Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Mer 28 Oct - 13:32
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


Cela fait environ deux jours que Antony m'a proposé d'aller au cinéma avec lui, au début c'est vrai j'étais quelque peu réticente à l'idée d'aller au cinéma avec un homme tel que lui mais pourtant j'ai fini par accepté, pourquoi, et bien c'est la question que je me pose en cet instant tandis que je me prépare dans ma chambre, je grimace légèrement en admirant ma personne puis je change de tenue n'étant pas tout à fait sûre que la tenue que je portais était idéale, finalement j'opte pour une tenue plus adaptée pour ce genre de rendez-vous et je quitte ma maison après avoir verrouillé la porte derrière moi, il m'a annoncé hier que le film qu'on verrait serait un excellent film d'action qui ferai quelque peu flippé mais que d'après ce qu'on lui a dit il était très bien donc j'ai accepté, en ce moment j'ai besoin de me changé les idées, je me suis marié il y a quelques semaines avec un type rencontré à Las Vegas et autant le dire je n'ai que des problèmes depuis que je suis marié avec lui ce qui est normal car dans l'ensemble il est plutôt étrange comme homme, vraiment étrange, pas méchant ou quelque chose du genre mais je suis convaincue qu'il cache quelque chose. Alors, tandis que j'attends bien patiemment que Antony pointe le bout de son nez je grimace et espère que ça va bien se passé et surtout qu'il ne va pas tenté la moindre approche avec moi en cette soirée, je n'ai réellement aucune envie d'être obligé de lui coller une baffe car il aura été un peu trop entreprenant et aura tenté des choses, ça franchement ça ne m'intéresse pas le moins du monde même si je me suis marié à Las Vegas après avoir un peu trop abusé sur la boisson je reste néanmoins fidèle à mon mari même si lui ne l'est certainement pas, du moins c'est ce que je pense, alors, en voyant Antony arrivé et venir vers moi j'acquiesce tandis qu'il me salue et que nous rentrons dans le cinéma, une fois nos places achetées on part s'installer dans la salle avec du pop corn, des bonbons ainsi que des boissons, dans le fond je sais que cette soirée ne se passera pas du tout comme je l'avais imaginé, que je vais même la détestée cette soirée mais en ce moment j'ai besoin de me changé les idées, de pensé à autre chose alors oui je gaffe à plein tube surtout en acceptant un rendez-vous avec lui. Une fois le film commencé je grimace quelque peu en voyant que l'histoire de ce film ressemble étrangement beaucoup à ce que j'ai vécu durant mon enfance, mon enlèvement par des psychopathes et la mort terrible de ma maman, alors d'un geste brusque je me lève et quitte la salle de cinéma me sentant très mal à l'aise, en arrivant dehors je pensais être seule mais ce n'était absolument pas le cas Antony m'avais suivi jusque dehors. « Bah alors, il te fou les boules tant que ça ce film Marianna ? » Presque aussitôt je me retourne et lui fais face avec les larmes aux yeux bien que je tente tant bien que mal de les cachées mais bien sûr c'est sans réel succès. « Es-tu complètement con ou simplement juste un peu de m'emmener voir un film aussi horrible ? T'as rêver toi ! » Et bien sûr il ne peut pas savoir ni même comprendre pourquoi je lui dis ça c'est probablement pour cette raison qu'il a commencé à levé le ton et donc bien évidemment s'énerver....

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Mer 28 Oct - 16:55
Lenny errait comme un chien abandonné, en collant des coups de pieds dans tout ce qu'il trouvait : boîtes de conserve vides, canettes, cailloux, boîtes d'allumettes vides... Un jouet cassé. Il se pencha et le ramassa. Une vieille figurine animée de super-héros quelconque, trop musclé pour son propre bien. Mais ça l'avait pas empêché de perdre un bras dans la bataille, et son visage était rayé. Lenny le ramassa et le fourra dans sa poche, sans trop savoir pourquoi, et reprit son vagabondage vindicatif, en cherchant des trucs à taper. Finalement, il s'adossa au panneau d'une publicité, amusé de penser que la lumière des néons brillait à travers ses cheveux.

Un quidam vint rapidement lui demander de bouger ses fesses, parce qu'il voulait regarder l'affiche avant d'entrer dans le cinéma. Lenny ne râla même pas ; il venait de se rendre compte qu'il n'avait pas remarqué le gros cinéma juste au-dessus de lui. Faudrait pas vieillir, vraiment, le cerveau commençait sérieusement à lui couler par les oreilles. Il se mit à bouquiner les résumés des films, en jouant avec le petit super-héros estropié dans sa poche. Le type de la sécurité le suivait des yeux nerveusement, car il pouvait difficilement savoir si c'était ou non une arme avec laquelle ce clochard aux cheveux hérissés jouait sous le couvert de ses vêtements. Après avoir lu deux scénarios et demi, Lenny en eut marre et disparut derrière le coin du bâtiment.

C'était encore une de ces soirées vides et pourries qu'il aurait encore préféré passer à trimer au fond d'une usine. Avec un camarade chiant aux blagues malsaines. Au moins, il aurait pu s'engueuler avec quelqu'un d'autre qu'avec lui-même, et il n'avait franchement pas envie de penser à ses propres problèmes. Depuis qu'il avait laissé son carnet à une parfaite inconnue, autant dire toute sa vie, il lui semblait qu'il n'y avait plus aucun rempart pour le protéger de son reflet dans les miroirs. Il appuya le front contre le mur nu et sombre, et ferma les yeux. Les dents serrées, il referma le poing sur le jouet de toutes ses forces, et se mit à pleurer, sans savoir pourquoi. Il ne mesura pas non plus le passage du temps, et il ignorait combien de minutes s'étaient écoulées ainsi lorsque deux voix commencèrent à s'animer non loin de lui, le réduisant par réflexe à un silence prudent.

Un homme et une femme, a priori, se criaient dessus tout près de lui, parlant en même temps, incompréhensibles mais visiblement aussi furieux l'un que l'autre. L'homme ne semblait pas tout à fait net ; comme ces gens qui ne sont pas sûrs au fond d'être dans leur bon droit, et qui en ont doublement l'air pour compenser. Il n'écoutait plus son interlocutrice, il commençait même à se montrer insultant, et brusquement Lenny le vit lever la main ; peut-être pour montrer le bâtiment, peut-être pour expliquer quelque chose, mais peut-être aussi pour frapper l'inconnue. Le sang de Lenny ne fit qu'un tour et il s'avança sans hésiter vers le groupe, à travers les ténèbres qui le couvraient encore de leur manteau épais.

"Putain, mec, jte jure que tu vas t'calmer tout d'suite." Il était si remonté qu'il mangeait ses syllabes. L'envie de se défouler sur un punching-ball volontaire venait de remonter, plus forte encore qu'au début de sa promenade. "Je sais pas quel est ton problème, et j'm'en fous. Tu déranges la dame alors tu t'casses, c'est aussi simple que ça."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Mer 28 Oct - 19:24
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


Généralement je suis une femme plutôt solitaire, avec le passé délicat que j'ai enfoui au plus profond de mon être j'ai fini par m'éloigner de plus en plus des gens, pas parce qu'ils me dérange ou que je suis insociable, non rien de tout ceci, dans le fond j'ai simplement peur de souffrir, d'avoir encore et toujours des déceptions dans ma vie et c'est valable autant sur le plan amical qu'amoureux d'ailleurs je ne suis aucunement logique, je me suis marié il y a quelques semaines avec un parfait inconnu après avoir abusé et maintenant voilà que cet inconnu est constamment près de moi et tente d'apprendre à me connaître, pourquoi, je l'ignore mais en tout cas il est toujours dans mes pattes, ça ne me dérange pas non plus je l'avoue il semble sympathique et normal mais c'est vrai ça me fais tout de même bizarre d'avoir une personne toujours derrière moi qui tente de changé ma vie comme si elle n'était pas suffisamment compliquée comme ça il a fallu que je gaffe sévèrement en allant à Las Vegas, y a vraiment qu'à moi que ce genre de conneries arrive.... Alors, tandis que je grimace quelque peu je fixe Antony qui semble bien énervé à l'idée que je me sois barré du cinéma, dans l'idée c'est compliqué d'imaginer cet homme énervé, au boulot c'est toujours le mec qui a le mot pour rire, toujours en train de sourire et de vouloir remonté le moral a ceux qui sont tristes, en bref on peut le dire c'est un type bien sauf que voilà c'est aussi un dragueur et un gros dragueur du coup quand je me retrouve avec lui j'évite de resté trop longtemps seule avec lui mais pourtant j'ai accepté ce rendez-vous avec lui, c'est là où je suis illogique, pourtant c'est vrai ce moment de colère face à lui pourrait être drôle sur le coup, quand on regarde Antony et son petit mètre soixante on imagine pas qu'il puisse être violent dans ses propos, alors en entendant qu'il m'insulte parce que je bousille notre rendez-vous je grimace et tente de me défendre du mieux que je le peux, il ne me comprend pas, il ne peut pas comprendre..... Grimaçant à nouveau tandis qu'il commence à levé la main vers moi comme pour me giflé j'entends une voix que je suis persuadé de connaître s'élever, celle de mon mari mais pourtant quand je me retourne pour voir l'homme qui a interrompu de peu Antony je remarque que ce n'est absolument pas lui c'est un jeune homme d'environ trente ans avec des cheveux longs et qui semble avoir passé une mauvaise journée par la même occasion alors je reste là entre ces deux hommes sans réellement savoir quoi dire ni même quoi faire, a un moment Antony lève a nouveau le ton mais pas sur moi, non sur cet inconnu qui semble très en colère. « Tu veux quoi, tête de gland ? Va voir ailleurs au lieu de me dérangé, je suis occupé là tu vois pas ? » Je l'avoue je suis pas mal choqué par les paroles de Antony lui est généralement un homme plutôt calme et poli pour ce soir il ne l'est pas du tout mais je ne veux pas envenimé les choses après tout j'aurai pas du lui hurlé dessus de la sorte, je m'en rends compte alors je préfère me taire, resté passive en espérant bien sûr que ça va s'arranger et qu'ils ne vont pas en venir aux mains...

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Mer 28 Oct - 20:42
"Ouais, occupé à quoi ? Parlons-en ! Occupé à cogner une fille ? Tu crois que ta mère serait fière de toi ?"

Un coup d'épaule sur le côté, une inclinaison brusque de la tête, comme pour le plaisir de faire craquer sa nuque. Lenny dansait presque d'un pied sur l'autre comme un boxeur. Il n'attendait que le premier coup. Le type avait perdu patience depuis longtemps déjà, mais il n'était pas encore assez remonté pour balancer un direct dans les dents d'un inconnu. Il y avait même une lueur de panique dans son regard, comme s'il s'apprêtait à entrer dans un labyrinthe pour lequel il n'était pas du tout prêt. Plus instable à chaque seconde qui passait. Il faisait peur. Lenny sentait un instinct bouillir en lui, une sort de cri d'indignation : t'as pas le droit de faire peur à cette fille. Rose, t'as des cheveux d'automne. Quoi ? Pourquoi tu ris ?

"Qu'est-ce qu'y a ? Tu te dégonfles ? C'est pas la première fois qu'une fille t'envoie chier, hein mon gros ? Une fois de trop, t'aurais bien voulu lui faire payer la note des autres, mais pas de veine, je suis là devant ton nez."

C'était sorti tout seul, comme s'il s'adressait à un vieux pote qu'il connaissait par coeur. Il voyait clair dans son jeu : l'éclosion d'un taré public, la genèse d'un frustré dangereux. Ce mec taperait son chien en rentrant, ou cognerait son gamin, ou renverserait un piéton "par accident" et disparaîtrait sans laisser de traces. En tout cas, il commettait la pire faute. Il prenait la mauvaise victime. En temps normal, Lenny aurait eu envie de feuilleter son carnet. Cette fois il ne l'avait pas, et le manque s'estompait pour laisser place à une drôle d'impression : il tenait debout tout seul. Comme un grand. Pas une seconde il ne s'arrêta aux inquiétudes légitimes que soulevait sa facilité à interpréter les raisonnements d'un déséquilibré.

"Alors quoi ? On s'embrasse ou on se défonce tout de suite ?" ricana-t-il avant de jeter un uppercut droit dans le plexus du pénible, suivi d'un petit croche-pied de cour de récré. En pleine conversation, sans aucun signe avant-coureur, aucun indice que le moment de parler serait immédiatement suivi du moment de frapper. Ben quoi, il allait pas marcher sur les genoux pour lui donner l'avantage, aussi ? Lenny était un bâtard face au danger. C'est marrant, et puis ça paye. S'il avait fait partie de l'armée des anges, il aurait été le nudiste de la bande, celui qui se salit les mains pour toute la compagnie vêtue de blanc.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Jeu 29 Oct - 12:21
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


La violence n'apporte jamais rien mis à part des problèmes supplémentaires c'est ça que je me dis en assistant à ce qu'il se passe entre Antony et l'inconnu venu à ma rescousse, d'un coté j'ai envie de leur hurlé de s'arrêter, de dire à l'inconnu que je vais bien, qu'Antony ne m'a pas touché et de dire à Antony de me laissé tranquille mais je sais que ça ne servirai à rien, les deux ont l'air tout à fait prêt de se battre mais attendent le bon moment pour se jeté dessus c'est ça qui me glace le sang en premier lieu, dans les yeux de Antony je vois toute la haine qu'il peut ressentir en cet instant et ça me rappelle un terrible souvenir, oh ça oui, pour être terrible il l'est, je revois encore la tête de ces hommes qui nous on kidnappé ma maman et moi alors que je n'étais qu'une jeune enfant, je revois leur visage empli de haine et pourtant ils souriaient, ils semblaient fiers d'eux et de leur exploit du jour, quand je repense à ça c'est vrai j'ai tendance à me mettre sous mes couettes et espéré que j'y serai à l'abri comme n'importe quel gosse va le pensé mais c'est rarement le cas, quand je repense à leurs visages j'ai peur, terriblement peur car je sais qu'ils sont vivants et qu'ils se rappelle probablement de moi.... J'ai survécu tandis que ma mère non, moi Marianna Sylvie Moore j'ai survécu lors de cet enlèvement qui aura changé toute ma vie et maintenant je suis face à ces deux hommes qui veulent se tapé dessus uniquement parce que Antony a voulu me violenté, ça oui ça me choque en premier lieu, le monde a vraiment changé et désormais la violence est de partout autant orale que physique c'est ça qui me choque en premier lieu puis finalement l'inconnu fini par se jeté sur Antony après l'avoir longuement provoqué sans succès, j'espérais qu'Antony finirai par jeté l'éponge, qu'il s'en irai mais ce n'est pas le cas visiblement il attendait juste le bon moment pour cogné et le moment est venu, les voilà en train de se battre comme deux imbéciles pour rien, j'ai peur, je ne me sens pas bien du tout, j'ai envie de fuir, de hurlé même, quoi qu'il en soit de faire quelque chose mais la seule chose que j'aimerai c'est qu'ils s'arrêtent, il y a trop de violence, trop de personnes qui meurent comme ma mère pour qu'ensuite des jeunes gens civilisés comme eux puissent se battre de la sorte.... Grimaçant à cette pensée tandis que je ferme les yeux comme pour espéré que tout ceci n'est qu'un cauchemar et que je vais finir par me réveillé mais ce n'est pas le cas j'entends encore le bruit de leurs poings qui se fracassent contre le corps de l'autre, ça me glace le sang, ce terrible son, le fait est de savoir qu'ils sont là juste en face de moi à se tapé dessus je me rappelle encore l'un des premiers jours où j'étais détenue pour les fous qui nous on kidnappé, ils m'avaient tabassé ce jour-là ainsi que ma maman, ils nous demandaient des informations sur l'endroit où se trouve mon père mais également l'armée dans laquelle il bossait, ils disaient que son groupe on tué bien de leurs proches et que désormais ils voulaient les trouvés et que nous si on voulait la vie sauve nous devions parlé, ma mère devait savoir mais moi non, je n'avais que six ans, je n'étais qu'une enfant et même de la pitié pour une enfant ils n'en avaient pas.... Alors à un moment donné je rouvre les yeux quelque peu déboussolé face à mes pensées obscures mais également par les coups qu'ils se portent, je suis choqué, anéantie par ça alors à un moment je décide d'essayer d'arrêter tout ceci. « Arrêtez tout ceci enfin.... Ce n'est rien, je vais bien, je vous en supplie, arrêtez... » Mais dans le fond même moi je ne suis pas sûre que ça les arrêtera, ils sont bien partis pour se tabassé jusqu'à épuisement et moi je n'ai pas d'autres choix que de resté là, je ne me vois pas filé à l'anglaise j'aurai l'air d'une imbécile, d'une trouillarde et même si c'est le cas et bien ça ne me ressemble pas. « Ta gueule connasse, tout est de ta faute. » Je suis choqué par les propos de Antony mais finalement je décide de ne plus rien dire et de refermé mes yeux comme pour espéré que tout ceci va s'arrêter et qu'ils vont se calmé, je suis traumatisé voilà le mot, voilà ce que je suis...

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Jeu 29 Oct - 12:39
Certains jours, Lenny aurait voulu être une femme. On lui avait appris ça, à sa soeur, à laisser échapper la pression en pleurant. A lui, non. C'est pour ça qu'il cognait sur ce parfait inconnu qu'il avait peut-être croisé quelques minutes plus tôt sans même faire attention à lui, et à qui il aurait pu offrir du feu dans un moment de bonne humeur. Il cognait comme cette fille pleurait, pour faire passer plus vite un moment qu'il ne supportait pas. L'autre mec cognait seulement pour faire mal ; ce n'était pas une motivation suffisante, et rapidement, il se lassa, s'essouffla, et commença à simplement parer. Lenny, lui, dut faire un effort sur lui-même pour cesser d'aligner les coups ; à vrai dire, depuis le début de l'affrontement, il n'avait pas paré une seule fois.

Les cris, les jurons et les impacts faisaient du bruit, et rapidement ce qu'il avait supposé arriva : le garde de sécurité du cinéma tourna le coin pour jeter un coup d'oeil à la scène. Il ne l'aurait pas fait pour séparer un couple qui s'engueule, mais là, il craignait que Lenny, ce marginal qu'il n'aimait pas voir traîner autour de son bâtiment, essaie de racketter les clients et fasse baisser le chiffre d'affaires. Et à ce spectacle d'autorité, l'adversaire de Lenny prouva à quel point il avait confiance en lui, et était sûr de bien agir : il prit la fuite. Avec étonnement, le garde vit le monsieur bien habillé détaler à toutes jambes, tandis que le clochard s'époussetait les vêtements, essuyait le sang qui coulait de son sourcil fendu, et souriait largement à la demoiselle en pleurs.

'Madame, ce jeune homme vous dérange ?" lança à tout hasard l'ombre en képi au coin de la ruelle, à contre-jour devant la lueur des néons. "Je peux prévenir la police."

Lenny perdit immédiatement son attitude conquérante, baissa le nez comme un chien battu et jeta un coup d'oeil rapide à la fille, priant pour qu'elle ne soit pas sensible à cette proposition. C'est alors seulement qu'il remarqua qu'elle était un peu plus secouée qu'une simple spectatrice de pugilat. Il craignit soudain qu'elle tombe dans les pommes sans prévenir, et oublia le garde pour s'approcher d'elle en demandant à voix basse :

"Faudrait peut-être vous asseoir quelque part, non ? Boire un truc chaud ? Faut pas vous mettre dans un état pareil, j'ai jamais tué personne."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Jeu 29 Oct - 13:25
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


Depuis ce qu'il m'est arrivé quand j'étais enfant j'ai tendance à avoir du mal avec la violence, ça m'effraie, ça me terrifie même, lorsque je vois des personnes se battre je ne peux pas me barré en courant comme beaucoup le ferais ou encore appelé la police je suis juste figé sur place en me rappelant tout ce qu'on m'a fais subir il y a de cela des années et ça franchement c'est probablement bien pire que les précédentes solutions que j'ai cité, alors en voyant Antony et cet inconnu se tabassé devant mes yeux je grimace et préfère fermé les yeux plutôt que d'observé ça, c'est vrai m'enfuir en courant serai une bonne idée au moins je les verrai plus et je n'entendrai plus le son de leurs poings qui cognent sur leurs corps mais je ne peux pas, je suis pétrifié par la peur, paralysé tout simplement, dans ma tête je revois sans cesse ces hommes qui nous on agressé pendant bien des mois en nous rappelant que ma mère et moi n'étions que des moins que rien et là ces deux hommes font la même chose ils se tabassent et se balancent des saloperies en pleine gueule comme pour essayé de se donné encore plus de haine l'un pour l'autre, c'est stupide vraiment stupide.... Grimaçant à cette pensée tandis que je rouvre les yeux comme pour m'assurer qu'aucun n'est à terre ou mourant je les vois subitement s'arrêter et j'entends des bruits de pas derrière nous, puis Antony s'enfuie en courant, espèce de lâche, c'est ça que j'aurai envie de lui hurlé mais pourtant je n'en fais rien je reste muette à fixé mon inconnu qui m'a sans aucun doute sauvé d'une agression et dire que c'est un homme que je ne connais pas et à l'apparence quelque peu douteuse qui m'a sauvé la vie, comme quoi les préjugés c'est vraiment rien que pour les riches c'est à dire les gens stupides comme moi ; acquiesçant à cette pensée tandis qu'un homme s'approche de moi et me demande si mon sauveur me veux du mal je me retourne presque aussitôt vers lui et affiche un sourire. « Je vais bien, cet homme ne m'a rien fais, il vient juste de me sauvé la vie, pas besoin d'appeler la police. » Puis l'homme part en murmurant un "d'accord, tant mieux" et nous laisse seuls tandis que le sauveur me propose de boire un coup, de m'asseoir bref de me détendre car je dois avoir mauvaise mine, du moins selon lui. « Oui vous avez sans doute raison... Et je m'en doute car vous venez de me sauvé des griffes de cet homme, vous auriez pu me laissé entre ses mains mais non, merci.... » Posant mon regard sur lui avec un sourire je me mordille quelque peu la lèvre comme gêné de faire la conversation a un total inconnu tel que lui mais pourtant il semble être quelqu'un de bien, j'en suis convaincue sinon il ne m'aurait pas aidé quand j'en ai eu besoin.... Ne jamais se fié aux apparences, jamais.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Ven 13 Nov - 15:45
Tête baissée, regard oblique, renard ébloui par la lueur des phares, Lenny surveille le vigile tant qu'il se tient au coin de la ruelle comme une statue du Commandeur venue le traîner en enfer. La prison, ce spectre qui le hante et l'horrifie, chaque jour sous une forme différente. Mais cette fois, un ange est là pour le mettre en sécurité - il y a toujours eu un ange, pourvu que ça dure. Et le spectre s'efface encore une fois : encore une menace dans le vide, juste pour lui rappeler qu'il ne pourra jamais être tranquille, du moins tant qu'il n'aura pas payé l'ensemble de cette dette confuse qu'il lui semble avoir envers la société.

"Venez, restons pas là. Je vous raccompagne si ça vous ennuie pas, comme je dis toujours un connard n'arrive jamais seul."

Il prit automatiquement la direction opposée au cinéma, par réflexe, pour s'éloigner de l’œil du cyclone, puis laissa la femme prendre un pas d'avance sur lui afin de la suivre, légèrement en retrait. Il se grattait la tête de temps en temps, cherchant ses mots. C'était un peu étrange d'être remercié comme ça, comme un sauveur. Ce n'était pas comme ça qu'il se voyait. Mais bon, dans les faits, il avait quand même accompli ce soir quelque chose de bien. Il allait falloir s'y habituer - et cesser de s'en excuser, comme la tentation l'en démangeait déjà.

"Vous savez, n'importe qui aurait fait ça à ma place. Bon, pas vraiment, en fait... Mais voilà, faut croire que j'avais besoin de remettre quelqu'un à sa place. Je me suis peut-être vengé d'un mauvais souvenir, un truc comme ça..."

Il haussa les épaules et glissa un sourire timide, décidé à ne pas commencer à se plaindre lui-même alors qu'il tenait compagnie à quelqu'un qui venait d'être secoué. A ce propos, il se demandait bien ce qui s'était passé exactement entre ces deux personnes. Peut-être une discussion sérieuse, peut-être juste un malentendu. Mais il n'osait pas demander, pas avant d'avoir reçu une permission verbale ou tacite. Rien ne garantissait qu'elle avait envie de lui confier sa vie privée, ou de reparler de cet événement désagréable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Ven 13 Nov - 16:41
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


A peine ai-je commencé à me disputé avec ce gros con que j'ai été secouru par un homme qui a la même voix que mon époux mais qui ne lui ressemble absolument pas, un homme sans aucun doute un petit plus jeune que moi qui ne s'est pas empêché de mettre une raclée à mon collègue de travail, j'avoue son geste m'a surprise, il ne me connaissais pas le moins du monde et il est venu comme ça et m'a secouru alors que j'étais entre les mains de mon collègue qui semblait prêt à en m'en collé une pour avoir osé levé le ton alors oui je lui en suis reconnaissante car je ne m'attendais pas à ce qu'un total inconnu vienne vers moi et se mette devant moi pour me protégé des griffes d'une personne qui me veut du mal, lorsque je vois que de telles personnes existent encore je retrouve confiance en l'humanité, je me dis que pas tout le monde n'est dangereux, qu'il y a encore des bonnes personnes qui foulent cette Terre et j'avoue ça me fais du bien de pensé comme ça, de me dire que je peux encore vivre normalement sans craindre les gens qui m'entoure, c'est une bonne chose. Acquiesçant à cette pensée tandis que je souris malgré que je sois encore un petit peu sous le choc de ce qu'il vient de se passé je me tourne vers mon sauveur qui me propose de rentré, que ce serait sans aucun doute mieux et j'acquiesce à nouveau étant d'accord avec lui. « Je reconnais que vous avez raison et puis il pourrai bien revenir mais je ne suis pas convaincue que ce soit une bonne idée qu'il fasse ça... » Bah oui, le jeune homme qui vient de m'aider à tout de même une sacré poigne et je pense que Antony s'en rappellera de ce qu'il vient de se mangé en pleine face lui qui est généralement un homme bon, un homme toujours calme, toujours le mot pour rire je ne l'imaginais pas comme ça, j'ai baissé ma garde, j'ai accepté un rendez-vous avec cet homme un soir, c'était une mauvaise idée de ce fait je vais faire bien plus attention désormais, on ne peut jamais être sûrs des personnes que l'on a en face de nous et ça je devrai commencé à le savoir avec le temps. Grimaçant quelque peu à cette pensée tandis que j'avance doucement mais sûrement j'entends mon sauveur s'adresser à moi, je reste près de lui et observe son visage quelques instants comme pour essayé de comprendre ce qu'il veut dire par là, mais j'avoue je ne comprends pas trop. « Vous êtes tourmenté par quelque chose alors ? Un souvenir qui vous dérange peut-être ? » Je pense que toute personne sur cette Terre peut être dérangé par des évènements du passé qui peuvent ressurgir comme ça à tout moment et c'est probablement le cas de mon sauveur mais bon moi j'en pense surtout qu'il a fait quelque chose de merveilleux ce soir, il m'a sauvé des griffes de Antony, il m'a sauvé d'une agression et ça je ne m'y attendais pas alors il est normal que je le remercie pour son geste qui fût beau et quelque peu inhabituel, je n'ai réellement pas pour habitude que des gens soient aussi gentils envers moi, déjà dans mon enfance c'était désagréable ce que je pouvais vivre ou encore ressentir, lui non il a fait exception à la règle, il ne me connaissais pas, il ne savait rien à mon sujet et bien il n'en a rien eu à faire, il a vu que j'étais en danger et ça lui a suffi pour venir vers moi et m'aider, si tout le monde pouvait être comme lui ce serait merveilleux. « Marianna... C'est mon prénom. Cet homme qui m'a agressé s'appelle Antony Mcolley, c'est un collègue de travail. » J'ai envie de lui donné quelques informations supplémentaires, histoire qu'il comprenne un peu mieux ce qu'il s'est passé et s'il est curieux je lui en dirai plus sur pourquoi Antony a agit de la sorte bien que dans le fond moi-même je ne comprends pas trop, certainement de la haine incontrôlée parce que je n'ai pas eu envie d'aller plus loin avec lui, c'est possible, c'est un dragueur il a pour habitude de faire tombé les femmes et parfois il se fait jeté ce fût mon cas avec lui ce soir et il n'a pas du être ravi.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Ven 13 Nov - 22:36
Lenny marchait, les poings fermés dans ses poches crevées, et la voix cristalline qui s'adressait à lui prenait des allures d'idéal. Il n'était pas poète, et ne l'aurait pas présenté ainsi. Simplement, il se laissait guider comme une bouteille à la mer, et lorsque l'inconnue lui tendit quelques perches, il obéit sans faire d'histoires, et sans se poser de questions. Mais il ne savait pas comment lui répondre clairement : rien n'était clair dans sa tête à lui, hélas. Il aurait voulu lui communiquer la trouble évidence qu'il ressentait, et partager un peu de ce fardeau. Il fit une tentative maladroite, en tentant de se tenir en équilibre sur le rebord du trottoir, les bras étendus comme un goéland au-dessus des flots sombres. Il vacilla, mais ne tomba pas.

"Ptêtre un souvenir, ou ptêtre ma nature, qui sait. Des fois, comme ça, j'ai envie de tataner quelqu'un qui me revient pas. Et des fois, ça rend service à quelqu'un qui en valait la peine, alors, ça tombe bien."

Elle avait eu l'air si surprise... Il avait l'impression de comprendre, mais tout était si compliqué, si mouvant, qu'il lui semblait lire l'avenir à travers la fumée des sacrifices ; il savait qu'il en avait le pouvoir, mais cela restait une lutte, un effort permanent. Elle croyait que personne ne ferait cela pour elle. Lui-même, à l'armée, si quelqu'un était venu le tirer des griffes de cette grosse brute de Karel Somiensky, ça lui aurait fait tout drôle, parce que personne ne défend une mauviette contre un titan. La mauviette n'a qu'à se débrouiller un peu mieux, c'est dans l'ordre des choses.

Elle avait l'air de ressentir quelque chose comme ça. Elle parlait de boulot, est-ce que c'était le genre de boulot où un salaud peut tyranniser une femme sans que personne vienne lui dire ses quatre vérités ? Après tout, elle n'était pas fragile, physiquement. Elle avait de la force pour s'engueuler, il l'avait vue. Et elle était belle. Pourquoi s'imaginait-elle que tout le monde la laisserait tomber ? Il y aurait bien un collègue pour s'interposer, quand même ! Oh, ça avait dû lui arriver un jour, et la marquer pour l'éternité, au fer rouge, droit au coeur. Quelqu'un lui avait sérieusement donné l'impression qu'elle serait pour toujours à la merci du mal, une pauvre victime sans défense. Lenny tournait et retournait cette femme dans son esprit, pour tâcher de la comprendre, l'apaiser avec les mots qu'il faut, sinon il n'avait fait que la moitié de son travail et ce n'était pas sérieux.

"Vous étiez pas au boulot, là. Vous étiez au cinéma ensemble. Vous êtes sortis au milieu d'une séance. Il a fait quelque chose de, ahem... inapproprié ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Sam 14 Nov - 14:17
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


Les gens de nos jours sont méchants, malsains, ils peuvent faire des choses graves, dangereuses, inappropriées à d'autres personnes et je trouve affreux, le monde dans lequel nous vivons est peuplé de personnes désagréables, horribles pour certains et pourtant il y a encore des personnes avec de bonnes intentions je vois ça avec lui, avec cet homme qui vient de me secourir, il ne me connaissais pas le moins du monde et pourtant il est venu m'aider, il m'a aidé alors que j'étais en mauvaise posture avec Antony et là il me raccompagne chez moi en tentant de me réconforté du mieux qu'il peut face à ce qu'il vient de se passé, en entendant ses paroles je ne peux m'empêcher de rire doucement, pas que sa phrase soit drôle ou autre mais en tout cas elle m'a amusé, physiquement cet homme n'est pas le genre de personnes avec qui j'ai pour habitude de trainé mais pourtant je suis bel et bien avec lui en ce moment et ça ne me dérange pas, cet homme il est différent, différent des personnes avec qui je traine mais différent dans le bon sens, tous ces bourges qui ne pensent qu'à leurs frics, toutes ces personnes qui pètent plus haut que leurs culs, c'en est insupportable de passé du temps avec eux mais j'ai pas le choix, mon travail m'y obligé. « En effet, heureusement que vous passiez par là au moment où c'est arrivé... » Oui car au moment où il passait par là Antony allait sans doute levé la main sur moi, c'est donc une bonne chose que ce jeune homme soit intervenu, je ne sais pas me battre, ou plus précisément je ne sais pas me défendre, en même temps je n'ai jamais eu besoin de me défendre, je n'ai été agressé que durant mon enfance lorsque ma mère et moi nous sommes faites kidnappé par ces psychopathes venant d'un autre pays contre lequel mon père se battait, depuis je n'ai plus jamais eu de soucis de ce type alors je n'ai jamais eu besoin de me battre et c'est tant mieux, je suis contre la violence, j'estime que ça ne sert à rien, que c'est mieux de s'expliquer avec des mots plutôt qu'avec ses poings mais visiblement pas tout le monde pense la même chose que moi. Acquiesçant alors à cette pensée tandis que je fixe l'homme à côté de moi je grimace en entendant ses paroles. « Non il n'a pas fait ce que vous pensez mais il aurait sans doute tenté d'aller plus loin avec moi. A la base Antony est un dragueur mais pas un type méchant attention, donc j'ai accepté cette soirée avec lui afin de me changé les idées et finalement voilà comment ça a terminé... Il m'a emmené voir un film un peu trop choquant qui m'a rappelé des souvenirs de mon passé auxquels je ne veux plus pensé et naturellement je me suis enfui et ça ne lui a pas plu. » J'ai essayé du mieux que je le pouvais d'expliqué ce qu'il s'est passé pour que l'homme puisse comprendre ce que je viens de vivre j'espère juste qu'il comprendra ce que j'ai dis et qu'il ne me posera pas de questions au sujet de mes souvenirs du passé car je ne veux pas en parlé, les seules personnes à être au courant sont ma meilleure amie, mon meilleur ami et quelques autres personnes, je ne veux plus en parlé, c'est bien trop dur...

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Sam 14 Nov - 14:47
Un juron sonore échappa à Lenny avant qu'il ait le temps de plaquer sa main sur ses lèvres. Il était choqué pour de bon par cette situation qui ressemblait un peu à de la torture. Et qu'un mec normal, charmeur même, sans problèmes d'argent ou de santé, sans excuses quoi, pas désespéré du tout, utilise de tels moyens pour faire tomber une fille dans ses bras... c'était flippant. A la réflexion, il avait peut-être pris un vrai risque en attaquant ce type. Une sorte de sueur froide passa sur son front et il dut faire un effort pour parler normalement, car une forte envie de bégayer faisait trembler ses lèvres.

"C'est vache de sa part, comme stratégie. Je te dis, si ça se trouve un de ces jours, tu auras une surprise sur son compte. Et là, tu seras contente de t'en être tirée pour témoigner."

Lenny savait ça d'instinct, ou peut-être, songeait-il parfois, par une affinité naturelle assez inquiétante : un type pouvait cacher son jeu, mais pas le sang sur ses mains. Un tueur finit toujours par se confier, que ce soit en pleurant ou en riant, ou les deux, selon la personne qu'ils essaient d'impressionner ou d'intimider. La meilleure façon de résoudre un cold case, c'est de parler aux personnes qui étaient, à l'époque du crime, importantes dans la vie du suspect. L'une d'elles, quelque part, sait quelque chose. Lenny pointa son index sur la femme qui marchait près de lui, le regard malicieux :

"Toi, un de ces jours, tu donneras peut-être la pièce manquante du puzzle à des enquêteurs qui pourront élucider un crime avec ça. Désolé, je parle de ça parce que ça me ferait plaisir de résoudre une vieille affaire oubliée. Mais ça te botte peut-être pas autant."

Il avait réussi à reprendre le contrôle sur son moment d'angoisse. Parler d'un truc aussi enthousiasmant que se trouver du bon côté de la justice, pour une fois, ça lui donnait de l'énergie positive à revendre. Pendant une seconde, il s'imagina à la place de la dame. Il n'aurait pas trop de quoi témoigner de son côté, tout au plus pourrait-il mimer la quantité de coups qu'il avait fallu pour décourager l'agresseur. C'était déjà une indication de tempérament : quand ce petit bouledogue avait un os entre les dents, c'était pas évident de le lui arracher.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Sam 14 Nov - 15:24
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


Tandis que je continue à avancé dans les rues sombres de Marple Spring je fixe l'homme à mes côtés qui m'a sauvé des griffes de mon collègue de travail il y a quelques minutes, à l'évidence il semble choqué d'apprendre comment et pourquoi Antony s'en est prit à moi et c'est normal, Antony a agit bêtement ce soir, je pense que la frustration de n'avoir pas pu me mettre la main dessus ça l'a dérangé au plus haut point car jusqu'à présent d'après ce que j'en ai entendu dire il a toujours plus ou moins réussi à avoir toutes les femmes qu'ils désiraient après c'est vrai à quelques reprises il s'est fait jeté mais c'est assez rare, en même temps c'est un beau garçon mais bon sans doute un peu trop entreprenant pour moi et peut-être qu'il a un peu trop un visage d'ange pour qu'il puisse m'intéresser, j'en ai connu des visages d'ange et derrière ces visages d'ange il y a toujours eu des petits démons donc je ne m'intéresse plus à ce genre de personnes, je me méfie voilà tout mais avec lui ce n'est pas ce que j'ai fais en acceptant son rendez-vous, stupide et naïf de ma part quand on sait ce qu'il aurait pu m'arriver ce soir si cet homme n'avait pas été là. « Je pense que vous avez mal compris, il ne connaissait pas mes démons du passé, il m'a emmené voir ce film sans connaître les détails de mon passé, c'est juste mal tombé. A la base je ne pense pas qu'il avait de mauvaises intentions, sans doute passé du bon temps avec moi et voir jusqu'où ça pourrai aller sauf que voilà il est tombé sur moi et je n'ai pas été intéressé et ça l'a sûrement vexé. » Cette fois ci je pense que j'ai donné suffisamment de détails pour qu'il comprenne réellement ce qu'il s'est passé durant cette soirée passée aux côtés de Antony mais c'est sûr l'homme auprès de moi ne semble pas apprécie que l'on puisse s'en prendre à quelqu'un d'autre comme ça sans réelles raison et ça je peux le concevoir sans soucis, moi-même je n'aime pas ça la méchanceté gratuite ou encore la violence sans raison mais ce n'est pas le cas de tout le monde malheureusement. Acquiesçant à cette pensée tandis que mon sauveur me parle d'une enquête qui n'a pas encore été terminée, je le fixe quelque peu ne sachant pas précisément de quoi il parle et fronce les sourcils quelque peu curieuse. « Je suis journaliste dans une boîte à Détroit alors si ça peut vous aidez oui je le ferai, c'est quelle enquête, vous avez des informations ? » En lui donnant ces informations supplémentaires à mon sujet je veux lui faire comprendre que je suis dans un domaine un peu particulier et qu'effectivement aidé les gens ça ne me pose pas de soucis vu que moi-même j'aide les gens à se tenir au courant des dernières actualités du moment.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Dim 15 Nov - 18:48
Lenny rêvait en marchant, peu enclin à enregistrer les informations qui pouvaient excuser ce Tony même en partie. Il avait envie de le détester. Par contre, l'idée d'une journaliste de Detroit rouvrant une vieille affaire était séduisante, c'était le genre de scénario qu'il aurait aimé voir au cinéma... quoique de son côté, il n'irait sans doute pas au cinéma de sitôt, à moins d'y être invité. Et quelque chose lui disait que c'était pas demain la veille que son frangin l'emmènerait, notamment pour une bonne soirée avec une nouvelle belle-doche. Bah, il en avait fait son deuil depuis un moment, et préférait d'ailleurs de loin le cinéma de plein air.

"T'es trop jeune pour t'en souvenir, je suppose. Un enfant a disparu..."

Toujours en équilibre sur sa bordure de trottoir, au vent des véhicules qui les doublaient, il siffla quelques mesures de cet air de catéchisme appris au ranch : un enfant a disparu, au-delà des frontières, loin des bras de son père... Mais une tristesse soudaine le prit à la gorge et il s'interrompit, rattrapant la journaliste pour marcher normalement à côté d'elle. C'était un sujet sérieux.

"Je me souviens pas bien. J'avais cinq, peut-être sept ans. Mais je sais que l'enquête a été très soutenue, tu penses, une petite blonde... et que les adultes ont jamais su ce qui lui était arrivé. Peut-être pour ça que j'ai perdu confiance."

Il aurait voulu être plus précis, mais c'était simplement impossible, à la fois émotionnellement vital et concrètement impraticable, comme retenir une personne aimée qu'on voit tomber du haut d'un précipice. Il avait besoin de son carnet. Tout était dedans. Il avait beaucoup écrit, le jour où cette petite avait disparu ; il avait écrit n'importe quoi, aussi, mais ça restait lisible. Il pourrait sûrement retrouver les faits bruts qui l'avaient amené à ces élucubrations. Par exemple, en buvant. S'il lisait bourré un truc qu'il avait écrit bourré, il pourrait peut-être établir un lien avec le passé. Enfin, tout ça n'arriverait pas tant qu'il n'aurait pas remis la main sur son carnet.

"Voilà. C'est pas un très bon sujet. Pour un journal, je veux dire."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Lun 16 Nov - 13:48
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


Il se passe des merdes dans le monde entier c'est un fait indéniable, tout le monde le sait qu'il se passe des saloperies de ce fait oui tandis que je suis dans la rue en direction de ma maison avec mon sauveur nous parlons d'une certaine affaire qui a été fermée si j'ai bien compris il y a de cela des années presque automatiquement ça attise ma curiosité de journaliste, une qualité que je peux avoir à cause de mon métier, c'est bien connu les journalistes ont toujours les yeux et les oreilles pendues pour avoir des informations croustillantes, bon moi je suis tout de même un petit peu plus calme et posé que les autres journalistes qui eux raffolent des potins en tout genre moi je m'en fou je donne les dernières infos que je peux avoir, je les écris sur mon ordinateur pour le prochain journal et c'est tout, ce qu'il se passe ici et là ça ne m'intéresse pas, je ne cherche pas à toujours vouloir en savoir plus c'est d'ailleurs probablement pour cette raison que je suis journaliste pour un journal et non une journaliste qui passe à la télévision mais dans l'idée ça ne me dérange pas, mon travail comme il est actuellement me conviens parfaitement. Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je fixe mon sauveur tandis qu'il estime que je ne dois pas m'en rappelé parce que selon lui je suis jeune, cette phrase m'amuse et me touche par la même occasion alors je ri, pas un rire méchant du genre où je me fou de lui, ce n'est pas le cas, juste ça m'amuse. « Jeune ? Vraiment ? Je fais si jeune que ça ? » Je fais partie de ces femmes qui sont inquiètes face aux quarante ans et ayant trente-sept j'ai toutes les raisons de commencé à m'en inquiété, trois ans ça passe vite, bien trop vite de ce fait tandis que je souris à l'homme à côté de moi quelque peu flatté qu'il me trouve jeune j'annonce d'une voix douce. « J'ai trente-sept ans, je n'ai plus pour habitude qu'on me dise que je suis jeune pour expliqué un petit peu mon étonnement. » A ses mots j'acquiesce tandis que nous continuons à avancé dans la rue noire, mon sauveur m'explique alors l'enquête en question me donnant par la même occasion des informations supplémentaires pour voir si ça me dis quelque chose et j'avoue que non, je n'ai jamais entendu parlé de cette histoire après peut-être que l'enlèvement de cet enfant a eu lieu dans une toute autre ville c'est bien possible quoi qu'il en soit c'est intéressant, important même il s'agit d'un enfant ou plus exactement il s'agissait d'un enfant si mon sauveur avait moins de dix ans à ce moment-là j'en conclu que cette histoire c'est passé il y a plus de quinze ans donc oui l'enfant dont il parle doit désormais être adulte du moins s'il est encore en vie et en vue de ce que l'homme me dis j'ai comme un doute. « Je dois avoué que ça ne me dis rien du tout, ça s'est passé à Marple Spring ou encore à Détroit ? Car même si j'ai une excellente mémoire je dois avouer que ça ne me dis rien du tout.... Toutefois c'est intéressant effectivement mais l'enfant vous la connaissiez ? » Ma question est sans aucun doute déplacée et c'est au moment où je la pose que je me rends compte que j'ai quelque peu abusé avec ma question, autant c'était une copine à lui ou encore un membre de sa famille, quoi qu'il en soit cette disparition semble le touché. « Je suis désolée, vous n'êtes pas obligé de répondre c'était déplacé de ma part de posé une telle question. » Il est important de s'excuser lorsque l'on fait une certaine gaffe et pour mon cas j'ai décidé de lui présenté mes excuses je ne souhaite pas le frustré ou lui faire du mal en lui posant de telles questions, je suis juste curieuse face à cette enquête. « Justement si ça peut être un bon sujet mais pour ça il faudrait que l'enquête soit rouverte pour que je puisse publié quelque chose sur cette disparition et vu que ce n'est pas le cas moi je ne peux rien faire... J'imagine que les forces de l'ordre ont estimés qu'il valait mieux fermé l'enquête au bout d'un moment et chiants comme ils sont ils n'ont pas envie de la rouvrir, j'imagine.. » J'ai sans doute une vision un peu désagréable des forces de l'ordre mais bon c'est ce que j'en pense, je dis les choses comme je les vois, je suis honnête voilà tout..

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Lun 16 Nov - 17:14
« C'est compliqué... N'allez pas me prendre pour un fou, hein. C'est ptêtre la marijuana qui m'a cramé le cerveau. Mais j'ai une perception un peu... spéciale du monde. Vous, j'aurais juré que vous étiez plus jeune que moi. Parce que vous me rappelez une copine, et je vous mélange un peu dans ma tête. Et cette gamine, c'est pareil... »

Les mètres de béton s'alignaient sous les pieds de Lenny, comme un tapis roulant sans fin et silencieux. Il parlait, il parlait, et il n'arrivait nulle part ; et géographiquement, c'était pareil. Il avait couru toute sa vie, s'était enfui toute sa vie, mais comme la terre était ronde, il était revenu s'échouer dans cette foutue région, dans le sillage de sa famille bancale. Rien ne le sauverait, et pourtant il persistait à espérer, à se tortiller comme une mouche à l'agonie sur un ruban de scotch.

Rose avait dit que c'était ce qu'il y avait de magique chez lui : il s'accrochait à la vie. C'est ce qu'elle aimait chez lui, tandis qu'elle se fanait comme une fleur sans avoir connu tous ses printemps. Il était littéralement envahi par l'image de Rose. Il fallait qu'il se concentre : maintenant, il était avec la journaliste de Detroit qui s'était engueulée avec un collègue en sortant du ciné, ça n'avait rien à voir. Et il ne savait pas où ils allaient, mais ils se sépareraient sans doute bientôt. Bon au moins, maintenant, il avait un numéro de téléphone fixe à donner. C'était un des avantages de la sédentarité.

« Mais vous pouvez me poser des questions. C'est quand même votre métier, je suis sûr que vous faites ça très bien. J'vais même essayer de vous répondre. »

Il avait l'air de plaisanter, mais l'heure était grave. Depuis tout à l'heure, il puisait dans les réactions de son interlocutrice l'énergie nécessaire à booster pour quelques instants sa confiance en lui. De toute évidence, elle trouvait qu'il avait été brave en abordant son agresseur, qu'il était franc et loyal comme un chevalier de l'Ancien Monde... Il n'arrivait pas à se dire ces choses lui-même, il n'avait aucune idée de sa valeur réelle mais il pouvait s'appuyer sur cette femme pour jouer ce rôle quelques minutes, avant de s'effondrer comme un ballon crevé.

Son frère avait raison, il était fou ; peut-être pas fou, mais il était vide. Et c'était une coquille vide, un zombie, que Rose avait admiré durant des mois comme un héros accroché à la vie. Son image réconfortante s'éteignit dans l'esprit de Lenny. Il était seul face à ses propres paroles. Il décida d'être franc et courageux, tant qu'il le pouvait. A la fin de sa tirade, ses lèvres tremblaient, et ce n'était pas le froid.

« Alors oui, la police ne la cherche plus, ça j'en suis vraiment certain. Et je sais qu'elle était blonde et qu'elle avait mon âge, en fait... elle me ressemblait beaucoup. C'est ça qui me trouble : je me dis parfois que c'était peut-être moi. J'ai bien encore un frère, mais je me vois pas lui demander... est-ce que j'ai toujours été un mec ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Lun 16 Nov - 17:37
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


En étant journaliste c'est vrai je suis tombé sur bien des tarés, des personnes un peu folles ou tout simplement pas très nets dans leurs têtes mais lui il semble différent de ces précédents tarés que j'ai pu connaître, bon il n'est pas dingue mais il y a quelque chose qui me trouble réellement, il prend de la drogue et il le dit sans le moindre problème comme si c'était normal, logique même et j'avoue ça me trouble pas mal, alors tandis que je continue à avancé dans les rues sombres avec lui j'acquiesce à ses paroles mais ne dis rien pour le moment trop occupé à pensé, à réfléchir, il dit que je lui rappelle une connaissance à lui, une copine, je me demande bien qui est cette personne mais pourtant je sais que je ne demanderai rien, s'il a envie de se livré il le fera de lui-même il le fait déjà pas mal en ce moment, oui, j'ai beau être curieuse je sais également que ma curiosité à des limites et pour ce cas-là oui c'est une certaine limite. « Les effets de ce genre de stupéfiants peuvent être négatifs sur le corps et produire ce genre de troubles effectivement. » Du moins c'est ce que j'ai toujours entendu dire, de la drogue je pense que je n'en ai pris qu'une seule fois dans ma vie et c'était lors de mon voyage à Vegas mais je ne m'en rappelle pas le moins du monde, de base je n'aime pas ce genre de choses, je considère la drogue comme une source de stupidité impressionnante de ce fait oui pour que j'en ai pris il aurai fallu que je sois vraiment, vraiment bourré et quoi qu'il en soit je ne me rappelle de rien, la seule chose qui revient dans mon esprit c'est le matin quand je me suis réveillé à côté de mon mari qui était autant dans l'incompréhension que moi, alors, autant le dire, l'alcool c'est vraiment mauvais pour moi et je vais arrêté définitivement d'en boire. Acquiesçant à cette pensée tandis que l'homme me propose de lui posé quelques questions si j'en ai envie, il semble avoir oublié que je lui ai demandé où s'est passé cette disparition, sans doute encore un effet de la drogue, alors j'acquiesce à ses paroles. « Oui j'ai bien une question dans l'immédiat, la disparition de cet enfant ça a eu lieu dans quelle ville ? Je reconnais n'avoir jamais entendu parlé de cette histoire sinon croyez moi je m'en serai rappelé. » J'ai une excellente mémoire c'est un fait indéniable, je me rappelle de beaucoup de choses mais de choses stupides voir même sans intérêt de ce fait oui si une telle chose était arrivé et que j'en aurai entendu parlé je m'en serai rappelé sans soucis, alors tandis que nous continuons à avancé dans les rues sombres de Marple Spring je le fixe tandis qu'il me parle de cet enfant, mais j'avoue sa dernière phrase me surprend énormément encore une fois la drogue y est probablement pour quelque chose mais je tente de gardé pour moi ma surprise ne sachant pas trop comment il réagirai en voyant ma gueule. « Je vous avouerai... Si cette petite fille était en fait vous il n'y aurai pas eu de recherche sur elle, enfin si par hasard vous auriez changé de sexe personne n'aurait recherché cette enfant hors ce fût le cas alors ça ne peut être vous cette enfant... Du moins ça m'étonnerai qu'une telle chose soit possible, mais je comprends votre embarras, c'est toujours délicat de se rappelé qu'un proche a disparu... » Et plus encore que ce proche n'a jamais été retrouvé et ce malgré les nombreuses années qui sont passées, je peux comprendre qu'il soit frustré face à tout ceci mais bon quoi qu'il en soit ce type est tout de même sacrément défoncé pour parlé de la sorte, dire de telles choses et pourtant avoir l'air censé limite normal dans ses attitudes, bizarre ce mec, pourtant il ne m'effraie pas, je ne dirai pas non plus que je me sens bien avec lui, mais en tout cas je ne me sens pas en danger, il n'a pas l'air d'être un psychopathe ou quelque chose du genre, il a juste l'air d'un type avec un sombre passé qui oublie ces souvenirs douloureux dans la drogue, beaucoup le font et ça se comprend même si je n'apprécie guère...

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Lun 16 Nov - 17:52
"Je ne sais pas. Je ne sais vraiment pas. Peut-être que je sais, mais ça se bloque, quelque part là-dedans. C'était du côté de Sioux Falls sans doute, c'est là où j'allais à l'école, mais je bougeais beaucoup... en bus, en stop."

C'était à peine s'il arrivait à aligner deux mots correctement. Il était déjà au bout de ses forces, et il n'avait atteint aucune avancée décisive. Il avait là, près de lui, quelqu'un qui était prêt à l'écouter, mais c'était lui qui n'était pas prêt. Si cette fille existait et avait vraiment disparu, si par miracle cette affaire était rouverte... il serait ridicule à la barre des témoins. La honte lui serrait le cœur, et il sentit monter les sanglots, incapable de se calmer, détournant le visage pour ne pas imposer son expression de désespoir, pour une situation qui ne le justifiait pas vraiment. Les gorgées d'alcool qu'il avait avalées ce soir-là en rentrant lui brûlaient toujours la gorge, une sensation forte, mais pas assez forte pour éteindre cette honte inexprimable.

"Je ne sais pas si c'était une proche. Je ne crois pas. Je ne me souviens pas de lui avoir fait la bise un jour, ou tenu la main. Par contre, je me souviens de son regard, bien en face, comme on se regarde dans le miroir, bouche fermée... Qui est-ce qu'on regarde comme ça, sans lui parler ? Son reflet, non ?"

Il ferma les yeux un instant, respira profondément, et s'aperçut de ce qui le tourmentait le plus amèrement : il se sentait comme à la secte, le seul moment de sa vie où il s'était vraiment ouvert les tripes pour parler de ce sujet qu'il détestait, contraint et forcé par le couple dominant de la meute, qui estimait que c'était un passage obligé pour atteindre l'harmonie spirituelle. Il avait compris depuis qu'ils cherchaient seulement un moyen de le contrôler, en appuyant là où ça faisait mal. Maintenant, il avait quelque chose à haïr, quelqu'un à qui en vouloir, et qui n'était pas lui-même. Il fit craquer les os de ses mains pour se remettre de son petit accès d'angoisse, et la sensation concrète le ramena droit dans ses bottes, presque serein d'apparence, un fin vernis que la journaliste avait vu craquer mais qui avait repris son illusion de solidité, comme si de rien n'était.

"Bref. En fait, je n'ai rien de bien sérieux à vous offrir. Laissez tomber ça, vous trouverez des sujets plus intéressants à explorer. On fait une belle brochette de traumatisés, pas vrai ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] › Lun 16 Nov - 18:30
Mary' ∞ Lenn'
Une sortie au cinéma pas comme les autres ♥


Toute cette histoire semble l'angoissé réellement, lui faire du mal comme s'il se sentait réellement concerné par la disparition de cette enfant, je ne sais pas pourquoi j'en arrive à cette conclusion mais pourtant quand je vois son regard plein d'angoisse j'en arrive là, il semble mal à l'aise pour quelque chose, cette disparition en tout cas ça l'a marqué et pourtant cette petite a disparu il y a plus de quinze ans et de toute évidence elle ne fût jamais retrouvée d'après ce qu'il m'en a dit, il faut savoir faire face à la réalité, si elle a disparue et qu'elle n'est jamais réapparue elle est probablement morte ou alors elle fût enlevée par des personnes et naturellement elle doit être occupé ailleurs pour ne pas pouvoir revenir, peut-être que les personnes qui l'on kidnappé sont des psychopathes et qu'au fil du temps elle a été retenue prisonnière là bas comme moi je l'étais il y a de cela des années, c'est bien possible aussi, sauf que la différence c'est que moi j'ai été relâché ou plus exactement j'ai été sauvé par mon père et je vis normalement ou du moins le plus normalement possible. « Je vois ce que vous voulez dire, en tout cas c'est assez lointain c'est probablement pour cette raison que je n'ai jamais entendu parlé de toute cette histoire... » A ses mots j'affiche un faible sourire ne sachant pas trop quoi dire de plus, j'ai comme la vague impression que tout ceci le hante mais plus il parle et plus j'ai l'impression que tout ce qu'il a vécu ne s'est passé que dans sa tête toutefois je ne lui dirai pas, je ne me vois pas lui dire ça, j'ai ce sentiment et il est un peu désagréable car je ne prends pas cet homme pour un fou mais en tout cas cette histoire selon moi elle n'a jamais réellement existé tout s'est passé dans sa tête, il a imaginé cette petite fille, il pensait la voir et finalement non elle n'était pas là et un jour elle a disparue de son esprit et du coup il a supposé qu'elle avait été enlevée, c'est une possibilité quoi qu'il en soit cet homme a des problèmes du moins selon moi mais il ne m'effraie pas pour autant je suis juste sur le cul, je ne sais pas quoi pensé, a-t-il réellement imaginé cette enfant ou alors est-ce la réalité ? Je n'en sais rien, je ne sais pas et franchement ce n'est pas mon boulot d'essayer de comprendre si cet homme va bien dans sa tête ou non, je suis journaliste et non psychiatre. « Oui je vois ce que vous voulez dire après il y a bien des personnes dans votre entourage qui aurai pu connaître cette enfant, non ? Vos parents par exemple ou encore votre frère, je pense que si vous leur posé des questions au sujet de cette enfant ils sauront vous dire si effectivement ils se rappelle d'elle ou non... Vu que vous semblez douté vis à vis d'elle peut-être qu'en posant des questions à votre famille ça pourra ouvrir les portes vers une discussion, vous en pensez quoi ? » Ce n'est qu'une idée parmi tant d'autres bien sûr, en cet instant j'ai juste envie d'aider cet homme comme lui m'a porté secours tout à l'heure et puis même j'ai tendance à être comme ça à tenté d'aider les gens même si je les connait peu et pour le cas de cet homme c'est vrai je ne connais que peu de choses à son sujet, pas même son prénom en fait alors c'est pour dire mais pourtant j'ai envie de faire quelque chose pour lui, de l'aidé sur ce sujet qui semble le hanté. « Ce n'est pas un problème pour moi de tenté de vous aidez du mieux que je le peux, ça ne me dérange pas du tout... Mais c'est vrai que nous formons un bon duo de traumatisés je vous rejoins entièrement là dessus. » Et bien sûr j'affiche un sourire en disant ses mots, pas que cette phrase soit joyeuse ou quelque chose du genre mais bon au moins cet homme me comprends, il ne me juge pas, il a son passé douloureux et délicat qui le ronge et moi j'ai le miens, du coup aucun jugement, on se ressemble voilà tout, nous sommes deux torturés de l'intérieur qui tentons de vivre malgré les merdes du passé.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny] ›
Revenir en haut Aller en bas
 
Une sortie au cinéma pas comme les autres [Lenny]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marple Spring  ::  :: Corbeille des sujets-
Sauter vers: