Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
Invité

Message Tiens, t'es là toi? |ft. Zoella › Dim 2 Juil - 16:57

9h00 du matin. Le cours d’histoire contemporaine venait de débuter. Comme d’habitude, j’étais à l’heure. Avec une copine, on s’installait toujours à la même place dans l’amphithéâtre. Pas trop près du bureau mais pas trop loin non plus. On se mettait au milieu, histoire de se fondre dans la masse. Par habitude, je posais mon sac à sur la chaise à côté de la mienne. Cela permettait que personne ne prenne place à côté de moi. Non pas que je refusais qu’il y ait quelqu’un à cette place, mais c’était plus parce que je ne voulais pas que mon sac traine par terre. Et d’ailleurs, beaucoup hésitait à s’asseoir à côté de moi, ce qui la plupart du temps me permettait de prendre une plus grande place sur la table. Je sortis mon Macbook pro de sa pochette et le posa devant moi. Je pris le temps de l’allumer, tandis que mon amie me montrait une photo sur Facebook. On se mit à pouffer de rire. J’entrais les identifiants de mon ordinateur pour le déverrouiller. Je contemplais quelques secondes mon fond d’écran, avant d’ouvrir une nouvelle page Word. Vu de là où j’étais, la plupart des élèves faisaient complètement autre chose que d’écouter le cours. Certains étaient sur Facebook, tandis que d’autres regardaient simplement l’épisode de série qu’ils avaient loupé la veille. Et puis, il y avait ceux qui préférait jouer. Cette vue d’ensemble me fit sourire. Beaucoup allait à la faculté parce que leur parent le leur avait demander. Je trouvais ça d’un pathétique que s’en était presque affligeant. J’écoutais le professeur parlé, tout en prenant des notes des dates importantes. Quelques minutes après le début du cours la porte de la salle s’ouvrit une nouvelle fois. Je regardais la nouvelle venue, qui n’était autre que ma sœur. Je levais les yeux au ciel et priait pour qu’elle ne s’installe pas à côté de moi. Manque de chance, il ne restait plus qu’une place et mon sac l’occupait. Je la vis arrivé au niveau de ma rangée. Je soupirais légèrement tout en l’enlevant et le posant par terre. Je regardais ma sœur s’installer et sur un ton froid, je lui balançais :

« C’est rare de te voir en cours dis donc… »

Je ne voulais pas jouer les moralisatrices. Ca n’avait jamais vraiment marché avec elle. Et d’un autre côté, plutôt que de parler de sa scolarité lamentable, il vaudrait mieux parler du fait qu’elle m’avait lâchement abandonné après le décès des grands parents. C’est certain que fait la fête et boire jusqu’à n’en plus pouvoir, c’était facile. Mais il faudrait vraiment qu’elle voit la réalité des choses en face. Après tout, elle n’était plus une gamine de dix ans à qui doit dire de faire telle ou telle chose. Je reportais mon attention sur mon écran, n’attendant aucune réponse de sa part. Je continuais de prendre des notes. J’espérais vivement qu’elle me laisse tranquille pendant ce cours. Si elle voulait se planter lors des examens, c’était son problème. Pas le mien. On n’avait pas la même vision de notre avenir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Tiens, t'es là toi? |ft. Zoella › Jeu 6 Juil - 15:33

Zippora & Zoela Lewis
« Putain il est où ce fichu livre ! »

Zoela hurlait dans l'appartement qu'elle partageait avec trois autres personnes au centre-ville de Marple Spring. Lachlan avait l'habitude et calmement, il lui indiqua un plueisurs deux lieus possibles. Il était déjà huit heures passées, pour le train s'était mort, pour être à l'heure en cours, cela allait être juste, voire impossible. Elle n'avait pas de voiture. Lachlan lui avait proposé de la déposer lui n'avait cours qu'à 10h, mais tant pis. Voilà des semaines qu'elles n'avaient quasiment pas mis les pieds en salle de cours et la rare fois, où des deux rares fois où elle l'avait fait, elle s'était assise au fond d’amphithéâtre et avait dormi. Mais voilà elle avait croisé McAvry, son professeur d'histoire et maintenant, il allait se souvenir de sa tête. Non pas qu'elle en avait réellement quelque chose à faire en vérité. Après tous une jumelle pouvait être prise pour une autre. En plus, leurs parents les avaient appelés presque pareils. Non ce qui l'avait décidé ce matin, c'était cette lettre de l'université reçut la veille. Ses absences avaient été remarquer ses résultats avaient chuté. Bah évidemment si elle avait été assez assidue en cours en début d'année depuis quelques mois, elle était un fantôme dans les longs couloirs de l'établissement. Il ne restait plus beaucoup de temps les examens de fin d'année étaient presque là, et même si elle avait toujours eu certaines facilités. Suivre les derniers cours de la saison ne lui ferait pas trop de mal. Elle s'en était convaincu du moins. Puis elle oublia qu'elle devait bien cela a Pépito et Mamia. Elle leur avait promis.

Le livre de cours retrouvé, ses fesses dans la voiture, voilà les deux colocataires en route pour l'université. Elle serait en retard, de peu, mais elle le serait, c'était certain. Tant pis, au moins elle se fera remarquer du professeur qui remarquera sa présence pour une fois. Chose qui n'avait pas manqué alors qu'elle avait ouvert la porte de la salle à la volée alors que son coloc l'avait jeté au plus près du bâtiment où elle avait son cours. Refermant plus discrètement la porte qu'elle ne l'avait ouvert un sourire rapide à toute l'assemblée qui avait tourné la tête vers elle. Son regard chercha une place... Évidemment qui dit fin des cours dits amphi plein à craquer. Elle leva les yeux au sol alors qu'elle aperçut la même chevelure flamboyante qui couvrait sa tête plus loin. Et comme par hasard une place libre à côté. Soupirant alors que McAvry reprit sa cour. Zoela se faufila jusqu'à la ranger et à la place libre aux côtés de sa jumelle. À peine assise Zip lança les hostilités. Eh bien, en général s'était Zoe qui mettait le premier pied dans le plat. Mais elle se rebellait la petite.

« Bonjour, je vais bien merci et toi. »

Lança Zoe sur un ton des plus sarcastiques. Sans plus d'intérêt à ce qu'avait dit sa sœur, elle sortit de son sac à dos kaki un bloc note de feuille à 4. Alors que 90% de l'assemblée avaient des ordinateurs, si ce n'était plus. Elle préférait prendre ses notes sur papier. Puis elle pouvait dessiner comme ça au moins si elle s'ennuyait. Mais aujourd'hui Zoe n'avait pas envie de se battre, elle était déjà bien assez sur les nerfs comme ça, même si Lachlan, avait su la calmer un peu dans la voiture. Alors plus sagement et sincèrement, elle se tourna vers sa jumelle.

« Tu deviens quoi ? Tu t'en sors ? »

629 mots. Fiche créée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Tiens, t'es là toi? |ft. Zoella › Sam 15 Juil - 22:06

Le fait que ma sœur vienne en cours était assez exceptionnel. Pensait-elle pouvoir sauver son année en venant les deux dernières semaines ? Ou alors avait-elle pris une route par le directeur de l’établissement parce qu’elle avait trop d’absence ? Les deux solutions étaient plausibles. Lorsque je remarquais que la seule place libre était à côté de moi, je fus quelque peu dégoûté. Je n’étais pas prête à avoir une discussion avec elle. Et je crois qu’elle l’avait remarqué. Ne serait-ce qu’à mon regard ou même à me façon de lui parler. Elle répondit qu’elle allait bien. Comme si j’en avais quelque chose à faire. Dans le fond, j’étais contente qu’elle aille bien mais je ne voulais pas lui montrer. Elle avait fui après la mort de nos grands-parents et je n’étais pas prête à passer l’éponge là-dessus. J’attendais des excuses de sa part. Elle me demanda ensuite comment je m’en sortais. Ce que je devenais. Se foutait-elle de ma gueule ? Je continuais d’écouter le cours quelques secondes. Je ne voulais pas lui répondre. Le silence était parfois la meilleure des réponses. Cependant, il fallait bien que je lui fasse comprendre que je lui en voulais. Toujours en regardant le professeur en bas de l’amphithéâtre, je lui balançais, sur un ton glacial :

« Je m’en sors comme quelqu’un qui se débrouille seule après la mort de deux personnes de sa famille. » Je marquais une brève pause : « Ne fais pas semblant de te préoccuper de moi. Toi comme moi, on sait que tu n’en as rien à faire qu’ils ne soient plus là. Tu n’en as rien à foutre de comment je vais. » Je fis une autre pause avant d’enchaîner : « Et ce que je deviens ? Je n’en sais rien. Je sais simplement que moi, j’aurais mon semestre et mn année. Contrairement à toi. D’ailleurs, qu’est-ce qui t’amènes à la fac’ de si bon matin ? »

J’avais été méchante mais elle le méritait. Si là, elle n’avait pas compris que je lui en voulais, elle était vraiment plus bête que je ne le pensais. Les hostilités étaient lancées. Je savais que j’avais mis de l’huile sur le feu mais qu’importe. Il fallait qu’elle se rende compte qu’elle m’avait du mal. Que j’aurais bien eu besoin de son aide. Que j’avais encore besoin de son aide. Mais ça semblait lui passer six pieds au-dessus de la tête. Boire de l’alcool ou planer vingt-trois heures sur vingt-quatre devait être plus simple que d’affronter la réalité. Mais c’était un comportement de gamine. Je pensais que Zoela valait mieux que ça. Mais elle avait l’air de s’en moquer royalement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

Message Tiens, t'es là toi? |ft. Zoella › Sam 29 Juil - 13:41

Zippora & Zoela Lewis
La situation entre les deux jumelles était tel qu'une guerre froide semblait bel et bien déclarer. Zoela avait répondu totalement à côté, elle ne voulait pas continuer de creuser la tranchée qu'elle avait elle-même commencée entre elles. La rousse savait bien que la plupart des torts dans cette relation aujourd'hui troublée étaient de sa faute. Mais elle ne voulait plus se battre, pas aujourd'hui. Elle était déjà au bord de l'explosion ce matin, alors remuer le couteau dans la plaie. À quoi bon, le passé était le passé et jamais Zoe ne se pardonnera ce qu'elle a fait. Pas besoin qu'on appuie là où cela fait mal. La plus âgée des deux avait alors éludé les questions et autres réflexions, comme si elle avait glissé sur un savon mouiller. Laissant sa bouche débitée des banalités sans nom pour essayer de faire divaguer la conversation. Un silence s'installa alors. Zoe se dit que finalement cela n'était pas plus mal. Oui le silence bien que pensant était mieux dans cette situation compliquer.


Un regard en contrebas, vers le professeur qui débitait toujours son cours. Commençant à prendre des notes alors. Elle essaya de faire abstraction de sa jumelle à ses côtés. Mais plus simple à dire qu'à faire, puisque la douce voix de Zippora retentit de nouveau. Zoe ferma les yeux, écoutant les reproches pleuvoir comme un orage. La douleur enveloppant son cœur. Comment pouvait-elle dire des choses pareilles. La méchanceté, c'était le truc de Zoe, pas de Zippora. Comment... Elle l'avait blessé, abandonné, mais n'avait-elle donc pas compris qu'elle souffrait aussi. Sa méchanceté, était-ce pour lui faire comprendre qu'elle avait souffert de tout cela ? Zoela n'était pas stupide et elle savait bien que Zip avait souffert, tant souffert. Mais Zoe avait toujours été forte, mais depuis quelques années, depuis que Pepito et Mamia déclinaient elle savait qu'elle ne surmonterait pas leur perte. Et c'était le cas, s'éloigner pour ne pas sombrer avec eux. Cela avait été nécessaire, maladroit mais nécessaire. Laisser Zip seule, l’abandonner pour des bons... Elle ne peut pas s'y résoudre, lâche, peut-être. Et pourtant malgré qu'à de nombreuses reprises cette noire pensée lui est traversée l'esprit elle n'a jamais pu s'y résoudre. Se voir cracher sa haine à la figure était en un sens préférable.

« Tu as raison après tout ! Qu'es-ce que j'en ai à foutre ! »

Venait de hurler la plus âgée des deux jumelles tout en se relevant de sa chaise. Un regard vers Zippora. Un regard emplit de larmes, maîtriser, mais présente. Comment osait-elle un seul instant pensée tout cela. Et pourquoi elle n'arrivait donc pas à lui dire qu'elle était perdue, elle aussi, qu'elle souffrait, oui qu'elle souffrait tellement. Que toute sa vie n'avait été que souffrance que ses parents lui manquaient, que de ne plus se souvenir du parfum de leur mère du rire de leur père était comme un coup de couteau à chaque respiration. Que d'imaginer de nouveau le visage de ses grands-parents vieillir jusqu'à la fin lui était insoutenable.

L'assemblée s'était tue, tous un regard vers Zoela debout, rouge de colère, de désespoir. La voix du professeur résonna, elle ne s'en soucia pas, mais elle savait qu'il lui demandait de quitter son cours. Chose qu'elle ne tarda pas à faire. Un regard qui mêlait chagrin et tant d'autre émotion vers sa sœur. Quittant alors le salle de cours sans plus se faire prier. Claquant la porte derrière elle fit quelques pas dans le couloir vide avant e s’effondrer contre un mur dans un couloir perpendiculaire. Laissant un instant ses larmes s'échapper ne pouvant plus les retenir.

611 mots. Fiche créée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Tiens, t'es là toi? |ft. Zoella ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Tiens, t'es là toi? |ft. Zoella
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Chrétiens évangéliques atake vodouizant ak kout roch nan Cite Soley
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Corbeille des sujets-
Sauter vers: