Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 287
Célébrité : Colleen Deegan

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Mar 3 Juil - 21:50



Food & Charges

- Marple Spring, Centre-ville
- Appartement N°7, chez Jane C. Shepard

Le week-end, instant de repos trop court dans la semaine, était néanmoins toujours le bienvenue après les journées de travail harassantes. La veille, c'était l'anniversaire du mari de Haver et comme promis, il y avait un peu de monde et des grillades, même beaucoup de grillades, je n'avais déjà plus faim lorsque que le gâteau était arrivé. Au moins mon cadeau avait réjouit l'homme qui partageait la vie de ma seconde, il s'était même fendu d'une étreinte un brin gênante mais j'étais plutôt joyeuse donc je ne l'avais pas repoussé. Je n'avais pas autant bu qu'à la fête chez Reddick mais suffisamment pour me sentir mieux. Ce dimanche donc, c'était une petite gueule de bois qui m'attendait au réveil. Un état rapidement dissipé à coups de tasses de thé, d'exercices matinaux, d'eau, d'une bonne douche mais aussi d'un... petit moment rien qu'à moi, c'est fou ce que ça aidait à décompresser mine de rien. Outrageusement satisfaite, j'étais relaxée en sortant de la douche, même détendue à l'idée d'attaquer une journée de farniente.

Ne rien faire était un luxe pour moi mais lorsque je m'y prêtais, j'avais bien l'intention d'en profiter. Je m'étais légèrement habillée en ce dimanche ombrageux d'été mais je m'en fichais, j'étais chez moi et il n'y avait personne pour m'espionner même par mes fenêtres. Vêtue d'un débardeur noir uni mis à part un petit N7 étrange mais stylisé d'apparence métallique avec un gris caractéristique et une touche de rouge sur le sein droit -cadeau de Haver il y avait de cela plusieurs mois lors de mon anniversaire de novembre dernier, sur les conseils de son mari lorsqu'il avait apprit mon prénom et mon nom, que ça viendrait apparemment d'un jeu qu'il adorait, j'avais apprécié l'attention et je trouvais même le vêtement beau à regarder- et de sous-vêtements, j'avais pris mon ordinateur portable de mon bureau pour m'installer avec dans le salon afin de regarder un film ou une série, bien engoncée dans mon canapé, certaine que cette journée allait être tranquille jusqu'à ma reprise du travail le lendemain au commissariat. Il y avait toujours cette affaire de cambriolage de l'asiatique et également celle du chef cuisinier à résoudre.

Je venais à peine de poser mon ordinateur portable sur ma table basse et de m'assoir sur le canapé que quelqu'un frappa à ma porte. Je ne réagis pas immédiatement et mon regard se fixa sur mes jambes nues de combattante. Est ce que je pouvais apparaitre comme ça à un éventuel voisin ? Peut-être se dirait-il que je cherchai à l'allumer alors que ce n'était pas du tout le cas... Non, fallait que je m'habille. Je me levai rapidement pour aller grappiller un short en jean de ma commode, ça me couvrait pas toute la jambe et je restai peu vêtue mais au moins, j'avais l'air plus présentable. Il y eut de nouveau des coups contre la porte et je maugréai entre mes dents en sortant de ma chambre puis en rabattant l'écran de mon ordinateur portable. En deux voire trois enjambées, j'étais arrivée à la porte.

Ça va, j'arrive, bordel ! On est dimanche putain !

Par le judas, je reconnus un air familier : le chef cuisinier Preston et il n'avait pas l'air d'avoir les mains vides. J'arquai un sourcil en le reconnaissant avant d'ouvrir.

Preston. Qu'est ce que vous foutez l... Euh qu'est ce que vous avez là ?

Le ton d'abord irrité d'avoir été ainsi dérangée passa rapidement à un étonnement plutôt circonspect de voir ce qui trainait dans les mains de l'homme blond. On aurait dit... la forme d'une bouteille et ça avait l'air de ressembler à... des plats ?

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.


Dernière édition par Jane C. Shepard le Mer 3 Oct - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 99
Célébrité : Ryan Gosling

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Mer 4 Juil - 14:35

Jane & AlexFood & Charges 

La porte avait rapidement été réparée et Alex put avoir une nuit de sommeil tranquille, aussi tranquille qu’elle pouvait l’être après un cambriolage. Rêves, cauchemars en tout genre, le reste de la semaine fut plus difficile que prévue et il était un peu à vif, tolérant encore moins d’excuse à son travail. Il avait réussi à poser quelques questions aux autres cuistots lorsqu’ils terminaient leur service et il apprit que son second croyait fermement avoir la place après le départ de l’ancien chef. Et cela l’avait énervé plus que de raison. Il n’avait pas montré beaucoup de sympathie à son égard mais faisait le travail, sans broncher. De ce qu’Alexander savait lorsqu’il lui laissait la cuisine, cet homme ne fonctionnait pas de la même manière, c’était certes différent et le travail était fait. Il n’en attendait pas plus de sa part.

Le week-end arriva, il bossa samedi toute la journée et rentra chez lui à deux heures de matin, épuisé. Épuisé, il tomba de sommeil mais se réveilla tout de même assez tôt, plus par habitude qu’autre chose. Alex hésita quelques instants à aller voir la policière qui vivait un étage en dessous pour lui parler de ses doutes au sujet de son second. C’était dimanche et elle risquait de l’envoyer chier. Le dimanche n'était pas un jour anodin pour le jeune homme. Alors il regarda dans son frigo et un sourire se dessina sur ses lèvres. C’était un repas qu’il aurait dû cuisiner vendredi soir mais fut annulé au dernier moment. Souris d’agneau confite avec un écrasé de pommes de terre accompagné du vin rouge qui allait avec. Rien d’impressionnant pour le cuisinier qui s’attaqua à préparer le tout en mettant de la musique sur son téléphone portable, à défaut de pouvoir la mettre sur sa chaîne hifi.

Lorsque le repas fut prêt, il les mit dans des tupperwares en verre et attrapa la bouteille de vin après s’être habillé simplement avec un haut sombre et un cargo clair en toile ample et confortable. Il descendit les escaliers et s’arrêta devant la porte où était inscrit le numéro 7. Il frappa à la porte quelques coups et attendit. Peut-être qu’elle n’était pas là et il se retrouvait un peu con. Il n’y avait pas pensé une seule seconde. Il refrappa après une minute et reconnut immédiatement la voix tonitruante de la militaire qui beugla qu’il était dimanche. Il y eut un silence puis la porte s’ouvrit.

Alex lui adressa un sourire à la vue de la jeune femme vêtue plus légèrement que lors de leur première rencontre. Un short et un t-shirt avec un N7 écrit dessus. Une marque sûrement. Elle fut surprise de la voir tenant deux plats et une bouteille de vin. Son ton sur le coup irrité se transforma pour paraître plus surpris, voir méfiant. Il répondit calmement et chaleureusement pour se justifier de sa présence.

Bonjour Lieutenante. Je sais que c’est dimanche, c’est le meilleur moment pour manger un bon plat non ?

Le jeune homme n’attendait pas vraiment de réponse. Le dimanche pour certain était sacré et il était vrai que pour les Preston, un bon repas ce jour-là était de mise. Alex le passait depuis des années, seul mais continuait à faire perdurer cette habitude. Mais il était certain que cette explication ne suffirait pas à passer le pas de la porte, alors le cuisinier ajouta sans lui laisser le temps de réagir.

Je venais vous remercier pour m’avoir donné le numéro de Sykes. Il m’a aidé pour le coup. Et j’ai eu l’occasion de discuter avec mes collègues. Peut-être que vous préférez attendre lundi à votre travail mais pourquoi pas faire une pierre deux coups ? Si vous n’y voyez pas d’inconvénients.

Il lui tendit la bouteille de vin qui allait accompagner la viande comme il faut. Et si elle ne voulait pas lui parler, Alexander serait prêt à lui laisser le repas car il tenait à la remercier comme il se doit. À New York, il était impensable de faire cela, les gens se croisant à peine, même comme voisin. Mais ici, tout était différent. Les gens se connaissaient, se reconnaissaient et tout se savait… Les petites villes…

J’espère que vous aimez l’agneau !



@Jane C. Shepard Fiche créée par ©️ Summers


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 287
Célébrité : Colleen Deegan

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Jeu 5 Juil - 20:14



Food & Charges

- Marple Spring, Centre-ville
- Appartement N°7, chez Jane C. Shepard

Preston s'invitait chez moi ? Mais il se prenait pour qui, mon amant ? Ma méfiance demeura un temps en fronçant doucement les sourcils alors que je m'appuyai contre l'embrasure de la porte, les bras croisés, en lui faisant barrage pour le moment. Au moins, Sykes avait arrêté de faire le vieux con avec les nouveaux locataires et aidait. Je me rappelai en effet que j'avais demandé à Preston de se renseigner pour nous aiguiller sur une piste à son travail mais fallait-il en venir à manger ensemble ? Il me tendit une bouteille de vin rouge de Californie que je regardai un instant avant de le fixer lui. Son intention était... louable à défaut d'un autre mot mais je commençai déjà à me demander ce qui lui passait par la tête alors que je ne me sentais pas vraiment proche de lui. Je fis d'abord une moue.

Vous ne manquez pas d'air Preston. Très bien... Venez m'en faire part.

Je m'emparai donc de la bouteille de vin avant de lui répondre d'un air sarcastique puis de lui dire de rentrer. Peut-être venais je de faire rentrer le loup dans la bergerie mais il ne valait mieux pas qu'il sache ce à quoi il s'exposait s'il tenait le geste de trop. Je refermai la porte derrière lui avant de nous amener dans la cuisine. Comme d'habitude, mon appartement était propre, sans odeur et sobre mais contrairement à Lilly, je ne m'embarrassai pas de lui faire visiter. Preston me suivit, en terrain inconnu mais je sentais qu'il regardait partout où il pouvait. Sans doute était-ce différent dans son appartement voire un peu plus vide à cause de son cambriolage. D'un geste de la main, je lui fis signe de poser ses tupperwares sur le plan de travail de ma cuisine tandis que je sortis d'un tiroir un tire-bouchon.

Ravie de voir que Sykes n'est plus aussi vieux con qu'avant. Depuis que je le connais, il bavait sur une doctoresse rousse qui habitait au numéro 10 à cet étage. Elle pour le coup, est une vraie militaire, elle est médecin dans la Navy. Je sais plus comment elle s'appelle par contre... Là, elle est en déploiement pour 9 mois dans le Pacifique. J'ai fais connaissance avec elle deux ou trois semaines avant qu'elle parte, inutile de vous dire qu'on a rapidement sympathisé. Sykes s'est peut-être rendu à l'évidence et qu'elle n'était pas intéressée. De l'autre côté, je peux comprendre qu'il bave dessus, elle est mignonne et plutôt bien faite.

Je fis un sourire mesquin à Preston, amusée par le ragot que je venais de raconter avant de déboucher la bouteille de vin pendant que mon invité ouvrit les tupperwares, répandant une douce odeur de viande grillée. Je sortis deux verres à pied du placard en hauteur juste devant moi et je les posai sur la table, je laissai le vin s'ouvrir un peu. Je ne demandai rien à Preston, je me contentai uniquement de sortir deux assiettes et des couverts pour nous, je sentais bien le regard de l'homme sur moi mais j'étais concentrée sur ma tâche, tout au plus j'écoutai d'une oreille sa réponse. Cherchant dans un autre placard de ma cuisine, je pus trouver un plat pour y mettre ses souris d'agneau avec ce qui ressemblait à de la pomme de terre en morceaux. Le plat en main, je le posai rapidement sur le plan de travail.

Servez le vin, Preston. J'sais déboucher mais pas servir. Je m'occupe de mettre l'agneau et la patate pulvérisée dans le plat.

Cela ressemblait à un ordre mais je lui demandai simplement de le faire, je ne m'adressai pas à lui comme à un de mes agents. Pour le coup, je faisais un peu attention à comment je lui parlais. À l'aide de mes couverts, je mis les souris d'agneau dans le plat ainsi qu'avec un peu plus de mal, la pomme de terre écrabouillée. Preston avait bien calculé son coup mine de rien, midi était passé et je commençai déjà à avoir bien faim. Ce qui m'amenait encore à me dire que l'homme avait une idée derrière la tête avec sa générosité mais il y avait de la nourriture que je ne pouvais pas refuser. Je devais bien ça au blond, il avait l'air de rudement bien savoir cuisiner, rien ne me semblait trop cuit ou trop fade, ça sentait bon et ça avait l'air appétissant. Je fis volte face avec le plat et je le posai sur la petite table à manger dans ma cuisine. Les assiettes et les couverts prirent le même chemin et je constatai avec satisfaction que les verres de vin étaient remplis. Sarcastique, je voulus ici en savoir un peu plus sur les intentions du chef cuisinier envers moi.

Dites donc, Preston, vous savez foutrement bien cuisiner. Toute cette bouffe... bon dites moi ce que vous voulez, vous voulez que je vous dépanne de quelque chose ? Vous voulez m'inviter à diner ? Ou vous cherchez à corrompre la police ?

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 99
Célébrité : Ryan Gosling

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Ven 6 Juil - 12:28

Jane & AlexFood & Charges 

Effronterie, toupet, appelez cela comme vous voulez, il se considérait comme un bon voisin. En cherchant sur le net, c’était chaudement recommandé de faire ami-ami avec ses voisins pour pouvoir avoir quelqu’un en cas de coup dur, surtout dans une petite ville comme celle-ci. Malgré sa remarque, Shepard l’invita à entrer pour entendre ce qu’il avait à dire. Le jeune homme ne se fit pas prier et entra, entendant la porte se fermer derrière lui puis la suivit dans ce qui devait être la cuisine. Alex ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil dans les environs, pas tant pour fouiller et voir ce qu’elle avait mais bien pour voir si l’espace était le même dans chaque appartement. Et c’était le cas, bien que le sien possédait bien plus de meubles et d’affaires. Et c’était sans surprise qu’il découvrit un appartement en ordre, carré et sans la moindre zone d’ombre qui pourrait entacher la réputation de la militaire. C’était un mode de vie.

Shepard lui montra où poser les boites tandis qu’elle sortait un tire-bouchon. Observant la cuisine, il écouta la Lieutenante lui expliquer que Sykes semblait s’assagir avec le temps. Il bavait depuis des années sur un médecin de la Navy, rousse qui plus est, et qui habitait juste à côté de son appartement. En ce moment, les rouquines étaient dans son collimateur depuis la douce et pétillante Sally. Ce qui expliquait pourquoi le cuistot n’entendait jamais de bruit et qui expliquait d’autant plus que ce cambriolage n’était pas fait au hasard. Lui adressant un sourire à cette anecdote sur l’homme en question, notant qu’il faudrait qu’il rencontre dès son retour, cette rouquine. Parce qu’il était important de bien s’entendre avec ses voisins… N’est-ce pas ? Alors que le cuisinier ouvrit les tupperware, il entendit la remarque faite sur le physique du médecin. Peut-être était-ce une habitude de la militaire de mater, peut-être confirmait-elle un peu plus ses soupçons sur ce qu’il pensait d’elle. Alex répondit à son sourire en passant une main dans sa barbe.

Hmm. Ça explique pourquoi j’ai attendu devant sa porte pendant cinq minutes à blanc et qui me conforte dans l’idée que le cambriolage était prémédité.

Le jeune homme la regarda attraper des verres après avoir débouché le vin, il en profitait pour jeter un coup d’œil rapide et discret à la militaire dont les formes étaient dessinées par les années d’entraînements musclés, s’attardant quelques secondes sur son fessier, se concentrant sur autre chose lorsqu’elle eut les verres en main pour ne pas être pris en flagrant délit… Elle serait obligée de lui mettre les menottes et ce serait terrible … Cette idée fit sourire le cuisinier sans raison apparente. Shepard trouva un plat pour mettre les souris d’agneau et la purée de pommes de terre ensemble. La sauce de la viande confite allait se marier avec perfection avec son accompagnement. La jeune femme lui demanda de servir le vin et il hocha de la tête pour dire qu’il s’en occupait. Le vin avait besoin d’être un peu éventé avant d’être servi donc il attendrait le dernier moment pour le faire.

La patate n’a pas souffert, ne vous inquiétez pas, dit-il en plaisantant en regardant l’étiquette du vin.

La policière s’occupa de mettre le repas dans le plat. Alex lui aurait proposé un coup de main mais il savait qu’elle aurait refusé toute aide. Un pressentiment. Alors, le trentenaire lui tourna le dos pour regarder son appartement, la bouteille de vin toujours en main. Ils mangeraient dans la cuisine à première vue. Ce serait plus agréable que sur le canapé. Il finit par servir le vin dans les deux verres, le faisant décanter pour donner encore plus de puissance à son goût, faisant tourner la bouteille pour ne pas perdre une goutte. Le vin dégageait une odeur boisée qui serait agréable au palais.

Une fois le plat sur la table, la jeune femme lui annonça qu’il savait cuisiner. Alex eut un rire bref, clairement amusé par son commentaire mais la suite était drôle et pourtant empli de sous-entendu. Que voulait-il après tout ?

C’est comme si je vous disais que vous savez bien donner des contraventions et … Enquêter … Surtout enquêter, dit-il les deux mains légèrement levées en signe d’apaisement, en se rendant compte qu’elle allait l’étriper s’il croyait que son rôle s’arrêtait à mettre des contraventions. C’est mon métier, si je n’étais pas bon dans ce domaine, je n’aurais pas pu avoir la place de chef. Mais ouais corrompre un agent de police, c’est dans mes cordes, surtout si un repas suffit, mais ça, vous me le direz après. Et je n’ai pas, non plus, sorti les chandelles et la musique en fond, j’aurai dû ?

Au moins les choses étaient dites, sur le ton de la plaisanterie. Libre à elle de le prendre au sérieux ou non. Bien sûr que le cuisinier essaierait de voir s’il pouvait tenter sa chance. Autant, il y avait des femmes où il n’avait aucun doute, autant chez elle, tout était possible. Le cuisinier était du genre à ne pas se prendre la tête, à profiter des occasions qui lui étaient donnés sans se dire qu’il pourrait y avoir des conséquences par la suite, bien qu’il ait toujours été très clair avec elles. Attrapant les couverts, il servit avec aisance les deux assiettes tout en continuant :

Non, vraiment, je voulais vous remercier pour Sykes. C’est un peu nouveau pour moi de me retrouver dans une petite ville comme ça, ne connaître personne et me faire cambrioler dans la foulée. Les habitudes que j’avais à New York ne peuvent pas être les mêmes. Et sur le top 10 inventé sur internet, le « que faire quand on est nouveau en ville » , c’est écrit, faire connaissance de ses voisins. Même si la moitié des choses écrites dessus sont idiotes, l’idée de vous connaître un peu plus m’intéressait parce que quelque chose me dit que vous n’êtes pas d’ici non plus. Ça colle, ça colle pas, je ne peux pas savoir avant d’avoir essayé mais au moins, vous aurez eu mes remerciements et un bon repas, en charmante compagnie en prime. Quoi de mieux?

Il lui adressa un sourire satisfait de sa connerie, pourtant Alex était sérieux sur le reste. Il ne pouvait savoir s’ils s’entendraient s’ils n’avaient pas essayé de se connaître un peu. Après, Shepard pouvait ne pas avoir envie de faire sa connaissance aussi et c’était son droit. Mais ce n’était pas un mauvais bougre. Il termina de servir, faisant avec le matériel qu’il avait, n’étant pas au restaurant ou chez lui avec les bons couverts pour servir. Le chef cuisinier n’allait pas décorer l’assiette non plus mais l’assiette était dressée, plus par réflexe qu’autre chose. Il s’assit en face d’elle, attrapa le verre de vin et le levant de sorte qu’ils puissent faire tinter les deux verres ensemble avant de boire une gorgée. Oui. Il irait parfaitement bien avec le canard.

Et à côté de ça, je n’aurai pas pu passer au commissariat avant la fin de la semaine. C’est l’occasion de discuter de ça aussi.  



@Jane C. Shepard Fiche créée par ©️ Summers


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win


Dernière édition par Alexander B. Preston le Ven 20 Juil - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 287
Célébrité : Colleen Deegan

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Lun 9 Juil - 17:40



Food & Charges

- Marple Spring, Centre-ville
- Appartement N°7, chez Jane C. Shepard

Preston en répondant à ma question à demi-sérieuse, venait donc de dévoiler ses intentions envers moi et comme je m'y attendais, le bougre m'avait donc bien dans son viseur. Dommage pour lui que je n'étais pas attirée par ce qui se trouvait entre ses jambes... Le ton était sur la plaisanterie mais mon œil d'interrogatrice de police se fixa une fraction de seconde dans son regard. Il jouait la carte de l'humour mais je sentais bien que derrière, il avait une pointe d'espoir de pouvoir me mettre dans son lit. En réponse, je lui fronçai légèrement mes sourcils avant d'esquisser de la commissure des lèvres un sourire en coin un brin sarcastique. Ou amusée qui sait.

Vous avez bien fait de ne pas avoir sorti votre playlist fétiche et je ne suis pas fan des chandelles. Les seules bougies que j'allume ici sont parfumées. Et pour votre information, y a longtemps que je ne dresse plus les contraventions. Maintenant je m'occupe plutôt de rapports sur des cambriolages ou du vandalisme. Au pire y a une ou deux caches de drogue dans le lot. Rarement un meurtre...

Debout devant la petite table à manger, les bras croisés sous ma poitrine, le ton légèrement mystérieux voire indifférent... Il y avait une certaine manière de raconter la routine d'une policière plus chevronnée que ceux en uniforme. Je fis volte-face et je tournai le dos au cuisinier assis pour prendre un peu d'assaisonnement et de piquant à mettre sur la table, un temps penchée sur un plan de travail de ma cuisine. Je revins ensuite avec les assaisonnements et je les posai à côté des plats avant de m'assoir en face de Preston. Plutôt satisfaite, je laissai l'homme me servir comme il se devait, je devais admettre que j'éprouvai une petite satisfaction narcissique à le voir se mettre ainsi à mon service. On dirait qu'il n'avait pas seulement fait une formation en cuisine mais... en hôtellerie ? Ou alors peut-être avait-il été longtemps serveur avant de passer en cuisine. Un seul moyen de le savoir, le faire parler. Mais avant je le laissai débiter à nouveau ses bons remerciements et je pus également en apprendre un peu plus à son sujet.

Et il est content de sa connerie en plus ? Décidément ce genre de gugusse, ça pouvait se retrouver partout. Je réprimai un petit rire avant de lever les yeux au plafond en hochant la tête, néanmoins plutôt amusée. Ah il se démontait pas le petit, il continuait à me draguer mais ça restait tout de même respectueux, il n'y avait pas de grossièreté ni de gestes déplacés et il m'offrait à manger. Ma foi, si tous ceux qui m'avait dragués avaient pu agir comme ça... Je le vis lever son verre et je m'empressai de l'imiter lorsqu'il approcha son verre du mien pour trinquer. Le verre tinta doucement et je bus une gorgée avant de reposer le verre. Le vin était un brin costaud mais il n'était pas mauvais, peut-être irait-il bien avec cette souris d'agneau. Je commençai à découper ma viande sans lever pour le moment les yeux vers lui. Enfournant un morceau de viande puis une fourchetée de patate écrasée, je m'essuyai la bouche avec un des mouchoirs à portée avant de boire à nouveau.

Calmez-vous Preston, prenez pas le melon. C'est quand même un bon repas, c'est vrai... Justement comme vous dites, je suis maintenant curieuse de savoir ce que vous avez appris, j'ai pas envie de foutre tous vos collègues en garde à vue et paralyser l'activité de l'hôtel.

Nulle animosité ne fut manifestée de ma part, j'étais même un brin amusée lorsque je lui ordonnai de dégonfler ses chevilles mais j'étais plus sérieuse et intéressée par sa dernière phrase, c'était maintenant le moment d'en apprendre davantage pour peut-être définitivement mettre sous les verrous un gang de cambrioleurs.

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 99
Célébrité : Ryan Gosling

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Ven 20 Juil - 19:53

Jane & AlexFood & Charges 

Amusée ou sarcastique, le cuisinier ne savait pas ce que la policière pensait de ses paroles. En tout cas, elle répondit qu’elle n’aimait pas les chandelles mais aimait les bougies parfumées. Moi aussi j’ai un bain, je sais ce que c’est, surtout quand c’est pour mettre des demoiselles dedans ! Elle ratait l’occasion d’entendre des morceaux sympathiques mais il ne répondit que par un sourire à cette remarque. Shepard ajouta, afin qu’il ne se trompe plus jamais, que cela faisait longtemps qu’elle n’avait plus mis de contravention mais qu’elle s’occupait d’affaire un peu plus importante sans aller pour autant aux enquêtes criminelles. Bon, en même temps, dans une petite ville comme Marple Spring, est-ce qu’il y avait seulement un meurtre ? A moins qu’il y ait une face cachée qu’il ne connaissait pas encore, il en doutait fort.

J’imagine qu’après l’armée, enquêter sur des cambriolages et du vandalisme, c’est de la gnognotte à côté.

À la pêche aux informations ? Oui. Il ne connaissait pas grand-chose en ce qui concernait l’armée et les forces de l’ordre mais lorsqu’on se présentait comme Lieutenante, il était fort probable qu’elle ait passé plusieurs années dans l’armée avant de se retrouver coincée ici consentante ou non.

Une fois les assiettes remplis, les verres tintèrent et le cuisinier prit une gorgée pour goûter le vin. Il lui aurait fallu un peu plus de temps pour décanter mais seul un habitué pourrait le remarquer. Observant la blonde prendre la première bouchée, il la suivit et attaqua son assiette par un morceau de viande, lui aussi. La cuisson était à point, la viande fondante dans la bouche. C’était réussi, encore une fois. La Lieutenante lui demanda de ne pas se prendre le melon, ce à quoi il renâcla amusé par sa phrase.

Le melon, ça fait longtemps que je l’ai !

Il lui adressa son plus beau sourire narquois. Il prit un peu de purée, épaisse sans trop l’être et après avoir avalé, il s’essuya la bouche de la serviette posée à côté de l’assiette et expliqua avec un ton et un comportement plus sérieux un des raisons de sa venue dans l’appartement de la militaire.

J’ai eu l’occasion de discuter avec quelques-uns de mes cuistots. Il en est rapidement ressorti que mon second aurait dû avoir ma place après la retraite de l’ancien chef. Le gars reste courtois, fait son job, même si on ne fonctionne pas de la même manière, ses méthodes sont aussi efficaces que les miennes, niveau organisation. Il a eu les nerfs, d’après ce qu’ils m’ont dit, en voyant que je changeais leurs habitudes. Ce qui ne lui aurait pas plus c’estque la patronne a sûrement considéré plus avisé de m’avoir moi à la tête, plutôt que lui. Je ne sais pas si c’est vrai, si elle en a eu conscience lorsqu’elle m’a proposé le poste. Quand je l’ai confronté, sans parler du cambriolage, il m’a dit « tout est ok » sauf que ça ne me semble pas ok du coup... Je ne sais pas quoi en penser.

Il s’adossa au dossier de la chaise et regarda la jeune femme assise de l’autre côté. Neutre, sans jeu du chat et de la souris, la militaire retrouvait sûrement la personne qu’elle avait interrogé quelques jours plus tôt.



@Jane C. Shepard Fiche créée par ©️ Summers


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 287
Célébrité : Colleen Deegan

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Lun 23 Juil - 10:29



Food & Charges

- Marple Spring, Centre-ville
- Appartement N°7, chez Jane C. Shepard

Ce sourire, je le détestais, c'était le même que celui m'affichait un suspect lorsqu'il sentait que je n'avais rien pour le coincer ou pire, lorsqu'on tenait le coupable, nous étions certains que c'était lui mais nous n'avions aucune preuve. Peut-être qu'avec les autres, il laissait son boulard s'exprimer mais avec moi, il allait rester à sa place et gagner en modestie et je ne manquerai pas de le lui rappeler s'il le fallait. En réponse, je lui envoyai mon air sévère devant un type qui essayait de se la péter, un air développé à partir de l'armée pour faire comprendre au première classe devant moi qu'il n'était rien pour le moment du haut de mes galons de sergente. Au moins Preston ne continuait pas sur sa lancée et devint plus sérieux.

J'arrêtai de manger à l'instant où le blond se mit à me parler de ce qu'il avait pu récupérer de son boulot. Je posai mes couverts et je joignis mes mains devant ma bouche dans un geste de réflexion en le fixant. Je ne l'interrompis pas pendant qu'il se lança dans son explication et lorsqu'il eut terminé, je saisis mon smartphone pour prendre des notes sur ses déclarations. L'idée générale était que quelqu'un avait vu le poste auquel il était naturellement promis lui filer sous le nez, c'était une raison suffisante pour le mobile d'un cambriolage. Le second de Preston était donc considéré comme un suspect à partir de cet instant même si rien ne permettait d'étayer son accusation. Peut-être que le chef cuisinier se faisait des idées mais ce qu'il disait avait du sens, il fallait creuser de ce côté là en attendant les résultats de la récolte d'indices qui tomberait dans la semaine. Je terminai la prise de notes avant de reposer mon smartphone et de regarder ailleurs, mon menton reposant dans la paume de ma main, réfléchissant à ce qui a été donc dit.

Je vois, il ne vous semble pas crédible. Vous savez que ce vous venez de dire peut passer pour une dénonciation ? ... Bon, on n'a rien pour l'incriminer pour le moment, j'attends le résultat de la récolte d'indices dès lundi, j'espère que les photos et les constatations effectués par mes agents apporteront quelque chose. J'ai déjà interrogé des voisins dont Sykes, ils ont entendus du bruit mais ça a semblé normal à tout le monde, pas de pas précipité ou d'éclats de voix... la porte a pourtant été forcée et ça n'a attiré l'attention de personne... seul Sykes avait trouvé cela suspect. Mais si on a rien d'autre... étant donné que vous ne connaissez que vos collègues ici, j'ai bien peur qu'il nous faille interroger tout votre personnel. Je ne peux pas accuser et coffrer quelqu'un juste sur votre ressenti.

Je repris un morceau de viande que j'ingurgitai, pensive. L'idée de paralyser même un temps l'activité du restaurant d'un hôtel ne m'enchantait pas et pour le coup, j'espérai vraiment que l'on ai trouvé quelque chose d'intéressant dans la récolte d'indices. Je pris une impressionnante quantité de purée dans ma fourchette avant de l'enfourner comme si de rien n'était, ma réflexion intensive. Pour le moment, on ne pouvait rien faire mais si on pouvait trouver la moindre chose, même un cheveu ou une empreinte, ça pourrait suffire pour nous orienter dans l'enquête et permettre sa résolution rapide et puis si jamais il avait déjà un casier judiciaire, nous n'aurions aucun mal à remonter jusqu'à lui. On pouvait être ici près du but.

On verra avec quoi on se retrouvera. Si on a des éléments pour incriminer votre second même infimes, on le mettra à table. Peut-être qu'à vous il vous dit que tout est Ok mais je déteste que l'on me mente ou me cache des choses.

Je me levai de ma chaise pour rejoindre les plans de travail de ma cuisine en tournant le dos à Preston. Par réflexe, je pris les assaisonnements pour les mettre sur la table avant d'aller ouvrir mon frigo, un peu plus près de la table. Une sensation désagréable prit naissance dans le bas de mon dos et sans me soucier de la présence de l'homme, je glissai une main sous mon débardeur, lui dévoilant sans m'en rendre compte une partie de mon tatouage dans le dos, pour me gratter la peau à l'endroit qui m'irritait. J'arrêtai ensuite ce que je faisais pour prendre une bouteille d'eau et de refermer la porte du frigo avant de revenir m'assoir en face de lui. La bouteille d'eau n'était pas loin et je repris de la viande.

Pfffff je ne vous cache pas qu'un environnement comme une grande ville me manque. Plus de collègues, plus de moyens, plus d'affaires, un lien direct avec l'antenne du FBI ou toute autre agence policière fédérale, le SWAT à portée, des chiées de gens dont on peut se cogner, on peut se lier à qui on veut, toujours quelque chose à faire... Ici, y a plusieurs milliers d'habitants rien qu'à voir les infrastructures mais j'ai l'impression que c'est petit, y a pas la rumeur qu'on entend le soir en grande ville, passé 23 heures y a pratiquement plus un chat dehors, tout le monde se connait... Ça peut être bien comme pas bien. Je ne sais pas vous mais vu que vous venez de New-York vous savez peut être de quoi je parle. Je suis de Cincinnati, Ohio. J'ai été de temps en temps à New-York, il m'est arrivé de travailler avec la NYPD. Je pensais aller à Detroit en venant dans le Michigan mais non. Je suis ici.

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 99
Célébrité : Ryan Gosling

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Ven 3 Aoû - 12:18

Jane & AlexFood & Charges 

Il fallait qu’elle se détende cinq minutes. Pourquoi lui jetait-elle un regard sévère alors qu’il lançait taquin que cela faisait trop longtemps qu’il avait le melon? Prenait-elle tout le monde pour des suspects ? Ne se rendait-elle pas compte qu’il voulait simplement faire connaissance et plus si affinité si l’occasion était donnée ? Ce qui lui donnait l’envie irrémédiable de continuer à la provoquer pour voir jusqu’où elle allait aller. Mais il n’en eut pas l’occasion car ils revinrent sur la raison de sa venue.

Alex lui expliqua ce qu’il avait réussi à avoir comme information tandis que la militaire l’écoutait sans en perdre une miette jusqu’à ce qu’elle prenne son téléphone pour noter sûrement des informations ou bien envoyer un message. Shepard finit par lui parler que ce qu’il venait de dire pouvait être de la dénonciation. Arquant un sourcil, ne comprenant pas où en était la dénonciation alors qu’elle lui avait demandé de voir avec les cuistots avec qui il bossait. Le chef la laissa continuer. Elle attendait les indices récupérés dans son appartement. Sykes avait entendu des pas mais rien qui annonce un coup rapide. Il avait même remarqué que la porte avait été forcé, sûrement par un professionnel. Elle conclut qu’ils devront sûrement interroger l’ensemble de son personnel pour avoir une réponse à cette histoire. L’idée que cela soit un cambriolage lambda avait été finalement écarté.

Dénonciation ? J’aurai plutôt dit supposition mais c’est vous l’enquêtrice. Il n’a peut-être rien à voir avec tout ça mais vous m’avez demandé de me renseigner. Faites ce qui vous semble le plus juste pour avoir des réponses, dit-il sans l’ombre d’une animosité.

Si elle devait interroger tout le monde, il n’allait pas dire non. Les autres membres de son équipe ne semblaient pas leur montrer un quelconque mécontentement mais pourrait-il être surpris lorsque cette enquête aura eu une conclusion ? Elle lui expliqua qu’elle avait horreur qu’on lui mente ou qu’on lui cache des choses. Alexander ne savait pas pourquoi mais ses paroles lui donnaient l’impression que cela était aussi adressé à son égard, le ramenant quelques secondes plutôt où il avait l’impression qu’elle le considérait aussi comme un suspect. Il n’en tint pas rigueur, hochant simplement la tête en prenant une gorgée du vin rouge.

Shepard se leva et alla prendre une bouteille dos. Le chef cuisinier ne put s’empêcher de jeter un bref coup d’œil lorsqu’il la vit se gratter, laissant apparaitre un peu plus de sa peau où apparaissait un tatouage. Elle en avait d’autres mais il ne s’était pas vraiment attardé sur ses détails que ses vêtements cachaient lorsqu’elle travaillait. Continuant de manger, Alex fut surprit de l’entendre de parler d’autre chose, même si c’était en lien en partie avec le travail. Il l’écouta en reprenant une gorgée de vin. En peu de temps, le jeune homme avait eu la même impression, tout le monde se connaissait ici. On croisait les mêmes visages, il lui arrivait même de saluer certains passants qui passaient aux mêmes heures que lui. Et ce calme… Cette absence de bruit était déroutante surtout quand on avait grandi dans des grandes villes. Il lui fit un signe de tête, un sourire en coin alors qu’il désossait son agneau d’un coup de fourchette aguerrie.

Ouais le bruit de la ville me manque parfois. J’ai pas fermé l’œil les premières nuits après mon arrivée ici, expliqua-t-il amusé. Vous n’avez pas eu le choix de votre affectation ?

Autant s’engouffrer dans cette conversation, Alex avait l’impression qu’elle ne lui donnerait pas d’autre occasion de grappiller des informations à son sujet. Ne pas connaître grand monde, c’était aussi se raccrocher aux quelques rencontres faites dans l’espoir que cela débouche sur quelque chose.


@Jane C. Shepard Fiche créée par ©️ Summers


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win


Dernière édition par Alexander B. Preston le Dim 12 Aoû - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 287
Célébrité : Colleen Deegan

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Sam 4 Aoû - 13:23



Food & Charges

- Marple Spring, Centre-ville
- Appartement N°7, chez Jane C. Shepard

Preston avait raison dans un sens en disant que c'est une supposition mais il suffisait qu'un avocat qui chercher à se faire les dents longues tombe sur ce genre de supposition pour qu'il saute sur l'occasion pour dénoncer une accusation. Il y avait des cons partout, surtout dans le monde du droit. Il allait falloir que je me lie à tel ou tel avocat ici à Marple Spring pour avoir un pied dans le milieu, une lieutenante de police arrivée à ce niveau à mon âge, ça pouvait en intéresser quelques uns et moi aussi. Le blondinet avait fait comme je lui avais demandé, je n'allais pas lui en imposer davantage, il avait fait ce qu'il fallait de son côté. Je continuai d'y réfléchir dans un coin de ma tête mais de l'autre bord, je me disais que sans nouveaux éléments, je ne pourrai rien trouver d'autre. D'un accord tacite avec moi-même, je n'évoquai plus l'enquête. Et gagné lorsque je me mis à parler de mon ressenti à Marple Spring, Preston se saisit de l'occasion pour que je continue. Il n'y avait de toute façon pas autre chose à faire et la compagnie de l'homme n'était pas déplaisante non plus. Il s'était certes invité chez moi mais il compensait sa petite impolitesse. Je repris une gorgée de vin avant de répondre.

Non.

Je reposai mon verre pour reprendre un morceau de sa souris d'agneau avant de l'engloutir et détourner les yeux, le regard alors perdu en regardant par la fenêtre.

On m'a imposé de venir ici. Pour avoir sauvé une vie.

Je reposai mon menton dans la paume de ma main et je regardai Preston en retour qui s'était arrêté de manger. Cela faisait plutôt mélo-dramatique, il fallait bien l'admettre mais sur le moment, j'avais réagi sans trop y réfléchir. Je repris donc.

Vous m'avez peut-être déjà vu à la télévision ou dans les journaux. Les médias en avaient fait leurs choux gras pendant un temps. Il y a un peu plus d'un an de ça, l'attentat de Cincinnati, j'y étais. Tout avait été filmé par les hélicos des chaînes d'infos. Le terroriste retenait un otage, on l'avait cerné devant le rideau de fer d'un magasin entre McMicken Avenue et Liberty Street mais le SWAT avait deux putains de trains de retard. Les ordres étaient d'attendre qu'ils mettent les snipers en place et de l'empêcher de se barrer.

Je repris un autre morceau de viande, ayant déjà englouti une bonne partie de ma souris d'agneau suivi d'une fourchetée de purée de pommes de terre. La gorge un brin nouée en y repensant, j'avalai avec une petite difficulté et je poursuivis alors.

L'otage était un homme noir, la quarantaine à peu près. Il était en train de pleurer, il répétait qu'il avait une femme et deux enfants. Le terroriste s'en cognait bien sûr. Nous on ne devait rien faire. Pour la première fois de ma chienne de vie, j'ai désobéi aux ordres. J'ai blessé l'otage.

Je plantai mon regard dans celui du jeune homme, montrant que j'étais tout ce qu'il y avait de plus sérieuse. Il ne pouvait pas comprendre mais il devait savoir.

Le terroriste avait déjà fait plusieurs victimes, pour nous, ils étaient déjà morts. Mais j'ai décidé de régler cette situation une fois pour toutes. J'ai blessé l'otage qui s'est effondré à terre. Le terroriste était à découvert, il a commencé à hurler sa phrase ordurière que son dieu était grand mais je l'ai coupé en plein dedans par deux balles dans la tête. L'otage était blessé mais sauf, les secours l'ont très vite pris en charge. Le terroriste était lui bien mort et ce jour là, au final, il s'est avéré que le seul vrai mort était ce fils de chien de terroriste.

Je finis mon assiette en quelques secondes suivantes et je reposai ma fourchette, peut-être prête à me resservir. Je me mis ensuite à fixer le mur derrière Preston.

L'otage s'en est tiré et il a pu revoir sa famille. Mais pour moi, les ennuis n'ont fait que commencer. On m'a accusé de racisme, de mépris pour la vie humaine, de désinvolture, de nonchalance, de négligence, de sadisme, on m'a taxé de meurtrière même, de salope qui jouait à Dieu, d'envoyée du mal... On m'a jeté tous les maux de la Terre.

Je repris un peu de purée de pommes de terre que je mélangeai avec la sauce de la souris d'agneau qui restait dans mon assiette pendant que je regardai Preston s'affairer avec sa barbaque. Mais d'où il sortait ce truc au fait ? Ça avait l'air bon.

J'ai été harcelée, voire agressée, je me suis défendue contre des ordures de groupes identitaires comme Black Lives Matter alors que j'ai servi avec des noirs, j'ai protégé des noirs parfois au mépris de ma propre vie et on me remercie comme ça pour avoir arrêté un attentat ? Au final, j'ai été traduite en cour, on m'a dépouillé de mon affectation et de mon affiliation à la police de Cincinnati. On ne m'a pas renvoyé de la police grâce à mes états de service dans l'armée et ceux d'avant l'attentat, je suppose que le fait qu'il n'y ait pas eu de morts a joué aussi mais la police n'aime pas trop taper sur ses membres et l'affaire a été très vite expédiée. Au final, j'ai eu une sorte de "promotion" et on m'a expédié ici parce que la police de Marple Spring était en manque d'officiers pour encadrer les agents. On m'avait promis l'enfer à cause de mes actes mais je n'ai plus jamais été emmerdée depuis la décision de Cincinnati... Voilà où j'en suis.

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 99
Célébrité : Ryan Gosling

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Dim 12 Aoû - 14:36

Jane & AlexFood & Charges 

La question avait été simple et le cuistot ne s’attendait pas à avoir une réponse aussi importante et personnelle. Non, avait été le début. La militaire lui expliqua qu’elle n’avait pas eu le choix, parce qu’elle avait sauvé une vie, ses supérieurs l’avaient envoyé dans une petite ville tranquille. Alex s’était arrêté de manger pour la regarder, les sourcils légèrement froncés. Avait-il ouvert la boite de Pandore ? Shepard lui raconta comment une action osée avait au final sauvé la vie de plusieurs personnes en arrêtant un possible attendant orchestré par un homme aux croyances dépassant toutes les religions. Elle avait pris le risque de blesser l’otage pour donner un champ libre pour atteindre le terroriste. Sauf qu’au lieu de voir cela comme un acte héroïque, un parti prit pour désenclencher la situation, cette dernière avait dégénérer. Il lui semblait avoir entendu parlé vaguement de cette histoire mais il ne s’y était pas attardé. Malheureusement, des histoires comme celle-ci, il y en avait tous les jours dans les quatre coins des Etats-unis et du monde. Les informations envoyaient que des horreurs quotidiennement pour faire vivre le monde dans un état de terreur constante.

Le cuistot reprit son repas là où il l’avait arrêtée, secouant de la tête de temps à autre en fonction de ses paroles. La Lieutenante termina en lui expliquant que depuis qu’elle avait été transférée à Marple Springs, cette histoire n’était plus ressortie mais c’était certain que toute sa vie, elle verra ce moment pivot d’un mauvais œil.

Si cet otage avait été blanc, les choses auraient été différentes, lança-t-il sarcastique en reprenant un peu de vin.
C’est toujours comme ça mais ils auraient trouvé sûrement quelque chose à redire.

Ils auraient sûrement trouvé une excuse comme quoi elle aurait dépassé son rôle, auraient désobéi ou une connerie comme ça. Il aurait pu se passer autre chose de totalement différent, Shepard aurait vécu les foudres des journalistes, des personnes se croyant bien-pensantes, prête à exprimer tout parce qu’ils avaient droit à la liberté d’expression et le bon mouton, qu’était l’Américain moyen, aurait suivi les yeux fermés.

Je suis désolé pour vous, Lieutenante.

L’idée même de ne pas avoir le choix, d’avoir ces choix imposés, de changer de vie aurait été insupportable pour le jeune homme. Il avait fait le choix de venir ici pour sa carrière, pour gagner en expérience et ouvrir son propre restaurant à la fin. Si on lui avait imposée sans lui donner l’occasion de dire oui ou non, Alex aurait probablement envoyé chier tout le monde.

Du coup, vous avez dû tout quitter, famille, amis, compagnon, ça ne doit pas être évident, surtout quand vous n'avez pas le choix, y’a de quoi être en colère.

Ce qui expliquerait aussi un peu son comportement. Ou pas. Shepard ne devait pas être ravi d’être envoyé ici, à faire un travail pour lequel elle n’avait pas été prévu à la base.



@Jane C. Shepard Fiche créée par ©️ Summers


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 287
Célébrité : Colleen Deegan

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Mar 14 Aoû - 22:26



Food & Charges

- Marple Spring, Centre-ville
- Appartement N°7, chez Jane C. Shepard

La viande disparut de mon assiette et je me résolus de prendre le temps de finir la purée de pommes de terre qui était vraiment succulente avec cette sauce qui était restée dans l'assiette. Je ne répondis pas aux premiers mots de Preston, ils ne faisaient que refléter ce que j'avais eu en tête pendant un moment. En revanche, je levai la tête de mon assiette lorsque le blondinet m'exprima sa désolation pour ce qui m'était arrivé. Il n'y avait pas de mépris dans ma réaction ou de la colère par rapport à ce qu'il disait, juste du désabusement. Je m'affalai presque sur la table, ma tête tenue par la paume de ma main, l'autre tenant la fourchette en équilibre sur le tas de pommes de terre en sauce en fixant mon invité sans voir l'assiette.

Le soyez pas, c'est pas de votre putain de faute. Mais merci. Si on avait pu dire ça pour toutes les saloperies que j'ai pu faire dans ma vie...

Ma fourchette chuta dans la purée mais attirée du regard par ce mouvement, j'interceptai la fourchette dans sa chute avant de la reposer sur le bord de l'assiette. J'hésitai un instant avant d'engloutir un peu de cette purée qui était vraiment excellente avec cette sauce. Dans mon mouvement d'ingurgiter de la nourriture, mon bras gauche faisait face à Preston et comme pour faire écho à mes propos, mon écusson de la 3rd Army et mes galons de Sergeant-major tatoués sur le bras lui apparurent de plus près que tout à l'heure, témoignage marquant mais silencieux de mon service au pays et à l'armée comme pour simplement lui faire deviner la dite nature des saloperies qu'on pouvait demander à une militaire.

Non je n'ai pas eu à faire des adieux déchirants. Ma seule famille qui me reste est mon vieux père qui est à la retraite. J'avais peu d'amis, surtout des connaissances et des collègues et aucun compagnon. Ma mutation n'a pas été difficile à faire mais elle a été difficile à encaisser.

J'engloutis en une fourchetée une colossale quantité de purée avant de m'essuyer la bouche et finir mon verre de vin avant de me servir de l'eau. C'était vraiment délicieux et les breuvages arrivaient à drainer la lourdeur de la nourriture jusqu'à l'estomac. Pour un peu, il arriverait presque à me séduire le petit Preston avec ses compétences en cuisine. La cuisine pouvait être un atout non négligeable lorsque l'on souhaitait approcher quelqu'un et à n'en pas douter, le chef cuisiner savait en user. Mais bon, c'était amusant de le voir essayer d'approcher comme ça. Bien sûr je ne lui fis pas part à un seul instant de mes pensées, je restai un brin désabusée devant lui. Regardant ailleurs d'un air absent, mon doigt caressa l'écusson tatoué.

Qui serait venu m'emmerder si en Irak, j'avais envoyé presque toute mon unité à la mort pour anéantir un groupe terroriste en représailles à un attentat et que j'aurai massacré une horde de terroristes ? Qui serait venu m'emmerder si j'avais été la seule survivante de mon unité après l'avoir conduit sans le savoir dans un guet-apens dans lequel n'importe qui aurait perdu la boule s'il s'en était sorti en vie ? Personne.

Mon regard se porta soudainement sur Preston et je me rapprochai de lui sans le prévenir. Je faisais tout de même attention à la distance entre lui et moi, je laissai tout de même un écart de plusieurs centimètres, sans trop me rapprocher ou sans être trop loin. Le regard assombri, fixé vers lui et perçant, je poursuivis mes mots.

Si on a pas vécu l'enfer que j'ai eu là bas, personne n'est en droit de me parler comme tous ces connards l'ont fait. Donc oui je suis en colère, j'ai risqué ma vie pour sauver des gens qui sont au final des putains d'ingrats sous couvert de racisme. Personne n'a le droit de me juger, j'ai refusé de voir un homme mourir car il avait une famille avec lui. Je n'ai pas manqué de le cracher à la gueule de mes détracteurs quand on m'a donné la parole pendant cette affaire. Fils de pute, merde...

Je fis un geste de dédain avec ma main avant de finir mon assiette pour de bon et de laisser tomber ma fourchette dans mon assiette dans un tintement sonore.

Enfin bon maintenant c'est derrière moi, je ne veux pas revenir là dessus. Navrée si j'vous ai fais peur... Et vous Preston, qu'est ce que vous foutez par ici ? Pourquoi vous êtes pas resté à New-York, on vous a obligé à bouger aussi ?

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 99
Célébrité : Ryan Gosling

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Dim 16 Sep - 12:34

Jane & AlexFood & Charges 


Le repas avait bien avancé et les assiettes commençaient à se vider, bouchée après bouchée. La satiété commençait à se faire sentir mais il voulait finir son repas plus par habitude que par gourmandise. Shepard la remercia même si elle ne pensait pas qu’être désolé pour elle soit nécessaire. Il n’était pas de ceux qui ressente vraiment la sensation de désolation mais éprouvait une certaine compassion car il pouvait imaginer se mettre à sa place. Alex en serait devenu dingue. Il enchaîna en lui demandant si tout ce qu’elle avait dû quitter avait été difficile, se renseignant ainsi un peu plus sur elle. La lieutenante ne possédait pas une grande famille et ne possédait pas énormément d’ami. Dur mais compréhensible. Alexander possédait de bons amis avec qui il était resté en contact mais ils ne dépassaient pas les dix doigts de ses mains. Et maintenant qu’il était à Marple Springs, les voir allait être encore plus difficile.

La militaire eut une réaction assez surprenante. D’abord pensive, touchant un tatouage qu’il avait pu remarquer tout à l’heure, elle posait des questions auxquelles elle avait déjà la réponse et dont le cuistot pouvait répondre par le même mot. Personne n’aurait rien dit si c’était ailleurs et si c’était pour un patriotisme malvenu. Shepard sortit de ses pensées et posa son regard sur le cuistot avait terminé son repas et venait de poser ses couverts dans son assiette. Elle se rapprocha brusquement de lui mais restait à une distante correct pour qu’il ne se pose pas de question face à cet élan. Le jeune homme ne bougea pas pour autant, tenant le verre de vin d’une main. Alexander préféra ne pas mettre de lui sur le feu et continuer d’attiser sa colère sur ce qui lui était arrivée. Parler avec des bureaucrates qui n’avaient pas vécu les horreurs vues par la militaire, ne servait à rien. Et là où certains penseraient avoir en face une héroïne, il voyait une personne sur qui se faire des sous, une personne que l’on pouvait mettre plus bas que terre parce que ces actions ne correspondaient pas à un groupe. La liberté était essentiel même primordiale mais une liberté mal contenu était la proie à des déviances où tout le monde pouvait agir contre tout le monde pour un désaccord.

Shepard préféra s’arrêter là, désolée d’avoir pu lui faire peur. Alex eut un haussement d’épaule, ne montrant aucun embarras suite à tout cela. Elle lui demanda en retour ce qu’il venait faire ici.

Il m'en faut plus pour m'effrayer, ne vous inquiétez pas.

Faux, cette femme avait quelque chose de parfois terrifiant... Surtout quand on savait qu'elle avait été entraînée par l'armée et il pouvait penser qu'elle avait été entraînée à tuer. Mais ça la rendait attirante du danger de tomber sur une folle furieuse adepte de la gâchette. Elle avait une certaine prestance, même en short et peu vêtue, qui forçait le respect. Rebondissant à ses questions, il continua après avoir bu une gorgée de son vin, se calant contre le dossier du siège.

Non, j’ai choisi de venir pour ma carrière. New-York est génial sur bien des points mais je n’évoluais pas. Je voulais passer chef et je ne trouvais pas de place, ni d’opportunité. Et les promesses de succession, je n’y crois plus.

Le cuistot marqua une courte pause, pensif, ne voulant pas revenir sur ce moment où la promesse de prendre la place d’un grand chef à Paris lui était passé sous le nez à cause de la femme qu’il aimait à l’époque. Même dans ce monde-là, il y avait des requins.

Megane Fitzgerald, reprit-il, qui gère l’hôtel à son nom est venu un jour dans le resto où je bossais, et m’a proposée la place de chef car le sien partait à la retraite. Une occasion que je ne pouvais pas refuser. Et me voilà. New-York me manque mais je vais faire mon trou et je finirai par ouvrir mon propre resto quand j’aurai amassé suffisamment pour, ici ou ailleurs, peu importe.

Lorsqu’Alex avait un objectif, il s’y tenait qu’importe le temps que cela prendrait. L’endroit n’était pas primordial même si, à ce jour, il pensait qu’une grande ville serait plus utile pour sa carrière, il avait pu rapidement apercevoir les charmes d’une petite ville comme celle-ci.

Et du coup Marple Spring, ça vous plaît ? Je vous ai vu le 4 juillet et j’ai appris le lendemain ce qui c’est passé. Je n’aurai jamais pensé qu’une petite ville comme celle-là pouvait être aussi mouvementé !

Et c’est le cas de le dire. Alexander n’avait pas assisté à la scène de panique, parti un peu plus tôt. Il avait vu Shepard quelques instants, sûrement là pour le travail plus que pour l’amusement.


@Jane C. Shepard Fiche créée par ©️ Summers


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
This We'll Defend
We Shall Remain Here
To Protect and to Serve

I hereby declare, on oath, that I absolutely and entirely renounce and abjure all allegiance and fidelity to any foreign prince, potentate, state, or sovereignty of whom or which I have heretofore been a subject or citizen; that I will support and defend the Constitution and laws of the United States of America against all enemies, foreign and domestic; that I will bear true faith and allegiance to the same; that I will bear arms on behalf of the United States when required by the law; that I will perform noncombatant service in the Armed Forces of the United States when required by the law; that I will perform work of national importance under civilian direction when required by the law; and that I take this obligation freely without any mental reservation or purpose of evasion.

On my honor, I will never
betray my badge, my integrity,
my character or the public trust.
I will always have the courage to hold
myself and others accountable for our actions.
I will always uphold the
constitution, my community, and the
agency I serve.

Age : 37
Né(e) le : 07/11/1981
Quartier : Centre-Ville
Je suis : Policière
Inscrit depuis : 02/10/2017
Messages : 287
Célébrité : Colleen Deegan

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Mer 19 Sep - 17:54



Food & Charges

- Marple Spring, Centre-ville
- Appartement N°7, chez Jane C. Shepard

C'est avec soulagement voire avec une dose de satisfaction que j'entendis Preston répondre à mes questions et s'ouvrir un peu plus. C'était maintenant à son tour de le faire et il était intéressant d'en savoir plus sur lui. Je m'assis un peu plus confortablement, adossée contre le dossier de la chaise et la jambe droite repliée sur mon genou, ma tête reposant contre la paume de ma main, le bras replié sur le haut du dossier. Au moins il n'avait pas pris la fuite en courant en sachant qu'il avait devant lui quelqu'un d'entraîné à tuer avant d'être tué. J'eus comme réaction à sa réponse, un simple sourcil arqué sur mon visage qui le regardait sévèrement.

Preston était donc ici par choix. Cela me surprit car je m'attendais à une venue contrainte à Marple Spring. Rien que de l'entendre parler de New-York raviva mon envie de revenir vivre et travailler en grande agglomération. À en juger par ses propos, il semblerait aussi que ça ne soit pas seulement le manque d'opportunités qui l'ait poussé à partir mais sûrement à quelques mauvais coups professionnels comme une sorte de trahison ou de promesses non tenues, ironiquement, exactement ce qu'il a fait subir à son second en cuisine. En y réfléchissant un peu plus, Preston avait tout de même subi une certaine forme de contrainte et de pression pour venir ici mais il a préféré partir avant d'y être poussé ou qu'on lui ai carrément montré la porte. C'est sur cette prises des devants que le blondinet s'était donc retrouvé chef dans la cuisine du Fitzgerald. Au moins il avait le poste qu'il convoitait, certes pas dans les restaurants gastronomiques les plus huppés de New-York mais il avait la possibilité de s'épanouir et il suffisait qu'un représentant d'un autre restaurant d'un plus haut standing se pointe, aime sa cuisine et il pouvait se retrouver bombardé dans une cuisine plus luxueuse que celle du Fitzgerald. Paradoxalement, j'aurai aimé pour ma part rentrer à Cincinnati.

Je vois. Vous vous êtes barré avant qu'on ne vous mette dehors parce que vous n'évoluiez pas. Mais comment vous avez atterri ici ? Marple Spring, c'est pas tellement à côté vis-à-vis de New York, vous auriez peut-être pu avoir d'autres opportunités sur la côte est.

Le chef cuisinier me répondit après un instant de silence comme s'il ruminait ses pensées et le moins que l'on puisse dire était qu'il avait eu de la chance. C'était la gérante du Fitzgerald, propriétaire de l'hôtel du même nom qui était venue le chercher à New-York, peut-être aiguillée par des contacts ou des appels passés à son sujet ou un peu par hasard, je ne le savais pas. Peu après, Preston me confia son projet d'ouvrir son propre restaurant ici à Marple Spring ou ailleurs dans un autre endroit, j'imaginai que c'était la suite logique à la carrière d'un chef cuisinier, ouvrir et gérer son propre restaurant. Ça aurait été étrange si à mon tour je me mettais à dire que je créerai ma propre SMP ou ma force de maintien de l'ordre privé, peut-être ma propre boite de sécurité... Mais non ce n'était pas quelque chose qui me bottait beaucoup, je voulais continuer de servir mon pays sans forcément faire de profit, je ne voulais pas devenir très riche et j'avais déjà malgré moi, une petite notoriété grâce ou à cause -c'est selon- de Reddick et de son reportage. Je fis une moue discrète avant d'attraper mon verre de vin et de le finir pour de bon puis d'y mettre de l'eau. Le vin était un alcool qui me donnait soif.

Ça me plait... Oui et non, faut dire. Oui parce que au moins je ne suis pas dans le trou du cul du monde avec trois cahuttes de merde occupées par des rednecks mais non parce que j'aurai préféré encore être mutée dans une grande ville de l'Arizona ou du Nouveau-Mexique ou de Floride bouffée par la criminalité et la drogue et devoir reprendre l'uniforme.

Je finis mon verre d'eau cul sec avant de me resservir à nouveau et de reprendre ma position de tout à l'heure, le corps tourné de biais vers Preston en le voyant.

Ce n'est pas si... petit que ça Marple Spring parce que si vous regardez bien, avec toutes les infrastructures qu'il y a ici, la ville mériterait d'avoir au moins 3 ou 4 fois plus d'habitants si ce n'est même plus. On est une petite agglomération avec les infrastructures d'une ville moyenne, on a un ranch, un hôtel de luxe avec deux ou trois autres établissements, un collège et un lycée, des équipements sportifs et un centre omnisports, une zone commerciale, un centre-ville somme toute assez dynamique, notre propre gare et commissariat... Bref, si les politicards de la ville le voulaient, on taperai dans les dizaines de milliers d'habitants voire on approcherait de la centaine. Exemple tout con : avec les effectifs qu'on a au commissariat, avec le nombres d'adjoints et d'officiers supérieurs qu'on a, on devrait être dans une ville plus nombreuse. J'ai 4 agents sous mes ordres, y en a d'autres, on a notre propre légiste et chaine de commandement, comprenez par là qu'on ne dépend pas de Detroit, on travaille avec eux. Il n'y a que pour les appels où l'on dépend de Detroit, on n'a pas assez d'importance pour avoir notre propre central d'appels.

J'avais insisté sur la prononciation du "avec" pour bien souligner l'importance prise par la police de Marple Spring par rapport à celle de Detroit, nous n'étions pas juste une bête police de campagne avec des uniformes de shérifs, nos propres uniformes ressemblaient beaucoup à ceux de la police de Detroit et nos agents effectuent beaucoup de tâches qui seraient d'ordinaire dévolus à une police plus importante si nous étions dans un petit bled paumé dans la campagne du Midwest.

Je dois vous avouer Preston que j'ai crains pour ce 4 juillet. Un meurtre par balles dans la foule, la panique qui se répand, des blessés à cause des bousculades et des quelques piétinements et un cadavre plein de trous. Je n'ai pas connu un tel bordel depuis Cincinnati. On a dû en plus retenir tous les gens de la fête pour calmer la panique et prendre les premières dépositions. J'ai dû appeler Detroit qui m'ont aussi amené des renforts d'autres petites villes pour encadrer tout le monde. Parce que bien sûr, personne parmi les gradés de la police de Marple Spring n'a voulu prendre ses fonctions ce soir là, qui c'est qui a dû s'en charger ?

Je levai mon pouce droit dans ma direction pour répondre à ma propre question.

J'ai dû mobiliser du monde car sinon on était débordés. Autant vous dire que je n'ai pas dormi une minute cette nuit là et le lendemain matin, le rapport était écrit et posé sur le bureau du shérif à 08:00 tapantes. Les vieilles habitudes ont la vie dure. J'ai depuis repris sur ordre du shérif l'enquête criminelle sur le meurtre parce que personne d'autre à part moi et ma seconde Haver n'avait d'expérience sur des crimes majeurs comme un meurtre. C'est vous dire... Eh j'vous rassure Preston, vous pouvez vous balader ici librement sans vous faire égorger hein. Non mais je vois votre tête, on dirait que je viens de vous dire qu'on entre en guerre.

Je fis une moue amusée avant de faire un petit rire en voyant le visage du cuisinier. Il avait l'air amusé... Apeuré ? Non... perplexe peut-être ? C'était assez marrant.

... mots & .. lignes complètes. Fiche créée par © Summers


Anything like... Classic Rock... That kind of stuff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 99
Célébrité : Ryan Gosling

Message Food & Charges [TERMINÉ] › Mar 2 Oct - 20:18

Jane & AlexFood & Charges 


La Lieutenante était contente de ne pas avoir été envoyée dans un trou paumé mais aurait préféré un lieu où il y avait plus d’action, où la criminalité était élevée. Il l’imaginait bien en pleine course poursuite comme l’on pouvait voir dans les séries. L’adrénaline du terrain devait être quelque chose auquel la jeune femme était accro. Ce qui pouvait être compréhensif. Il la vit se servir d’eau à la place du vin, conscient peut-être que la blonde n’était peut-être pas amatrice de vin rouge. Il se resservit, quant à lui, un demi verre de vin alors qu’elle lui expliquait que la ville où ils avaient tous les deux atterri méritait plus que son statut de petite ville. Elle avait tout pour gagner en population. Alex hocha de la tête, d’accord avec elle. De ce qu’il comprenait, Shepard était en train de lui faire comprendre qu’elle avait trop d’hommes sous ses ordres par rapport aux délits qu’il y avait en ville. Il eut une moue amusée alors qu’elle terminait ses explications, enchaînant sur ce qui s’était lors du 4 juillet.

La militaire lui raconta comment c’était déroulé la nuit pour elle et voir que ces collègues de travail n’avaient pas voulu prendre leur fonction le surprit. Flic un jour, flic toujours non ? Comment des personnes des forces de l’ordre, même si elles ne travaillaient pas pouvait laisser leur collègue dans la merde alors qu’un meurtre avait été commis ? Il fronça les sourcils, perplexe ne disant rien, reprenant une gorgée de vin. Elle voulut le rassurer en lui annonçant qu’il pouvait se balader librement en ville. Haussant un sourcil, le sourire revenant sur ses lèvres, il croisa à son tour les jambes de manière détendu.

J’avais plus de risque de me faire planter à New York qu’ici. Enfin, ici je me fais cambrioler, on ne joue pas au même niveau, lança-t-il ironique. On ne s’attend pas à ce qu’il se passe ce genre d’évènement un 4 juillet, dans une petite ville comme celle-ci… Comme quoi, on peut être surpris partout.

Il avait vraiment eu l’air con en apprenant que moins d’une heure après son départ de la soirée, un homme avait décidé d’en tuer un autre. Au fond, il espérait que cette personne soit rapidement retrouvée mais vue la foule présente lors de l’évènement, il en doutait bien qu’il ne remettait pas en cause les talents de la militaire assise en face de lui. Il poussa un soupire d’aise. Repus, il profita encore de quelques instants dans ce lieu, échangeant encore avec la jeune femme qui semblait être moins sur la défense après ce bon repas.

Je ne vais pas vous embêter plus longtemps Lieutenante, j’espère que les informations que j’ai pu récupérer au sujet de mon second vous aideront. J’espère aussi que ce n’est pas lui. Mangez les restes, vous me rendrez le plat à l’occasion.

Une bonne occasion pour se recroiser, dans l’espoir que l’enquête sur le 4 juillet n’empiète pas trop sur celle de son cambriolage. Il avait peu d’espoir de retrouver ses affaires mais savoir que la personne à l’origine soit sous les verrous le rassurerait. Coup d’un de ses nouveaux collègues de travail ou cambriolage purement aléatoire. Il se leva, la remercia de l’avoir reçu et lui souhaita une bonne journée. Je finirai bien par l’avoir, je la travaillerai au corps s’il le faut !


@Jane C. Shepard Fiche créée par ©️ Summers


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Message Food & Charges [TERMINÉ] ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Food & Charges [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dog food stalls with the beefcake pantyhose [Livre 1 - Terminé]
» CNN: Food prices rising across the world
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: RPs Terminés-
Sauter vers: