Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : Précédent  1, 2

Invité

Message Ne me fais pas de mal ... [Flynn] › Lun 8 Fév - 18:03

Flynn & Diana

Certes Flynn était consumé par un Désir auquel il avais préféré renoncer. Mais pas n'importe lequel. Pas une simple et vulgaire envie charnelle à assouvir incessamment. Parce qu'il ne voyait pas Diana comme un morceau de viande qu'on lui aurait apporté sur un plateau d'argent. Non, elle n'était pas un met qu'il dévorerait avec une avidité plus qu'exagérée. Et même si il le voulait, il en serait incapable. Il était bien trop subjugué par la beauté et, dans un sens, la pureté cette jeune femme, pour la considérer en dessous de sa valeur. Puis pour l'instant, même si il semblait être passé outre puisqu'il avait quand même réussi à admettre ses sentiments pour elle, l'idée de pouvoir être son père le hantait. Elle était ancrée en lui. Oh, bien sûr, qu'elle finirait par s'estomper. Il lui faudrait un peu de temps. Néanmoins, peut-être une peu plus que pour l'aveu fait précédemment. Il ne faisait pourtant rien de mal. Enfin il n'y avait rien de mal à être heureux. Normalement. Flynn ne savait pas vraiment pourquoi cette pseudo crainte avait fait surface. Ou plutôt, il le niait. Cela dit, il s'efforçait de ne pas y penser. Pas à l'idée d'un quelconque mal quelque part, non, ça il en était certain, qu'il n'était coupable de rien. Il essayait d'oublier. Oublier que quelque part, actuellement, sa fille se baladait dans la nature. Peut-être en Norvège, ou peut-être ici. Certes, elle et Diana avaient une différence de quelques années, mais c'était très certainement ça, ce dérangement sous-jacent, cette gêne, et même cette difficulté qu'il avait eu à dévoiler ses sentiments à la jeune femme, craignant à la fois la réaction de Diana, mais aussi sa propre réaction à lui. Comment est-ce qu'il pouvait s'éprendre d'une gamine dont l'âge était proche de celui de sa propre fille ? Fille d'ailleurs, dont il ne connaissait que le prénom, étant donné que la dernière fois qu'il l'a vu, elle était une très jeune enfant.
Le problème de cette réticence, c'est qu'il ne la contrôlait pas vraiment. Bienheureusement, il y avait cette ivresse, cette emprise sous laquelle il était en présence de Diana, qui le rendait nettement plus doux, mais il savait qu'une fois de retour seul, chez lui, cet état disparaîtrait et sa véritable réaction vis-à-vis de tout cela referait surface. Il s'en voudrait, et il lui en voudrait indirectement. Il le prendrait mal.
La voix suave de Diana le tira de ses songes, quoi qu'on aurait plutôt dit qu'il rêvassait, sur le coup. En fait, rien ne dénonçait pour l'instant ce tourment qui obstruerait une bonne partie de ses pensées, une fois qu'il aurait mis un pied dehors. Partir. C'était la dernière chose qu'il voulait, étant donné qu'actuellement, il se sentait à son aise, en présence de la jeune femme. Pourtant il devrait bien à un moment ou un autre rentrer chez lui.

« Je reste confiant. »

Même si on dit souvent que rien ne se passe jamais comme prévu.
Reprit-il simplement, haussant même légèrement les épaules. Quelque part, il comprenait d'avance la réaction des parents de Diana. Si il s'était retrouvé dans la même situation avec sa propre fille qui serait sorti avec un type ayant une vingtaine d'années de plus environ, pas dit qu'il aurait très bien réagit non plus. Néanmoins, Flynn ne changerait pas quoi que ce soit pour autant. Même si ils ne se connaissaient que depuis peu de temps, elle était selon lui, déjà officiellement sa moitié. Tous deux, en s'opposant, arrivaient à se compléter parfaitement. C'était ça qui rendait leur couple plutôt unique. L'Ombre et la Lumière.

Puis au lieu de laisser la jeune femme macérer seule, en silence dans l'anxiété de leur avenir, il lui manifesta son soutien en attrapant délicatement l'une de ses mains qu'il serra doucement, une compassion singulière émanant de ce geste, tandis qu'il entrelaçait ses doigts avec les siens. Ils traverseraient cela ensemble. Il regardait d'ailleurs toujours Diana avec un léger sourire en coin qui se voulait rassurant.
Même si elle n'en avait rien dit, Flynn le savait. Il l'avait perçu, et avait déjà bien cerné la jeune femme. Rien que dans les paroles qu'elle prononçait, on ressentait cette inquiétude. Il lui apprendrait à ne plus s'en faire pour cela. Ca ne viendrait peut-être pas immédiatement mais … Il voulait lui faire oublier ces quelques tracas. La voir ainsi préoccupée … Non. Ca n'allait pas. Ce n'était pas concevable. Il ne pouvait pas laisser cela ainsi, alors qu'il avait les moyens de faire ne serait-ce qu'un petit quelque chose pour elle. Flynn se doutait que si Diana restait seule en proie face à tout cela, elle finirait forcément par paniquer. A cause de quoi, ça il n'en savait rien. Il ne se doutait pas encore qu'elle craindrait de perdre ses parents, puisque selon lui, ceux-ci ne pousseraient qu'une gueulante plutôt violente, et reviendraient forcément vers elle à un moment ou un autre. C'était ça, l'avantage d'être un peu plus âgé qu'elle. Il savait déjà ce qu'elle apprendrait plus tard. Et si ses parents l'aimaient réellement, ils l'accepteraient telle qu'elle était, et qu'elle serait. C'était ainsi qu'il voyait les choses. Peut-être pas telles qu'elles l'étaient, mais bon.

« Diana.. T'inquiètes pas. Tout ira bien.. »


Tout finira par aller bien.

Tout en serrant toujours sa main d'une façon réconfortante, il lui effleura doucement la joue, de son autre main, la lui caressant légèrement.
Non, elle n'avait aucune raison de s'en faire. Flynn ne laisserait personne se mettre en travers de leur chemin ou tenter de nuire à leur bonheur, actuel et futur. Personne.
 
Fiche créée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Ne me fais pas de mal ... [Flynn] › Mar 9 Fév - 6:14

Diana & Flynn
Ne me fais pas de mal
Tout ira bien c'est ça que je me force à penser en cet instant alors que je suis dans ses bras et que je pense à tout ceci. Bien sûr, l'inquiétude me ronge de l'intérieur mais je reste néanmoins forte en apparence bien que Flynn me connaisse plutôt bien maintenant et donc arrive à voir lorsque je vais mal et lorsque je vais bien. Cela ne me dérange pas qu'il arrive à reconnaître mon état d'esprit du moment sans le moindre soucis, bien au contraire, ça me prouve aussi par la même occasion a quel point nous sommes connectés et combien nous sommes proches et tout ceci et bien j'y tiens énormément. Néanmoins je vois le temps se couvrir à travers la fenêtre, je vois que le soleil se cache petit à petit, ça veut donc dire que dans peu de temps il devra me quitter et rentrer chez lui ou encore aller travailler. Étant barman il peut bosser autant de nuit que de jour c'est un fait indéniable, ce n'est pas comme moi qui a mes études de littérature à l'université de Détroit et donc qui bosse de jour puis qui pose dans des magasines en petite tenue pour me payer mes quelques études. D'ailleurs, je vins à me demander s'il sera jaloux sur ce fait, s'il acceptera que je vends mon corps dans des magasines pour me payer mes études car dans l'immédiat je ne lui en ai encore jamais parler et à moins que mon con de frère lui en ai parler il ne doit pas être au courant. Il faudra que je lui en parle, que je lui explique les choses comme elles sont et nous verrons bien comment il réagira. Quoi qu'il en soit je suis inquiète face à tout ceci même si je m'efforce de ne pas montrer mon inquiétude du moment, j'ai envie de lui parler, de tout ça, de lui exploser en pleine face que j'ai peur de perdre mes parents face à notre relation... Mais d'un autre côté je me dis que si mes parents finissent par me lâcher et bien c'est parce qu'ils ne m'aimaient pas tant que ça donc, d'une manière ou d'une autre je vins à être soulager quant à ce fait car je sais qu'ils m'aiment énormément et que rien ni personne ne changera ça. C'est déjà une bonne chose je pense, non ? Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je souris et pose mon regard sur Flynn alors qu'il m'annonce être confiant quant à la réaction de mes parents, pour mon cas je ne dis rien, je me contente d'acquiescer à ses paroles puis de sourire. Cependant c'est sûr je reste paniquée face à tout ceci mais encore une fois je tente tant bien que mal de ne rien montrer pour qu'il ne s'inquiète pas, je n'ai pas envie qu'il s'en veuille de m'avoir embrasser ou de m'avoir avouer ses sentiments à mon égard, c'est de loin la dernière chose que je veux en cet instant. Alors je me tais, je garde mes pensées personnelles pour moi et me contente de le fixer en souriant tout en me mordillant la lèvre de temps en temps. Notre couple représente énormément à mes yeux, vraiment, je me sens bien avec Flynn, c'est tellement simple avec lui, tellement bon, il prend soin de moi, il ne me juge pas, je ne suis pas la pute pour lui, je ne suis pas la catin, ni même l'horrible monstre amoureuse de son frère je suis juste moi.. Diana Evelyn Worthington une demoiselle douce et gentille qu'il apprécie énormément et ça me suffit amplement. Alors, ça me conviens parfaitement j'en suis ravie, heureuse, il n'y a pas de mots suffisant pour dire combien je me sens bien en sa compagnie. Finalement alors lorsque je vins à entendre ses paroles j'acquiesce et lui souris « Ne t'en fais pas ... Je vais bien, ça m'inquiète c'est évident, je n'ai jamais eu à leur dire une telle chose soit que je suis en couple mais je vais bien. Avec toi je me sens bien, je me sens vivante et épanouie donc tout va bien. » Et c'est tellement sincère ce que je dis que j'en affiche un petit sourire et pose mon regard sur lui, le fixant alors droit dans les yeux comme pour qu'il me croit, qu'il croit que je ne lui mens pas, car ça ce genre de choses ce n'est réellement pas mon truc. Posant mon regard quelques instants sur la fenêtre je grimace en découvrant un ciel noir et sombre, il est tard, très tard, je vis sur mon iPhone qu'il est dix-neuf heures soit l'heure de manger pour les uns et les autres, néanmoins je n'ai aucune envie de le voir partir alors d'une voix douce et tendre je vins à lui dire « Tu peux rester manger à la maison si tu veux.. Il paraît que je cuisine plutôt bien. » Enfin s'il n'a rien de prévu bien entendu, je ne me montrerai pas non plus vexé ou quelque chose du style s'il venait à accepter, il est probablement fatigué et a sans doute à son tour besoin de temps et d'espace pour réfléchir à tout ceci. Quoi qu'il en soit je suis ravie de passer du temps avec lui et je m'ose à croire que notre prochain rendez-vous sera aussi merveilleux que celui que nous venons de passer ensemble.


(c) Mayiie
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Ne me fais pas de mal ... [Flynn] › Jeu 11 Fév - 19:58

Flynn & Diana


Oh, non Flynn ne se sentirait pas coupable. Pas tout de suite. Sa culpabilité débarquerait une fois qu'il serait de nouveau seul, chez lui. La nuit qui arrivait promettait déjà d'être bien longue pour lui. Il savait bien que tout cela angoissait Diana. Il avait eu son âge bien avant aussi et il avait connu ça à l'époque. Cette même crainte. Tout au moins des parents. Parce que pour ce qui était de l'âge, bien qu'il n'ait pas eu le problème auparavant contrairement à actuellement, ça ne semblait pas le paniquer ou le tracasser plus que cela. Pour le regard des autres en tout cas. C'était plutôt vis-à-vis de sa conscience à lui, que ça le torturait. Bienheureusement, il ne s'était pas figé ou crispé continuellement, cette fois. Sûrement apaisé que la jeune femme prenne la nouvelle assez bien. Mais d'un autre côté, il redoutait ce qu'elle refoulait ; parce qu'il sentait bien lorsqu'elle affichait un large sourire et hochait la tête de haut en bas, que quelque chose forcément la dérangeait. Ce sourire presque forcé et ce regard perdu presque dignes d'un automate témoignaient des songes qui la tourmentaient encore … Non, tout ceci ne serait pas une mince affaire …
Quant aux magasines, Flynn n'était pas au courant, et c'était certainement mieux pour l'instant. Ca aurait eu du mal à passer, compte tenu de la jalousie et du caractère possessif dont il était doté. Et il n'accepterait pas qu'elle se vende ainsi tout court d'ailleurs. Même si il s'agissait de payer les études qu'elle souhaitait faire en littérature, il préférerait encore les payer lui-même, quitte à trimer comme un forçat et prendre un second boulot pour tenir. Ca lui serait égal, si il pouvait épargner ça à Diana.
Enfin là n'était pas le sujet. Sa dulcinée continua donc à son tour, admettant finalement qu'elle éprouvait une certaine inquiétude, par rapport à tout cela … Les parents, encore et toujours. C'était là, sa source de problème. Ou de son anxiété, tout au moins.
Et bien qu'elle paraisse sincère, les quelques mots qu'elle glissa à son intention firent mouche chez Flynn ; il s'abstint complètement de le montrer d'une quelconque façon que ce soit, mais il avait eu la légère impression qu'elle disait cela pour s'en rassurer, et s'en assurer elle-même de ses sentiments. Après tout, il était normal pour Diana de se retrouver incertaine dans une telle situation. Qui ne le serait pas à sa place ? Mais le regard qui accompagna ses propos termina de persuader Flynn, qui opta pour la confiance. Une confiance aveugle qu'il lui vouerait à partir de maintenant. Ou il essaierait. Accorder cela à quelqu'un, surtout le concernant, c'était .. Plutôt devenu compliqué, oui.
Ces quelques phrases lui arrachèrent donc un sourire en coin supplémentaire.

« Bien, cela fait au moins ça, alors. »

En la voyant jeter un regard vers l'extérieur par le biais de l'une des fenêtres, il en fit de même : Dehors, il commençait déjà à faire nuit. Le temps était passé si vite, en la présence de Diana... Rien qu'à la pensée de devoir rentrer chez lui, il manqua de soupirer. Oui, ça allait être long. Très long. Il n'osa pas même regarder l'heure. Pas envie de s'imaginer son retour proche, chez lui. Pas envie de rentrer tout court, mais il le faudra pourtant bien. Il ne peut pas rester éternellement ici. Diana a besoin elle aussi de se retrouver seule, et de réfléchir à tout cela. Se demander si elle a pas fait une connerie, et surtout, si elle ne le regrettera pas.
Et bien que sa proposition de rester manger ici fut alléchante puisqu'il s'agirait en quelque sorte d'un sursis accordé à Flynn, avant qu'il n'ait à s'affronter, il préféra se résoudre à laisser la jeune femme seule. De toute façon, il n'avait pas faim, et sa gorge ne tarderait pas à se serrer, tant il serait tendu, vu la bêtise monumentale qu'il avait bien pu faire en une après-midi. Céder à lui même était bien l'une des pires choses qu'il pouvait faire, notamment dans ce cas présent.
Il ne savait même pas ce qu'il ferait en arrivant chez lui. Ou comment s'amorceraient ses réactions quant à tout cela. Et ça l'effrayait aussi, d'être imprévisible à ce point pour lui-même.

« Je t'aurai bien dit oui, mais malheureusement, j'ai mes quatre affreux jojo qui m'attendent à la maison … Cela dit, ce sera avec grand plaisir une prochaine fois. »

Répondit-il, toujours souriant, bien qu'il s'en voulait de laisser Diana ici, et de refuser son invitation. Il ne voulait pas la froisser, loin de là. Et le prétexte des animaux … Etait vraiment un prétexte. Cela dit, ce n'était pas un mensonge, puisqu'il détestait cela. C'était la vérité. Mais il n'en avait juste rien à faire des dégâts causés par ses bestiaux ou de la santé de ceux-ci, ce soir. Même l'excuse du travail ne lui était pas venue, pour la simple et bonne raison qu'il ne bossait que le lendemain et pas cette nuit ou ce soir. C'était pas plus mal non plus, dans un sens. Flynn n'enviait qu'une chose, en l'instant présent : l'isolement.
Enfin il se doutait et espérait quand même que cette soirée lui serait bénéfique à elle aussi, malgré la solitude engendrée. Que sa bien-aimée pourrait peut-être réfléchir et songer à aborder certains sujets une prochaine fois qui sait.
En tout cas, cette soirée serait les deux à la fois pour Flynn. Mais ça lui permettrait de reconnaître que non, l'Amour n'est pas quelque chose qui s'éteint indéfiniment, et encore moins en lui. La preuve; ce n'est ici parti de rien.. Et pourtant.
Quoi qu'il en soit, Flynn n'avait aucune envie de partir mais à quoi bon repousser à plus tard ce qu'il devrait de toute manière affronter à un moment donné ? Il ne pourrait pas reporter son départ éternellement. Départ non-définitif qui plus est. Mais il pressentait déjà que cet au revoir quelque peu douloureux sur le plan émotionnel, même s'il durerait sûrement bien peu de temps avant une nouvelle rencontre, en réalité.
 
Fiche créée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Ne me fais pas de mal ... [Flynn] ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Ne me fais pas de mal ... [Flynn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Fais tes preuves... (PV Pix et Illu')
» Fais-moi peur [PV Julian Rollwers]
» Et puis merde, j'me fais chier moi ! {Free. Profites-en !
» "Vas-y, fais moi plaisir..." Clint Eastwood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Corbeille des sujets-
Sauter vers: