Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Ven 1 Juin - 22:19

One night of magic rush
Alexander & Louise
Elle se sentait seule ce soir. Le genre de solitude qu’elle n’aimait pas, qui la faisait trop réfléchir, trop penser au passé, à son père, à son frère, à Andrew. Malgré tous ses efforts pour le chasser, il était encore là, après toutes ces années, comme un trou béant dans son cœur qu’elle essayait de combler de pierre. La plupart du temps, ça fonctionnait, elle oubliait par un moyen ou un autre, et plus rien n’existait que l’instant présent et le plaisir qu’elle pouvait en tirer. Alors elle continuait, comme une drogue, à souiller son âme pour ne plus pleurer. Les larmes, ce n’était pas son truc, c’était montrer qu’au fond, il y avait une fragilité qu’elle était incapable de contrôler et ça, c’était impossible à admettre. Alors ce soir, elle maquillait ses yeux de noir, enfilait une robe rose poudré, recoiffait ses cheveux roux, et sortait rejoindre ses amies, qui l’attendaient sans doute déjà au bar habituel, le Mambo.

Une fois entrée, il ne suffit que de quelques secondes avant d’entendre les cris de ses amies qui l’appelaient à une table, non loin du comptoir. Elle sourit et s’approcha d’abord du barman pour lui demander une première consommation, avant de rejoindre ses amies. « Toujours aussi bruyantes, à ce que je vois. » Elle fit un petit clin d’œil suite à la remarque du barman et partit avec son verre en main. Elle fut accueillie dans la joie et la bonne humeur, juste assez pour lui faire oublier toutes les peines qu’elle pouvait avoir au cœur. Elle était fière et contente d’avoir réussi à se trouver une place ici, avec tout ce qui s’était passé. Elle avait de la chance que l’histoire de son père ne se soit pas ébruitée jusqu’ici, ou du moins que personne ne fasse la connexion entre les deux. Elle avait déjà perdu assez d’amis à cause de lui, en plus de son frère. Il lui manquait souvent, bien plus qu’elle ne le disait, et d’ailleurs, personne ici ne savait qu’elle avait un frère. Il appartenait au passé, lui aussi, aussi regrettable que cela puisse être, elle ne savait pas comment le joindre, et avait trop honte pour le faire.

Les verres s’enchaînèrent et après un moment, elles se mirent toutes à danser au rythme de la musique qui passait dans le bar, ignorant totalement les regards des clients parfois agacés. Quelques-uns se joignirent à elles et la fête ne fut que plus folle. Lorsqu’elles reprirent leurs places à la table, les rires ne s’arrêtaient plus. Et la soirée ne faisait que commencer. « Oh ! Cible en vue ! A dix heures, au comptoir ! » Chacune d’elles se retourna pour observer celui désigné pour cible, un grand blond plutôt musclé, seul, avec son verre. « Louise ? » Ses deux amies souriaient, comme si elles savaient déjà ce qu’elle allait faire. Elles échangèrent un regard complice, Louise finit son verre, puis se leva et se dirigea directement vers le comptoir, à côté du jeune homme, sans le regarder, dans un premier temps. « Un martini s’il-te-plaît. » Le barman la regarda, regarda l’inconnu, roula des yeux comme s’il se doutait de la suite, puis la servit. Elle prit son verre et en prit une première gorgée avant de tourner son regard vers le jeune homme. Elle attendit quelques instants avant d’engager la conversation. « C’est dommage de prendre un verre en restant seul au comptoir. » Elle jeta un bref coup d’œil à ses amies qui ne loupaient rien de la scène, avant de sourire à l’inconnu en levant son verre pour trinquer. « Envie d’un peu de compagnie ? »


† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.




Dernière édition par Louise R. Crawley le Mar 7 Aoû - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 100
Célébrité : Ryan Gosling

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Ven 1 Juin - 23:56

One night of magic rush
Louise R. Crawley & Alex B. Preston

Lorsque vous vous installez dans une nouvelle ville, les yeux plein d’espoir et un regard braqué vers l’avenir, vous ne vous attendez pas à vous faire cambrioler dans les premières semaines de votre emménagement. C’était le cas d’Alexander qui se retrouvait comme un con avec un appartement vide et la moitié de ses cartons non déballés perdus dans les méandres de la ville, probablement revendus. Adieu guitare, adieu vêtements, adieu objets avec une certaine valeur sentimentale. Il n’avait pas eu le temps de redescendre de ses émotions que le trentenaire devait enchaîner ses journées à l’hôtel Fitzgerald pour continuer d’impressionner les papilles gustatives de sa nouvelle et exigeante patronne.

Il terminait son service, laissant le soin à son second et les autres cuistots de terminer de nettoyer et ranger la cuisine tandis qu’il prenait un peu d’avance pour rentrer. La soirée était déjà bien avancée pour lui mais il ne travaillait pas trop tôt le lendemain et pour se changer les idées, Alex avait décidé de sortir, boire un verre et tenter par la même occasion de ne pas rentrer seul ce soir. Rentrer, oui mais pas chez lui. Il passa prendre une douche pour enlever les odeurs de cuisine et s’habilla avec ce qu’il avait pu sortir des cartons. Pas de costard trois pièces pour lui ce soir, forcément ceux-là, il pouvait leur dire adieu, mais il put enfiler un haut ainsi qu’une veste de costard. Sobre sans être trop prétentieux, cela lui donner une certaine classe et une certaine élégance … De quoi attirer le regard sur les midinettes en mal d’amour. Un dernier regard dans le miroir, une main dans les cheveux, il partait en direction d’un bar branché nommé le Mambo. Un commis de salle lui en avait parlé et il était temps pour lui de le tester.

Entrant dans le bar, la musique n’y était pas assourdissante mais assez importante pour entraîner des personnes sur ce qui semblait être un espace de danse improvisée. Beaucoup de filles, probablement un peu pompette qui avait réussi à lancer les autres personnes sur la piste de danse. Alexander les observa quelques secondes avant de s’avancer en direction du bar. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour croiser le regard d’une brunette aux yeux bleus et dont la tenue était un appel à la luxure. Le jeune homme s’attendait à la voir débarquer dans les minutes qui suivaient. C’était clairement présomptueux de sa part de penser cela mais l’expérience était un atout dans ce constat. Il se paria à lui-même, une vieille habitude, qu’elle arriverait dans les dix minutes qui allaient suivre. Il s’installa au comptoir, adossant un coude pour observer encore les danseuses enivrées se donner en spectacle, exprimant tout leur enthousiasme et leur joie de vivre à travers de déchaînement.

Je vous sers ?
Demanda le barman qui s’était rapproché de lui.

Un whisky sans glaçon, s’il vous plaît, dit-il en tournant le dos à la salle.

Il comptait boire son verre puis attaquerait ce qu’il appelait sa chasse. Le chef cuisinier voulait se détendre un peu avant. Le barman lui posa son verre devant lui et Alex le remercia d’un signe de tête avant d’attraper ledit verre et le porter à ses lèvres. Trois, deux, un … Quelqu’un se posa à côté de lui et commanda rapidement un martini. Tournant légèrement la tête, s’attendant à voir la jolie brune, c’était une rouquine qu’il avait vaguement aperçu sur la piste de danse, se déhanchant au rythme de la musique, qui avait pris place à côté de lui. Croisant le regard du barman, il le vit lever les yeux au ciel, probablement habituée à la voir ainsi, commander la même boisson, soir après soir. Alexander eut un petit tic dans son regard marquant sa surprise mais il ne broncha pas, reposant son regard droit devant lui, pour mieux admirer la jeune femme assise à côté de lui à travers le miroir de l’autre côté du comptoir.

Une fois son martini en main, Alex s’attendait à la voir repartir mais la jolie rouquine se tourna va lui et déclara tout simplement qu’il était triste de prendre un verre tout seul. Le cuisinier tourna à nouveau la tête vers elle, sentant qu’elle était loin de son premier verre et il n’eut pas le temps de réagir qu’elle leva son verre pour trinquer avec lui. L’observant quelques secondes en silence, ne lâchant pas ses yeux verts pour ne pas aller les laisser se balader sur le reste de son corps. Il eut un rire silencieux, avant de lever son verre pour faire tinter les verres ensemble.

J’ai perdu mon pari … Lança-t-il avant de prendre une gorgée.

Par contre, Alexander n’avait pas perdu au change. Cette jeune femme était ravissante et sembler pétiller de joie, ou alors c’était l’alcool qui la rendait ainsi. Il ajouta rapidement sur un ton amusé et naturel tout en reposant son verre mais ne le lâchant pas de sa main.

Vous me prenez de court. D’habitude, je suis celui qui engage la conversation mais pas l’inverse. On fait comment après ? Est-ce là où je tombe irrémédiablement sous votre charme ou je joue l’homme difficile à avoir, celui qui ne cédera pas aussi facilement à vos avances et votre joli sourire ?

La faire rire, étape numéro un. Cette rouquine le prenait de court, c’était bien vrai mais comme un chat, Alex retomberait sur ses pattes.


@Louise R. Crawley Fiche créée par Rinema


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Sam 2 Juin - 22:15

One night of magic rush
Alexander & Louise
Quatre ans auparavant, elle était arrivée à Marple Spring complètement perdue, déboussolée, totalement isolée de tout ce qu’elle avait connu, de ses amis, et surtout de sa famille. Elle qui avait été si proche de son père, ainsi que de son frère, elle n’avait plus aucun repère, plus aucune épaule sur laquelle s’appuyer, plus personne pour la connaître et savoir lorsqu’elle pouvait craquer, ou lorsqu’elle mentait. Elle avait dû se reconstruire seule et n’avait trouvé pour seule solution que de se blinder assez pour que plus personne ne puisse l’atteindre autant qu’on l’avait fait auparavant. Elle avait créé une barrière infranchissable autour de son cœur et défiait quiconque oserait essayer d’y créer une brèche. C’était quasi-impossible, elle s’en était assurée. Elle s’était trouvé des amis assez fiables pour se sentir en sécurité sans pour autant se mettre en danger, et avait fait le choix d’enchaîner les courtes relations et les aventures d’un soir pour qu’aucun homme ne vole son cœur pour le réduire en miettes. Jusqu’à présent, tout avait bien fonctionné. La solitude la prenait quelques fois, quelques soirs où la chaleur des bras d’un parfait inconnu ne suffisait plus tellement, mais elle s’en remettait vite et continuait à avancer tête baissée, persuadée qu’elle ne se prendrait jamais aucun mur. Elle avait réussi à se reconstruire et en était fière.

Elle n’avait aucune envie de rentrer seule ce soir, alors lorsque son amie avait désigné un homme seul au comptoir, elle n’avait pas franchement hésité. Elle n’était pas du genre à attendre qu’on l’invite, bien au contraire. Bientôt assise juste à côté de la cible de la soirée, elle ne put s’empêcher de sourire en sentant le regard du jeune homme à travers le miroir qui leur faisait face. C’était presque trop facile. Si elle n’était pas ce que l’on appelait une marie-couche-toi-là, elle avait l’habitude de séduire, et rentrait rarement bredouille, tant elle avait pris le pli. Le barman aussi s’était habitué à la voir en séductrice, comme il le faisait si bien comprendre dans son regard avant de lui servir son verre de martini. Elle lança un regard vers ses amies qui s’amusaient déjà de la scène en pariant sur le temps qu’elle mettrait, la méthode qu’elle utiliserait, ou si, tout simplement, elle réussirait à séduire ce beau blond qui n’avait pas non plus l’air de se laisser faire si facilement. Tout ça l’amusait. C’était bien plus simple que de s’ouvrir entièrement, que de risquer de souffrir un peu. Elle n’avait aucun regret à avoir, ce terrible sentiment, elle l’avait suffisamment vécu, elle n’en voulait plus.

Elle engagea la conversation et savoura le regard surpris qu’il lui offrait. L’effet était réussi, une petite bataille de plus remportée. Elle leva son verre pour qu’ils puissent trinquer et il s’exécuta, son verre de whisky pas encore entamé dans les mains, puis il annonça avoir perdu un pari. Elle fronça légèrement les sourcils d’étonnement, puis esquissa un petit sourire avant de prendre à son tour une gorgée de son martini. « Quel dommage. J’espère que ça ne t’aura pas trop coûté. C’était quel type de pari ? » Elle imaginait parfaitement quel genre de pari il avait pu faire, puisqu’elle faisait exactement la même chose. Un regard vers ses amies lui indiqua que l’une d’elles avait déjà perdu, sans doute avait-elle osé dire qu’elle n’arriverait même pas à le faire parler. C’était mal la connaître. Elle continua de sourire alors qu’il lui expliquait qu’il n’avait pas l’habitude qu’on l’aborde, qu’il était en général de l’autre côté du jeu. Elle éclata légèrement de rire à sa question, et se rapprocha un peu plus de lui, toujours plus séductrice. « Ca dépend, est-ce que tu préfères que le jeu continue encore un peu, ou abandonner tout de suite ? » Elle prit une nouvelle gorgée de son verre sans le lâcher des yeux, pleine de malices. Elle n’avait peur de rien, elle était incontrôlable.

Elle reposa finalement son verre pour prendre un air plus sérieux le temps d’une minute. Elle le regarda et reprit son sourire, une nouvelle idée en tête. « Je te propose quelque chose. Un petit jeu. Je ne veux pas savoir ton nom, et tu ne sauras pas non plus le mien. Aucune information personnelle, pas d’âge, pas de travail, pas même de statut, je n’veux pas savoir si tu flirtes alors que tu devrais être bien sagement rentré auprès de ta copine. Deux étrangers, et tous les risques que ça peut comprendre. » Elle reprit une gorgée, fière de sa petite trouvaille, puis continua de la fixer, son éternel sourire aux lèvres. « Alors, qu’est-ce tu en dis ? Une petite danse ? » Elle était directe et franche, ce n’était pas son truc de passer par quatre chemins pour dire la même chose. Quand elle avait une idée en tête, elle fonçait tête la première, surtout lorsqu’il s’agissait d’oublier.



† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 100
Célébrité : Ryan Gosling

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Dim 3 Juin - 1:08

One night of magic rush
Louise R. Crawley & Alex B. Preston

La jeune femme accusa le coup alors qu’il lui annonçait avoir perdu un pari. Surprise sans l’être, elle ne se laissa pas désarçonner pour autant et préféra le tutoyer immédiatement, cassant la barrière qu’il avait mis avec un vouvoiement naturel. Elle espérait que cela ne lui avait pas coûté trop cher. Parier avec soi-même n’était pas très prolifique et il était rare que cela se termine en bagarre dans une ruelle sombre à la Tyler Durden de Fight Club. Le pari avait piqué sa curiosité car la jolie rouquine osa même lui demander le type du pari. S’armant d’un sourire énigmatique, le chef cuisinier prit une nouvelle petite gorgée de son verre, savourant le goût de cet alcool aux couleurs mordorées. Il était loin d’être le meilleur whisky qu’il ait goûté dans sa vie mais restait potable.

Je ne parlerai qu’en présence de mon avocat … Ou de plusieurs verres, Me la Juge, répondit-il en la regardant en coin, un brin joueur.

Alexander décidait d’entrer dans son jeu, plus rapidement que prévu car la jolie demoiselle ne lui laissait pas vraiment le choix. Si elle l’avait abordé ce n’était pas pour parler tricot, c’était qu’elle en voulait à son corps. Terrible sentiment de la gazelle pourchassée par le prédateur. Était-ce sa crinière de feu qui lui donnait l’impression d’être en face d’une lionne affamée ? Et pourtant, le jeune homme était flatté de ne pas avoir eu plus de dix minutes de répit. Cette ville allait de surprise en surprise. Bonne comme mauvaise. Il lui expliqua alors que ce n’était pas dans ses habitudes, qu’il était souvent le premier à accoster les femmes et que n’ayant pas l’habitude de voir une femme qui savait ce qu’elle voulait, il était presque pris au dépourvu. Inversant les rôles, Alexander plaisantait en demandant s’il devait jouer les vierges effarouchées. Elle s’approcha de lui après avoir rigolée, un regard pétillant d’un je-ne-sais-quoi amusant, à la limite du déstabilisant, presque comme si elle en faisait trop. Mais ce n’était pas Alex qui allait s’en plaindre et il n’était certainement pas là pour arrêter son ardeur. Sentant son souffle se poser sur lui, il continuait de la regarder en biais, la tête légèrement tournée vers elle, admirant ses traits de plus près.

Ça dépend ce que j’abandonne, mais en règle générale quand je joue, je gagne, répondit-il avec un sourire en coin.

C’était un brin vantard, il fallait le reconnaître mais vu la jeune femme, il ne serait pas surpris de la savoir joueuse elle-aussi surtout lorsqu’il s’agissait de séduction. Les deux jeunes gens ne se lâchaient pas du regard. Elle semblait vouloir reprendre son sérieux alors que son verre se posait sur le comptoir mais son sourire revint alors qu’elle s’adressait à nouveau à lui. Le chef cuisinier hocha à chacune de ses paroles, regardant en l’air, tout en réfléchissant à la proposition faite. Pas d’informations personnelles, rien qui puisse les pousser à se recroiser en dehors de ce lieu. Il aurait pu se mettre à genoux et lui dire qu’il l’aimait à cet instant tant la proposition faite par cette petite diablesse était parfaite. Pas de question, pas de sentiment, juste une soirée plaisante et sans lendemain. Elle l’amusait pour avoir autant d’audace face à un parfait inconnu.

Cette ville arrivera à me surprendre, définitivement, lança-t-il alors qu’elle l’invitait à danser. Ça me va mais je vais t’appeler Sally, parce que je n’ai jamais rencontré de Sally et il faut que je le raie de ma liste de personne à rencontrer, d’accord ? Je finis mon verre pour te rattraper parce que j’ai un brin de retard et on y va.

Le temps d’une réponse et le jeune homme finissait son verre dont le contenu était moins rempli que les autres alcools proposés dans le bar en dehors des digestifs. Posant son verre, il lui attrapa la main et l’entraîna vers ce qui était toujours une piste de danse où il restait encore du monde se trémoussant sur la musique moins rapide que les précédentes. Sur sa route, il croisa le regard de plusieurs jeunes femmes qui ne les lâchaient pas des yeux. Probablement ses amies. Alexander leur adressa un sourire suivi d’un clin d’œil.

Dans l’art de la séduction, si un homme ne savait pas danser c’est qu’il avait raté sa profession, surtout dans ce genre de lieu, surtout pour faire la différence avec un mec lambda. Sortir des sentiers battus, savoir plaire, savoir satisfaire pour que les jeunes femmes se laissent charmer. Mais jamais sans leur promettre d’avenir radieux. Toutes les femmes qu’ils avaient pu croiser savaient pertinemment que c’était sans avenir, sans espoir de se recroiser. Et New York, pour ça, était parfaite. Sans lui demander, il l’attira vers elle pour que leurs deux corps se rencontrent et il posa les mains sur sa taille fille pour se mettre au rythme de la musique.

Tu sembles venir souvent ici, je me trompe ? Demanda-t-il vu le regard que le barman avait posé sur la jeune femme. Tu n’as pas peur d’avoir en face de toi un homme plus fou qu’il en a l’air?

C’était histoire de discuter et surtout parce que la jeune femme ne semblait avoir peur de rien. Certes, Alexander n’était pas un tordu mais ce genre d’approche pouvait parfois tourner aux désastres. Il en avait eu lui-même fait l’expérience une fois mais il ne s’étalerait pas dessus, préférant oublier cette mauvaise soirée.


@Louise R. Crawley Fiche créée par Rinema


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Lun 4 Juin - 19:09

One night of magic rush
Alexander & Louise
Elle n’avait jamais vraiment aimé les formalités, les politesses inutiles, les faux-semblants qui créaient une barrière immense entre les gens. Elle, ce qu’elle préférait, c’était l’honnêteté, les rapprochements faciles. Ca pouvait paraître paradoxal avec sa façon d’être toujours sur la défensive lorsqu’il s’agissait de sentiments, mais elle était comme ça, tout à fait paradoxale. Elle avait abordé ce beau blond sans aucune gêne, le tutoyant immédiatement plutôt que de creuser un fossé forcé. C’était un très bon moyen de créer une complicité immédiate, et elle en était parfaitement consciente. Mieux, elle en jouait. Appelez ça de l’audace, elle en regorgeait. Le jeune homme l’amusait déjà. Il semblait entrer dans son jeu aisément, et ça ne faisait que lui plaire un peu plus. Cette histoire de pari l’intriguait, elle se demandait s’il avait un rapport avec elle, ou s’il s’agissait d’autre chose. La curiosité était un bien vilain défaut, et il fallait avouer qu’elle en était coupable. A sa réponse, elle esquissa un sourire malicieux à son égard. « Dans ce cas, il va falloir boire plus vite que ça. » Elle se mit à rire en prenant elle-même une gorgée de son verre, l’imitant sans le lâcher des yeux. Surtout, ne pas rompre le contact, à aucun moment. Une seconde d’inattention et il pouvait s’envoler, ses projets pour la soirée emportés avec lui, et il en était hors de question.

Elle n’y allait pas par quatre chemins, très sûre d’elle, et surtout de son pouvoir de séduction, elle ne laissait que peu de place au quiproquo, et sa réponse ne fit que dissiper le moindre doute possible sur ses intentions. Il n’avait donc pas l’habitude de se faire aborder de la sorte, un bon point pour elle, elle serait celle avec le plus de culot. Peut-être que c’était sa façon de lui répondre, ou bien son regard séduisant, mais elle ressentait une sensation d’adrénaline la parcourir, comme s’ils étaient tous les deux aussi joueurs l’un que l’autre, ce qui rendait le jeu bien plus excitant. Elle avait envie de gagner, coûte que coûte, avec plus de détermination qu’elle n’en avait d’habitude. Il avait l’air aussi déterminé qu’elle, puisqu’il lui avoua être du genre à gagner chaque fois qu’il jouait. Louise, elle, prit cette remarque comme un défi qu’elle se ferait une joie de remporter. Elle éclata d’un rire presque nerveux, décidément amusée par le personnage qui se tenait devant elle. « Qui sait, il y a une première fois à tout, il faut aussi savoir perdre. » Elle haussa un sourcil comme pour lui dire qu’il avait trouvé au moins aussi fort que lui.

Le jeu démarrait et elle avait trouvé les conditions parfaites, qu’elle ne tarda pas à lui exposer. Rien de personnel, pas même un nom, aucun moyen de se créer la moindre attache, de quoi se protéger entièrement tout en s’amusant. Ils ne se lâchaient plus des yeux et il semblait l’écouter attentivement alors qu’elle lui parlait de ses règles du jeu. C’était parfait pour une soirée amusante et unique, quelque chose de mémorable, sans que rien ne dure. Parce qu’après tout, tout était toujours plus précieux lorsqu’on en connaissait la courte durée. Il acquiesça, et accepta sa demande, louant cette ville qui ne cessait de le surprendre. Il décida de l’appeler Sally et elle éclata de rire. « Est-ce que je ressemble à ce point à Sally Bowles ? » Elle ignorait s’il aurait la référence de ce personnage iconique de Cabaret, mais ça la faisait rire. « Dans ce cas, je vais t’appeler… » Elle leva les yeux au ciel comme pour y trouver une réponse, puis leva son doigt, l’ayant miraculeusement trouvée, un grand sourire pendu à ses lèvres. « Jack ! C’est court, et t’as un air de Dicaprio. Et puis j’ai toujours rêvé de voler. » Titanic était loin d’être son film préféré, mais elle adorait s’en moquer. Ce soir, ils seraient donc Jack et Sally.

Il finit son verre et elle en fit autant, avant qu’il ne lui prenne la main pour l’emmener danser, comme elle l’avait demandé. C’était gagné, elle savait déjà qu’elle ne rentrerait pas seule ce soir. Sur le chemin, elle lança un regard fier à ses amies, qui ne les lâchaient pas des yeux, comme s’ils étaient leur divertissement de la soirée. Elle hocha la tête comme pour leur signifier qu’elles n’avaient pas à l’attendre, elle s’excuserait sans doute plus tard de les avoir laissées en plan pour s’amuser égoïstement avec celui qu’elle prénommait Jack, mais pour le moment, elle préférait profiter. Une fois sur ce qui s’apparentait à une piste de danse, il la prit directement par la taille et commença à danser avec elle, en bon danseur. Elle ne put s’empêcher de rire en le voyant faire. Il avait tout d’un grand séducteur : le regard, le sourire en coin, la posture, la façon de danser, la façon de parler, tout. De son côté, elle n’était pas non plus novice, et la danse, elle adorait ça. Elle avait passé des années pendant son enfance à bouder les cours de danse classique imposés par ses parents, mais il fallait avouer qu’ils lui avaient bien servie, et qu’aujourd’hui, elle pouvait appréhender n’importe quelle danse sans craindre le ridicule.

Il en vint à lui demander si elle était une habituée du lieu, et elle hésita presque à lui répondre, se demandant s’il ne s’agissait pas d’une question personnelle. Au final, elle abandonna la réflexion là et acquiesça simplement en souriant. « Oui, je viens régulièrement, pourquoi ? A quoi tu vois ça ? » C’est vrai qu’elle avait quelques habitudes ici, et le barman était quasiment un ami, depuis le temps qu’ils se voyaient ici. Etrangement, lui, elle ne l’avait jamais dragué, ou peut-être avait-elle essayé, une ou deux fois, et qu’il s’était montré aussi insensible que de la glace, qu’elle avait donc bien vite abandonné l’idée. Elle aimait cet endroit, c’était parfait pour noyer ses problèmes. Une nouvelle fois, elle éclata de rire lorsqu’il lui demanda si elle avait peur, comme si elle n’avait pas assez prouvé qu’elle ne connaissait pas, en apparence, ce sentiment. « La folie ne me fait pas peur, elle m’attire. » Elle haussa les sourcils, pleine de mystères et de sous-entendus. D’eux deux, elle ne savait pas lequel était le plus fou. « L’inconnu, ça me donne envie de foncer tête baissée, plutôt que de reculer. » C’était peut-être la remarque la plus personnelle depuis le début. Presque une petite ouverture du cœur, qu’elle regretta aussitôt, bien trop sérieuse pour avoir sa place ici. Elle vira ce sérieux-là d’une traite, d’un sourire, en s’approchant un peu plus de lui. « Et toi, tu n’as pas peur d’être face à une femme bien plus dangereuse qu’elle en a l’air ? » Elle jouait encore, très près de lui, juste assez pour sentir son souffle, elle l’attisait sans pour autant craquer totalement, toujours dans la séduction, dans ce jeu dont elle ne se lasserait jamais.


† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 100
Célébrité : Ryan Gosling

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Mar 5 Juin - 20:50

One night of magic rush
Louise R. Crawley & Alex B. Preston

L’invitation malicieuse de la jeune femme qu’il allait appeler Sally pour le reste de la soirée n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Boire plus vite que ça, oui mais tout en gardant un certain contrôle de lui-même pour mieux profiter des charmes de cette délicieuse rouquine. En quelques minutes, Sally avait réussi à lui faire oublier la jolie brunette à la robe dangereuse pour le regard et l’appétit d’un homme. Avec son sourire et son regard pétillant d’une malice clairement séductrice, Alex était sous le charme de cette femme à l’attitude peu singulière, du moins, loin de ce qu’il avait rencontré pendant des années dans les multiples bars, pub, boites et autres lieux tendances. Elle semblait vouloir le provoquer, voir même le défier. Encore assis, n’ayant pas encore fini son verre, le cuistot arqua, lui aussi, un sourcil interrogateur tout en lui répondant.

Tu me mets au défi là, je me trompe ? J’accepte le challenge alors.

C’était sur un ton serein qu’il avait exprimé ce challenge comme s’il y avait peu de risque de perdre face à elle. Peut-être parce qu’il n’y avait rien à perdre au fond mais tout à gagner. Le jeu en valait sûrement la chandelle bien qu’il s'attendait toujours à pouvoir être surpris, voir déçu mais il avait un bon pressentiment à son sujet. Déjà, il allait tout faire pour la faire craquer la première. Ce ne serait pas lui qu’il l’embrasserait en premier, il mettrait un point d’honneur à cela.

Lorsqu’il lui proposa de l’appeler Sally pour rayer ce nom de sa liste, elle éclata de rire en lui demandant si elle ressemblait à une certaine Sally Bowles. Son expression lui montra rapidement qu’il n’avait aucune idée de qui il s’agissait, mais il ne s’exprima pas à ce sujet, la laissant prendre les devants en voulant à son tour lui trouver un prénom pour probablement avoir un nom à crier dans quelques heures. La rouquine finit par décider de l’appeler Jack comme le personnage dans Titanic, cet homme dont la femme n’avait pas voulu partager un morceau de bois. Leonardo. C'était toujours bon à prendre. Elle rappela une scène du film et il rit silencieusement à la référence.

Un de ses hommes qui se bonifie avec le temps, je prends ça pour un compliment !

Il n’était pas un très beau garçon gamin et n’avait pas grand-chose pour plaire. Heureusement les années lui avaient donnés du courage et de la volonté pour forger ce qu’il était aujourd’hui.

Il gardait dans un coin de sa tête que Sally ne connaissait pas le film dont il faisait référence. Un film de filles. Non, elle ne pouvait pas ne pas connaître surtout si lui, Alexander Bradley Preston le connaissait. C’était une chose qu’il fallait qu’elle rattrape. Le trentenaire termina son verre et l’entraîna danser, lui montrant ses talents, gagnés après maintes années à apprendre à ses foutus pas de danse, à se casser la gueule pour devenir un assez bon danseur au final. Alex lui posa une question pour savoir si elle avait l’habitude de venir ici. Un petit détail lui avait sauté aux yeux. La jeune femme lui confirma après une brève hésitation que oui, elle venait régulièrement au Mambo et voulait savoir à présent pourquoi.

Au barman, lui confia-t-il en s’approchant d’elle pour couvrir le son de la musique. Il savait déjà d’avance que tu allais jeter ton dévolu. Comme si ce n’était pas la première fois, comme si c’était ton terrain de chasse.

Au moins la chose était dite. Continuant de danser, il s’éloigna d’elle pour la faire tourner dans sa robe jaune, finissant par la libérer de ses mains pour la laisser se mouvoir à son bon plaisir, lui laissant le choix de retourner dans ses bras ou non. Sally lui répondit après qu’il ait demandé si elle n’avait pas peur qu’il soit un homme dangereux. Sa réponse était quelque peu troublante. La folie l’attirait. Arquant à nouveau un sourcil interrogateur, il voulait demander à en savoir plus mais cela sortait de leur entente. Dans la vie, il y avait folie, et folie. Et il lui souhaitait que ce fût la bonne qui l’attirait celle qui vous donnez l’impression d’être vivant et non celle qui vous obligez à être enfermé entre quatre murs capitonnés. N’empêche qu’elle ajoutât quelque chose qui l’intrigua un peu plus. Elle n’avait pas peur d’aller vers l’inconnu dans tous les sens possibles qu’ils pouvaient l’entendre. Mais ne voulant pas s’épancher sur cela, elle lui adressa un sourire et lui retourna la question. Alex n'avait pas l'habitude de cette méthode où ne rien savoir était le jeu. Habituellement, il faisait tout pour la faire parler et faire en sorte qu'elles en oublient de s'intéresser à ce qu'il était.

Je note, découpée en carpaccio dans mon frigo, ça ne te dérange pas ! C’est toujours bon à savoir, plaisanta-t-il railleur et continua un sourire en coin. Et non je n’ai pas peur. Même si tu as tout l’air d’une diablesse, tu n’as pas le regard de ces femmes qui sont folles à lier. Non le pire que j’ai à craindre, c’est que tu n’es l’apparence que d’une femme et pas le reste.

Alexander s’arrêta de danser pour voir sa réaction. Quoi, c’était parfaitement normal de pouvoir penser ça. Il avait eu la chance de ne jamais tomber dans ce genre d’histoire mais il ne faut jamais dire jamais. Riant de manière posée, il reprit la danse après sa réaction et enchaîna après, pensant encore à ce film.

Attends,dit-il un brin perturbé, ne perdant pas pour autant le rythme de la danse, je reviens deux secondes sur une chose. Tu ne connais pas le film « Quand Harry rencontre Sally » ? Non parce que si c’est le cas, tu vas avoir pour mission de le regarder dès demain parce que j’ai pas passé des années à mater des films romantiques, niaiseux limite à vomir pour tomber sur la seule fille qui ne connaît pas ce film. Vraiment, fait le pour moi, pour les années à essayer de comprendre la gent féminine à travers le cinéma, regarde-le.

C’était loin d’être un chef d’œuvre et il commençait à dater mais comme il le justifiait, il n’avait pas passé ces années à regarder ces conneries pour rien.



@Louise R. Crawley Fiche créée par Rinema


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Ven 8 Juin - 14:12

One night of magic rush
Alexander & Louise
Lorsqu’elle avait jeté son dévolu sur quelqu’un, il était difficile, voire même impossible, de l’arrêter. Avec ce bel inconnu, le challenge était d’autant plus grisant qu’ils étaient deux à jouer au même jeu, et semblaient aussi déterminés l’un que l’autre à gagner. Il était pratiquement certain que chacun aurait ce qu’il voudrait, mais le tout était de savoir qui serait le premier à craquer. Elle se refusait de se laisser envoûter si facilement par son charmant sourire et son charisme naturel sans se battre. Une chose était certaine, elle s’amusait déjà beaucoup en sa compagnie. Le challenge était lancé, et il l’acceptait bien volontiers, presque trop sûr de lui quant à sa capacité à gagner contre elle. Louise, de son côté, avait toute la malice nécessaire pour jouer avec lui le plus longtemps possible. Il serait le premier à craquer, elle en était déjà persuadée. Elle prit encore une gorgée de son verre, un grand sourire en coin qui lui signifiait qu’il ne serait pas si facile de l’avoir, avant de lui expliquer ses conditions pour la soirée. Elle était fière de ses petites règles, bravant l’interdit imposé dès la naissance de ne pas parler aux inconnus, encore moins de passer la soirée avec eux. Elle aimait le risque, presque suicidaire lorsqu’il s’agissait d’oublier le passé.

Il semblait plutôt intéressé, et accepta après une petite réflexion sa proposition, se décidant déjà à lui trouver un nom, celui de Sally, qu’elle associa immédiatement au personnage principal de Cabaret, plutôt qu’à un autre. Pour lui, ce serait Jack, un hommage presque trop ridicule à Titanic, qu’elle adorait autant qu’elle méprisait. A le regarder, elle avait vu en lui un petit air de Leonardo Dicaprio qui lui semblait trop parfait pour l’ignorer, alors Jack, c’était tout trouvé. « C’en est un, je l’ai toujours trouvé plutôt beau garçon. » Pour ce soir, ils seraient donc Sally et Jack, et elle manqua de remarquer l’ironie de la référence fortuite de ces deux prénoms. Sally, la créature de Frankenstein amoureuse, et Jack, l’épouvantail qui rêvait d’autre chose.

Ils finirent chacun leur verre et le dénommé Jack lui prit la main pour l’entraîner danser sur cette piste de danse improvisée, devant les yeux de ses amies qu’elle avait abandonnées sans vraiment s’en vouloir. Quelques pas de danse et elle savait qu’elle avait à faire à un expert de la séduction. Heureusement pour elle, elle était une bonne danseuse elle aussi, merci à ses infâmes cours de danse de son enfance. En bon observateur, Jack avait remarqué qu’elle semblait habituée à ce lieu, et évoqua le barman comme raison de son interrogation. Elle rit lorsqu’il aborda ce lieu comme son terrain de chasse, comme si elle était un prédateur redoutable. Il était vrai qu’ici, elle avait fait pas mal de rencontres, et il lui arrivait même de recroiser certaines conquêtes masculines qui, heureusement pour elle, avaient compris qu’il valait mieux faire comme si de rien n’était. Le barman, quant à lui, était quasiment devenu un ami, ou du moins un complice involontaire, qu’elle commençait à connaître sans réellement rien savoir de lui. Lui, elle n’avait jamais tenté de l’avoir. Elle sourit et acquiesça difficilement, amusée du sens de déduction du jeune homme. « J’ai connu quelques personnes ici, oui. Le barman est habitué à me voir trainer au comptoir. » Elle jeta un regard au barman qui, justement, les observait brièvement, sourire en coin, sans doute amusé de la voir jouer ainsi. « Serais-tu jaloux, Jack ? » Elle éclata de rire tant ce jeu l’amusait.

La danse continuait, et elle fut surprise lorsqu’il la lâcha, la laissant déambuler comme elle le voulait. Elle en profita pour faire voler sa robe en tournant sur elle-même avant de finalement revenir vers Jack, son compagnon pour la soirée, avant qu’il ne lui demande si elle avait peur. La peur, c’était un sentiment qu’elle avait décidé d’abandonner, au moins en apparence. Elle lui répondit que non, se confiant sur son attirance pour l’inconnu, chose presque trop personnelle pour avoir sa place dans la conversation. C’était étrange pourtant, ça ne faisait pas tellement partie de son histoire, et il ne pouvait pas déduire grand-chose de cette confidence, mais elle avait le sentiment qu’il valait mieux ne pas en dire plus, que c’était déjà trop. Elle lui retourna la question en rigolant, et sa réponse la fit rire encore plus. Il s’arrêta de danser lorsqu’il insinua qu’elle se travestissait, elle fit une mine outrée en lui tapant l’épaule, joignant son rire au sien. « Ne dévoile pas tous mes secrets comme ça ! Tu t’en rendras compte bien assez tôt. »

Elle sourit, malicieuse, avant que la danse ne reprenne. Elle s’était considérablement rapprochée de lui, sa tête tout contre la sienne, sa main sur son épaule. Elle se sentait rassurée, là, tout contre lui. Elle ferma les yeux juste un petit instant, se permettant de profiter de ce moment où elle oubliait tout ce qu’elle pouvait regretter, avant qu’il ne reprenne la parole et lui parle d’un film, dont il faisait apparemment référence plus tôt, en lui choisissant son nom. Elle lui fit de nouveau face et éclata de rire. Elle n’était pas spécialement fan des grandes comédies romantiques, et n’en connaissait au final que très peu, préférant éviter ce genre de sujets dans les films comme dans la vie. Lorsqu’il lui demanda de le regarder le lendemain, elle ne put que sauter sur l’occasion. « Et si, au lieu de le regarder toute seule dans mon coin, tu le regardais avec moi, ce soir ? On pourra se moquer de toutes les situations ridicules de ce film, à deux ? Ce serait bien plus intéressant, non ? » C’était comme une invitation à sortir, qu’elle ne prononcerait jamais réellement, juste pour ne pas perdre au jeu qu’ils avaient instauré dès le départ. Néanmoins, pour s’amuser un peu plus, elle s’approcha de son oreille pour lui chuchoter quelques mots, et l’inciter à accepter. « Et après ça, on pourra s’amuser tous les deux, non ? » Elle le fixa de nouveau, sans le lâcher des yeux, pour le convaincre d’accepter.



† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 100
Célébrité : Ryan Gosling

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Ven 8 Juin - 17:07

One night of magic rush
Louise R. Crawley & Alex B. Preston

Le barman avait donc l’habitude de la voir rencontrer, charmer et faire céder ses conquêtes. Jetant un coup d’œil à ce dernier, elle lui demanda s’il n’était pas un brin jaloux. Il rit de bon cœur et ne se gêna pas pour lever les yeux au ciel.

Tu voudrais, n’est-ce pas ? Pourquoi le serais-je, je suis l’Elu, du moins pour ce soir… Je suis plutôt flattée de savoir que tu as jeté ton dévolu sur moi sans que je n’aie eu à faire le moindre effort.

Ce qui allait parfaitement pour le trentenaire. Qu’il soit sur la liste des conquêtes de Sally ne le dérangeait pas dans la mesure où elle ferait partie, elle aussi, de ces conquêtes. Même si parfois il pouvait regretter certaine rencontre ou à l’inverse se dire qu’il aurait aimé connaître un peu plus cette personne, il s’interdisait de devenir sentimental, préférant la simplicité d’un coup d’un soir plutôt que risque d’être blessé à nouveau. Être traité de Don Juan, de se faire insulter voir même frappé par les maris cocus avait été presque monnaie courante pour le chef cuisinier. Il n’était pas un très bon combattant mais savait se défendre pour éviter de finir à l’hosto.

Alors qu’Alexander lui rendait sa liberté de mouvement, ils dansèrent un temps proche sans pour autant rétablir un contact. Sa réponse au sujet de la peur de l’inconnu la fit rire et c’était tout ce qui lui importait. Femme qui rit … Femme qui rit. On ne va pas partir dans des proverbes à la con. Elle joua le jeu et parut soudainement outrée, tapant son épaule, Alex exagéra et se tint l’épaule comme si le coup avec était plus brusque qu’il n’était en réalité. Elle répondit qu’il était en train de dévoiler tous ses secrets sur le ton de la plaisanterie

Okay, j’crois que je vais aller retourner au bar et tenter ma chance ailleurs ! Lança-t-il en pointant du doigt le comptoir et en commençant à faire un pas pour s’éloigner d’elle.

Mais il s’arrêta vite pour tourner le dos au comptoir et rester près de la délicieuse Sally.

J’espère bien, ajouta-t-il en réponse à la possibilité qu’il s’en rende compte rapidement.

C’était une douce invitation qu’il ne comptait pas rater. Lors de leur danse, ils s’étaient rapprochés au point que leur tête se touchent naturellement, tandis qu’une de ses mains était posée sur l’épaule du jeune homme. Ce dernier posa les mains sur ses hanches pour rester en rythme avec elle, bien que soudainement peu importait le rythme extérieur, uniquement le leur était important. La voyant fermer les yeux, Alex admira ses traits, ses cheveux chatouillant une partie de son visage, il pouvait sentir la douceur de sa peau ainsi que l’odeur fruitée qu’elle dégageait mais au lieu de profiter de cet instant auquel il n’était pas habitué, un instant de tendresse partagée, il préférait revenir sur le film qu’elle n’avait probablement jamais vu. Elle se mit à rire et répondit immédiatement, déroutant à nouveau le cuisinier. Intéressant, ce n'était pas le mot pour résumer cette idée mais il s’était piégé lui-même tout seule en lui proposant de regarder ce film. Non parce que là, ce n’était pas vraiment ce qu’il avait prévu de faire les prochaines heures. Et comme si Sally avait lu dans ses pensées, elle s’approcha d’elle, lui permettant de resserrer son étreinte pour qu’elle ne puisse s’envoler, leurs deux corps leur contre l’autre, elle lui murmura qu’ils pourraient s’amuser tous les deux. Croisant à nouveau son regard, il lui adressa un sourire :

Heureusement que je n’ai pas demandé de voir les Star Wars, je l’aurai eu dans l’os et t’aurais eu le temps de m’entendre ronfler mais, au moins, cela m’aurait sauvé d’un travesti. Dis-moi, tu proposes à tous les gars d’aller voir un film, c’est ça ton astuce pour les séduire tous ?

Était-ce parce qu’elle avait plusieurs verres dans le nez qu’elle lui avait proposé de voir un film à l’eau de rose ensemble ? Approchant son visage du sien, joueur, prêt à déposer ses lèvres sur les siennes, il dévia au dernier moment pour lui murmurer à son tour l’oreille :

J’espère que tu connais un hôtel qui a des films à la demande, parce que je ne devrais pas le dire mais je débarque en ville…

Et parce qu’il était hors de question de l’accueillir chez lui dans les cartons et ce petit jeu entre eux l’empêchait d’aller chez elle. Un hôtel suffirait pour une nuit avec elle. Il n’aurait peut-être pas dû lui donner cette information mais au moins, Sally pourrait savoir qu'elle ne pourrait pas compter sur lui pour connaître un hôtel dans le coin suffisamment sympa pour y passer la nuit. Certes, il y avait le Fitzgerald mais il n’en avait pas les moyens. Heureusement qu’il ne durait qu’une heure et demi, il aurait tout le temps pour la faire céder. Il risquait d’être un mauvais élève…



@Louise R. Crawley Fiche créée par Rinema


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win


Dernière édition par Alexander B. Preston le Dim 10 Juin - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Dim 10 Juin - 21:12

One night of magic rush
Alexander & Louise
Dans ce jeu, il n’y avait pas de place pour la jalousie. Automatiquement, celui qui jalousait perdait immédiatement, sans aucune possibilité de retour. Aussi, lorsqu’elle lui demanda s’il était jaloux du barman, ou de l’une de ses conquêtes, elle s’attendait à sa réaction, et n’en fut pas déçue. Ils étaient au même niveau, l’un comme l’autre n’en était pas à leurs premiers essais de séduction, et en étaient parfaitement conscients, de quoi continuer cette soirée en toute tranquillité, sans peur que l’un d’eux ne s’attache. « Je vous trouve un peu présomptueux, monsieur ! » Dit-elle en riant face à la confiance dont Jack faisait preuve. Certes, il n’avait pas eu à faire grand-chose pour qu’elle l’aborde, pour lui, ça avait été plutôt simple, et il n’avait eu qu’à répondre à ses avances. C’était son mode de fonctionnement bien à elle, agir plutôt qu’attendre, foncer tête baissée sans avoir peur. Elle avait toujours été comme ça, comme la fois où elle s’était noyée dans un lac, terrible expérience qui la faisait aujourd’hui détester l’eau, cet élément magnifiquement attirant et pourtant affreusement dangereux.

Ils se connaissaient à peine et semblaient déjà bien complices, sans doute plus qu’avec la plupart de ses précédentes conquêtes qui, bien qu’ils sussent tous à quoi s’en tenir avec elle, n’avaient pas autant joué que lui, un bon point pour Jack, dont elle avait un bon présentiment sur le bon déroulé de la soirée.

Elle aimait danser, et être accompagnée d’un bon danseur était toujours plus agréable. Lorsqu’il la lâcha, elle se libéra et s’amusa à faire tourner sa robe, probablement dans le but de lui faire tourner la tête par la même occasion. Ils dansèrent quelques instants l’un à côté de l’autre, profitant de la liberté qu’ils s’offraient, et que la musique leur permettait. Elle revint vers lui tout naturellement, pour ne pas le laisser s’envoler. Il était son compagnon pour la soirée, et il était hors de question qu’il lui échappe. Il l’amusait, avec ses blagues et ses sous-entendus, ils étaient faits pour s’entendre. Lorsqu’elle lui tapa l’épaule suite à sa plaisanterie, il joua lui aussi le jeu en feignant la blessure, avant de partir, clamant qu’il allait voir ailleurs. Pendant une demi-seconde, elle y avait presque cru, puis elle s’était mise à rire en le retenant par la manche, gentiment, avant qu’il ne revienne vers elle, tout sourire. « Et tu ne seras pas déçu. » Elle lui souriait pour le charmer un peu plus, se rapprochant considérablement de lui pour plus d’intimité. Elle profita comme jamais auparavant de cette étreinte presque trop rassurante pour ne pas mettre en danger ses plans, fermant les yeux au contact du visage Jack, refermant ses bras autour de son cou comme si pour une petite seconde, ils s’appartenaient. Il changea vite de sujet, lui permettant à elle aussi de reprendre ses esprits pour ne pas craquer. L’imbécile, il avait presque gagné, mais elle ne se laisserait plus avoir de la sorte.

Les comédies romantiques, ça n’avait jamais été sa tasse de thé, encore moins depuis la mort d’Andrew. Elle n’en connaissait pas énormément et préférait s’en moque ouvertement plutôt que d’essayer de les regarder, au risque d’éveiller de vieux sentiments qui, pour le coup, l’effrayait bien plus que de passer une nuit avec un total inconnu. Il lui proposa alors, comme il semblait si passionné par ce film, de le regarder ensemble, non sans préciser qu’après cette torture terminée, ils pourraient s’amuser tous les deux. Elle ne manqua pas de remarquer qu’il avait resserrer son étreinte autour de sa taille, les rapprochant encore un peu plus, comme s’il était possible d’être plus collés encore. Elle avait totalement oublié ses amies, qui s’étaient trouvées, elles aussi, des compagnons, non sans jeter quelques coups d’œil dans sa direction pour s’assurer qu’elle passait une bonne soirée. Elle ne remarqua pas non plus les quelques œillades du barman, qui les surveillait de loin, entre deux discussions, entre deux services. Elle était obnubilée par le beau blond qui lui tenait compagnie.

Sa remarque la fit sourire, elle tourna légèrement la tête en grande mystérieuse, et fit mine de réfléchir à sa question. « Seulement à ceux qui se passionnent pour les comédies romantiques. C’est pour une étude. » Elle esquissa un large sourire et le vit se rapprocher de son visage, comme pour l’embrasser. Elle regarda ses lèvres et son sourire s’estompa un peu, devenant plus sérieuse, avant que Jack ne s’échappe, la laissant déçue de ne pas l’avoir vu craquer. Elle reprit son sourire et hoqueta un rire lorsqu’il lui expliqua qu’il était nouveau en ville. « Vous avez brisé une règle, mon cher monsieur ! » Elle rigola en le regardant reprendre une distance plus acceptable entre eux, puis réfléchit quelques instants à sa question. Des hôtels, elle en connaissait plus d’un. Il y avait bien sûr le Fitzgerald, mais elle ne se voyait pas ramener une de ses conquêtes sur son lieu de travail, et puis, elle n’avait clairement pas les moyens de se payer une chambre de luxe. Evidemment, l’inviter chez elle était hors de question, bien trop personnel, et puis, qui sait, il pourrait très bien la harceler plus tard, trop risqué. Il avait certainement eu le même raisonnement en lui proposant directement un hôtel, de quoi la rassurer sur leur accord. Elle se pinça la lèvre inférieure, le regarda une seconde, puis finit par lui prendre la main pour l’inviter à la suivre. « J’en connais un pas très loin, on y va ? » Elle s’amusait bien ici, mais l’idée de continuer la soirée en comité restreint la séduisait un peu plus.

Elle l’embarqua alors, passant par la table de ses amies pour reprendre sa veste et son sac, écourtant un maximum la rencontre avec Jack, puis passa devant le comptoir en glissant un petit clin d’œil au barman qui les suivait du regard. Une fois dehors, la fraîcheur ambiante lui reposa la tête, elle souffla d’aise et sourit à son complice. « Tu n’as rien contre les hôtels vieux des années quatre-vingt qui n’ont pas changé de service ni de déco depuis ? » Elle esquissa un grand sourire, comme une enfant, prête à partir dans le seul hôtel du coin avec vidéo à la demande qu’elle connaissait.


† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 100
Célébrité : Ryan Gosling

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Dim 10 Juin - 23:27

One night of magic rush
Louise R. Crawley & Alex B. Preston


Présomptueux ? Peut-être mais il ne le voyait pas ainsi. Alexander avait conscience de ses capacités, de ses limites. Accepter qui il était avec ses forces et ses faiblesses. Il restait un grand enfant même s’il avait des objectifs et qu’il comptait les atteindre, il savait quand il devait jouer et quand il devait être sérieux. Peut-être était-il un peu présomptueux sur ses capacités pour attirer les femmes. Ouais. Il ne comptait plus le nombre de jolies jeunes femmes qu’il avait rencontrées… En guise de réponse, le cuistot leva les yeux au ciel, un sourire enfantin sur le visage.

Elle dansait avec cette aisance d’une femme bien dans son corps, s’acceptant tel qu’elle était. Tournant sur elle-même, exprimant son bonheur mis en exergue par l’alcool, elle débordait de joie. Et parfois ce débordement cachait plus, des sentiments plus profond et même parfois une souffrance. Une souffrance qu’il était plus facile de cacher derrière un sourire plutôt que le montrer au reste du monde. Mais même si Alexander avait conscience de ces possibilités, il n’en avait que faire. Pas avec une fille d’un soir. C’était l’avantage, de choisir, de prendre et de dire au revoir le lendemain matin sans promesse, sans attente qu’une bonne soirée en charmante compagnie.

Alors qu’il faisait semblant de partir pour retourner au bar, il sentit une légère pression venant sur sa manche lui annonçant qu’elle avait mordu à l’hameçon. Sally le retenait, ne voulant pas qu’il s’en aille, l’assurant qu’il ne serait pas déçu. Le sourire du chef cuisinier pouvait donner un indice à la jeune femme sur sa certitude qu’il n’éprouverait aucune déception. Peu de chance qu’il soit déçu vu cette aisance qu’ils avaient à répondre, à jouer, à se chercher de la plus agréable des manières qui soit.

Arrivant à un sujet qu’il connaissait étrangement bien, les films à l’eau de rose, Alex lui avait demandée si elle faisait le même coup à toutes ces conquêtes et la réponse l’amusa, laissant échapper un rire franc. Une étude selon ses mots ! Alors c’était avec un ton sérieux même si ces gestes étaient un peu plus exagérés, la main sur le torse comme pour faire une annonce officielle. Le jeu, uniquement le jeu. Le jeu d’être Jack, de rencontrer Sally et de s’envoyer en l’air comme jamais.

Alors si c’est pour la science, je ne veux pas entraver une grande découverte en refusant. Par contre, j’aimerais bien en connaître les résultats lorsque cette étude sera terminée.

Pas de mauvaises intentions derrière ce qu’il disait, vouloir connaître les résultats et donc de la revoir. Le jeu, juste, le jeu. Bien qu’elle fasse partie de ce genre de femme qu’il pourrait apprécier côtoyer tant pour la vivacité d’esprit que pour sa personnalité agréable et originale, il y avait peu de chance qu’ils se recroisent ou bien si c’était le cas, l’entente cordiale entre deux chasseurs feraient qu’ils n’iraient pas emmerder l’autre.

Voulant éveiller en elle une once de désir, Alex s’était approché de ses lèvres sans jamais les toucher pour lui murmurer quelques paroles à l’oreille, un sourire satisfait sur le visage. Elle s’offusqua lorsqu’il lui annonça être nouveau en ville, brisant une règle instaurée par la jolie rouquine. Après avoir repris une distance correcte mais gardant toujours ses mains contre ses hanches, gardant ce rythme qu’était le leur, il répondit le plus naturellement du monde:

Les règles ne sont-elles par faites pour être brisées ? Même si je suis d’accord pour ce soir et que c’est mieux pour nous deux … Eh ! J’ai toujours été un mauvais élève. J’écoute pas très bien.

Son visage dégageait l’expression de celui qui avait fait une bêtise mais n’en était pas désolé pour autant. Ne pas écouter? C'était parfaitement faux. Il écoutait, c’était un avantage d’entendre, de faire semblant de ne pas écouter pour mieux surprendre après. Une information en début de soirée anodine pouvait être un élément déclencheur d’une nuit sauvage quelques heures après. Sally était pensive quant à l’idée du lieu où ils iraient batifoler. Elle se pinça les lèvres ce qui donna un coup de fouet à cette envie qui avait élu comme domicile ses tripes. L’envie d’embrasser ses lèvres, de jouer avec et de les mordre à son tour. Réprimant ce besoin, il eut une profonde inspiration aussi discrète que possible alors que la rouquine lui annonçait en connaître un. Lui attrapant une main, elle lui proposa d’y aller, ce à quoi il répondit simplement :

Je veux bien !

Les regards parfois insistants du barman étaient un peu lourds aux yeux du chef cuisinier. Même de dos, il sentait que l’homme la surveillait. Peut-être l’avait-il vu avec de mauvaises personnes et qu’il veillait sur elle. Peut-être voulait-il être à sa place. Alex n’en avait que faire. Elle sera sienne pour ce soir. Sally récupéra ses affaires là où ses amies l’attendaient, ne leur laissant pas le temps de poser des questions à son invité. Il haussa les épaules, s’excusant simplement auprès de ses charmantes amies qui n’avaient pas encore trouvé de cible. Ils passèrent devant le comptoir, Alex laissa quelques billets et lui adressa son plus beau sourire d’ordure. Celui qui disait « et oui, ce soir, je vais bien m’occuper d’elle ». Le genre de sourire qui lui avait déjà coûté des ennuis. Mais il ne pouvait s’empêcher d’agir comme un connard face à un potentiel rival.

Prenant un bol d’air frais, suite à leur petite danse, il appréciait cet instant, commençant à sentir qu’il aurait fini par avoir chaud avec sa veste de costard sur le dos. Alors qu’ils avaient à peine mis un pied dehors, Sally lui demanda si les vieux hôtels ne le déranger pas, le genre qui restait bloquer à une décennie sans évoluer. Il n’était pas là pour regarder la tapisserie de toute manière. Souriant, arquant un sourcil, il se montrait perplexe et répondit :

Tant qu’ils changent les draps, ça me va ! Et que le lit ne grince pas trop, cela va de soi.

Attendant de voir la direction que la jeune femme allait prendre, il la laissa prendre les devants, admirant un peu plus ses formes. S’arrêtant en plein chemin, il la regarda fronçant les sourcils, suspicieux mais clairement pas à prendre au sérieux.

Je note que tu m’emmènes maintenant dans un endroit glauque. T’es sûr que tu ne vas pas me voler mes reins et me laisser dans une baignoire remplie de glaçons ? Je ne te cache pas avoir un peu peur et qu’il faudrait que quelqu’un me rassure un peu plus sur ses intentions ...

Il laissa un sourire se dessiner sur ses lèvres. C’était une invitation à la voir céder en premier, à ce qu’elle l’embrasse en premier.


@Louise R. Crawley Fiche créée par Rinema


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Lun 11 Juin - 22:22

One night of magic rush
Alexander & Louise
L’idée de regarder le film dont il lui parlait le soir-même lui était venue d’un seul coup, alors qu’elle n’avait clairement pas pour habitude de faire ce genre de choses lorsqu’elle rencontrait un homme dans un bar. Etrangement, passer plus d’une heure supplémentaire avec lui ne la dérangeait pas le moins du monde. Elle savait déjà qu’elle ne serait pas déçue de la soirée, il n’y avait qu’à voir comme ils s’amusaient ensemble, tels deux complices prêts à se lancer dans leur prochain casse. Il semblait en savoir bien plus qu’elle sur les comédies romantiques, et insistait pour qu’elle regarde Quand Harry rencontre Sally, si bien qu’elle l’imagina automatiquement assis sur son canapé à savourer ce film avec passion, à la Bridget Jones sur All by myself. Cette image-là la faisait tellement rire qu’elle n’avait pu que craquer et lui demander d’assister à la scène, racontant qu’elle faisait une étude sur ce genre de phénomène incongru. Sa réponse la fit suffisamment réagir pour qu’elle le fixe durant quelques secondes. Avait-elle bien compris le sous-entendu ? Etait-il sérieux ? Elle sourit alors et secoua la tête : non, il jouait sans doute encore. Le revoir serait certainement agréable, mais ils s’étaient donnés comme condition muette de profiter d’une soirée totalement unique. « Qui sait, le jour où cette étude mènera à une invention, peut-être ! » Une invention pour quoi, là était la question, mais ça n’avait aucune importance.

Lorsqu’il avait approché ses lèvres des siennes, elle s’était retrouvée à deux doigts de craquer. Heureusement, il ne lui en avait pas laissé le temps, la laissant en suspens avec une vive esquive pour lui murmurer au creux de l’oreille qu’il ne connaissait pas très bien Marple Spring. Une information contraire aux règles préétablies, chose qu’elle ne fut pas longue à remarquer. Il réagit comme un enfant, le rendant presque touchant, et elle se mit à rire à son comportement. « Fais attention, je pourrais te fabriquer un bonnet d’âne et te punir. Un coup de règle sur le bout des doigts ! » Elle rigola puis reprit l’air sérieux de la maîtresse en colère, le pointant du doigt, prête à lui tirer l’oreille. Après ça, elle se mit à réfléchir à un lieu potentiel en ville, et une fois la réponse trouvée, elle se pinça la lèvre et lui attrapa la main pour qu’il la suive. Elle abrégea les présentations avec ses amies, pas nécessaires, et surtout dangereuses pour leurs règles, puis passèrent devant le comptoir avant de sortir. Elle ne s’était pas rendu compte avant de la chaleur étouffante de l’intérieur, et profita donc de la fraîcheur estivale qui lui arriva au visage sous la forme d’une brise agréable. Quelques instants pendant lesquels elle ferma les yeux, puis elle se retourna vers Jack pour lui demander si les vieux hôtels ne le dérangeaient pas. Elle en avait bien un en tête, qu’elle appréciait étrangement malgré toutes les vieilleries que ce lieu rassemblait. Peut-être, d’ailleurs, était-ce pour cela qu’elle l’aimait. C’était le genre d’hôtel qu’on voit dans les films, typiquement années quatre-vingt, avec un charme fou. Elle rit à sa blague avant de lever les yeux au ciel, à la fois amusée et exaspérée, prenant un air snob qu’elle ne connaissait que trop bien, prenant exemple sur sa propre mère. « Ce serait hautement perturbant, n’est-ce pas ? Rassurez-vous très cher, la couchette ne grince pas. » Sous-entendu, elle avait déjà essayé, ça lui convenait.

Elle commença à marcher dans une direction, s’assurant qu’il suivait bien, ayant lâché sa main pour ne pas avoir l’air d’un couple d’amoureux, et lui laisser la liberté de la suivre ou non. Elle était presque trop joyeuse pour paraître bien nette, nul doute que l’alcool y était pour beaucoup, mais elle ne s’en cachait pas, jouant plutôt avec, marchant d’un pas guilleret, dansant presque, le long de la ruelle, qui s’assombrissait peu à peu. Au bout de quelques minutes, il s’arrêta, et demanda à être rassuré, comme s’il s’imaginait qu’elle l’emmenait se faire torturer. Elle se retourna vers lui et éclata de rire, bien consciente du jeu auquel il était en train de jouer. Elle s’approcha alors de lui, le plus près possible, posa doucement sa main dans son cou, rapprocha encore un peu ses lèvres des siennes avant de, finalement, faire demi-tour pour lui tourner le dos, bien trop joueuse pour perdre maintenant. « Alors, je croyais que tu n’avais pas peur du danger ? » Elle lui fit face à nouveau et sourit telle une enfant avant de lui prendre la main et de l’entraîner avec elle. Elle tourna dans une rue, puis continua la route, ce n’était plus très loin. « J’en déduis que tu es totalement perdu et que tu ne sauras pas du tout retrouver ton chemin ? Monsieur le nouveau venu. » Elle lui jeta un regard amusé et continua, tourna à droite au carrefour suivant, jusqu’à une petite rue pavée, discrète, et la pancarte indiquant l’hôtel, sobre tout en étant attirant, du moins, de son point de vue. « Et nous y voilà ! Tu ne trouves pas ça charmant ? » C’était l’hôtel dans lequel elle était restée en arrivant ici, pendant quelques jours, le temps de prendre ses repères dans la ville. Il y avait comme un vent de nostalgie dans cette petite rue.

« Tu as toujours peur, Jack ? Si tu veux, on peut s’arrêter là pour ce soir ? » Elle savait déjà qu’il refuserait de la laisser là, mais le jeu l’amusait encore énormément. Elle lâcha sa main et le regarda, faisant quelques pas en arrière en direction de l’hôtel, l’invitant à la suivre, prête à savourer cette jolie soirée.


† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 100
Célébrité : Ryan Gosling

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Mar 12 Juin - 16:44

One night of magic rush
Louise R. Crawley & Alex B. Preston


Sally secoua la tête en réponse à la curiosité du cuisiner à vouloir connaître les résultats de cette prétendue étude. Une invention en serait la clé mais elle n’existerait jamais, comme ils ne se reverraient jamais. Il n’en avait pas l’intention pour la simple et bonne raison qu’il ne voulait pas s’attacher à quelqu’un, si jolie et intéressante soit-elle.

Alexander ne put s’empêcher de rire lorsqu’elle lui annonça pouvoir être capable de lui faire un bonnet d’âne et le punir à coup de règle sur les doigts. Et dominante avec ça ! Il avait choppé le gros lot ce soir ! Il en avait vu des femmes et bien qu’il ne se soit jamais amusé ainsi, celles qu’il avait croisé transpiraient la soumission au même niveau que tous ces romans à l’eau de rose dont elles étaient friandes. Alex supposait que cette femme-là s’affirmait en tout point et sortait définitivement de l’ordinaire.

Une fois sorti et en route pour aller l’hôtel où ils finiraient leur soirée, le cuisinier répondait en ne voulant rien de plus que des draps propres et un lit qui ne grincerait pas à chaque mouvement. Hochant de la tête alors que la jeune femme lui demandait si c’était perturbant, elle lui assura les connaître et les avoir testés. Ainsi donc, cette diablesse en avait déjà ramené ici. En plus d’avoir le Mambo comme lieu de chasse, son QG était à quelques rues de là. Bien joué, pensa-t-il. La rouquine avait pris un air cabotin qui ne lui allait pas et qui ne correspondait pas à l’image qu’il se faisait petit à petit d’elle.

Alors qu'elle marchait d’un pas léger, Alex continuait à la regarder mais finissait par s’apercevoir que l’endroit où elle l’amenait n’était pas dans les rues principales. Il préféra lancer une plaisanterie à ce sujet pour profiter de la situation et gagner l’avantage. Bien qu’il n’ait pas peur en soit, il était vrai qu’il n’avait pas vu cet hôtel sur les sites à son arrivée. Sa remarque la fit automatiquement rire alors qu’il essayait d’être le plus sérieux du monde malgré le petit sourire en coin qu’il n’arrivait pas à effacer. Sally s’approcha, de sorte à réduire la distance entre les deux. Puis elle glissa sa main sur son cou pour se rapprocher, éveillant les sens du jeune homme qui crut jusqu’à la dernière seconde qu’elle allait l’embrasser. Mais alors qu’il sentait son souffle aux effluves alcoolisées, la rouquine fit demi-tour et lui rappeler qu’il n’était pas censé avoir peur comme il l’avait prétendu un peu plus tôt. Planté ainsi, son regard ne lâcha pas le sien, pétillant de malice et fière de s’être joué de lui. Souriant, presque avec amertume, il pensait vraiment qu’elle allait céder. Elle était vraiment, vraiment joueuse.

Eeh, je tiens à mes reins, j’en ai un petit peu besoin quand même, se défendit-il amusé avec un haussement d’épaules.

On ne pouvait pas lui en vouloir de demander s’il allait perdre ses reins après tout. La demoiselle lui adressa un sourire enfantin, empli de malice, lui attrapa la main et l’entraîna un peu plus dans cette ruelle presque glauque. Elle en déduisit qu’il était perdu, appuyant le fait qu’il était nouveau, chose qu'elle n'aurait pas aimé apprendre.

Disons que je perds vite mon chemin surtout si quelque chose me déconcentre, nouveau ou pas se justifia-t-il en sous-entendant qu’elle arrivait à le déconcentre de sa route.

En vrai, Alex serait capable de retrouver son chemin mais il préférait jouer sur le fait qu’il avait besoin d’elle pour ne pas se perdre et qu’il était vrai que ses jolies formes lui avaient fait un peu perdre la notion du chemin pris. Elle s’arrêta après avoir tournée à un carrefour, dans une ruelle pavée, loin des regards indiscrets. Se postant à côté de la jeune femme, il les regarda simultanément. Un hôtel qui ne payait pas de mine au premier abord mais dont l’architecture avait son charme, il fallait l’avouer.

Je m’attendais à plus glauque, me voilà rassuré, plaisanta-t-il en touchant la poche intérieure de sa veste pour y sentir la présence de son portefeuille.

Elle réitéra sa question sur la poche, lui proposa d’arrêter là si c’était trop pour lui. Osait-elle poser cette question ? Vraiment ? Ou cela faisait partie du jeu ? Sally lui lâcha la main et recula un peu en direction de l’hôtel sans le lâcher de son joli regard vert.

Alex ne bougea pas, l’observant un sourire énigmatique, lui donnant l’air de réfléchir à ce qu’elle venait de dire. Le menton un peu levé, de là où il était, il pouvait voir l’intérieur du hall d’entrée, avec une ambiance assez caractéristique des années trente, aux tapisseries et aux boiseries bien dessinées mélangé à un design des années quatre-vingt. Fronçant les sourcils comme s’il avait vu quelque chose d’anormal à l’entrée, il attendit qu’elle détourne son regard dans la même direction que lui pour s’avancer dans sa direction.

Sally ?

Il ne lui laissa pas le temps de répondre qu’il fit comme elle, quelques minutes auparavant, glissant une de ses mains sur son cou pour l’attirer doucement vers lui et poser ses lèvres sur les siennes. Il ne s’arrêta pas à un simple baiser, mordant cette lèvre qu’elle avait un peu plus tôt mordu alors pensive, caressant, jouant délicieusement de sa langue contre la sienne, lui donnant toutes les raisons d’apprécier cet instant, ce moment qu’aucun ne voulait laisser à l’autre, ce premier pas, qui comme dans un jeu annonçait la suite des hostilités, lui permettant d’imaginer ce qu’allait donner la suite.

Est-ce que ça te suffit ? Souffla-t-il arrêtant ce baiser, glissant sa main sur sa joue, restant à quelques centimètres d’elle, l’envie de réitérer cet échange lui rongeant les tripes.

Est-ce que cela lui suffisait ou voulait-elle plus ? Cet avant-gout lui annonçait la couleur. Il avait répondu à sa question par ce geste mais il lui donnait à son tour une dernière occasion de tourner les talons pour retourner avec ses amies. La compatibilité était essentielle et il avait vraiment l’impression que c’était le cas mais cela pouvait très bien être l’inverse pour elle. Il avait fait le premier pas, il avait cédé en premier, pouvant donner l’impression à la jeune femme qu’elle avait gagné mais il était clair qu’il fallait parfois perdre quelques batailles pour gagner la guerre.


@Louise R. Crawley Fiche créée par Rinema


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Mar 12 Juin - 22:38

One night of magic rush
Alexander & Louise
Sortir du bar lui fit le plus grand bien. Le brouhaha et la chaleur ambiante commençaient à lui peser, et il suffit qu’elle en sorte pour se rendre compte qu’elle étouffait un peu. Elle aimait cette période de l’année où le soir était plus long à arriver, et où la fraîcheur était assez supportable pour rester en t-shirt sans craindre d’attraper froid. Elle prit le temps d’inspirer un bon coup d’air frais avant de se diriger vers l’hôtel qu’elle connaissait, pas très loin d’ici, accompagnée de son complice pour cette nuit. Elle s’assura que le type d’hôtel qu’elle allait lui proposer lui convenait, et se moqua gentiment de sa réponse en lui affirmant que le lit ne grinçait pas, puisqu’elle l’avait déjà testé. Elle n’avait pourtant pas amené énormément d’hommes dans cet hôtel, un ou deux, tout au plus, mais elle aimait l’ambiance de cet hôtel, et tout le kitsch qui la constituait. C’était un endroit tout particulier pour elle, puisqu’il s’agissait de son premier domicile à Marple Spring. Elle l’avait trouvé par hasard, en se perdant dans la ville, ses valises en main après un long trajet, elle avait été si fatiguée qu’elle n’avait pas eu la force de résister, ni la force d’être rebutée par la déco atypique du lieu. Elle était simplement entrée, et avait posé ses valises en demandant une chambre au vieil homme qui lui avait offert la clé avec le sourire. Oui, ce lieu était presque trop empreint de nostalgie pour la soirée qu’ils s’étaient promis de passer, mais tant pis, elle acceptait de faire ce petit sacrifice-là pour ce soir.

Lorsqu’il demanda à être rassuré, elle prit cela comme un nouveau défi, une nouvelle manière de prouver qu’elle n’était pas si facile que ça à avoir. Elle s’approcha de lui et plaça sa main derrière son cou, s’approchant toujours plus, comme si elle allait l’embrasser, et savoura le regard qu’il lui jetait, et qui lui montrait qu’elle avait gagné, et qu’il y croyait. Alors que leurs lèvres se touchèrent presque, elle se dégagea, et le regarda pester intérieurement contre le jeu auquel elle jouait encore. Il finit par briser le silence qui s’était rapidement installé en exprimant une certaine peur pour ses reins, qui la fit rire. « Ne t’en fais pas, tes reins tiendront en place. Enfin, normalement. » Elle lui fit un petit clin d’œil pour lui montrer qu’elle plaisantait, jouant encore et toujours sans ne jamais s’arrêter.

Elle lui prit la main et l’embarqua à nouveau dans la ruelle qui n’inspirait pas confiance à Jack. C’était incroyable comme la simple obscurité rendait un endroit bien plus lugubre qu’il ne l’était réellement. Ayant compris qu’il était nouveau en ville, chose qu’elle n’était d’ailleurs pas censée savoir, puisque contraire aux règles qu’ils avaient établies, elle le taquina en lui disant qu’il devait être perdu par ici, et sa réponse lui fit légèrement monter le rose aux joues. Elle continua de sourire en le regardant, accentuant le battement de ses cils comme pour demander sans parler s’il parlait d’elle. « Il faut te forcer à observer la route, dans ce cas, si tu ne veux pas te perdre. » Ils continuèrent leur chemin et arrivèrent bientôt devant l’hôtel en question, dont la devanture ne payait pas de mine, mais n’était pas non plus trop glauque. Elle lui demanda ce qu’il en pensait, et sa réponse la satisfit. Elle s’assura néanmoins une dernière fois s’il avait envie de continuer pour ce soir, ou de s’arrêter là, connaissant déjà plus ou moins la réponse, sans pour autant en être persuadée. Peut-être déciderait-il de partir, au final. En attendant sa réponse, et pour le convaincre de rester, elle ne le lâcha pas du regard en s’approchant doucement, à reculons, de l’hôtel, avant de le voir regarder à l’intérieur d’un air intrigué. Elle suivit son regard pour apercevoir ce qu’il avait vu, puis se retourna vers lui en l’entendant l’appeler, de ce prénom d’empreint qu’il lui avait trouvé.

Elle n’eut même pas le temps d’y répondre qu’il était déjà face à elle, à quelques centimètres à peine, sa main plongée dans son cou, de la même manière qu’elle, si bien qu’elle crut presque à une vengeance. Cependant, lorsqu’il l’embrassa, pour de vrai cette fois, elle écarquilla les yeux de surprise, avant de se joindre au baiser, plaçant son bras derrière le cou de son complice. Plus le baiser s’intensifiait, moins elle avait envie qu’il ne s’arrête. Il lui mordit la lèvre et elle tiqua, l’envie d’en avoir plus la parcourant de toute part. Il finit par s’arrêter et lui demander si cet échange lui suffisait, lui caressant doucement la joue, rendant la résistance difficile. Elle lui sourit, reprenant peu à peu ses esprits en le regardant. Elle avait gagné, il avait craqué le premier. C’était idiot, mais elle était presque rassurée. Dans ce jeu de pouvoir, elle avait remporté la première bataille, et maintenant, elle était prête à abandonner. « Pas tout à fait. » Elle sourit de plus bel, puis réitéra l’échange, s’emparant une nouvelle fois de ses lèvres, caressant ses cheveux de la main. Elle n’avait pas envie de le lâcher, elle avait trouvé son partenaire idéal pour ce soir. Elle approfondit le baiser, lui mordillant la lèvre à son tour comme pour se venger, puis inséra sa langue dans sa bouche pour danser avec la sienne, n’ayant plus aucune envie de s’arrêter. Ils étaient là, tous les deux dans la rue à quelques mètres à peine de l’hôtel, et il était hors de question de faire demi-tour.

Elle le libéra finalement, baissa la tête, presque gênée tout à coup, puis lui prit la main en silence, un petit sourire au coin des lèvres, avant de l’embarquer vers l’hôtel, en marche arrière. « On va le regarder, ce film ? » Elle se pinça la lèvre inférieure et sourit, puis poussa la porte de l’hôtel et se dirigea vers le comptoir. « Bonsoir, je voudrais une chambre pour deux s’il-vous-plaît. » Le gérant les regarda tous les deux, se tenant la main parce qu’elle ne voulait pas le lâcher, soupira discrètement puis lui donna la clé, lui tendant le registre sur lequel inscrire son nom. Elle regarda Jack, puis décida de s’inscrire en tant que Sally, plutôt que de risquer de dévoiler sa véritable identité. La clé en main, ils montèrent dans l’ascenseur, un vieil appareil se refermant avec une grille, à l’ancienne, puis elle appuya sur le bouton du troisième étage et une fois le premier étage dépassé, elle appuya sur le bouton d’arrêt et se retourna vers Jack, lui lâchant la main. « A ton avis, combien de temps il lui faudra pour comprendre que l’ascenseur ne fonctionne plus ? » Elle rigola, s’approchant de son compagnon, et l’embrassa encore, agrippant ses mains autour de son cou pour le rapprocher le plus possible, intensifiant le baiser à mesure que la tension augmentait. Elle glissa ensuite une main le long de son torse et commença à lui déboutonner la chemise, un, puis deux boutons, avant de s’arrêter là, se détachant légèrement en le regardant pleine de malice. Elle rappuya sur le bouton pour que l’ascenseur reprenne sa montée, et tourna le dos à Jack, jouant encore. « J’espère que ce film vaut le détour. » Elle tourna la tête pour lui sourire, puis se retourna à nouveau, jusqu’à atteindre le troisième étage.


† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Membrichou
avatar
Age : 33
Né(e) le : 02/05/1985
Quartier : Centre-ville
Je suis : //
Inscrit depuis : 30/05/2018
Messages : 100
Célébrité : Ryan Gosling

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Ven 15 Juin - 21:53

One night of magic rush
Louise R. Crawley & Alex B. Preston

Elle le rassura quant à la sécurité de ses reins, appuyant qu’il n’y aurait aucun risque pour eux. Pour le reste par contre… Elle lui lança un clin d’œil auquel il ne répondit que par un sourire amusé. Le jeu, toujours le jeu. Plus les minutes passaient et plus la curiosité de découvrir chaque parcelle de son corps l’obliger à être moins volubile.

Je ne sais pas si je vais y arriver … Répondit-il la mine contrite.

Préférant perdre cette bataille, en l’embrassant le premier, il comptait bien la faire céder par la suite, lui offrant ainsi un avant-gout de ce qu’elle allait avoir après. Baiser tendre et pourtant lui donnant toute l’envie qu’il pouvait ressentir à son égard, malgré le peu d’information qu’il pouvait avoir sur elle. Son charme, son sourire, ses formes, sa vivacité, il lui en fallait peu pour éveiller en lui cette pulsion de ne faire qu’un avec une femme. Elle répondit à son baiser, entourant son cou de son bras comme pour s’accrocher à lui pour ne pas le perdre, ne pas tomber dans cette spirale dans laquelle ils pouvaient perdre le contrôle dans ses émotions qui pouvaient les emporter loin.

Il lui demanda si cela lui suffisait mais elle lui fit comprendre que non. Échangeant un regard brillant d’une complicité anormalement étrange entre deux inconnus, elle posa cette fois-ci ses lèvres sur les siennes, reprenant à pleine bouche ce qui de droit lui appartenait pour cette soirée. Sa main se glissa dans son cuir chevelu, laissant un frisson parcourir son échine à ce contact. Embrassant, titillant ses lèvres, de sa main libre, il serra son étreinte pour l’amener un peu plus contre elle, pour sentir son corps contre lui.

Sally finit finalement par se détacher de cette douce étreinte, baissant la tête comme gênée. Tout à l’opposé de ce petit brin de folie qui l’animait jusqu’à présent. Une part d’elle-même que la jolie rouquine ne voulait pas partager avec un homme dont elle ne connaissait même pas le vrai nom. Elle reprit vite contenance, effaçant ce moment par un sourire, lui rappelant qu’ils avaient un film à regarder. Levant le visage en l’air, tout en le secouant lentement, il poussa une sorte de râle silencieux où seule la phrase qui en sortit était :

Naaan, pourquoi j’ai dit oui à ça !

Il plaisantait. À moitié. Mais pour avoir cette fille, il accepterait de supporter une heure trente de film à l’eau de rose dont le thème était l’amitié homme-femme. Il la laissa l’entraîner à l’intérieur de l’hôtel où un homme d’un certain âge les accueillit sans convivialité. Il avait sûrement trop vue de jeunes tourtereaux prendre une chambre d’hôtel pour s’envoyer en l’air… Ce qui était parfaitement leur cas. Alors qu’elle demandait une chambre, l’homme poussa un soupir discret et tendit une clé à Sally. Elle devait s’inscrire sur le registre et sembla hésiter, préférant prendre le nom qu’il lui avait donné pour la soirée après un coup d’œil dans la direction du cuisinier. Alexander sortit son portefeuille et tira une liasse de billets qui permettrait de régler la soirée.

Une fois le registre signé et les billets enfermés dans une vielle caisse enregistreuse, Sally avait dû lâcher la main pour le laisser régler mais il se rattrapa vite et glissa vite sa main pour l’avoir à nouveau contre elle. Elle semblait bien connaître les lieux et alla sans hésitation en direction de l’ascenseur. Une ville machine centrale où on pouvait voir tous les étages autour de soi. Fermant la grille, il la laissa appuyer sur le bouton les faisant monter au troisième étage.

Ils avaient à peine dépassé le premier étage que la jeune femme appuya sur le bouton stop et lui demanda en combien de temps ils se rentraient compte de l’arrêt de l’ascenseur. Ce dernier bougeait lentement, retrouvant son centre de gravité jusqu’à être parfaitement stable. Elle se jeta sur Alex, l’embrassant de plus, ayant perdu ce semblant de gêne des premiers instants et il découvrait une vraie lionne. Elle le voulait toujours plus près comme si être collé l’un à l’autre ne suffisait plus. Le jeune homme pouvait sentir l’intensité de cet échange. Une des mains de Sally se glissa sur son torse pour en déboutonner les deux premiers boutons, éveillant les sens du dénommé Jack. Entreprenante, la seule question qu’il avait en tête était : allaient-ils le faire ici ? Ce ne serait pas une première. Mais pourtant, le regard plein de malice, elle s’arrêta, prenant une légère distance pour l’observer et remit l’ascenseur en marche. Fronçant les sourcils, il lui lança un regard qui semblait vouloir dire « traîtresse ». Ce n’était pas bien de laisser quelqu’un comme ça, alors qu’elle avait si bien commençait. Pourtant Alexander ne disait rien alors qu’elle lui tournait le dos, attendant de monter les deux derniers étages. Elle espérait que le film soit vraiment bien. Était-ce la provocation ?

Ne réfléchissant pas, il se glissa derrière elle, embrassant son cou tout en le mordillant légèrement, ses mains se posèrent sur les hanches de la jeune femme pour l’attirer contre lui, pour y sentir tout ce qu’il pourrait ressentir à cet instant. Alors que l’une de ses mains la maintenait contre lui, l’autre descendit légèrement pour pouvoir remonter sa robe et s’approcher de son sous-vêtement qui cachait sa pudeur. Il s’arrêta chastement dessus pour caresser son entrejambe. L’ascenseur avait eu le temps de continuer de monter, lorsque ce dernier atteignit arriva au niveau du dernier étage, Alex murmura à l’oreille dont il mordit le lobe, un sourire aux lèvres :

Juste pour vérifier…

L’ascenseur s’arrêtait à peine qu’il avait déjà fait un pas sur le côté et regardait comme si de rien n’était, observant les portes vitrés, lui laissant l’honneur d’ouvrir les portes pour sortir de là. Il continuait de la suivre jusqu’à ce qui allait être leur chambre. Lui faisant un geste, il l’invita à nouveau à entrer la première, lui laissant déverrouiller la porte pour découvrir une pièce qu’elle avait déjà eu l’occasion de croiser avec de précédents coups d’un soir.

Les dames d’abord, avait-il dit.

Si Sally était têtue, elle tiendrait à voir son film mais ça sera l’occasion pour elle d’arriver à tenir bon car l’homme qu’elle avait comparé à Di Caprio comptait bien la perturber dans son plan diabolique.

J’espère qu’il y a un minibar, je dois rattraper une certaine rouquine, parait-il ! Lança-t-il espiègle en entrant dans la chambre.


@Louise R. Crawley Fiche créée par Rinema


Dream On
Every time when I look in the mirror. All these lines on my face getting clearer, the past is gone, It went by, like dusk to dawn, isn't that the way. Everybody's got the dues in life to pay, I know nobody knows. Where it comes and where it goes. I know it's everybody sin.You got to lose to know how to win
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membrichou
avatar

Hide my head I wanna drown my sorrow, no tomorrow, no tomorrow

Age : 29
Né(e) le : 16/08/1989
Quartier : est, dans un petit loft bien sympathique
Je suis : agent d'entretien au Fitzgerald Hotel
Inscrit depuis : 01/04/2018
Messages : 107
Célébrité : Emma Stone
Rps en cours : (1/2 dispo) = #B35D61
ft Alexander

Message Alexander & Louise » One night of magic rush › Ven 29 Juin - 15:22

One night of magic rush
Alexander & Louise
Ce baiser, elle l’attendait depuis le début, et ne pouvait cacher sa fierté de l’avoir fait craquer le premier. C’était comme une première victoire à un défi qu’ils s’étaient lancé à demi-mots, mais qui constituait tout leur jeu. Alors qu’il lui demandait si ce simple baiser lui suffisait, elle ne put que renchérir en l’embrassant elle aussi, maintenant libérée de l’idée de perdre son propre pari. Il répondit en la serrant un peu plus près contre lui, et elle en profita pour caresser un peu plus ses cheveux, habitude presque grisante qu’elle avait, adorant sentir la douceur du cuir chevelu de son partenaire. Lorsqu’elle se détacha, elle ressentit comme une gêne qui était à l’encontre de sa façon d’être, en particulier lorsqu’il s’agissait d’embarquer un homme jusqu’à l’hôtel. Pourtant, avec lui, elle ne put s’empêcher de rougir légèrement, et de se mordiller doucement la lèvre, le plus discrètement possible, avant de reprendre la main de Jack et de le tirer jusqu’à l’hôtel devant lequel ils s’embrassaient depuis un moment. Elle lui rappela qu’ils devaient voir ce film qui, finalement, avait piqué sa curiosité, si bien qu’elle envisageait réellement de le regarder jusqu’au bout. Du moins, s’ils y arrivaient. De son côté, Jack, lui, semblait regretter d’avoir parlé de ce film. Elle éclata de rire et ils entrèrent dans l’hôtel où ils furent accueillis, si tel était le mot, par le vieux gérant qu’elle avait déjà rencontré à de maintes reprises, d’abord lorsqu’elle vivait ici, puis plus tard, à quelques occasions identiques à celle-ci. C’était un vieil homme bien installé et confortable dans ses habitudes, le genre d’homme bloqué dans un passé qu’il ne voulait pas voir évoluer. Elle demanda une clé et signa le registre de son nom d’emprunt, pour ne prendre aucun risque, se dit-elle. Elle ne s’attendait pas spécialement à ce que ce soit Jack qui paie, mais il la prit de court et elle sourit à l’attention.

Alors qu’elle s’avançait déjà vers l’ascenseur, elle s’étonna de voir Jack lui reprendre précipitamment la main pour rester coller à elle. Ce n’était pas tout à fait comme avec tous les autres hommes, il y avait un lien très particulier entre eux, une complicité presque trop étrange pour être rassurante. Et pourtant, elle se laissa embarquer malgré tout, convaincue que cette nuit-là serait la seule. Il ne pouvait pas en être autrement, surtout avec cette impression-là qu’ils ne pouvaient que très bien s’entendre. Ils montèrent dans l’ascenseur, vieille machine qu’elle adorait, qui lui procurait une sensation de risque qu’elle appréciait particulièrement, et elle appuya sur le bouton pour monter au troisième. Elle laissa le temps à l’ascenseur d’atteindre le premier étage, puis elle bloqua l’appareil et se retourna vers Jack en lui demandant combien de temps les employés et clients de l’hôtel mettraient pour s’apercevoir que l’ascenseur était bloqué. Il n’était pas tout à fait stable, de quoi augmenter un peu plus l’adrénaline qu’elle avait dans le sang, déjà bien présent à cause de l’alcool, et de la présence de ce bel inconnu. Elle le regarda avec un petit sourire au coin des lèvres, avant de se jeter sur lui pour l’embrasser, débarrassée de la gêne qu’elle avait pu ressentir quelques minutes plus tôt. Elle se montra entreprenante, sans aucune honte ou peur, quelle qu’elle soit, libérant ses pulsions comme une lionne affamée, lui agrippant le cou pour ne pas qu’il s’échappe, cherchant probablement réconfort dans autant de proximité que possible. Alors qu’elle attisait le jeune homme en lui déboutonnant quelques boutons, elle décida de s’arrêter là, permettant au jeu de continuer, et à Louise de torturer un peu plus sa proie du moment.

Elle se dégagea et se retourna vers les portes de l’ascenseur, le remettant en marche en glissant au passage, tout sourire, que le film avait intérêt à valoir le détour. Comme si, film ou pas film, elle regretterait cette nuit. De ce qu’elle avait vu, il n’y avait à priori pas vraiment lieu de regretter quoi que ce soit, hormis peut-être le lendemain matin, le départ. Mais ça, elle se le gardait bien pour elle, et se contentait largement de ce qu’ils partageaient en ce moment-même. Depuis son arrivée ici, si ce n’était même plus tôt, elle faisait en sorte de vivre au jour le jour, prévoyant seulement de ne pas se laisser enchaîner dans un futur qu’elle n’aimerait pas, et elle appliquait la même chose ce soir-même. Elle lui faisait dos, fière de son coup, sentant presque le regard qu’il pouvait lui accorder en ce moment, et la tension qu’elle avait créée en à peine quelques secondes. Elle avait très envie d’arriver jusqu’à la chambre, le plus vite possible. Elle le sentit s’approcher rapidement pour la coller tout contre lui. Elle ferma les yeux lorsque ses lèvres passèrent dans son cou, riant légèrement à chaque petite morsure, mais s’arrêta lorsque l’une de ses mains se glissa sous sa robe pour la soulever, remontant lentement jusque son sous-vêtement. Elle se pinça la lèvre sous la caresse, l’envie de trouver cette chambre se faisant plus grande encore, si bien qu’elle avait presque envie de s’abandonner ici-même dans les bras de cet inconnu. Alors arrivés au dernier étage, il eut juste le temps de lui murmurer à l’oreille, mordillant son lobe au passage, avant de s’arrêter de la même manière qu’elle l’avait fait elle aussi, comme une punition. Elle n’eut pas le temps de réagir plus à sa taquinerie que Jack s’était déjà éloigné, lui laissant la place d’ouvrir les grilles de l’ascenseur pour sortir de cette cage de tentations.

Le trajet de l’ascenseur jusque la chambre lui parut durer une éternité. Elle avait envie de se jeter sur lui immédiatement, mais mettait un point d’honneur à ne pas craquer tout de suite, prête à continuer de jouer jusqu’à ce qu’aucun d’eux ne puisse plus se contenir. S’il s’agissait de regarder un film à l’eau de rose pour en arriver à ce point, elle était prête à y passer la nuit entière. Il fit preuve de galanterie en la laissant entrer la première et, une fois dans la chambre, il affirma son souhait de trouver un minibar dans cette chambre modeste, pour la rattraper, dit-il. Elle rit à sa remarque et l’invita à la suivre d’un geste du doigt, l’amenant jusqu’à un petit comptoir et, juste en dessous, de quoi répondre à ses attentes. « Il suffisait de demander ! » Peut-être connaissait-elle un peu trop les lieux pour que ce soit rassurant, mais, même si elle n’en dirait rien, pour respecter ses propres règles, c’était d’avantage son court séjour ici qui lui avait apporté cette connaissance, plus que les conquêtes qu’elle avait pu ramener ici, peu nombreuses. Elle s’installa sur le lit, les jambes croisées, dans une position assez suggestive pour maintenir ce merveilleux jeu de la séduction, en le regardant se servir au minibar. « Preuve que cet hôtel ne rechigne pas tant que ça l’évolution, il y a un service de vidéo à la demande sur la télévision. Il ne reste plus qu’à s’installer confortablement… et profiter. » Elle lui lança un regard malicieux, puis se leva pour le rejoindre, se libérant au passage de ses chaussures, comme une prémisse de la suite. Elle s’approcha de lui pour l’embrasser encore une fois, tirant sur la chemise d’une main pour l’amener au niveau du lit, sur lequel elle se rassit sans le lâcher pour autant, l’embarquant avec elle pour titiller un peu plus le jeune homme.


† Hope when the moment comes, you'll say... I, I did it all, I owned every second that this world could give, I saw so many places, the things that I did. With every broken bone, I swear I lived.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marplespring.forumactif.org/t3300-louise-j-aimerais-ca-que-tu-sois-pour-un-moment-mon-etoile-filante http://marplespring.forumactif.org/t3993-louise-we-ll-be-lengend-wait-for-it-dary

Contenu sponsorisé

Message Alexander & Louise » One night of magic rush ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexander & Louise » One night of magic rush
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Centre-ville :: Mambo's Bar-
Sauter vers: