étaient toujours pas ensemble. Le pire n’était pas les habitants, mais bien ma famille. Je descendais les escaliers et mon frère écoutait la télévision en mangeant ses céréales. Ma mère lisait son journal et monta les yeux pour me regarder. Un sourire s’afficha sur ses lèvres: « Bon matin! J’ai préparé ton petit déjeuner. » Elle me pointa du menton l’assiète contenant des ouefs et du bacon, puis retourna à son journal. Comme si de rien était. Comme si elle n’avait pas laissé mon père m’envoyer loin d’ici pendant un an. J’aurais mit ma main au feu que c’était lui aussi qui leur avait dit de faire comme si de rien était. La porte de son bureau s’ouvrit et il en sortit. Il embrassa ma mère, puis me fit une rapide accolade. Je fus tellement surprise de ce geste affectueux que je ne tenta même pas de reculer. Je lui en voulais tellement. Il n’avait même pas voulu dire la vérité à mon petit frère. Quand ils étaient venus me chercher à l’aéroport il y a une semaine, la première chose que mon frère m’avait demandé était des nouvelles de notre grande soeur. Mon père m’avait alors fusillé du regard et je compris qu’il avait dit à tout le monde que j’étais partie vivre avec ma soeur en Californie durant cette année. Oui, je lui en voulais tellement.

Son téléphone se mit à sonner. Il répondit, prit une pomme, puis quelques minutes plus tard, sa voiture quittait l’entrée. Je pris les clés de l’auto de ma mère et proposa à mon frère d’aller le porter au lycée. Comme elle ne travaillait pas, elle me laissait prendre son auto quand je voulais. En moins de deux, moi et mon frère aussi avaient quittés l’entrée. Je n’avais pas touché au repas qu’elle m’avait préparé et ce n’était pas par inadvertance. Elle me dégoutait autant que mon père me répugnait. Et je crois qu’elle le savait. Je m’arrêtais donc au service à l’auto d’un MacDonald et paya pour moi et mon frère avec de l’argent qui trainait dans le coffre à gants. Je le déposais à son école, puis me dirigeait vers le Cabinet où j’étais secrétaire. C’était ma troisième journée de travail et j’aimais bien.

Les heures passaient et bientôt, ce fut le temps de diner. N’ayant rien avec moi, je repris la voiture et me dirigea vers le seul endroit que je souhaitait qui n’est pas changé; le fast-food local que moi et Christian avions l’habitude d’aller. Je commanda aussi le numéro deux, que nous commandions toujours. Il était définitivement la seule chose que j’espérais qui n’est pas changer même si je savais que c’était tout le contraire.

Je reçu donc ma commande et alla m’asseoir à une table près de la fenêtre. J’étais tellement perdu dans mes pensés que je ne le vus pas arriver. Je ne le vus pas traverser le stationnement ou même entrer par la porte. L’avoir su, j’aurais probablement filé en douce pour l’éviter, mais nos regards s’était déjà croisés. Il me voyait et tout ce que je fus capable de prononcer fut: « Hey… »


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message I'm sorry || Christian › Mar 17 Mar - 17:49


 
Rosaline & Christian
Le temps passe, mais les habitudes restent. En cinq années passées à Marple Spring certain rituel, ce sont installé dans ta vie et, quoi que tu fasses, tu en reviens toujours à une certaine routine. Par exemple, tu as la sale manie de te rendre, chaque jour, au fast-food local pour manger et tu y commandes inlassablement le même menu. Cette habitude-là, tu l'as prise au côté de Rosaline ... Ah Rosa ... Elle a été ta petite amie, l'amie de ta sœur et sûrement l'une des seules filles pour qui tu as éprouvé des sentiments si forts jusqu'à l'heure actuelle. Au début, votre histoire était mal partie pourtant. Vous étiez ensemble sans vraiment l'être et ne vous voyez que trop rarement et puis, lors de votre dernière année de lycée, vous avez vraiment commencé à sortir officiellement ensemble. C'était beau, c'était parfait, c'était l'amour pur de deux adolescents. Et puis il y a eu une engueulade entre vous. La plus grosse de votre relation, la seule dont tu te souviens. Seulement, même en cherchant bien, tu n'arrives pas à t'en rappeler la raison tout ce dont tu te rappelles, c'est que, peu de temps après cette grosse dispute, elle a rompus et disparut de ta vie. Tu as essayé de l'appeler pour avoir des explications, des nouvelles, mais rien. Ça fait un an maintenant et le silence est toujours aussi totale. Tu ne sais même pas où elle est. Seulement aujourd'hui tu ne t'en souci plus vraiment. Si au début, tu as souffert de ce départ brutal et de cette absence de signe de vie, tu as fini par t'en remettre et aller de l'avant. Le truc, c'est qu'il t'a quand même fallu un moment avant de remettre les pieds au fast-food. Cet endroit était bien trop associé à elle. Chaque fois que tu venais, tu ressentais un vide en observant cette table qui était la vôtre. La nourriture elle-même te semblait avoir un goût de regret. Et puis le temps à fait son œuvre, ton cœur et ton âme se sont remis, tu as passé l'éponge.

Aujourd'hui, tu viens de nouveau manger ici sans plus penser à elle. Moins souvent, c'est certain, tu n'es plus un lycéen et ton temps libre c'est réduit en une année, mais tu t'arranges quand même pour toujours trouver un moment pour passer. La seule différence, c'est que tu le prends à emporter, tu es seul et tu n'as pas franchement envie de te poser à une table en solitaire. La seule différence, c'est que tu le prends à emporter, tu es seul et tu n'as pas franchement envie de te poser à une table en solitaire. Tu préfères encore manger à l'appartement en compagnie de la télévision. En compagnie de Snow, ce serait mieux c'est certain, mais vu l'heure, elle doit encore être au travail. Seulement lorsque tu te retournes pour partir ton regard croise le sien. Elle est là, un an après, même table, même menue. Tu te figes. T'es en train de rêver c'est ça ? T'as une hallucination ou un truc du genre ... Non, elle est bien là, elle te le prouve en parlant. Enfin parler, c'est un bien grand mot, mais au moins elle émet un son qui te prouve quelle est réelle. Tu fais quoi ? Tu traces ta route ? Non.

- « Tient une revenante ... Salut … »

L'observant pensivement, tu ne sais pas trop s'il est préférable que tu partes sans rien dire ou que tu prennes le risque d'aller lui parler. Finalement, tu optes pour la seconde option. Ne serait-ce que parce qu'elle te doit un minimum d'explication concernant son départ précipité. Tu n'espères pas grand-chose après un an de silence, mais tu n'as rien à perdre. Tu t'approches donc de sa table, sans pour autant faire mine d'y prendre place. Non, tu veux être prêt à repartir rapidement à tout instant.

- « Ça fait longtemps … Quand est ce que tu est revenus en ville ? Comment tu va ? »

Pourquoi t'es parti sans prévenir ? Qu'est-ce que je t'ai fait pour que tu me laisses tomber comme tu l'as fait ? Tu as envie de lui jeter ses deux questions qui te rongent au visage, mais tu restes poli. Pourtant tu te trahis légèrement par t'on ton ou encore ton absence de sourire. Pour toi qui en arbores toujours un, c'est la meilleure preuve de ton état d'esprit négatif du moment.

 
Fiche créée par © Summers & Rinema


Dernière édition par Christian Hampton le Mar 31 Mar - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message I'm sorry || Christian › Ven 20 Mar - 21:13
I'm sorry
Christian & Rosaline
Don't you ever want to just go back in time?

Ça faisait drôle de le revoir après tout ce temps. Un million de sentiments se bousculaient à l'intérieur de moi. D'un côté, je voulais m'enfuir et ne plus jamais revenir dans cet endroit de malheur et de l'autre, je voulais juste qu'il me prenne dans ses bras et qu'il fasse comme si rien de tout ça n'était arrivée. Que je ne l'avais pas trahi en ne lui donnant aucune nouvelle pendant un an. Les deux cas étaient impossible. J'aurais aussi voulu lui avouer ma raison de mon départ, mais ça aurait impliqué mon père qui m'étrangle. Oh et j'aurais dû lui avouer aussi le petit incident avec Priam. Je ne l'avais pas revu non plus celui là. Il y avait beaucoup trop de monde que je devrais appeler. C'est mon père qui devrait les appeler en fait. C'est lui qui m'a forcé à partir après tout.

Pendant une seconde, je crois qu'il va faire demi-tour, mais il répond à ma salutation: "Tient une revenante ... Salut …" Je baisse le regard, ayant honte. Enfuis toi, enfuis toi, enfuis toi. C'est tout ce que mon cerveau dit de faire à mes jambes, mais elles ne semblent plus répondre. Elles ont plus de raison que moi. J'espère juste qu'il dira quelque chose. Il finit par s'avancer jusqu'à ma table et s'arrête devant, mais ne prend pas place. L'autre partie de moi veut l'inviter à s'asseoir, mais je comprend son choix de ne pas déjà l'avoir fait. Je me surprend à le regarder dans les yeux pour lui répondre. "Je suis seulement là depuis quelques jours. J'ai à peine eut le temps de déballer mes trucs, mais oui, on peut dire que je vais bien, merci. Ça... Ça fait du bien d'être à la maison." J'hésite sur chaque mot prononcé. J'ai l'impression que un de trop ou un de moins fera tout explosé ou pire, le fera partir. "Et toi?" Je me risque à demander. Moi qui me sent toujours en contrôle de tout et qui a confiance, il est le seul à vraiment avoir réussit à me faire perdre mes moyens. Et c'était pire en ce moment. Je pris un risque en lui faisant un signe de la main pour lui propose de s'asseoir.
"Christian..." Je me risqua à aller poser ma main sur la sienne en espérant qu'il ne la retire pas. "Je suis désolé..." Je baissa le regard et me racla la gorge.

Je m'attendais à quoi? À ce qu'il me dise que c'était pas si grave et qu'on reprenne ensemble? À ce qu'il m'embrasse? À ce qu'il sourit? C'était stupide et perdue d'avance.


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message I'm sorry || Christian › Mar 31 Mar - 19:12



Rosaline & Christian
Si tu t'attendais à ça. Des fois le destin fait de bien drôle de chose. La voir devant toi après tout ce temps te laisse un peu perdu et tu te retrouves emporté dans un tourbillon de sentiments. La colère, parce qu'elle est partie sans prévenir, la joie, parce qu'elle a l'air d'aller bien, la rancœur, parce qu'elle t'a laissé sans nouvelle si longtemps, le soulagement, la frustration, ... Et tu te prends à regretter de ne pas avoir perdu les habitudes que tu as prises avec elle. Si savait été le cas, tu ne serais pas là et tu n'aurais pas à supporter cet afflux d'émotions contradictoire. Mais tu pourrais tout stopper, tu le sais, il te suffirait de tourner les talons et de faire comme si tu ne l'avais pas vu. Seulement, tu en es incapable alors ... Tu la salues. Oui. Tu la salues, non sans une pointe de sarcasme dans la voie. Elle baisse les yeux et tu te sens content. Content de voir que tu peux l'atteindre. Et en même temps, ça te donne la nausée. Qu'elle importance que tu puisses lui faire mal par les mots ? Tu n'es pas du genre revanchard, tu ne devrais pas en retirer une once de fierté. Et pourtant ... Prenant sur toi, tu inspires profondément et ... Un instant, tu penses à tourner les talons, tu n'as rien à lui dire, rien envie de lui, mais tu avances à sa rencontre. Tu ne pars pas et tu te retrouves debout devant sa table. Seulement, tu ne t'assieds pas. Il y a un an maintenant que tu n'as plus pris place en face d'elle dans ce fast-food et tu ne te sens pas la force de le faire maintenant. Par contre, tu trouves le courage de lui demander depuis quand elle est de retour et comment elle va. Ça ne devrait pas t'intéresser. Tu devrais te ficher qu'elle aille bien ou non et, en même temps, ça t'importe plus que tu ne l'avoues.

Son regard se relève vers le tien et tu arrêtes de respirer. Tu retiens ta respiration tout le temps qu'elle parle, l'écoutant butté sur chaque mot et hésiter. Quelques jours ? Est-ce qu'elle comptait t'appeler ? Pourquoi elle ne l'a pas fait avant en fait ? Tu l'écoutes dire qu'elle est contente d'être de retour à la maison et tu sens la bile envahir ta bouche. Pourtant, tu ne dis rien, tu ne t'énerves pas, tu restes là, aussi impassible qu'une statut. Tu aimerais crier, déverser ta colère sur elle et en même temps, tu ne vois pas ce que ça changerait. Ce qui est fait est fait. Pour autant, tu ne penses pas non plus à tirer un trait sur le passé. Ce serait trop facile, surtout sans explication de sa part. Tu blêmit.

- « Jusqu'à il y a quelque seconde j'aurais dit que j'allais bien … Maintenant je t'avoue que je ne sais plus trop bien ce que je doit répondre à ta question. »

Toujours cette colère sous-jacente dans ta voie qui la fait trembler. Ton regard aussi l'exprime, mais s'adoucit lorsqu'elle t'invite à t'asseoir. Tu hésites. Tu t'apprêtes à le faire, mais elle reprend la parole. La façon dont elle prononce ton prénom t'est douloureuse, mais le pire arrive lorsqu'elle vient poser sa main sur la tienne. Tous tes muscles se crispent. Tu aimerais laisser ta main en place, mais tu en es incapable, surtout en l'entendant s'excuser, alors tu la retires d'un geste et la fusilles du regard.

- « Ça me fait une belle jambe tient ! Un an Rosa ! Ça fait un an que t'est partis sans un mot, sans une explication. Ta même pas donné de nouvelle. Mais te revoilà ! Tu crois que c'est si simple ? Qu'il suffit de dire que t'est désolée ? Bordel ! Tu comptait au moins m'appeler ou non ? »

Laissant éclater ta colère, tu cries et sincèrement, ça te fait du bien. Sûrement moins au gens qui vous entoure vu les regards qu'ils vous lancent. Tu t'en fous. Qu'ils aillent au diable tous. Seulement ... Seulement, tu ne devrais pas t'énerver comme ça. Ton cœur te le rappelle par un élancement douloureux et tu grimaces. T'asseyant finalement face à Rosaline, tu portes la main à ta poitrine et inspires pour retrouver ton calme et apaiser tes palpitations. Manquerais plus que tu faces un infarctus en plein milieu du fast-food. Tu inspires profondément, puis tu expires. Tu relèves alors les yeux.

- « Pourquoi t'est partie ? »

Fiche créée par © Summers & Rinema
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message I'm sorry || Christian ›
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm sorry || Christian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Christian Vs Cena
» [Foot en Herbe] Christian Gourcuff, qui s'y frotte s'y pique !
» Christian Vs Alberto Del Rio
» Wade Barrett et C-A vs Bobby Lashley et Christian
» Christian VS Batista.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Corbeille des sujets-
Sauter vers: