Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Sam 21 Oct - 23:40
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it

Appartement de Sam & Sasha, New York City - ft. @Sasha Brown

Sam, tumultueuse parfois, intrépide souvent. Le danger ne lui a jamais fait peur, pas plus que l’adrénaline et le risque ne l’ont un jour quitté. Animée par l’interdit, c’est jeune qu’elle se lance dans des activités illégales. A quatorze ans déjà, c’est cet air frais de la nuit, lorsqu’elle fait le guet pour des malfrats vendant des quantités démesurées de pilules colorées et de poudres blanchâtres, qui représente l’ensemble de son oxygène. C’est dans la lueur de la lune qu’elle trouve son échappatoire, qu’elle renoue avec sa liberté si précieuse pour survivre dans une vie où elle aurait fini par sombrer.

Sam, cette tête-brûlée. Elle a beau avoir commencé jeune, elle n’a jamais été insouciante ; consciente des risques, elle les connaissait et les appréhendait avec un sang-froid hors du commun. Ce besoin de se sentir vivante avait eu raison d’elle à tel point qu’elle s’était engouffrée toujours plus dans ce milieu dépourvu de quelconque légalité.

A trente-quatre ans, rien n’avait changé, si ce n’est sa place au sein de l’organisation du cartel de drogues de Détroit pour lequel elle travaillait depuis l’adolescence. Guetteur d’abord, dealeur ensuite, Sam avait fini par devenir coordinatrice pour ce cartel afin de mener à bien toutes les livraisons, délivrances et réceptions de marchandises. Ce cartel, composé d’amis, était devenu sa propre famille. Ensemble, ils jouaient, réussissaient des tours de passe, vendaient, fabriquaient, s’enrichissaient, envoyaient les gens voguer vers des horizons plus joyeux. Ils avaient leur propre univers, leur monde bien à eux, où la brune avait véritablement sa place contrairement au sort qui lui avait été réservé au sein de la famille Weaver. Elle leur était redevable de beaucoup de choses et le savait, c’est pourquoi elle leur avait toujours loué une loyauté sans faille.

Il y a un an toutefois, la vie de Sam avait pris un nouveau tournant. Résidente de Columbus depuis quatre ans, elle avait découvert – trop tard – que le proxénète qu’elle approvisionnait en drogues depuis tout autant de temps abusait de la femme qu’elle aimait et avec qui elle entretenait une relation depuis plusieurs mois, Sasha. Rage, écœurement, dégoût, haine ; de nombreux sentiments s’étaient emparés d’elle à l’égard de cet homme, Cesario. Pour la première fois de sa vie, Sam s’était sentie capable du pire, avant d’être par chance raisonnée. C’était Sasha, qui lui avait fait entendre raison, la convainquant qu’elles avaient bien plus à perdre que lui. C’est ainsi que la brune avait pensé une vengeance, l’élaborant sur plusieurs semaines, avant de passer à l’action. Le jour J, elle s’était rendue dans cette maison de passe, laissant le Loony’s sans dessus-dessous, veillant à y causer le chaos et ne manquant pas de dévaliser les coffres de Cesario avant de prendre la fuite avec Sasha. Dans une vieille voiture, les amantes avaient pris la route, n’ayant pour compagnie qu’une valise de fringues, des billets regroupés en liasse, et un petit carnet où Sam avait pris soin de noter des adresses et numéros importants. Peu importe ce qu’il se passait dans sa vie, où elle était et avec qui elle traînait, elle savait qu’en cas de trouble extrême, elle pouvait contacter ses amis de Détroit afin qu’ils lui viennent en aide. Tonio, Trish, Matt, Drew, Rub : si leurs numéros lui étaient inscris en mémoire, Sam avait préféré joué la carte de la prudence en les recopiant dans un calepin, afin de toujours avoir cette assurance. Cette assurance de ne pas finir au fin fond d’un caniveau sans que personne ne le remarque.

Si Sam avait laissé plusieurs jours s'écouler avant de contacter Détroit, elle avait fini par passer un coup de fil à Rub, lequel dirigeait d'une main de maître le cartel. Lui annonçant qu'elle ne pourrait plus être opérationnelle avant un long moment, Rub ne lui en avait pas tenu rigueur. Il la connaissait suffisamment pour comprendre le critique de la situation. De plus, il la considérait, lui aussi, comme membre à part entière de ce cartel dont elle faisait partie depuis vingt ans, de telle sorte qu'il pouvait bien lui accorder ce break.

Une année entière s'était alors écoulée. Une année de cavale, où Sasha et Sam étaient devenues les Bonnie & Clyde des temps modernes. L'argent sale et volé leur permettait de se sustenter, de louer des nuits dans des motels en bord de route et de faire les attractions et visites qui leur faisaient plaisir. Passant d'État en État, les deux femmes avaient traversé les États-Unis, rejoignant dans un premier temps la Côte Ouest par le Nord, avant de descendre jusqu'au Sud en vue de rejoindre la Côte Est. Au bout de onze mois toutefois, sans rentrée fixe d'argent et à mesure que leur pactole diminuait, elles avaient pris la sage décision de s'établir quelque part. Leur destination finale était sans appel : New York City. La grosse pomme, l’endroit de tous les possibles, la ville qui ne dort jamais et aux mille et un cabarets.

Avec l’argent qui leur restait, Sasha et Sam avait eu les moyens de louer un appartement au cœur de Brooklyn et de verser la caution demandée sans éveiller de doute chez les propriétaires. Deux semaines et demie s’étaient écoulées depuis la signature de leur bail, de la fin de leur road-trip et de ce quotidien trépignant. Il n’était désormais plus question de vivre au jour le jour. Le besoin d’argent allait rapidement se faire ressentir. Pour combler le manque de moyens financiers, mais aussi pour faire quelque chose de ses journées, la blonde avait entreprit de suivre une formation d’infirmière. Sam, quant à elle, s’était contentée de demander à Rub de lui verser l’argent qui lui devait de sa dernière mission, histoire de subsister encore un peu. Elle ne savait pas ce qu’elle pouvait faire de sa vie, puisque sa vie, justement, résidait en intégralité dans le business lié à la drogue. Mais, maintenant qu’elle vivait avec une ancienne toxicomane, la brune ne se voyait pas continuer à dealer. Il fallait qu'elle trouve une solution de replis, et vite.

Pour l'heure toutefois, ses pensées n'étaient pas à la recherche d'un job X ou Y, mais bien au déroulement de la soirée qu'elle allait passer ce soir. A cause de sa formation, Sasha avait des horaires prenants, pour un quotidien fatiguant qui empêchait le couple de sortir, de parler, de dîner, de partager. Une situation pour le moins frustrante pour Sam qui s'était plu à avoir Sasha rien que pour elle pendant une année entière.

Lorsqu'enfin la brune entendit la porte d'entrée s'ouvrir, puis se refermer, un sourire immense naquit sur son visage. Sa petite-amie était rentrée, leur soirée allait enfin pouvoir commencer. Mieux encore, Sam allait enfin avoir du temps en compagnie de sa bien-aimée.

- « Bienvenue chez nous ! », lança jovialement la brune quand la blonde fit enfin irruption dans son champ de vision.

"Bienvenue chez nous" ; une phrase que Sam se plaisait à prononcer, soir après soir, journée après journée. C'était officiel, elles vivaient ensemble et avaient contracté un bail à leurs deux noms. De quoi donner plus de sérieux encore à leur relation, ce qui n'était pas pour déplaire à trentenaire, loin de là.

Sans attendre plus longtemps, Sam se leva du tabouret pour venir à la rencontre de Sasha et lui offrir un baiser. Quelques heures séparées suffisaient à la brune pour qu'elle se languisse de la blonde dont elle était inévitablement et sulfureusement amoureuse.

- « Tout s'est bien passé ? », demanda-t-elle alors. « J'espère en tout cas qu'il te reste un peu de force pour ce soir. J'ai une surprise pour toi. Nous partons d'ici... Allez, dix minutes. Sauf si tu es prête et que nous pouvons partir de suite. »

Ce n'était pas à prendre ou à laisser. Lorsque Sam avait quelque chose en tête, il était impossible de l'en dissuader. D'autant plus quand il s'agissait de quelque chose qu'elle avait déjà pensé et dont elle s'était réjouie toute une partie de l'après-midi afin que la soirée arrive plus vite.



Dernière édition par Sam Weaver le Dim 22 Oct - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Sam 21 Oct - 23:46

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


Il n’y avait rien eu de plus flippant que d’emménager avec sa petite amie. S’établir dans un lieu fixe, avoir une routine, travailler.. voilà qu’après un an de cavale, le quotidien de la vie reprenait le dessus sur elle. Ce n’était pourtant pas le fait de vivre avec Sam qui l’effrayait le plus, mais simplement le fait de retrouver un cycle de vie brider : après tout, que ce soit au Loony’s ou ici à NY, ses journées allaient se ressembler. Dans l’esprit de la blonde, la vie normale d’une personne quelconque se résumait à se lever, partir travailler, se nourrir, encaisser les problèmes de la vie et aller se coucher le soir. Comme elle avait pu le faire en étant prostituée. Son esprit était configurée à tout comparer à son ancienne vie, à juger si oui ou non elle avait fait le bon choix de s’enfuir avec Sam, risquant sa vie mais également la sienne. Jamais elle n’aurait voulu tomber amoureuse de cette façon, jamais non plus elle n’aurait pensé pouvoir éprouver un quelconque sentiment. Mais les faits étaient là, et derrière autant de « contraintes », il persistait une lueur qui la faisait quotidiennement avancer : elle était aimée, elle avait un appartement, un nouveau travail qui lui plaisait et Sam était à ses côtés constamment. 

Sa journée avait été comme toutes les précédentes : sportive. Sasha ne voyait jamais le nombreux d’heures interminables défilées et pourtant chaque soir elle rentrait fatiguée. Mais ce n’était rien pour elle, cette fatigue constante était le style de vie qu’elle avait eu durant des années, ne dormir que quelques heures et devoir se lever tôt le lendemain…servir les désirs des hommes… Aujourd’hui, elle aidait les autres. C’était ce qui la passionnait, ou du moins l’unique activité dans laquelle elle se sentait utile. Avoir un CV criblé du mot prostituée n’était en rien quelque chose qu’elle raconterait autour d’elle : pour un inconnu, ou bien encore pour tous ses nouveaux collègues de l’hôpital, Sasha était uniquement une femme qui avait eu une enfance parfaite, des parents parfaits, des relations parfaites, et qui avait simplement décidé de faire quelque chose de bien dans sa vie, certes un peu tard, mais qu’importait. Mentir sur son passé était devenu assez courant pour elle au point qu’elle s’était inventée un mensonge parfaitement détaillé, qu’elle réservait à toutes les sauces au premier qui osait lui poser des questions. 

Franchissant le seuil de la porte d’entrée, Sasha fût accueillie comme une princesse, ce qui lui décocha un immense sourire et d’autant plus quand elle sentit les lèvres de Sam contre les siennes. Elle ne pourrait dire si l’éloignement de la brune au cours de la journée était un problème ou non, mais le fait est que Sasha se sentait bien mieux, plus en confiance quand Sam était à ses côtés : peut être avait elle encore peur du monde extérieur ? A peine voulut elle répondre à sa question, qu’elle reste bouche bée face à la proposition… ou du moins l’ordre de sa petite amie. Voilà donc qu’elle n’avait pas le choix. Mais aux yeux de la blonde, ce que lui proposait Sam était simplement une fin de journée encore plus fructueuse. Qu’importait la fatigue, les courbatures, si oui ou non elle devait réviser quelque chose pour ne pas être en retard, elle ne pouvait pas dire « non » à Sam. Elle la connaissait pour savoir qu’elle avait du au moins programmer cette soirée quelques heures auparavant et que cela l’attristerait, voire la décevrait si elles n’y allaient pas.

_Sam. Je déteste quand tu me fais me dépêcher ! 



Une remarque qui était pourtant dite avec un sourire à demi sur le visage, la blonde appréciait les attentions de la brune, après tout qui n’y serait pas insensible. S’auto-regardant de la tête aux pieds, il n’était pas question qu’elle sorte ainsi et encore moins si Sam avait prit le soin de lui faire une surprise, elle pouvait au moins… devait faire un effort pour sa petite amie. Se précipitant dans leur chambre, la blondinette retira sur le trajet ses chaussures avant de directement aller dans la salle de bain pour se rafraichir très rapidement au dessus du lavabo, remettre un coup de make up et surtout réfléchir très rapidement à une tenue. Ressortant de la salle de bain presque déjà à moitié en sous vêtement, elle se posa devant son armoire et prit radicalement la décision de porter une robe pour la soirée… Ce n’était pas une compétence avec laquelle elle pouvait se venter, mais le fait d’avoir travailler dans une maison close lui permettait au moins d’avoir acquérir une dextérité et une rapidité pour se changer en un temps record. En deux temps trois mouvements Sasha fût revêtu d’une tenue correcte pour la soirée avant de se présenter à la brune sur le seuil de la porte de leur chambre



_Je ne sais pas si cela te convient ? Je peux me changer encore, ce n’est pas un problème tu le sais.  



Sasha avait pris cette sale habitude de toujours lui demander son avis, de toujours faire en fonction de ce que les autres désiraient d’elle. Un défaut de ce « métier » qui lui avait été imposé. Se baissant pour ramasser ses chaussures laissées à l’abandon, elle les rangea dans un coin de l’appartement pour que personne ne puisse se prendre les pieds dedans. Lui offrant un sourire, heureuse, elle enchaina



_Tu aurais du me dire… J’aurai essayé de sortir plus tôt de l’hôpital



code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Sam 21 Oct - 23:51
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it

Dès le milieu d’après-midi, Sam avait commencé ses recherches afin de trouver une activité sympa à partager le soir-même avec Sasha. La sortie devait remplir un critère inévitable : plaire en premier lieu à Sasha, sans pour autant que ce ne soit une contrainte pour Sam. Il lui avait donc fallu trouver un compromis de leurs goûts différents pour dénicher un petit quelque chose qui pourrait leur convenir à toutes deux ; mission qui ne s’était pas réellement avérée difficile puisque New York baignait dans une diversité et un mélange de cultures tels qu’il y en avait pour tous les goûts. Planifiant le tout comme elle savait si bien le faire, qu’il s’agisse de soirées ou d’activités bien moins légales, Sam n’en avait eu que pour quelques minutes avant de boucler sa mission « organisation d’une sortie ». Sa fin d’après-midi s’était donc partagée entre cette hâte des retrouvailles avec Sasha, l’appréhension de sa sortie qu’elle voulait parfaite, et quelques coups de téléphone partagés avec ses amis de Détroit. Etre enfin posée dans un lieu fixe avait cet avantage indéniable qu’elle pouvait communiquer beaucoup plus aisément avec ses seuls amis du Michigan. La relation qu’elle entretenait avec eux était suffisamment fraternelle pour qu’ils se permettent de se joindre dans l’unique but de se donner des nouvelles. Il n’était désormais nullement question d’organisation pour le cartel, puisque Sam ne tenait plus ce rôle de coordinatrice depuis désormais un an. Si Trish et Matt lui faisaient parfois quelques petites allusions - voire même des propositions de reprise -, la brune savait tenir sa ligne de conduite en leur répondant par la négative. Pour la première fois la jeune femme ressentait l’envie d’arrêter ces activités illégales. Elle avait beaucoup à perdre, bien trop à perdre, si jamais les choses tournaient mal.

Ce qu’elle avait à perdre en premier lieu était cet équilibre qui s’instaurait peu à peu dans sa relation amoureuse. Celle-ci était son cap, sa volonté de garder la tête hors de l’eau et de ne plus l’enfourner dans des manigances où il valait parfois mieux fermer les yeux pour garder une part d’humanité. Quand Sam regardait Sasha, elle se sentait prête à changer et à se ranger. Une pensée qui l’effleura une nouvelle fois ce soir lorsque sa bien-aimée rentra à la maison et qu’une fois encore elle eut la chance de redécouvrir la douceur de ses lèvres.

Sasha était cabossée par la vie. Elle avait vécu de nombreuses choses, difficiles souvent, impensables parfois. Sam était une des rares personnes au courant du passé de blonde qui n’avait pas à la baratiner avec de fausses histoires. Et le mieux dans tout ça, c’était que Sam avait beau tout savoir de Sasha, cela ne l’empêchait en rien de l’aimer. Au contraire même, la brune ressentait quelque chose d’autant plus fort en savant que, d’une certaine manière, elle pouvait tirer Sasha vers le haut. Elle était là pour l’aider à affronter une vie de liberté qui pouvait l’effrayer et pour combattre ses démons qui pouvaient la hanter. La seule prudence qu’elle devait avoir était de ne pas devenir à son tour le démon de Sasha, au risque de lui nuire.

Pour l’heure, Sam ne pensait nullement être un danger pour Sasha. Elle prenait soin d’elle comme de la prunelle de ses yeux, veillant toujours à son bien-être et à son bonheur. Cette soirée organisée par ses soins en était un exemple supplémentaire. Alors, lorsque Sasha évoqua le fait de "détester" quand Sam la faisait se dépêcher, l’unique réaction de cette dernière fut d’échapper un petit rire rauque. Elle savait pertinemment que Sasha ne détestait pas cela, ou, à tout le moins, qu’elle devait être contente de cette surprise. Elle savait tout autant que la blonde pouvait être d’une rapidité surprenante lorsque le temps manquait. C’est pourquoi elle la laissa filer sans mot dire, attendant patiemment sur le canapé que sa petite-amie soit fin prête.

Quelques minutes plus tard, ce fut une Sasha plus féminine et plus pétillante qui s’afficha dans l’entrebâillement de leur porte de chambre, donnant directement sur le salon où se trouvait Sam. Fraichement remaquillée et désormais habillée d’une robe, celle-ci prit tout de même le soin de demander si sa tenue convenait à la brune. Se levant du canapé, Sam ne manqua pas l’occasion de reluquer sa petite-amie en toute impunité, venant à sa hauteur et la faisant faire un tour sur elle-même.

- « Tu me donnes envie de consommer le dessert avant même le plat de résistance. », répondit Sam avec un sourire en coin, non sans équivoque.

Par cette réflexion, Sasha comprit qu’elle avait le feu vert de sa petite-amie qui n’avait rien à redire sur son choix de tenue. Une tenue d’ailleurs bien plus habillée que celle actuelle – et quasi-quotidienne – de Sam : un jean noir et un tee-shirt uni dans des coloris sombres, laissant apparaître ses tatouages dont certains teintés de rouge avaient pour mérite de colorer l’ensemble de l'image qu’elle renvoyait.

- « Tu vas une fois encore me faire de l’ombre. », rigola-t-elle alors.

S’appuyant sur le pas de la porte, Sam regardait chaque fait et geste de Sasha, même en cet instant où elle enfilait ses chaussures. Si elle s’était écoutée et qu’elle n’avait fait preuve d’aucune raison, il y avait fort à parier que la brune se serait déjà ruée sur la blonde pour lui retirer cette robe qu’elle venait tout juste de mettre. Seulement, Sam avait préféré taire ses pensées et se projeter dans les rues de New York, pour cette soirée en tête à tête. Ce fut la nouvelle intervention de la blonde qui la sortie alors de ses pensées.

- « Bien sûr que non. Je ne veux pas que tu prennes du retard ou quoi que ce soit… Ni que ceux avec qui tu travailles penses que tu as des traitements privilégiés parce que t’es une gosse de riches. »

Une fois encore, l’humour cynique de Sam s’abattait dans cet appartement. Son allusion de « gosse de riches » était une référence pleine et entière aux bobards que Sasha pouvait servir tous cuits sur un plateau à ceux qui s’intéressaient d’un peu trop près à sa vie d’avant. Outre cette petite blague, la brune pensait ce qu’elle disait : elle ne voulait aucunement interférer d’une quelconque manière dans la réussite de sa petite-amie. Ce que Sasha entreprenait était une réelle fierté pour Sam, qui voyait une issue épanouissante à tout cela.

- « Allez, bouge tes jolies fesses. », rajouta-t-elle en s’éloignant déjà de la chambre pour rejoindre l’entrée et à son tour enfiler ses chaussures. « SASHA ! », pesta-t-elle lorsque ce fut chose faite mais que la blonde n’était toujours pas à sa hauteur. « C’est bon, tu es très bien. Et ne t’inquiète pas, je ne vais pas te vendre aux enchères ce soir, tu n’as donc pas besoin d’être parfaite puisque je ne recevrai aucun pactole à la clé. »

Craignant une petite remontrance de la part de la blonde, la brune s’extirpa de l’appartement en toute hâte, dans un rire prononcé. Dévalant les escaliers deux par deux, elle se retrouva en bas bien avant Sasha qui avait probablement été retardée par la fermeture de la porte.

- « Ah, te voilà enfin ! », se contenta-t-elle de dire, comme si elle n’était pour rien dans le fait qu’elle avait dû attendre Sasha dans le hall de l’immeuble.

Sans plus attendre, la brune sortie de l’immeuble en compagnie de Sasha. Les mains dans les poches arrières de son jean, elle commença à marcher en direction de la station de métro la plus proche. Pour l’heure, Sasha ne la questionnait pas encore sur leur destination. Sam n’était même pas sûre qu’elle allait le faire, d’ailleurs. En effet, cette dernière avait eu l’occasion de le faire plus tôt, mais il n’en avait rien été. De plus, la brune savait qu’une partie de Sasha aimait particulièrement les surprises pour en garder le suspense jusqu’à la fin.

Arrivant devant la station « Nostrand Avenue », Sam s’engouffra dans la bouche de métro. Ce qui s’en suivi fut un rituel qui leur était déjà propre : sortir leur carte pour passer le portique, descendre quelques marches pour arriver à la rame, s’apercevoir qu’un train est déjà sur place et ainsi finir leur périple dans une mini-course pour s’engouffrer dedans avant qu’il ne parte. A cette heure, et à cet endroit de la ligne, le métro qui les mènerait jusqu’au cœur de Manhattan était plutôt calme et Sam en profita pour s’asseoir.

- « Bon, on a une petite demi-heure devant nous. Tu me racontes ta journée ? », demanda-t-elle alors à Sasha.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Dim 22 Oct - 17:13

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


Contrairement à elle, Sasha était seule depuis bien des années. La prostitution et quand bien même l’intégration au Loony’s ne l’avait pas aidé à se créer une famille. Certes, elle était devenue une figure montante au sein de l’établissement de charme, mais pas au point de pouvoir se considérer comme « heureuse » et épanouie. Durant de longues années, Sasha avait simplement survécu du mieux qu’elle avait pu pour ne pas finir détruite. Nombreuses avaient été les filles à ne pas supporter la cadence infernale des journées, Cesario était uniquement gentil avec celles qui réussissaient, les autres… dieu seul sait où elles atterrissaient. Suivre les ordres, obéir, se cacher derrière un faux sourire, elle savait faire depuis tout ce temps, feindre d’être heureuse et enjouée étaient devenus un credo, et pourtant au fond d’elle, la solitude l’avait rongé. Sa famille, elle ignorait où ils étaient, si ils étaient encore en vie ? Tony.. même si elle se refusait à penser à lui, il persistait cette envie de savoir ce qu’il était devenu, ou si les blessures infligées cette nuit là avaient été irréversibles. Mais pourtant, malgré les nombreuses tâches noires sur son passé, Sasha avait fini par trouver une personne à qui s’attacher, et à qui donner sa confiance. Les débuts avec Sam n’avaient pourtant pas été des plus simples, leurs premières entrevues avaient été mal pris par la blonde qui avait vu d’un très mauvais oeil l’intérêt qu’elle lui portait, et qui pourtant c’était révélé positif. 

De retour dans le salon de leur appartement, la jeune femme s’était présentée à sa petite amie pour qu’elle approuve sa tenue, non dans le but de confirmer qu’elle avait fait le bon choix, mais bel et bien pour ressentir la réaction de la brune à son égard. Inconsciemment et depuis maintenant deux ans, Sasha accordait beaucoup d’importance au jugement que Sam pouvait avoir sur elle : sans pour autant que cela veuille dire qu’elle était dépendante de ses conseils, mais Sasha s’était configurée à faire passer le bonheur de sa partenaire avant le sien. Comme ce qu’elle avait toujours fait en réalité. Se laissant guider en tournoyant sur elle même, elle laissa échapper un sourire quand Sam sous entendu vouloir déjà la croquer.



_C’est parfait si tous les yeux sont rivés sur moi dans ce cas, une « gosse de riche » adore être sous les feux des projecteurs



Finissant de boucler ses chaussures, la blonde avait finalement troqué son sac à main pour une sac plus petit en bandoulière où elle s’était contentée de glisser son téléphone et quelques futilités féminines. Son regard se remonta très rapidement vers Sam quand cette dernière fit une remarque concernant « sa potentielle vente », et fort heureusement pour la brune, Sasha fut retardée par la porte pour ne pas répliquer de suite. Cependant une fois en bas, et l’ayant rejoint, ce fût le tour de la blonde de s’en « donner à coeur joie » pour répondre



_Tu sais, même habillée modestement, je suis certaine que tu aurais gagné plusieurs gros billets à me vendre.  



En référence direct avec son ancien « travail », Sasha ne ressentait aucune gêne à parler ouvertement de ça avec elle, après tout, elle l’avait vu presque dans tous ses états… des plus mauvais au plus gratifiants. Lui décochant un léger sourire, les deux femmes prirent la direction de la station métro assez rapidement. Le métro, une nouveauté pour la blonde qui, la première fois qu’elle l’avait pris deux semaines auparavant, avait du en sortir très rapidement à la station suivante. La foule, et l’agitation des heures de pointe avaient eu raison d’elle , au point de débuter une crise de panique. Elle ne l’avait pas dit à Sam, jugeant cela de mineur et avait simplement fait le choix d’aller à pied au lieu dit. Cette fois accompagnée de sa petite amie, et avec un débit de personnes plus calme, Sasha n’avait pas ressenti de quelconque appréhension fort heureusement. Venant s’asseoir aux côtés de la brune, son attention fût cependant détourner quelques secondes sur toutes les personnes autour d’elle : vérifiant qu’aucune d’elle ne « pourrait s’en prendre à elle » visiblement. Et ce fût un sourire naissant sur ses lèvres qui fût le top départ d’un petit récit quand son attention se reposa sur Sam



_Je n’ai pas eu de cours aujourd’hui, j’ai été mise dans le service des personnes âgées. Si tu avais vu cette petite dame, ma supérieure m’a montré comment bien agir avec elle, sans lui faire de mal, et cette vieille femme était heureuse de pouvoir servir de « cours » si je peux dire. Oh oui, et on m’a laissé lui faire une prise de sang, et puis elle m’a raconté beaucoup d’histoires sur sa vie… et elle a adoré savoir que j’avais travaillé avec ma mère au café, « les liens familiaux » sont très importants, elle n’a qu’un garçon elle.. elle ne le voit pas souvent, il travaille à l’étranger  



C’était étrange, Sasha s’enjaillait sur son métier, sur l’aide qu’elle pouvait apporter aux autres, et mêler sa « fausse » histoire était presque devenue une vérité qu’elle s’était ancrée en tête et qui la rendait tout autant heureuse



code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Dim 22 Oct - 18:18
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it
Les taquineries allaient bon train entre Sasha et Sam. Il fallait dire que Sam usait souvent d’un humour douteux, qui était un peu comme sa marque de fabrique. Par chance, la blonde connaissait cet aspect de la personnalité de sa petite-amie et accueillait toujours ses propos sur le même ton de l’humour, sans jamais se froisser malgré les immondices que Sam pouvait parfois sortir. La "vente" de Sasha en était l’illustration parfaite : même si la brune savait qu’elle risquait quelques remontrances en affirmant de telles choses et qu’elle préférait partir en toute hâte pour s’éviter de recevoir une petite tape, elle avait pour autant la conviction que Sasha ne se braquerait pas pour "si peu". Certes, ses blagues étaient parfois – souvent, même –, de mauvais goût, mais reflétaient toutefois des aspects de la réalité que ni l’une, ni l’autre, ne pouvait renier. Pour preuve, la blonde avait finalement répondu à Sam sur un ton des plus détendu, lui affirmant qu’elle arriverait, en toutes circonstances, à tirer plusieurs gros billets de Sasha. Une référence directe à la vie de prostituée qu’elle avait pu avoir avant qu’elle ne prenne la fuite avec Sam.

Ce passé, connu par Sam, était inhérent à Sasha, à celle qu’elle était et à celle qu’elle devenait. La brune percevait d’ailleurs cette formation d’infirmière comme un moyen de se racheter et de se rattacher, d’une certaine manière, à son passé. En venant en aide à des personnes "normales", Sasha devait avoir l’impression de renouer avec ses années passées au Loony’s, lorsqu’elle prenait soin des filles. La différence majeure résidait dans le fait qu’à New York, la blonde effectuait une vraie profession et aidait des gens jouissant encore pleinement et entièrement de leur liberté. Elle semblait se plaire dans un tel domaine et Sam en était rassurée. Rassurée de savoir que sa petite amie trouvait sa voie et qu’elle était totalement sortie de la prostitution. Sa seule crainte pour la blonde était une rechute éventuelle dans la drogue, vu les quantités impressionnantes de médicaments stockés à l’hôpital. La brune avait la certitude que ceux-ci étaient facilement accessibles pour le personnel hospitalier. Elle avait même pensé profiter de la place de choix de sa petite-amie pour entrer dans l’établissement sans se faire remarquer et voler quelques pilules magiques en vue de les revendre. Elle n’aurait eu qu’à contacter Detroit – Rub, en premier lieu –, pour écouler la marchandise dans la grosse pomme et ses alentours. Seulement, cela serait revenu à retremper dans les affaires louches, chose qu’elle s’était promis de ne plus faire.

Préférant taire les pensées qu’elle pouvait avoir en percevant l’hôpital comme une immense maison pleine de cachetons, Sam reporta son attention sur la blonde, déjà en train de lui faire un récit de sa journée. Quelque chose avait changé. Quelque chose changeait Sasha depuis qu’elle avait commencé cette formation, et plus encore lorsqu’elle passait ses journées à l’hôpital. Elle semblait plus sereine, plus épanouie. Comme si enfin le destin avait décidé d’être un peu plus clément avec elle et d’enfin la rendre heureuse, sans qu’il n’y ait d’ombre au tableau.

- « Tu iras vérifier si ta vieille dame n’a pas un gros hématome là où tu l’as piqué. Quoi que, les piqures, ça te connait… Tu dois plutôt être douée pour ça. »

Le cynisme de Sam avait une nouvelle fois frappé. Si elle avait commencé plus tôt dans la soirée en faisant référence à la vente de Sasha, elle continuait sur sa lancée en faisant désormais une référence explicite à la vie de droguée qui avait été conciliée avec celle de prostituée de sa petite-amie. Des réflexions que la brune avait bien du mal à taire et à contenir, et qui sortaient le plus souvent sans même qu’elle ne s’en rende compte. Toutefois, pour ne pas renvoyer le signal qu’elle n’en avait rien à faire des aventures de Sasha, Sam reprit la parole.

- « Les liens familiaux… Les liens familiaux. Je t’en foutrais des liens familiaux ! », lança-t-elle alors dans un petit rire. « Je crois que sur ce point tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Enfin, si tu as pu apporter un peu de réconfort à cette femme, et qu’elle t’en a apporté en retour, c’est une bonne chose. »

Si la vocation de Sasha était désormais de venir en aide à autrui, Sam avait aussi l’impression que ce métier renvoyait la pareille à la blonde. Certes, il était de son devoir premier d’aider les autres, mais elle recevait toutefois en contrepartie une certaine reconnaissance qui lui avait visiblement toujours manqué. Ici, les gens ne regardaient pas la blonde comme une « pute », mais comme une infirmière en devenir, une femme en qui ils pouvaient avoir confiance. Une adulte sans souci particulier, dont la vie de famille ressemblait à une idylle et qui était là pour absorber leurs tracas et bobos. En quelques sortes, Sasha était la figure forte, celle sur qui les patients pouvaient se rabattre.

- « En tout cas, je trouve ça bien que tu aies trouvée ta voie. »

« A la différence de moi. », c’était la suite logique que Sam aurait pu donner à cette phrase, qu’elle avait pourtant préféré taire. De toute manière, Sasha le savait : pour l’heure, la brune ne faisait pas grand-chose de ses journées, si ce n’est jouer à la parfaite ménagère. Un rôle qui risquait bien vite de lui sortir par les yeux et de la faire tourner en bourrique. Mais que pouvait-elle faire de plus ? Aucun métier ne semblait lui convenir. Rien ne pouvait l’épanouir plus que de travailler pour Détroit. C’était le danger et l’adrénaline qui l’avaient toujours animée. Et pourtant, elle s’était promis de ne plus fourrer son nez là-dedans. Ce qu’elle ignorait, en revanche, c’était qu’arrêter le business allait faire naître chez elle un manque incommensurable qui commençait déjà à se faire ressentir.

Relevant son nez sur l’affichage des arrêts de métro, Sam calcula le nombre de stations qui leur restait à dépasser avant d’enfin sortir de la rame. Ce fut une dizaine de minutes plus tard que le panneau clignota sur l’arrêt « Time Square ». Se levant dans un soubresaut, la brune laissa la blonde passer devant, afin d’être sûre qu’elles ne se perdent pas dans cette foule. Time Square était l’arrêt le plus desservi de Manhattan, le cœur de l’île, la croisée des gens. Et, même si les lignes de métro étaient regroupées dans différentes stations pour éviter un amas de personnes, le nombre de gens ici présents ce soir restait impressionnant. Impressionnant, tout autant que cette avenue de Time Square que les deux femmes avaient désormais devant les yeux : lumières, écrans géants, foule, magasins, musique. De quoi en mettre plein la vue. Même si ce quartier n’était pas du tout le préféré de Sam, elle devait bien s’avouer que l’atmosphère émanant du lieu était particulière. Le cœur semblait à la fête, au luxe, à l’admiration et à la découverte. Point touristique de choix, Time Square était un brassage ethnique et culturel hors du commun.

- « Je crois qu’il faut aller par-là », précisa alors Sam en descendant une rue.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Lun 23 Oct - 20:09

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


Oh la réflexion concernant les piqures fut parfaitement intégrée dans l’esprit de la blonde qui ne manqua pas d’arquer son sourcil et de fixer longuement sa petite amie. Mais pourtant aucune réponse en retour ne fut formulée, Sasha avait bien trop l’habitude de ce genre de remarques pour se laisser emporter. Au début, les premières fois avaient été virulentes quand Sam s’était autorisée à lui faire repenser au passé, mais la blonde avait trouvé une arme plus redoutable : l’indifférence. Fort heureusement pour Sam, elle savait qu’elle plaisantait ou tout du moins qu’elle ne jugeait pas Sasha sur ses actions passées. Les deux femmes se comprenaient, ou du mois avaient appris à se comprendre et les réflexions de l’une étaient parfaitement acceptées par l’autre. Sasha avait trouvé un métier qui la passionnait, et qui ne lui imposait pas des choses ou d’être dans un état second pour surmonter sa journée : être infirmière lui rappelait ô combien il y avait de misère mais également de personnes plus affectées qu’elle. Sasha ne considérait plus la prostitution comme quelque chose d’horrible, avec les années elle avait finalement pris « goût » à plaire aux hommes, et à leur offrir ce qu’ils venaient chercher. Pour elle, un enfant malade était bien plus triste qu’une prostituée. 
Sasha offrit un petit sourire à sa partenaire quand elle conclue qu’elle avait trouvé le métier parfait pour elle, venant simplement glisser sa main sur la cuisse de la brune dans un geste affectif, évitant de parler et surtout préférant ne pas faire de remarque concernant le fait que Sam n’est pas encore trouvé sa voie. L’attention de la blonde se reporta dès lors sur l’environnement qui était autour d’elles, le métro en lui même : des gens de toutes nationalités, de toutes classes sociales, habillées de différentes manières… cette diversité plaisait à la blonde qui n’avait jamais vraiment eu l’opportunité de côtoyer autant de monde mais le plus impressionnant pour elle, était surement NYC. Le métro s’arrêtant, les deux jeunes femmes remontèrent dans la rue pour découvrir NY en fin de journée, voire même en début de nuit : ses lumières, cette foule, tout ce bruit presque assourdissant et qui pourtant restait effrayant. Instinctivement la main de la blonde se précipita dans celle de sa petite amie comme un moyen pour elle de savoir qu’elle n’était pas seule à affronter cette foule, et pourtant rien sur le visage de Sasha ne marquait cette « peur », un sourire était né sur ses lèvres, semblable à celui qu’elle avait eu et qu’elle avait toujours en venant ici le soir. Son regard retourna sur Sam quand cette dernière se remise à parler



_Tu crois ou tu en es sûre Sam ? Je n’ai pas envie qu’on se perde. 



*Elle avait confiance au sens d’orientation de sa partenaire mais cela ne la rassurait tout de même pas de savoir qu’elles pouvaient se retrouver perdues : Sasha ne connaissait pas encore la ville par coeur, elle qui ne faisait que faire des allés et retours en l’hôpital et leur appartement. Suivant la brune qui menait leur trajectoire, Sasha mémorisait chaque tournent, chaque enseigne de magasin pour pouvoir se repérer si elle devait rebrousser de chemin en urgence : elle était comme lâcher en pleine jungle ici.*



_Tu n’as pas le nom de l’endroit où tu m’amènes ? Je peux utiliser mon portable pour avoir la direction. 







code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Lun 23 Oct - 22:46
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it
New York, la ville de l’enchantement par excellence. Tout le monde pouvait y trouver des passe-temps de son choix, des occupations de son goût et des endroits où se complaire. La diversité et les activités étaient telles, qu’il y’en avait pour tous les goûts. Dans cet amas de personnes sur Time Square, il était évident que certains étaient présents pour contempler les lumières scintillant de toute part, que d’autres profitaient de la foule pour faire des rencontres et que quelques-uns encore dépensaient leurs économies dans des gadgets ou souvenirs New Yorkais. Sur cette avenue où la publicité régnait en maître, où l’argent semblait luire tout autant que les écrans géants, Sam se sentait à sa place. Elle n’était pas New Yorkaise depuis longtemps, n’était pas non plus résidente de Manhattan, mais trouvait toujours un certain plaisir à venir sur l’île, même dans les endroits les plus touristiques. Elle-même, avait fait comme ces visiteurs ponctuels, allant sur les lieux phares de cette ville regorgeant d’histoire et pénétrant dans les boutiques de souvenirs. Articles sportifs à l’effigie des Yankees, les véritables stars locales ; tasses, mugs, assiettes, verres à shooter, couverts, et décorations aux traits des plus grands édifices de la ville ; porte-clefs, porte-bonheurs, bijoux, associant prénom de son choix et l’emblématique Statue de la Liberté ou encore le fameux Empire State Building : les babioles étaient nombreuses pour permettre aux personnes de passage d’amener une part de NYC avec eux et ainsi se rappeler de l’enchantement provoqué par cette ville qui ne dort jamais. Parfois même, des souvenirs un peu plus saugrenus étaient affichés en vitrine, de quoi attirer le chalant ou à tout le moins le faire sourire, comme ces tee-shirts humoristiques représentant le Président des Etats-Unis dans des situations causasses. Comme beaucoup, Sam avait fini par tomber sous le charme de cette ville, en venant même à apprécier ce grouillement de personnes et ces bruits parfois assourdissants. Une différence majeure qui la dissociait de sa petite amie, qui, elle, ne s’était visiblement pas encore faite à ces huit millions cinq-cent-mille habitants pour cette seule et unique ville. C’est du moins ce qu’en déduisit la brune en sentant la main de la blonde venir se réfugier dans la sienne. La serrant presque instinctivement, Sam se fraya un chemin pour emprunter une arcade moins passante, et ainsi être un peu plus tranquille pour trouver son chemin. Ce ne fut qu’une fois un peu à l’écart que Sam reprit la parole, indiquant dès lors la direction qu’elle pensait être la bonne.

« Je crois qu’il faut aller par-là », tels avaient été les mots de la brune. Elle qui, d’ordinaire, était si confiante, et n’usait jamais d’un vocabulaire basé sur de l’incertitude avec des mots tels que « croire », venait de déroger à la règle. Et pour cause : elle avait beau se balader dans les rues de la ville dès qu’elle en avait l’occasion, elle n’était pas encore un as, ne connaissant pas tous les recoins. A vrai dire, elle savait exactement quel chemin emprunter en remontant Time Square, mais avait préféré l’option des rues adjacentes, avec moins de monde, pour se rendre jusqu’au lieu qu’elle tenait encore secret. Elle n’avait qu’à remonter ces ruelles de la même manière que si elle avait été sur la rue principale, puis tourner à gauche, et le tour serait joué.

Dévisageant quelques secondes Sasha qui commençait à douter de ses capacités d’orientation, Sam offrit un signe de tête négatif à sa partenaire lorsque celle-ci lui préconisa d’utiliser un GPS. Hors de question de vendre la mèche si près du but. Elle allait emmener Sasha audit lieu sans utiliser quelconque technologie, et pourrait ainsi garder la surprise jusqu’au dernier moment.

- « J’en suis sûre », se reprit-elle alors. « Pas besoin de téléphone, je sais où on va. »

Assez sèche dans sa réponse, Sam n’aimait pas que l’on puisse douter d’elle. Un trait de caractère qui lui était propre et qui s’était intensifié au fil des ans, surtout à force de travailler pour un cartel de drogues. Être sûre d’elle était quelque chose qui lui était nécessaire, si ce n’est vital, pour survivre dans le monde parfois impitoyable du trafic.

En répondant ainsi à la blonde, elle s’assurait seulement d’avoir la confiance de Sasha pour que celle-ci la suive encore un peu à travers les rues. Leur destination n’était plus très loin, elle le savait, ce qui commençait déjà à la faire sourire. D’autant plus que sa petite-amie semblait elle-aussi heureuse de l’initiative qu’avait eu la brune à leur prévoir une soirée, rien qu’à elles, hors de leur petit appartement de Brooklyn.

- « As-tu une idée d’où je t’emmène ? », demanda alors la brune, un fin sourire aux lèvres.

Toujours main dans la main avec sa partenaire, Sam emprunta le dernier tournant, avant de rejoindre une rue perpendiculaire à Time Square. Certes, elles avaient fait un détour, mais ainsi, la brune avait pu faire durer le suspense un peu plus longtemps et n’avait pas perdu Sasha elle ne savait où. C’est ainsi que les deux femmes se retrouvèrent devant le Minskoff Theatre dont l’immense affiche sur fond jaune, projetée sur un écran géant, se repérait des mètres à la ronde.

- « Nous y voilà. », souffla alors Sam, face au théâtre.

« The Lion King ». Telle était la tête d’affiche du Minskoff Theatre, et ce depuis plusieurs mois maintenant. La comédie musicale, adaptée du célèbre Disney « Le Roi Lion », battait son plein et affichait complet presque tous les soirs depuis sa récompense aux Tony Awards. C’était donc Broadway qui avait séduit Sam lorsque, plus tôt dans la journée, elle était tombée sur deux places à vendre pour la représentation du soir-même. Une opportunité qu’elle avait saisie en toute hâte, se fichant pas mal des dépenses que cela occasionnait. De ce dont elle se souvenait de ses premières discussions engagées avec Sasha au Loony’s, celle-ci avait toujours apprécié Disney étant enfant. Elle n’avait plus qu’à espérer que la comédie musicale séduirait sa belle et lui ferait vivre une soirée inoubliable.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Dim 29 Oct - 16:44

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


Aux côtés de Sam, Sasha ne craignait rien, du moins sa petite amie l’avait toujours protégé : au Loony’s dans un premier temps, mais également pendant leur road trip à travers tous les USA. Sam impressionnait par sa taille, mais également et surtout par ce qu’elle dégageait, sa voix, son regard, rare étaient les personnes qui s’étaient dressés contre les deux jeunes femmes. Les rares exceptions cependant, il y avait encore beaucoup de mystères quant à la stratégie que Sam avait employé pour les sortir de là : elle avait ce pouvoir de négocier, d’arranger les choses. Combien de fois Sasha était restée dans la voiture, et avait simplement observé sa petite amie discuter avec des personnes louches plusieurs mètres devant la voiture, revenir tout naturellement et repartir « saine et sauve ». Sasha n’était pas courageuse, du moins pas au sens où elle l’entendait : elle était loin d’être une Lara Croft des temps modernes, et depuis leur arrivée à NY, se sentait encore moins battante, mais cela importait peu. Elle savait que cela ne serait qu’un temps avant de pouvoir avoir confiance en cette ville, elle l’espérait. Elle devait ça à Sam, ne plus l’obliger à veiller sur elle comme une enfant, pouvoir être une véritable femme indépendante pour elle… elle le méritait tellement à ses yeux. 

La réponse sèche de sa petite amie fit taire la blonde et ses a priori, préférant se laisser guider là où Sam semblait vouloir aller. Elle ignorait tout bonnement où elle voulait l’amener, sa première idée avait bien entendu été un restaurant, après tout que pouvait on faire d’autres ? Sasha n’était pas une idiote non plus, elle connaissait le cinéma, et tout ce qui pouvait bien se faire dans une ville à cette époque, mais avait peut être un cerveau qui pensait différemment des autres. Les petits plaisirs de la vie étaient tout nouveaux pour elle, jamais elle n’aurait déjà pu s’imaginer avoir un appartement à son nom et le partager avec sa petite amie. Jamais non plus elle n’aurait pu imaginer un seul instant qu’on puisse faire d’elle une infirmière, ces trois dernières semaines avaient encore ce goût de rêve dans l’esprit de la blonde.. et elle attendait simplement de voir le jour où tout cela lui serait repris. Pour elle, elle ne méritait pas autant de choses, elle n’avait jamais servi son pays, jamais était important pour quelqu’un, elle n’avait été qu’une prostituée. Reportant son attention sur la brune quand elle lui posa sa question, Sasha émit un faible ricanement



_Quand tu me poses ce genre de questions, c’est que tu sais déjà que je suis bien loin de la réponse… Du coup j’ai peur.  



Peur était un bien grand mot, elle connaissait assez Sam pour savoir qu’elle ne l’emmènerait jamais dans un endroit dangereux, préférant y aller seule, mais Sasha était encore une enfant concernant les choses simples de la vie. Elle avait certes appris énormément durant cette année de vadrouille, essentiellement comment se débrouiller par ses propres moyens, rentrer en contact avec des gens, mais jamais rien d’aussi dément que ce qu’elle était en train de voir sous son nez. Ecarquillant les yeux, sa bouche s’ouvrit et resta ainsi pendant plusieurs secondes. Le regard de la blonde s’illumina presque d’un coup, laissant ses yeux se poser sur chaque détails de la devanture du théâtre. Un large sourire apparut sur les lèvres de Sasha avant de se retourner vers Sam



_Vraiment ? Genre on va vraiment aller là dedans pour voir ça ? C’est la vérité Sam ?  



Si elle avait pu sauter dans tous les sens, elle l’aurait surement fait, mais la foule autour d’elle la freinait un peu. Venant sauter au cou de sa petite amie, elle la serra fortement contre elle, heureuse à l’idée de pouvoir entrer dans un bâtiment aussi « scintillant » pour aller voir un classique. A cet instant, elle se voyait comme une princesse









code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Mar 31 Oct - 21:58
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it
Broadway. Elle en avait rêvé. Petite, et comme beaucoup de fillettes de son âge, Samantha s’était imaginée fouler les planches d’une scène pour chanter, faire rire, ou encore s’imprégner d’un rôle bien défini. Les comédies musicales, le théâtre et l’humour avaient, pendant un temps, été ses exutoires favoris, parfaits pour se couper de son monde réel et voguer vers des horizons plus beaux. Dès qu’elle en avait l’occasion, la petite fille se retrouvait avec cet univers plein de strass et de paillettes qui contrastait en tous points avec son quotidien morose. Elle pensait à ces chanteuses aux voix ocres, à ces comédiens aux traits enfantins, et surtout à ce public qui, tous les soirs, avait la possibilité de se complaire devant des spectacles hors pairs. Elle avait, à de nombreuses reprises, envié cette foule s’invitant nuit après nuit près de Time Square pour assister aux représentations se déroulant dans ces mille et un théâtres. Puis, cette curiosité avait fait son temps. La fillette avait laissé place à une adolescente qui se fichait pas mal de ce qu’il pouvait se passer à New York. Plus renfermée et moins pétillante, il en avait fallu davantage à la brune pour redonner de l’éclat à sa vie. Les paillettes, les chants, les jeux de scène ne l’intéressaient plus et rien n’avait alors eut plus de valeur que ces caïds avec qui elle traînait, leurs poudres blanchâtres et leurs pilules multicolores. A l’âge adulte, Sam refusait tout bonnement d’entendre parler de ce milieu artistique, sauf dans les rares cas où cela pouvait œuvrer en faveur du cartel de Détroit. Le seul milieu de la nuit dont elle profitait était celui des bas-fonds des bars et des boites de nuit en vue d’écouler le plus de marchandise possible. C’en était alors fini avec Broadway, et l’idée d’assister un jour à une représentation la faisait doucement rire.

En décidant de se faire appeler Sam et refusant catégoriquement que l’on prononce son prénom dans son entièreté, la brune avait coupé les ponts avec son enfance, et surtout, avec les deux êtres qui lui avaient donné la vie. Cette décision, elle l’avait prise de son propre chef, pas plus tard qu’à l’âge de seize ans, lorsqu’elle commençait à réellement prendre de l’importance au sein du Cartel de Détroit, peu de temps après que ses parents aient refusé son émancipation. Ç’avait alors été le début d’une nouvelle vie pour la brune : squattages chez des amis, prise d’indépendance avec ses rentrées illégales d’argent et surtout, rupture avec ses parents dont elle n’avait plus cherché à recevoir la moindre considération. En deux ans, la jeune femme avait creusé un véritable fossé la séparant de ses géniteurs, au point qu’aujourd’hui encore elle ignorait s’ils savaient que leur fille avait baigné dans le milieu de la drogue pendant près de vingt ans. Le corolaire de cette séparation et de cet adieu à son ancienne vie avait été de rompre avec ses rêves de gamines et ses souvenirs de petite fille, d’où le fait que son admiration pour Broadway avait été occultée dans un coin de sa mémoire. Elle ne voulait plus être Samantha, la fille de Peter et Joan. Elle voulait être Sam, la femme qu’elle était devenue par elle-même, qui s’était battu et bâti sans rien demander ni devoir à personne.

En prenant les deux billets pour la représentation du Roi Lion ce soir, Sam avait inévitablement été confronté à de lointains souvenirs qu’elle avait tenté d’oublier depuis de nombreuses années. Durant quelques minutes, certaines images de son enfance avaient refait surface ; sa chambre ne comprenant que quelques jouets - souvent abîmés pour cause d’occasions et non d’objets neufs -, ses habituels aller-retours entre la salle à manger et la cuisine, les bras chargés de vaisselles, pendant que ses parents se prélassaient devant la télévision, et cette solitude omniprésente la poursuivant plus encore que son ombre. Il n’en avait pas fallu plus à la trentenaire pour ressentir ardemment ce profond dégoût qui caractérisait les sentiments qu’elle éprouvait pour les êtres ingrats qu’étaient ses géniteurs. Si elle s’était laissée aller dans ces souvenirs pendant quelques minutes, il ne lui avait toutefois pas fallu bien plus de temps pour s’en défaire. Se concentrer sur l’essentiel : telle avait été sa devise au moment de quitter le domicile de Peter et Joan. Devise, qui, aujourd’hui encore, l’accompagnait tout en se sublimant grâce à une seule et unique personne : Sasha. C’était désormais elle l’essentiel. Et, puisque l’essentiel était de la surprendre tout en lui faisant plaisir, Sam avait cliqué sur l’onglet « acheter les billets » sans se poser plus de question. Tant pis pour ses démons, tant pis pour sa promesse de ne plus jamais être Samantha ; Sasha méritait bien tous les sacrifices. D’autant plus qu’au fond d’elle, la brune devait bien s’avouer être heureuse d’enfin assister à une représentation de Broadway.

Une représentation qui battait son plein, et qui promettait d’en offrir plein les yeux aux deux femmes. La comédie musicale du Roi Lion, adapté du célèbre Disney apprécié tant par la blonde que par la brune, était un pari osé pour Sam, qui n’avait aucune idée de si sa petite-amie allait apprécier la soirée. En marchant jusqu’au fameux théâtre, tout en empruntant diverses rues moins passantes, la brune avait cherché à tâter le terrain en essayant de savoir si Sasha savait où elle l’emmenait. La réponse que la blonde lui servit, mettant en lumière sa peur de l’idée qui avait pu germer dans l’esprit de la brune, fit comprendre à cette dernière que l’infirmière n’avait pas la moindre idée de ce qu'il se profilait. Le suspense ne fut alors plus que de courte durée, puisque rapidement les trentenaires arrivèrent devant l’affiche scintillante de The Lion King. Face au théâtre, impressionnée par ce qu’elle avait devant les yeux, mais aussi stressée à l’idée que son programme de la soirée soit un flop complet, Sam restait plutôt discrète. Un simple « nous y voilà » lui avait suffi pour poser cette destination comme lieu final de leur périple ; endroit où elles allaient être pour les prochaines heures. Ses yeux s’étaient d’ailleurs détournés du jaune de l’affiche pour observer l’attitude de sa petite-amie. De par ses gestes, son regard et de façon d’être, Sam allait réussir à savoir si la blonde était plutôt enjouée ou plutôt réticente. Alors, lorsque la plus âgée des deux remarqua les yeux de sa bien-aimée s’écarquiller, et sa bouche s’ouvrir pour rester béante, un fin sourire vint se nicher au coin de ses lèvres. Sourire qui fut corroboré par celui de Sasha, qui immédiatement lui demanda si « c’était la vérité », si elles allaient réellement entrer à l’intérieur du théâtre, avant de venir sauter à son cou. Visiblement, le pari osé s’avérait gagnant, et Sam s’en réjouissait en resserrant davantage l’étreinte que la blonde lui offrait.

- « Oui, c’est la vérité. », reprit alors la brune, dans un rire rauque, après avoir mis fin à leur étreinte.

De son éternel sac à dos noir, Sam pu enfin extraire deux feuilles imprimées, qui leur servait de droit d’entrée pour le Roi Lion. Elle les tendit alors à Sasha pour que tout cela soit plus vrai encore, avant de marcher en direction de l’entrée. Cette fois, c’était bel et bien la vérité, puisque le couple venait de pénétrer au sein d’un emblématique théâtre de Broadway.

- « Par contre, j’te préviens, ce soir ce sera sandwich basique et 50 cl d’eau ! On ne pouvait rien amener, alors on va acheter quelque chose à grignoter. Mais j’suis sûre que ça va coûter une blinde. », précisa la brune dans un sourire désolée à l’attention de la blonde.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Jeu 2 Nov - 21:04

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


La surprise fut totale pour la blonde qui s’était attendue à toutes sortes de bizarreries en passant bien entendu par des choses plus concrètes mais rien qui ne dépassent son imagination. Pour elle, ce genre de représentation n’existaient que dans les films et encore, elle n’avait jamais été baigné dans ce milieu artistique, et c’était presque si elle ignorait que cela existait pour les personnes de son rang social. Pendue au cou de sa petite amie, Sasha sourit de plus bel en comprenant que c’était en effet à l’intérieur de ce bâtiment qu’elles allaient passer leur soirée. Retrouvant le bitume sous ses pieds, elle regarda les billets que Sam lui tendit et lui attentivement le tout, s’imaginant déjà à l’intérieur. Reportant son attention sur la brune, elle haussa un sourcil à ce qu’elle dit



_Ce n’est pas grave, on peut se faire plaisir parfois !  



Pour elle, l’argent n’était plus un problème à cet instant, comme si la magie de Disney avait opéré et que le monde était tout rose, même pour acheter de la nourriture hors de prix. Elle aurait pu lui dire qu’elle allait acheté tous les livres sur terre, que Sasha aurait gardé ce même sourire : Sam savait lui faire plaisir, plus qu’elle ne pouvait le lui rendre, mais comme toujours et depuis près d’un an, Sasha ne s’en rendait qu’à moitié compte. Ou du moins ne prenait que ce qu’elle lui offrait comme si tout allait à sens unique.. D’une certaine façon, la blonde était égoïste mais elle n’avait connu que ça depuis près de 12 ans, devant inévitablement faire passer son soi-même avant tout le reste, afin de rester au top de cette « entreprise » au doux nom fort évocateur.



_C’est à quelle heure ?  



Sans même attendre sa réponse, elle reposa ses yeux sur la feuille entre ses doigts et lu l’heure affichée avant de consulter sa montre, souriant une nouvelle fois de plus belle. Il était dès lors impossible de lui effacer ce sourire, qu’importe ce qui l’entourerait, le danger, les gens, Sam était avec elle et c’était surement l’un de ses plus beaux jours. Se hissant sur ses pieds, la blonde vint même embrasser doucement sa petite amie, chose exceptionnelle en public mais qui sous le coup de l’émotion l’avait fait franchir le pas bien plus sereinement.



_Tu es parfaite Sam… merci…  



Laissant échapper une légère timidité, elle détourna son attention vers les portes du théâtre qui étaient désormais ouvertes et où une petite foule s’amassa pour entrer à l’intérieur. Glissant une nouvelle fois sa main dans celle de sa petite amie, Sasha la tira avec elle comme pour se dépêcher d’entrer et avoir une place, comme si l’acquisition de ce bout de papier n’était pas une valeur sûre d’assister à la comédie



_Viens vite vite !   



S’amassant derrière des personnes, Sasha se rapprocha de Sam gardant bien entendu sa main dans la sienne et lui jetant un petit coup d’oeil. Elle était heureuse, cette vie à NY était un cadeau béni du ciel, et Sam continuait d’alimenter cette magie. 10 min d’attente, et leur tour fût enfin là, présentant leur billet, elles purent passer et accéder à une succursale où des stands de nourriture et boisson avaient été disposés



_On prend quoi ? 




code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Ven 3 Nov - 13:18
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it

L’attention que Sasha avait eu, à savoir, offrir une étreinte en public à Sam, était un geste loin d’être anodin. Cette dernière, d’ordinaire pudique, voire même mal à l’aise, avait laissé tomber ses complexes pour remercier sa petite amie. Ce geste, simple aux yeux du commun des mortels, signifiait énormément pour la brune, et la confortait dans l’idée d’avoir misé juste en choisissant  cette représentation. Immédiatement, Sam se réjouissait d’autant plus en s’imaginant le déroulement de la soirée.

- « Ça ne commence pas avant une heure, mais je préférais que nous soyons en avance. », confessa alors Sam en souriant à sa petite-amie.

Plus qu’une étreinte, ce fut cette fois un véritable baiser que Sasha offrit à la brune, qui ne loupa pas une miette de ce spectacle. Les choses prenaient une tournure qu’elle n’aurait jamais imaginée, et qui était loin de lui déplaire. Tout comme ces attentions ne déplaisaient visiblement pas à la blonde. Pour l’instant, Sam avait donc fait un sans-faute et espérait bien continuer sur cette lancée. Leur installation à New York était relativement récente et la brune entendait faire tout son possible pour que sa petite-amie se plaise dans cette nouvelle ville ; dans leur nouvelle vie.

La hâte dont fit preuve Sasha lorsqu’elle découvrit que les portes étaient déjà ouvertes, arracha un nouveau sourire à la brune. A croire que le Disney ravivait l’âme de petite fille de Sasha. Elle était adorable, elle était à croquer. Son excitation et son impatience étaient deux caractéristiques que Sam connaissaient peu, ou, du moins, qu’elle n’avait pas souvent l’occasion de voir. Ne rechignant pas à se dépêcher, elle préféra toutefois faire un petit rappel à sa petite-amie.

- « Tu sais, Sash’, les places sont attitrées… Alors qu’on soit en début ou en fin de file ne changera pas grand-chose. »

Sans brocher pour autant, Sam attendit patiemment que ce soit à elles de passer la sécurité. Lorsque ce fut chose faite, la blonde les attira vers les stands de nourriture, signe que le message était passé et qu’elle ne redoutait désormais plus de se faire piquer leurs places.

- « J’ai faim… », grogna Sam en faisant une petite moue. « Fait chier. Pourquoi j’ai tout le temps faim ? »

Il était vrai que la trentenaire était plutôt un ventre sur patte. Rarement rassasiée, elle pouvait manger des quantités astronomiques de nourriture avant d’être véritablement repue. Elle était sur ce point – et sur de nombreux autres – tout l’inverse de Sasha et cela lui convenait à la perfection ; rares n’étaient pas les fois où Sam pouvait se permettre de terminer les assiettes de sa petite-amie plutôt que les plats ne partent à la poubelle. L’avantage de cette situation était que le gaspillage et Sam ne se connaissait pas – ou peu.

- « Un truc assez copieux sinon on va finir au McDo en sortant. », avoua-t-elle en regardant les différentes compositions des sandwichs proposés. « Et le McDo casserait tout mon truc de soirée romantique. Enfin, j’suppose que tu ne trouverais pas ça romantique toi. Mais moi, tu peux m’y emmener, ça me rendra toujours heureuse ! ».

Profitant de la file d’attente pour faire son choix de sandwich, elle se désola déjà de ne rien avoir grignoté depuis le goûter. Restant aux côtés de Sasha, elle lui indiqua enfin sa décision finale.

- « Le Cabri, il est un peu cher, mais il a l’air bon. Poulet, salade, tomate, crudités, fromage de chèvre et pain pavot. J’veux ça ! », s’enjoua-t-elle avant d’arriver à hauteur du serveur et de lui passer sa commande, ainsi que celle de Sasha qui optait pour un poulet-mayo-crudités-œuf.

Commandes payées, les deux femmes sortir de la foule de des stands pour finalement regagner leurs places à l’intérieur du théâtre. Pas peu fière des places idéalement placées, Sam s’auto-félicita, une fois qu’elle fut installée.

- « Je crois que pour l’instant j’ai géré. C’est un sans-faute, non ? », demanda-t-elle à sa petite-amie en se penchant vers elle, afin d’embrasser sa joue.



Dernière édition par Sam Weaver le Sam 4 Nov - 21:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Sam 4 Nov - 18:40

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


Il aurait été déplacé de ne pas remercier le geste que sa petite amie avait eu en lui offrant cette soirée, et même si d’ordinaire réservée, Sasha n’avait pas hésité à venir l’embrasser, dans la limite du raisonnable. Il n’était toujours pas acquis pour la blonde de pouvoir se montrer en public aussi fusionnel le avec Sam. New York était une grande ville, l’inconvénient était qu’il y avait énormément de monde autour d’eux, et autant d’yeux qui pouvaient les scruter, et qui rendait mal à l’aise l’infirmière qui s’évertuait à être une personne lambda et donc à ne pas vouloir être catégorisée. Mais NY avait également l’avantage de laisser les esprits ouverts se mêlaient à la foule plus souvent, et qui disait grande ville, disait que les regards n’étaient pas focalisés sur eux. Sasha s’était effectivement fait toute une étude dans sa tête à propos du comportement à adopter en société : c’était la première ville dans laquelle elle allait vivre, qui plus est pas une petite, et une certaine appréhension s’était faite et commençait petit à petit à s’estomper. Et si c’était là la surprise, et le bonheur qui avaient eu raison d’elle, Sasha espérait pouvoir s’habituer à la ville le plus rapidement possible et chasser ses vieux démons.

Quand Sam lui fit la remarque comme quoi les places leur étaient attitrées, la réaction de Sasha ne fût guère différente : elle était programmée différemment qu’une personne normale, elle avait toujours vécu dans une ambiance de compétition au Loony’s, ou il fallait se faire une place pour espérer obtenir des avantages. Malgré les places, Sasha continuait de penser qu’il fallait forcer le destin pour que ce que sa petite amie lui vendait comme cadeau, se réalise vraiment.

__ « J’assure le coup au cas où. Et… vraiment ? Tu te poses encore cette question. Tu crois que tes 1m78 vont se contenter de trois petits repas par jour ? Si tu mangeais plus que tu ne fumais aussi.. » ajouta t-elle en lui offrant un sourire amusé.

Sasha était loin de lui faire un quelconque reproche, mais la vérité était là et elle préférait en rire sur l’instant. Sam avait reprit considérablement la clope ces derniers temps, Sasha m’étant cela sur le compte du stress et de cette nouvelle vie à deux. Trouver une excuse à sa petite amie était devenue monnaie courante, Sasha préférait voir toujours le bon côté des choses avec la brune, lui trouvait des explications à ses erreurs, lui pardonnait pour la retrouver plus rapidement. Sasha n’était pas difficile à convaincre de toute façon, Sam savait parfaitement comment la « manipuler », dans le bon sens du terme, pour reprendre la situation en main. Une attitude que la blonde avait parfaitement accepté dès le début de leur relation : Sam avait tout organisé pour leur fuite, et l’infirmière s’était reposée entièrement sur elle, lui avait fait confiance, l’avait laissé entré dans sa vie, dans son intimité (sans mauvais jeu de mots), elle s’était mise sous ses ordres dans les moments les plus délicats. Tout ce procédé avait finalement eu l’effet de la rendre « soumise » à Sam, à ses décisions, à sa façon de vivre : durant les premiers mois de fuite, il suffisait à la brune de dire « noir » pour que Sasha agisse et pense « noir » , et vis versa pour le blanc. Le caractère de la blonde était finalement revenue au fur et à mesure, quand l’idée d’emménager dans un lieu permanent avait germé dans leurs discussions.

__ « Non, on ne mangera pas McDo… la dernière fois, j’ai fait une indigestion je te rappelle. Et en plus oui… adieu le romantisme quand tu as les mains toutes huileuses, et l’odeur de friture sur toi » lui rappela t-elle avec un air dépité.

Observant la liste des sandwich proposés, le fameux poulet-mayo-crudités-oeuf lui tapa directement dans l’oeil et son choix fut rapidement fixé. Une fois la commande passée et les sandwichs récupérés, Sasha se hâta rapidement de suivre les traces de sa petite amie pour ne pas se perdre afin de gagner leur place : la salle était immense, et jamais elle n’avait eu l’occasion d’assister à pareille représentation. Ses yeux s’illuminèrent très rapidement même alors qu’il n’y avait rien sur scène, et la blonde tourna bien rapidement son regard vers elle quand elle vint embrasser sa joue, lui offrant un sourire en retour.

__ « A un détail près c’est un sans faute oui » dit elle avec un sourire de chipie.

Braquant une nouvelle fois son attention sur la scène, elle entama son sandwich sachant parfaitement qu’elle venait de lancer une mini bombe à Sam en lui affirmant que la soirée n’était pas à 100% réussie, elle plaisantait bien évidemment mais elle ne pouvait s’empêcher de la chercher, surtout pour faire passer toute ce côté « tu fais tout pour moi, et je n’ai rien à t’offrir en retour », qui la rendait un peu mal à l’aise dans le fond. 



code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Sam 4 Nov - 21:14
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it
Les piques que Sasha pouvait lancer à Sam n’étaient pas rares. Leur relation fonctionnait ainsi, et, dès que l’une d’entre elle avait l’occasion d’embêter l’autre, elle ne la laissait passer pour rien au monde. En l’occurrence, les piques de Sasha concernaient bien trop souvent l’addiction à la cigarette de la brune. Si cette dernière préférait faire la sourde oreille sur ce que sa petite-amie ne cessait de lui dire - elle qui préférerait sans doute qu’elle baisse sa consommation -, elle n’en restait pas moins agacée de se faire reprendre sur ça. Sam fumait depuis des années, à des rythmes plus ou moins variables. Il pouvait aussi bien lui arriver de s’enfiler plusieurs paquets de suite dans une seule et même journée et s’abstenir pendant plusieurs jours peu de temps après. A vrai dire, la trentenaire ne faisait pas attention aux clopes qui passaient entre ses lèvres : si elle en avait et qu’elle ressentait l’envie de fumer, alors, elle ne se privait pas. Pour autant, elle ne restait pas totalement insensible au discours de Sasha et s’évertuait à faire des efforts pour ne pas l’enfumer non-stop lorsqu’elles n’étaient que toutes les deux. Préférant éviter de rentrer dans ce débat avant le début du spectacle, Sam se contenta d’hausser les épaules à la remarque de la blonde ; technique infaillible pour lui faire comprendre qu’elle l’avait entendue, mais qu’elle n’était pas nécessairement d’accord avec ce qu’elle disait.

- « C’est parce que ton estomac c'est un fragile ! », protesta Sam au sujet du McDo. « Et si ça se trouve ce n’était absolument pas lié à ça. La preuve, je n’ai rien eu moi. »

Attaquer McDo ou toute sorte de nourriture affectionnée par Sam pouvait s’avérer être périlleux. Pour la jeune femme, la bouffe était quelque chose de sacré, et ce, qu’il s’agisse aussi bien de grande gastronomie que de mets préparés à la va-vite.

- « Un jour je te prouverai que le McDo peut aussi être un lieu romantique. », assura-t-elle alors.

Aussi étrangement que cela pouvait paraître, Sam, cette même femme d’apparence froide et impénétrable, pouvait s’avérer être une vraie romantique dans l’âme. Cette facette s’était d’autant plus révélée au cours de sa relation avec Sasha et l’amour incommensurable qu’elle lui portait. Lui prouver que le McDo pouvait donc être un lieu romantique était un défi de taille mais qui n’effrayait pas le moins du monde la trentenaire. Celle-ci avait plus d’un tour dans son sac et savait pertinemment comme s’y prendre pour amadouer Sasha et lui faire apparenter cette chaîne de fast-food à de bons souvenirs.

Finalement installée dans le théâtre, sans McDo mais avec un sandwich semblant appétissant, Sam s’auto-congratula pour la soirée qu’elle avait organisée. Depuis l’instant où elle avait vu les yeux de Sasha se remplir d’étoiles en découvrant l’affiche lumineuse du Roi Lion, la brune avait su qu’elle avait visé juste. Cette soirée allait être un de leurs premiers meilleurs moments New-Yorkais, et cela n’avait pas de prix. Alors, lorsque Sasha évoqua la possibilité que Sam ait manqué un détail pour rendre cette soirée parfaite, la trentenaire ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Déposant son sandwich sur le fauteuil à côté d’elle qui était encore inoccupé, elle regarda la blonde pendant plusieurs secondes, sans prononcer le moindre mot. Son naturel revenant bien vite au galop, elle ne tarda alors pas à se pencher vers l’oreille de sa petite-amie.

- « Si c’est le dessert que tu attends, sache que la soirée n’est pas encore terminée… », lui murmura-t-elle alors sensuellement à l’oreille.

Déstabiliser Sam n’était pas chose aisée. A vrai dire, dans une mesure un peu plus sérieuse, elle ne voyait réellement pas ce qu’elle avait pu manquer. En se repliant sur ce jeu de séduction, elle s’octroyait un peu plus de confiance et continuait de se persuader qu’elle avait la main mise sur l’ensemble de cette soirée. Aucun détail important n’avait pu lui échapper.

- « A moins que j’ai vraiment oublié un détail… ? », demanda-t-elle, toujours sur le même ton.

Gardant toujours cette proximité de Sasha, Sam glissa sa main sur la jambe de sa petite-amie, qu’elle remonta lentement sur sa cuisse, se rapprochant toujours plus de son intimité. Si Sasha voulait la prendre au piège, alors, il était hors de question qu’elle n’en fasse pas de même.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Sam 4 Nov - 22:30

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


Laissant sa petite amie espérait pouvoir lui faire changer d’avis concernant la chaine de Fast food et potentiellement lui faire avaler le côté romantique du lieu, l’attention de Sasha était désormais entièrement dévouée à la scène. Les décors n’étaient pas encore là, mais certains jeux de lumières avaient été disposés en prémices du spectacle, comme pour mettre dans l’ambiance. Une faible musique retentissait et donnait un goût léger à cette soirée qui promettait déjà de lui en envoyait plein les yeux. C’était la première fois qu’elle participait à ce genre de représentation : jamais durant son enfance ses parents avaient pu l’amener dans ce type de lieu, peut être à cause de leur travail bien trop contraignant ? Qu’importait. Ce n’était pas comme si elle avait envie de se remémorer son « doux » passé aux côtés de ses parents.

Et comme cela ne suffisait pas à sa soirée, il avait fallu qu’elle démente les propos de sa petite amie. Pourquoi ? par fierté en un sens. Sasha se savait parfaitement sensible au charme de sa petite amie, au point de savoir parfaitement que quelque soit la surprise, Sam obtiendrait un 10/10, elle la connaissait désormais assez pour savoir comment la satisfaire et viser juste. Ce qui gênait Sasha en un sens. Cette constatation n’allait que dans un sens, la blonde était incapable de trouver quelque chose de grand pour impressionner sa petite amie, les surprises étaient toujours dans un même sens, et dans le fond cela la frustrait. Elle devait déjà tellement à Sam, que savoir qu’elle faisait encore beaucoup pour elle, et à la perfection, la rendait mal à l’aise. Ainsi, sa remarque fût dite uniquement dans le but de déstabiliser sa petite amie et la rendre un peu moins confiante… juste un temps.. pour s’amuser et peut être se sentir faussement à égalité avec elle. Mais dans ce genre de jeu là encore, Sam savait riposté : des moins de pratique derrière elle qui lui permettait pour l’heure de savoir parfaitement reprendre le dessus sur Sasha.
Souriant à la remarque « salace » que Sam vint lui dire à l’oreille, Sasha craqua très rapidement en se disant qu’effectivement, Sam avait pensé à tout, et que ce fichu détail manquant n’était vraiment qu’une excuse bidon. Tournant son visage vers sa petite amie, Sasha rentra un peu sa tête entre ses épaules du fait de la proximité de leur deux corps, qui la mettait forcément mal à l’aise avec les personnes qui commençaient à s’installer tout autour d’elles

__ « Hum… Je ne sais pas… Tu aurais pu oublier quelque chose… personne n’est parf….» dit elle avant de se stopper net en sentant la main de sa petite amie

Resserrant ses mains autour de son sandwich qu’elle du forcément un peu écraser dans son emballage, elle eut rapidement le réflexe de venir attraper la main de Sam pour la bloquer et ainsi ne pas la faire aller plus loin. Lui offrant de gros yeux, elle n’était pas du tout pour ce genre de geste dans un lieu public, cela frôlait son seuil limite de confort, et quand bien même Sam savait qu’elle ne faisait pas cela pour la repousser au sens premier, il était préférable qu’elle en reste là pour ne pas faire basculer Sasha et voir son attitude changer. Elle était pudique, joueuse certes mais avec des limites, et surtout elle n’acceptait pas encore le regard des autres vis à vis de leur relation. Se donner en spectacle de la sorte était alors inacceptable pour elle.

___ « Sam… s’il te plait. Nous ne sommes pas seules… » dit elle rapidement d’une voix tout de même douce.

Elle n’avait aucune raison de hausser le ton face à sa petite amie, et Sam n’avait jamais insister en forçant son geste de toute façon. Baissant un peu son regard, les joues de l’infirmière prirent une teinte un peu plus écarlate alors qu’il était évident que ce fameux « détail » dont elle avait parlé était bel et bien inexistant. Venant entrelacer ses doigts aux siennes, elle serra sa main fortement dans la sienne et releva son regard sur elle, laissant échapper un petit sourire timide.

__ « Tu fais un sans-faute depuis notre rencontre Sam… pas seulement ce soir »

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.




Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Sam 4 Nov - 23:07
Sam & Sasha
Some people make the world special just by being in it
Sam savait parfaitement qu’user d’une attitude provoquante envers Sasha lui permettrait de reprendre le dessus. Si la blonde voulait jouer, alors, elle allait en faire de même. Il était impensable pour Sam, même à l’âge de trente-cinq ans, de se faire prendre au piège sans même tenter de riposter. Sa riposte actuelle fut d’ailleurs une réussite, puisque très vite Sam se retrouva face à une attitude à laquelle elle s’attendait de la part de Sasha. Ne connaissant que trop bien cette dernière, elle savait qu’en s’affichant en public – ou du moins, en risquant de se faire voir en public -, sa petite-amie céderait et lui dirait la vérité. Stoppant bien vite sa main baladeuse et n’étant pas une forceuse en la matière, l’attention de Sam se rabattît alors sur sa petite-amie. Prête à entendre ce qu’elle avait à lui dire et à accepter le détail qu’elle avait pu oublier, la brune se retrouva surprise par l’aveu de la blonde. Cette dernière redoublait de gentillesse à l’égard de Sam, au travers d’une phrase semblant être emplie de reconnaissance. Ces quelques mots firent un bien fou à la brune, qui, pour une fois, avait réellement l’impression d’être utile et de compter dans la vie de quelqu’un. Elle se sentait même flattée par les mots de sa petite-amie.

- « Je devrais organiser des sorties plus souvent dis donc, ça te rend particulièrement gentille ! », rigola-t-elle.

User de l’humour en n’importe quelle circonstance ; autre arme redoutable de Sam Weaver. Si elle n’avait pas réellement de difficulté à exprimer son amour pour Sasha et pour lui dire ô combien elle était heureuse de l’avoir dans sa vie, elle savait qu’il en allait différemment s’agissant de sa petite-amie. A cause de son passé, sans doute, Sasha avait beaucoup plus de mal à se livrer et Sam craignait dès lors qu’elle se retrouve gênée d’avoir pu ainsi s’ouvrir. Accueillir ses propos sur une note de rigolade – tout en préservant le sérieux de la chose – était, aux yeux de Sam, la meilleure des solutions.

Leurs doigts entremêlés se quittèrent un bref instant, le temps que Sam prenne la main de Sasha et la lui fasse ouvrir entièrement. Dans la paume de sa main, elle se mit alors à « écrire » à l’aide de son doigt l’ensemble des lettres afin de constituer un « je t’aime ». Une technique un peu plus discrète que le lui dire de vive voix, qui l’empêcherait peut-être de devenir plus écarlate qu’elle ne l’était déjà. S’apprêtant à clore son jeu d’écriture par un cœur, Sam fut toutefois interrompue par l’arrivée de ses voisins de spectacle puisqu’elle fut contrainte de récupérer son sandwich qui trônait sur le siège jusqu’alors inoccupé. Elle en profita au passage pour saluer le couple, histoire de ne pas passer pour une sauvage.

- « J’espère que tu as compris ce que j’ai écrit. » , finit-elle par dire à Sasha en reportant son attention sur elle tout en déballant son sandwich. « On devrait manger avant que ça ne commence et qu’on fasse chier tout le monde en faisant du bruit. »

Cela sonnait davantage comme une affirmation que comme un conseil, et, rapidement, les mots de Sam furent suivis d’effets, puisqu’elle se mit à croquer à pleines dents dans son sandwich.

- « On devrait profiter des beaux jours pour aller se faire un pique-nique, un de ces quatre. T’en penses quoi ? J’ai vu des billets en vente pour le Zoo du Bronx d’ailleurs, ce serait quelque chose à faire, non ? »

Sasha et Sam avaient une histoire d’amour toute particulière avec les zoos. Lors de leur année de cavale, cette activité les avait accompagnées dans quasiment toutes les villes où elles avaient séjourné. Malgré l’aspect parfois répétitif de la chose, les deux femmes se complaisaient à découvrir de nouvelles espèces et de nouveaux espaces. Faire le zoo du Bronx, maintenant qu’elles vivaient à New York, semblait être une étape immanquable et sans doute plus impressionnante que le zoo de Central Park qu’elles avaient déjà eu l’occasion de visiter.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha › Lun 11 Déc - 19:13

Flashback new york…

- Sam Weaver & Sasha Brown -


Appartement New York City


Complimenter Sam. Peut être qu’elle ne le faisait pas assez, ou peut être trop ? Sasha n’avait jamais su et n’avait jamais demandé à sa petite amie plus de détails sur ce ressenti. La bonde avait sa façon à elle de ponctuer ses petites remarques attachantes par ci par là, sans se mettre non plus un objectif particulier… même si cela l’aiderait probablement. Depuis sa « réinsertion » dans le monde normal, il est vrai qu’elle avait été habituée à se faire des procédures régulièrement dans sa tête, faire telle chose comme ça parce qu’elle sait que ça était approuvée par Sam, ou suivre ce bouquin de  cuisine pour faire tel repas pour être certain de réussir le plat. Sasha ne se laissait que très peu de marge pour l’initiative, par peur de l’inconnu dans un premier temps forcément, mais également par crainte de blesser ou de faire quelque chose de mal vis à vis de Sam, et qui pourrait dès lors compromettre l’amour qu’elle avait pour elle.

__ « Si tu peux me payer une représentation du Roi Lion à chaque fois pour y parvenir, fonce !  » sur-enchérit elle face à cette remarque humoristique.

Souriant de plus belle, elle se stoppa en voyant que Sam initié un langage codé dans le creux de sa main, ne comprenant pas au début les premières lettres, elle finit par remettre tous les bouts dans sa tête, au même moment où le regard de la blonde se posa sur leurs nouveaux voisins de banquettes à qui elle adressa un rapide sourire de politesse. Reposant son attention sur sa petite amie, elle acquiesça de la tête tout en déviant son regard sur le sandwich qui venait de lui piquer l’attention de Sam.
Sans broncher, Sasha ne se fit pas prier pour venir à son tour dévorer son sandwich à quelques minutes de l’ouverture du spectacle. Ce soir elle était heureuse et complet : New York, Sam, une soirée rien qu’à elle. Voilà ce qu’elle avait cherché tout ce temps, et que sa petite amie lui offrait. Sasha était confiante pour une fois, non pas sur du très long terme, mais elle s’imaginait déjà sur plusieurs semaines, voir sa vie à NY évoluer.. continuer de se faire des amis, sortir avec eux, et convier plus régulièrement Sam.
Attrapant une bouchée un peu plus importante, et une tomate manquant de chuter sur son jean, Sasha remit le fruit dans sa bouche ni vu ni connu alors que Sam avait déjà repris la parole pour lui proposer d’aller au zoo du Bronx dans les prochains jours. Ecarquillant les yeux, et se forçant à mâcher très rapidement pour lui répondre, elle finit enfin par parler.

__ « Wah… C’est bientôt mon anniversaire et je ne suis pas au courant ? Tu veux vraiment que je tombe une seconde fois amoureuse de toi en me faisant de telle proposition en fait c’est ça…Je vois clair dans tout ça humhum » dit elle en lâchant un très léger sourire en coin.

Venant se coller quelques secondes contre elle tout en gardant son sandwich en main, Sasha ne savait pas vraiment quoi dire dans ce genre de moment : quand Sam lui offrait la lune, n’importe quel mot qui pouvait sortir de sa bouche n’avait pour elle aucune pareille saveur. Sa petite amie la gâtait bien trop pour qu’elle ne puisse rivaliser à même arme, Sasha était incapable de dénicher les bonnes annonces, ou du moins à la hauteur de la représentation de ce soir.

__ « J’en pense que j’ai déjà hâte… » avoua t-elle en la regardant sincèrement. __ « Merci Sam.. »

Reprenant une bouchée de son sandwich, le temps du s’accélérer bien rapidement au point où Sasha fut surprise de voir les lumières s’éteindre autour d’elles, et le rideau fut tiré. Avalant rapidement son bout de pain, elle se focalisa dès lors sur tout ce qui allait apparaitre devant ses yeux, et illuminer sa soirée. Un tableau d’un soleil levant… des couleurs chaudes d’Afrique, des acteurs déguisaient en animaux qui apparaissaient au fur et à mesure sur scène… Rafiki…. Zazou…. Tant de choses qui pouvaient à cet instant justifier le sourire enfantin scotché à ses lèvres.



code by lizzou — img/gifs by TUMBLR.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Some people make the world special just by being in it - NYC [Flashback] || Sam & Sasha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUGGESTIONS ; it takes all of things to make a world
» if you try to make this night special. ◇ (W/ARWEN)
» Jong Hyun ψ We are each our own devil, and we make this world our hell ψ
» we are who we are when we’re with the people that make us feel the most alive |Kyra|
» The Haitian People Need a Lobbyist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Canada et Amérique :: Etats-Unis d'Amériques-
Sauter vers: