Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

Message On dit que rien n'arrive par accident... ❖ Julian&Gaby › Mar 15 Déc - 16:17
Il est deux heures du matin et l’ambiance à l’Underground bat son plein. C’est souvent comme ça le samedi soir. Le bar se vide à partir de quatre heures du matin, pas avant, grâce aux nombreux concerts qui ont lieu. C’est la raison qui m’a poussée à postuler dans un endroit pareil, alors qu’il se trouve à une heure de chez moi en vélo, mais je m’y sens bien. Les gens qui travaillent dedans m’ont vu dans tous mes états, puisque j’y passe une grande partie de mon temps. Je ne compte même plus les fois où j’ai dormi dans la pièce de stock, parce que j’étais trop crevée pour rentrer, mais ce n’est pas comme si ça me déplaisait. C’est ma deuxième maison. Au début, j’y travaillais pour payer mes études et l’an dernier, j’ai tout lâché et ai été embauché sans aucune hésitation par le gérant avec qui le courant passe bien. Jamie lui avait balancé le décès de Clara pour justifier mes absences et lorsque je suis revenue vers lui pour faire ma demande, il s’est contenté de poser un nouveau contrat sur le comptoir en précisant que je pouvais venir le voir quand je voulais. J’ai compris qu’il parlait de Clara et même si j’ai été touché de son geste, je ne me suis jamais confiée à lui, ni à personne d’autre en fait. J’ai tout gardé pour moi, j’ai préféré jouer la fille forte, celle qui gère toujours tout comme elle peut, pour la simple et bonne raison que si je commence à m’attarder sur tous les points qui ne vont pas dans ma vie, je ne m’arrêterai plus de pleurer et je ne le souhaite pas. Sourire extérieurement, m’effondrer intérieurement, ça me semble tellement plus facile à faire.  « Table sept, deux pressions, un cosmo, le cocktail du jour, avec alcool et un diabolo menthe. » Jamie se met à la tâche, alors que j’attrape le plateau déposé quelques minutes plus tôt. Depuis un an, c’est tout ce qu’il reste de notre relation : des conversations professionnelles. Il a essayé de me parler, et ce à plusieurs reprises, mais d’un naturel rancunier, je lui en veux toujours d’avoir voulu que je baisse les bras et surtout, de les avoir baissé avant moi. Il a été là, dans une période de ma vie très difficile et je croyais sincèrement qu’il allait pouvoir m’aider à la gérer. Je me suis trompée. Jamie est un homme qui n’a pas les épaules pour ça. Qu’on ne me demande pas pourquoi je ne dis rien sur moi. Je sais très bien que les gens ne savent pas quoi dire face à des situations complexes, ils préfèrent faire la fête, s’amuser, boire jusqu’à n’en plus finir… Comme ce type qui est à son cinquième verre au moins, ou comme celui qui est au comptoir, jouant à se faire plusieurs mètres de shooter. « Voilà pour vous ! » dis-je, en posant un à un les verres. Je sens le regard d’un type à ma droite sur moi. Avec mon short en jeans et mon top blanc, pas étonnant qu’il lorgne sur moi. Je ne dis pas que je suis hyper canon, je dis même que je dois être en-dessous de la moyenne, mais dès qu’il y a un bout de peau qui est visible, les hommes deviennent incontrôlables. Je suis certaine que beaucoup n’hésiteraient pas à se taper une nana avec un sac poubelle sur la tête pour satisfaire leurs envies. « Alors Gale, ton copain n’a rien d’autre à faire que de mater les filles ? » demandé-je, en déposant le dernier verre sur la table. Autour de celle-ci se trouvent quelques habitués, dont Gale qui vient régulièrement. « Il s’est fait larguer par sa copine, il est en pleine quête. » « Eh bien il va devoir encore chercher. » terminé-je, en emportant mon plateau. Je prends quelques commandes, tout en écoutant la reprise de « Radioactive », faite par Autumn, aidée par un guitariste et reviens vers le comptoir. Jamie pose sa main sur le plateau, attrape les notes sans attendre que je les lui dise moi-même. « Occupe-toi de celui-là, Célia va pouvoir se débrouiller pour le service. » A ma droite se tient le gars qui buvait des mètres de shooter avec d’autres gars. Je ne sais pas si ce sont ses potes ou non, mais ils sont parti draguer. « A la prochaine tournée, il va finir par tout dégueuler. » « T’as appelé un taxi ? Ce serait plus simple. » « Y’a du taf au comptoir, Gab. Fais pas chier et occupe-toi de lui. » Connard. La prochaine fois, je viendrai l’aider derrière le comptoir plutôt que de me charger de ceux qui se bourrent la gueule.


Je lâche l’emprise que j’ai sur le plateau et m’approche du gars en question. « Ca va aller pour la boisson ce soir, hein. » dis-je, en attrapant son bras que je place autour de mes épaules, comme s’il ne pouvait pas marcher tout seul, alors que si ça se trouve, c’est le cas, mais je n’ai pas la moindre envie qu’il mette dix longues minutes à traverser mon lieu de travail. Tout en faisant défiler les numéros de mon portable jusqu’à celui d’un taxi, je l’amène vers la porte du bar. Avec difficulté, je pousse la porte et le force à s’adosser contre le mur. Le vent lui fera le plus grand bien. « Ca va ? T’as pas trop la tête qui tourne ? » demandé-je, en abandonnant mon téléphone quelques secondes, pour le troquer contre mon crayon fourré dans ma poche. Je lui attrape le bras et note sur celui-ci, à l’encre bien noire, le numéro de l’Underground, avec comme note « Si je suis perdu, appelez ici. » Avec ça, c’est sûr, personne ne le kidnappera.


Dernière édition par Gabriella Meade le Ven 18 Déc - 20:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message On dit que rien n'arrive par accident... ❖ Julian&Gaby › Mar 15 Déc - 16:59
Gabriella & Julian
« On dit que rien n'arrive par accident. »





"J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts."


La plupart des gens disent qu'on ne peut pas effacer nos erreurs. Et lorsque l'on en commet une, on est obligé de vivre avec et l'accepter. Puis au bout d'un moment, cette erreur devient moins importante et on y pense de moins en moins. Mais qu'arrive t-il lorsque l'on commet une erreur de jugement qui peut briser la vie de plusieurs personnes. Arrive t-on vraiment à ne plus y penser. Depuis que Julian était revenu à Marple Spring, c'est comme si cette erreur qu'il avait commis il y a plus d'un an maintenant le rattraper et le consummait petit à petit. Ses cauchemars qui s'étaient atténué lorsqu'il était en Europe revenait de plus belle. Il rêvait de cette nuit -là, de cette super fête avec tous ses coéquipers de football, de toutes ces belles filles et cette musique. L'ambiance était tellement chouette. Quelques verres de trop, quelques jeux d'alcool, un beer pong. Et puis il devait rentrer car il avait promis à ses parents. Il se revoyait encore et encore refuser de rester dormir chez son pote, affirmant qu'il allait très bien et qu'il pouvait conduire. Puis cette route sombre et ce bruit sourd lorsqu'il avait heurté cette personne qu'il n'avait pas eu le temps d'éviter. Et cette décision qu'il avait prit. Quitter les lieux, juste partir sans se retourner, sans apporter son aide. Juste partir comme un enfant pourri gâté, qui tenait trop à sa liberté et à sa bourse d'étude.

Julian se réveilla en sueur de sa sieste. Il avait très mal dormi la veille, et avait décidé de se reposer un peu cette après-midi là. Mais ce fut une mauvaise idée. Ses cauchemars l'avaient encore rattrapper. A son réveil, il était en sueur. Sa mère arriva en trombe dans sa chambre, lui demandant ce qu'il lui arrivait. Apparemment il avait crié dans son sommeil. Après avoir rassuré un peu sa mère en lui disant que ce n'était rien, il partit prendre une longue et brulante douche.

La sonnerie de son téléphone le sortit de ce court moment de bien-être. C'était Collin qui avait appris que le jeune homme était de retour en ville et qui lui proposait de venir boire un coup et faire la fête avec quelques joueurs de son ancienne équipe du lycée. Julian accepta. Après tout, une petite soirée ne pouvait pas lui faire de mal, et ça lui permettrait peut être de se changer un peu les idées. Il s'habilla donc et les rejoignit quelques heures plus tard.

Le garçon lui avait donné rendez-vous dans un bar dans le centre ville. Julian n'y avait jamais mit les pieds auparavant mais ses potes semblaient être des habitués de ce genre d'endroit. La soirée commençait fort. Les garçons étaient tous très motivés pour boire et surtout pour draguer et ramener une fille dans leur lit ce soir. Collin commandit un mètre de shooter pour Julian.

- Allez mec, tu es de nouveau parmis nous, et ceci est pour te fêter ma bienvenue chez toi.

Collin n'avait définitivement pas changer. Mais Julian n'avait pas pris sa voiture ce soir alors il s'en fichait. Il allait boire et s'amuser avec ses potes. Alors il aligna les shooter. Et au bout de quelques uns il commença à se sentir bien, comme s'il était à nouveau ce gamin de l'année dernière. Et ça lui plaisait, cette sensation de bien être, d'insouciance. Julian continua donc à boire. Il tourna la tête pour remercier Collin. Mais lui et les autres étaient déjà parti plus loin. Ils avaient apperçu un groupe de minettes et étaient, semble t-il, dejà tous en chasse.

Pour être honnête, Julian les aurait bien rejoint, mais il n'était pas sur de pouvoir se lever sans se casser la figure. Alors tant pis, il resta accouder au comptoir, bien motivé à finir tous ces shooters.

Mais une jeune femme vint à sa rencontre.

*Même plus besoin de bouger pour attirer les filles, trop fort Julian.*

"Ca va aller pour la boisson ce soir, hein."

*QUOI ? Ah bah non, elle veut juste pas que tu vomisses dans son bar, je crois.*

La jeune femme attrappa son bras et le mit autour de ses épaules. Apparemment elle non plus, n'était pas sur que Julian pouvait se débrouiller tout seul. En même temps, elle jouait avec son portable. Oui en effet, le jeune garçon ne devait pas du tout l'intéresser, elle voulait juste le virer le plus vite possible. Ils arrivèrent très vite dehors, et l'air frais fit un bien fou à Julian. La belle serveuse lui demandit s'il allait bien, et s'il n'avait pas trop la tête qui tourne.

- Non je vais super bien, vraiment.


Annonça le jeune homme avant de trébucher légèrement et de manquer de peu de tomber. Bon elle n'allait surement pas le croire sur parole après ça. D'ailleurs, elle sortit un crayon de sa poche et commença à marquer un numéro sur son bras.

*Trop cool, elle me file son numéro.*

Puis elle rajouta une petite note, comme quoi s'il était perdu, il fallait appeller ce numéro. Quoi ? Comment ça ? Non, Julian ne voulait pas partir, il ne voulait pas rentrer chez lui, la soirée ne faisait que commencer.

- Non je veux pas rentrer chez moi, je veux rester là.

Annonça t-il à la blondinette en la regardant dans les yeux. Puis ce n'était pas elle, qui allait pouvoir l'en empêcher. Julian était quand même plus grand et bien plus fort qu'elle.

- Collin va me le rappeller toute ma vie si je rentre à cause d'un abus de boisson.

Elle ne savait surement pas qui était Collin, et ce n'est pas comme s'il avait besoin de se justifier à cette inconnue, mais cette phrase était sorti toute seule de sa bouche. Julian regarda un peu plus attentivement cette fille. Elle était quand même super jolie, tout à fait le type de fille que Julian aimait. Mais la draguer maintenant n'était peut être pas une bonne idée. Un type bourré ne devait pas être son plus grand fantasme.

Julian sentit sa tête tourner légèrement et prit la décision de s'assoir par terre. C'était mieux sans doute pour son cerveau. Puis il savait qu'il retrouverait plus vite ses idées claires. Il n'avait pas envie de partir, il voulait rester avec la jolie fille.

- Reste avec moi.

Demanda t-il, tout en sortant une cigarette d'un paquet qui se trouvait dans sa poche.


Dernière édition par Julian A. Evans le Mar 15 Déc - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message On dit que rien n'arrive par accident... ❖ Julian&Gaby › Mar 15 Déc - 20:01
Vraiment ? Je lâche un soupir en constatant que ce n’est pas vraiment le cas. Dans sa tête, probablement que l’alcool le rend euphorique, heureux… D’un côté, c’est bien mieux qu’avoir l’alcool mauvais, ou triste. Il a tellement l’air à côté de la plaque grâce à tout ce qu’il a ingurgité que je commence à me dire qu’un simple numéro sur son bras ne suffira peut-être pas. Lorsque le taxi arrivera, peut-être que je lui demanderai de veiller à ce qu’il soit bien rentré chez lui, quelque chose comme ça… Sauf qu’il n’a pas l’air de vouloir bouger. J’observe de là où je suis, le bar dans lequel on m’attend certainement pour bosser, avant de me rappeler que Jamie m’a donné une mission. Après tout, elle n’est pas pleinement achevée. Je ne peux pas le laisser tout seul dans le froid. « Tu es bien têtu. » dis-je, en plantant mes yeux dans les siens. « T’as l’air bien éméché, si tu veux mon avis. Tu es sûr que ça va ? » L’air doit forcément lui faire du bien… Mais je n’aimerai pas être sa place demain matin, quand il se réveillera avec un gros mal de tête. J’adore faire la fête, traîner avec quelques potes, boire quelques verres, mais pour avoir connu plusieurs cuites et ses lourds lendemains, j’évite, préférant rester consciente jusqu’au bout. « Colin ? » Je relève les yeux vers la fenêtre du bar et affiche un sourire amusé en apercevant ses potes. « Colin, c’est celui qui vient de se prendre un verre en pleine figure ? » Il a dû balancer un truc vraiment pas sympa à cette fille qu’il semblait draguer pour qu’elle réagisse comme ça. « C’est que tu pourras lui rappeler un détail de sa soirée, toi aussi, si c’est bien le brun là-bas. » dis-je, pour qu’il se sente un peu mieux. Si ça se trouve, ce n’est même pas lui.

Son regard se fait plus insistant et je m’en suis tout de suite mal à l’aise. C’est stupide. J’aimerais pouvoir tapoter sur mes joues pour me reprendre, mais merci la discrétion. Je dois ressembler à un morceau de viande pour lui, ou quelque chose comme ça. Je me balance d’un pied sur l’autre, avant de me figer, surprise de sa demande. « C’est que… Je ne suis pas payée à prendre du bon temps. » Mais soit. Je m’assois à ses côtés et prends sa cigarette qu’il n’a pas encore allumée. « Très bien. Je te propose de rester là un moment ici, à te tenir les cheveux pour que tu vomisses tout ce que tu as ingurgité aussi… » Il a l’air d’avoir besoin de compagnie. « C’est quoi ton nom ? » demandé-je, par curiosité. « Si je te dis le mien, grande chance que tu ne t’en souviennes pas demain, mais… Gaby. Enfin Gabriella. » Ceux qui ne me connaissent pas vraiment, avec qui je n’ai aucune proximité m’appellent par mon prénom en entier, mais je préfère Gaby. Je me cale contre la façade du bar, étale une jambe devant moi et renverse légèrement ma tête en arrière, pour observer les étoiles. Mes pensées vont vers Clara. Certains m’ont confirmé la théorie du Roi Lion, comme quoi une étoile s’ajoutait. « Tu demandes souvent aux nanas de rester avec toi, comme ça ? T'es nouveau ici ? Je ne t'ai jamais vu jusqu'alors. » questionné-je, en mettant sa cigarette au coin de mes lèvres. Ou du moins, je n'en ai pas le souvenir. Pourtant, Marple est une petite ville où tout le monde se connait plus ou moins. « Oh, tu la voulais peut-être ? » soufflé-je, un brin malicieuse. J’ai besoin de me détendre, je crois. Bosser au bar me permet de rester active, ne plus penser. Je me focalise uniquement sur les clients, sur ce qu’on me demande, parfois sur la musique du bar qui est entraînante, mais là, maintenant que je suis au repos… Ca devient compliqué. Alors je joue un peu la gosse, certes.


Dernière édition par Gabriella Meade le Ven 18 Déc - 20:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message On dit que rien n'arrive par accident... ❖ Julian&Gaby › Mar 15 Déc - 20:46
Gabriella & Julian
« On dit que rien n'arrive par accident. »





"J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts."

S'il y avait bien une chose que Julian n'avait pas envie de faire, c'était de rentrer chez lui. D'une part parce qu'il était encore très tôt et d'autre part, parce qu'il savait que s'il allait se coucher, ses cauchemars allaient surement revenir, et il ne se sentait pas la force nécessaire pour se battre contre ça ce soir. Il voulait juste repousser le moment d'aller se coucher le plus loin qui le pouvait. Ca ne changerait rien au fait qu'il serait obligé de dormir à un moment ou à un autre, mais il espérait que s'il était trop fatigué, avec un peu de chance, il n'aurait pas non plus la force de rêver. Comme si la culpabilité pouvait s'en aller en un claquement de doigt.

Peu importe, il avait la chance de ne pas être tout seul dehors. Il était avec une bien belle jeune fille. Ca c'est sur, elle lui plaisait. En même temps, il fallait être vraiment difficile ou aveugle pour ne pas remarquer sa beauté évidente. Malgré tout, Ju' était loin d'être dans une bonne position pour la séduire. Il ne s'était pas vu mais imaginait très bien sa tête. Ce soir, il ne devait pas être le garçon le plus sexy du bar. Il avait surement un teint blaffard, causé par l'ingurgitation d'alcool, et puis il n'avait rien d'un prince charmant à tituber maladroitement pour sortir du bar. Néanmoins, il voulait se la jouer mec fort et dur, et affirma à la serveuse qu'il allait très bien.

*Comme si elle allait te croire, t'as l'air d'un mec qui vient de se noyer dans une piscine de vodka.*

Elle le traita de têtu. Ce qui n'était pas totalement faux d'ailleurs. C'était l'un de ses traits de caractère. Quand Julian avait une idée dans la tête, il ne l'avait pas ailleurs, et c'était assez dur de lui faire changer d'avis. Un vrai gamin celui-là quand il s'y met. Visiblement elle ne croyait pas le jeune homme et lui demanda une nouvelle fois s'il allait bien. Qu'elle ne se fasse pas de soucis, c'était loin d'être sa première cuite, surement loin d'être la dernière aussi. Il s'en remettrait très bien. Bon, le lendemain matin, il allait surement le regretter amèrement. Mais il ne valait mieux pas penser à ça pour le moment.

Julian ne voulait pas partir, Collin ne manquerait pas l'occasion de se foutre de lui, c'est d'ailleurs ce qu'il dit à la jeune femme, comme pour justifier son envie de rester ici. Elle tilta sur le prénom. Oui il n'avait pas réfléchit, mais elle n'était pas sa pote, de ce fait elle ne connaissait surement pas son coéquipier. Elle demanda si Collin était le type qui venait de se prendre un verre en pleine figure. Julian ne voyait pas assez clair pour savoir si c'était lui ou non. Mais en tout cas, c'était bien son genre. Collin était le genre de type un peu trop franc, qui ne cache pas le moins du monde ses intentions, et qui ne s'embarasse pas de mots doux pour avoir ce qu'il veut. En général, ça ne plaisait pas vraiment et ça finissait souvent par une claque ou du liquide balancé en plein visage. Il pourrait lui rappeler ce détail de sa soirée aussi, proposa la jeune femme. Mais ça ne changeait rien au fait qu'il n'avait aucunement envie de partir.

Il voulait que la jeune femme reste avec lui, et comme Julian dit en général tout ce qui lui passe par la tête, en particulier après avoir bu, c'est ce qu'il dit à la serveuse. Mais finalement elle accepta, elle allait rester un moment avec lui.

*Elle a quand même rajouté : a te tenir les cheveux pour que tu vomisses, c'est pas le rendez vous hyper romantique de l'année mon vieux.*

Peu importe, Julian voulait juste un peu de compagnie, et si cette compagnie était une belle blonde, c'était encore mieux. Elle lui demandit son nom, avant de lui donner le sien : Gabriella. Un nom aussi joli que la fille qui le porte.

- Je m'appelle Julian.

Arriva à articulier le pauvre garçon. Boire autant de shooter d'un coup n'était vraiment pas une bonne idée. Il savait que s'il vomissait bien, il irait tout de suite beaucoup mieux après; car son métabolisme fonctionnait de cette manière. Mais , pour être honnête, il n'avait pas vraiment envie d'être aussi écoeurant aux yeux de Gabriella. Bon après ça, il n'aurait sans doute aucune chance avec elle, mais il préférait ne pas courir le risque pour le moment.

*Tu as raison, qu'est ce qui pourrait te rendre moins sexy que tu ne l'es à cette heure ci ...*

- Ne t'inquiète pas, je me souviendrais de ton nom, puis si ça se trouve je ne vais pas vouloir bouger de là avant demain matin.

Lança le jeune homme, un sourire en coin. Il sortit une cigarette de son paquet. En général il ne fumait pas, juste quelques unes en soirées. Gabriella voulait savoir s'il demandait souvent aux filles de rester avec lui comme ça, puis s'il était nouveau ici parce qu'elle ne l'avait jamais vu auparavant.

- Non en général, c'est les filles qui me demandent de rester.

*Et bien, finalement tu n'es pas si malade que ça mon petit Julian.*

- En quelque sorte, je viens juste de rentrer, j'ai passé un an en France pour mes études.

Elle était belle quand même. Malgré tout, il n'arrivait pas à lâcher son regard de la belle jeune femme. Il savait pertinnement qu'il n'avait pas l'ombre d'une chance, mais après tout, elle était encore là avec lui.

*Te fais pas d'idée, elle a surement juste pitié de toi.*

Elle lui piqua sa cigarette;, et finalement lui demanda s'il la voulait. Julian lui fit signe qu'elle pouvait la garder et en prit une autre dans son paquet.

- Tu es belle.


Ce compliment qui pouvait être considéré comme mignon fut totalement gaché par ce qui arriva ensuite. Les shooters que Julian avait ingurgité depuis le début de la soirée, avait tout bonnement décidé de ressortir maintenant. Le jeune homme avait juste eu le temps de tourner sa tête de l'autre côté, pour ne vomir ni sur lui, si sur Gabriella.

*Trop sexy Juju.*
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message On dit que rien n'arrive par accident... ❖ Julian&Gaby ›
Revenir en haut Aller en bas
 
On dit que rien n'arrive par accident... ❖ Julian&Gaby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Rien dans ce monde n’arrive par hasard || Anubis
» Voiture de Djakout-Mizik impliqué dans un autre accident de la circulation
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Accident maritime : l’Etat Haïtien doit être responsabilisé
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Corbeille des sujets-
Sauter vers: